samedi 27 août 2016

Ces écrivains inspirés par Ouessant



En résidence de création au phare du Créac'h, ils en ont tiré des écrits très différents.

En 2012, le Breton Alexis Gloaguen a écrit « en immersion » La Chambre de Veille, au célèbre phare du Créac'h, à la pointe nord-ouest d'Ouessant. Il racontait l'île bretonne et le phare. Cette semaine, le Rouennais Sébastien Monod présentait au 18e salon du livre insulaire son livre« made in Ouessant ». L'amer veille, histoire d'un gardien de phare pendant la Seconde Guerre mondiale.
Les deux auteurs estiment que Ouessant a « considérablement nourri leur imaginaire » tout en favorisant, précise Monod, « l'impression d'une sincérité plus grande, plus juste, du début à la fin ». Recherches et repérages sur place leur ont permis une « exactitude très poussée, dans les détails historiques ou la description des paysages ».

« Tant de matière »

Pour un prochain récit, Gwénaëlle Abolivier a collecté ici une foule d'anecdotes : « Le sémaphore est un lieu très inspirant, qui stimule la vie intérieure tout en aidant à la lecture du monde. Entre les lettres que l'on m'a confiées, les maisons ouessantines, dont certaines sont de vrais cabinets de curiosité, j'ai trouvé tant de matière… »
L'écrivain malgache Johary Ravaloson vient de remporter le prix de littérature du Livre insulaire, avec Vol à vif, sur les traces des voleurs de zébus de son île nataleAprès sa résidence ouessantine, il avait écrit un recueil de nouvelles, Les nuits d'Antananarivo : « Je ne me suis en rien inspiré des personnes que j'ai rencontrées ici, précise-il. Mais c'est un lieu formidable pour qui aime la contemplation, j'y ai beaucoup plané »
David Fauquemberg est le dixième protégé de l'association Cali (Culture, arts et lettres des îles), qui accueille les écrivains en résidence. Il vient à son tour de s'installer au Créac'h, face à l'océan :« Si je devais écrire sur Ouessant maintenant, alors que j'y suis, je serais complètement bloqué! », dit-il.
Après quatre ans de voyage, il a posé son sac dans l'île bretonne pour écrire son livre… sur les îles du Pacifique. « Face aux éléments, dans la solitude, je ne pourrais imaginer endroit plus idéal pour y arriver. 

vendredi 26 août 2016

Île-Molène: l’emblématique grand dauphin

Depuis plusieurs décennies, ce mammifère marin a élu domicile dans l’archipel de Molène et dans la Chaussée de Sein.

http://www.cotebrest.fr/2016/08/19/notre-serie-sur-les-animaux-marins-l-emblematique-grand-dauphin/
Par Adèle Le Berre
Quel plaisancier n’a pas aperçu au hasard de ses sorties en mer un groupe de grands dauphins ? Surtout du côté de l’archipel de Molène ou de l’île de Sein. Ces cétacés sont assez faciles à observer. Les deux colonies finistériennes sont suivies de près par le Parc naturel marin d’Iroise« À Sein, il y avait deux ou trois individus dans les années 70, une quinzaine à la fin des années 90. Désormais, on en comptabilise 32 ou 33 », expose Livier Schweyer, agent du parc marin. Autour de Molène, l’effectif dépasse allègrement les 60 individus.

Parfois grands voyageurs

Ces deux groupes sont sédentaires. Ce qui n’empêche pas certains grands dauphins d’entreprendre de grands voyages. C’est le cas du célèbre Jean Floc’h qui a longtemps résidé du côté du Cap-Sizun avant de voguer vers l’Espagne. Ou encore de Clet qui a fréquenté Sein et la baie d’Audierne. Les dernières observations font état d’un passage dans les eaux irlandaises, anglaises…
Les grands dauphins sénans ou molénais semblent donc se plaire dans les eaux de l’Iroise.
 
D’une manière générale, les grands mammifères marins se portent bien, commente Mickaël Buanic, également agent du parc. Ici, toutes les conditions sont réunies : eau de bonne qualité, abondance de nourriture… Et puis, ils sont très peu dérangés.
 
Les grands dauphins ne sont pas très farouches. Ils semblent même parfois se donner en spectacle, passant sous les bateaux à vive allure, effectuant quelques pirouettes… Les agents du parc viennent chaque mois étudier cette population qui se déplace le plus souvent en un seul groupe. « On fait de la photo d’identification. On a ainsi pu constituer depuis 2012 un catalogue des grands dauphins. On les reconnaît à leurs ailerons qui ont une forme, une couleur et des blessures différentes », décrit Livier Schweyer.

Marsouins, orques…

La petite taille de la colonie sénane permet d’acquérir des connaissances sur les habitudes, les comportements… « On suit facilement les nouvelles mères et les anciennes. L’une d’elle a eu déjà  trois petits. Les naissances se déroulent de février à septembre », informe Mickaël Buanic. Les mères allaitent leurs petits pendant un an et demi. Les jeunes restent encore une année à leurs côtés. Ils peuvent aussi être pris en charge par une “marraine“.
La nourriture de ces cétacés de 2 à 4 m de long est surtout constituée de poissons : sardines, maquereaux, mulets voire céphalopodes…
On ne croise pas seulement des grands dauphins dans les eaux finistériennes. Apparaissent, plus rarement, des marsouins, des dauphins de Risso, voire, avec un peu de chance, des orques, des dauphins bleu et blanc, des rorquals et des cachalots.
29259 Île-Molène

jeudi 25 août 2016

C'est bientôt la fin du mois d’août

Exposition à la Mairie durant le mois d'août 2016.
Ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30, sauf le vendredi, fermeture à 16h.
Visite libre

L'île d'Ouessant et la mer d'Iroise en photographie

Le 26 à 13h30 à la plage d'Arlan
Gratuit. Renseignements et inscriptions : 06.78.34.18.95

mercredi 24 août 2016

La deuxième édition des joutes musicales, à Molène.

Bonjour à tous ! On se donne rendez-vous samedi 27 août sur Molène pour la deuxième édition des joutes musicales sous la chaleur et dans la bonne humeur ! 
Départ des ports de Sein, Brest, le Conquet et Ouessant avec la compagnie maritime Penn ar bedhttp://www.pennarbed.fr/fr/

samedi 20 août 2016

À Ouessant, ils veillent sur la mer depuis 150 ans

Redoutée pour ses côtes inquiétantes, l'île a été l'une des premières à être dotée d'une station de sauvetage. Les moyens ont beaucoup évolué mais, l'ADN des sauveteurs reste le même : humilité et courage.

L'histoire
Hérissées de cailloux, traversées par des courants violents, souvent noyées dans la brume... les côtes d'Ouessant n'ont pas bonne réputation auprès des marins. Un adage résume bien la situation : « Qui voit Ouessant, voit son sang... » Rien d'étonnant à ce que l'île ait été l'un des premiers lieux à accueillir une station de sauvetage, à Lampaul. C'était il y a 150 ans tout juste.
« À cette époque, la navigation de transport de marchandises, mais aussi de passagers, connaît un développement très important », raconte le maire, Denis Palluel. Logiquement, le nombre de naufrage augmente lui aussi.
S'ils sont légion en mer d'Iroise et il faudra un événement particulièrement dramatique pour que soit finalement créée, le 12 février 1865, par l'amiral Rigault de Genouilly, la Société centrale de sauvetage des naufragés, SCSN (1). Dix ans plus tôt, la frégate française La Sémillante coulait au large de l'archipel des Lavezzi, au sud de Bonifacio (Corse), avec à son bord 702 hommes.
Le sauvetage du Vesper
Un an après Audierne et Saint-Malo, et un an avant Le Conquet et Sein, voilà Ouessant qui reçoit son premier canot de sauvetage. Rien à voir avec les bateaux motorisés et équipés modernes.L'Anaïs est une petite baleinière à rames de 9,78 m de long, propulsée par dix avirons. Remisée au fond du port de Lampaul dans une maison-abri, elle est d'abord mise à l'eau par la grève, au moyen d'un chariot.
Pour autant, « L'Anaïs a bravement fait ce qu'elle pouvait faire », comme le raconte en 1938 le commandant Cogniet, chef du service de l'inspection de la SCSN, lors du baptême, en grande pompe, des canots motorisés Amiral-Rigault-de-Genouilly et Ville de Paris. C'est grâce à elle, notamment, que sont sauvés, en 1903, 21 marins du cargo Vesper (lire ci-dessous).
Concurrence ?
Plus tard, une cale sur laquelle sont installés des rails - pour le chariot - permet un lancement plus rapide du canot. « Mais par tempête du sud-ouest, il était impossible à un canot à rames de sortir de la baie de Lampaul », poursuit le commandant Cogniet dans son discours de 1938.
Ces contraintes justifient la création, en 1884, d'une autre station au Stiff. Elle fermera en 1953.
Dans son discours des festivités des 150 ans, le 6 août dernier, Denis Palluel note que « peut-être ces hommes avaient-ils la volonté de surveiller nos voisins d'à côté, ou de chasser sur les eaux molénaises, car le dévouement n'était pas incompatible avec un certain esprit de concurrence, pour ne pas dire plus... »
François, Auguste et les autres
De « lourds investissements », selon le chef du service de l'inspection de la SCSN, permettront ensuite d'allonger les cales, d'agrandir les abris, d'y installer des treuils à moteurs. Dans l'entre-deux-guerres, les canots à rames ont, en effet, été améliorés grâce à une petite voile et un moteur à essence.
Mais les infrastructures ne sont rien sans les personnes qui les utilisent. « Tous ces bénévoles n'ont jamais hésité, de jour comme de nuit, par belle ou mauvaise mer, à sacrifier leur temps et à prendre des risques pour sauver d'autres êtres humains », soulignait encore Denis Palluel.
Il cite bien sûr François Morin, dont un canot porte le nom (lire ci-dessous). Mais aussi, plus récemment, Auguste Perhirin et Joseph Grunweiser, « dont le visage buriné est présent sur tous les troncs de la SNSM de France ».
Leurs exploits font partie de la mémoire collective ouessantine.
(1) En 1967, la Société centrale de sauvetage des naufragés et la Société des hospitaliers sauveteurs bretons fusionnent pour donner naissance à la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM).

Quarante-six équipes au grand tournoi de pétanque

Dimanche, veille du 15 août, c'était le rassemblement incontournable pour les amateurs de boules, organisé par l'OSL (Ouessant sports loisirs).
Il se pratique en triplettes, constituées l'occasion pour les amis d'Ouessant, de rallier l'île et de participer à un grand rendez-vous sportif, qui débute vers 11 h 30 jusqu'à minuit, vu le nombre de participants. C'est l'équipe de P'ti Louis Legall qui remporte le trophée contre l'équipe de Jacky du resto du Stiff, suivi de la première consolante : l'équipe de Tintin Legall et deuxième consolante : Malou et Charlie Kernoa et Gildas.

Chorea d'Ys en concert à l'église à Lampaul, samedi.

Choréa d'Ys et ses trente-cinq choristes, sous la direction de Pierre-Emmanuel Clair donneront un récital de leur répertoire enrichit de musique slave, avec une prédilection, pour les compositeurs russes : Tchesnokov, Kastalski, Sviridov, Chvedov...
À travers leurs oeuvres, les spectateurs pourront découvrir, la musique orthodoxe russe, de l'époque classique, romantique et contemporaine. Monteverdi sera aussi au programme avec laSestina, une oeuvre émouvante que le maître vénitien composa en 1610, en hommage posthume à la jeune cantatrice prodige, Caterina Martinelli.
Samedi 20 août, à 20 h 30, à l'église Saint-Pol-Aurélien. Prix : 10 €

jeudi 18 août 2016

île d'Yeu. Le ferry s'échoue sur un banc de sable



Alors qu'il quittait le port de Fromentine (commune de La Barre de Monts), en Vendée, pour se rendre à  l'île d'Yeu, l’Insula Oya II s'est échoué sur un banc de sable de la plage de la Grande Côte mercredi matin.

Deux passagers étaient à son bord. Ils ont été évacués par la SNSM. Le navire a pu être remis à flot mercredi en début d'après-midi, à la faveur de la marée montante, rapporte France 3 Pays-de-la-Loire
Epaisse brume
"L’étrave s’est plantée, puis le courant a plaqué le bateau par l’arrière, et l’a dirigé vers le banc de sable. C’est allé très vite", explique le maire de La Barre de Monts, Pascal Denis, interrogé par nos confrères du Courrier Vendéen.
Cet échouage extrêmement rare s'expliquerait "par l'épaisse brume qu'il y avait sur site mercredi matin" et "la complexité naturelle du site, indique Pascal Denis. "Le chenal de Fromentine a une configuration très particulière. Il y a beaucoup de sédiments car il est situé dans la dérive littorale de la Loire. Des bancs de sable se créent et, par l’effet des courants, se déplacent à chaque marée de façon plus ou moins importante, ce qui peut perturber la navigation."

mercredi 17 août 2016

Premier coup de vent d'après le 15 août, pour vendredi force 6.

-------------

--------------

Pour Le conquet

ENSEMBLE VOCAL CHORÉA D'YS

Samedi 20 août
Concert à l'église Saint Pol Aurélien à 20h30.
Entrée 10€ / sur réservation 8€
Réservation des billets : ensemble.vocal@choreadys.org

L'île d'Ouessant et la mer d'Iroise en photographie

Ouvert aux amateurs ayant un appareil photo (compact, reflex, smartphone, tablette, etc.).
Découverte de la photographie de façon simple et conviviale dans un cadre exceptionnel.
Les vendredis d'Août :
Le 19 à 13h30 au phare du Stiff
Le 26 à 13h30 à la plage d'Arlan
Gratuit. Renseignements et inscriptions : 06.78.34.18.95.

Il n'y aura plus d'avis de décès avant le bateau de 11h15 sur ce blog.

Le journal veux faire payer les avis de décès, vous savez tous que je suis bénévole et cette source d'information est sans pub rémunératrice.
Dommage car après 14h, la messe sera passé pour le bateau de 11h15.
--------------

Idem pour Ouest-France.

dimanche 14 août 2016

Du 17 au 20 août 2016 : 18e salon international du livre insulaire


Du 17 au 20 août 2016 18e salon international du livre insulaire
Le programme complet sera disponible à partir du mois de mai.
Pour plus de renseignements et voir le programme : www.livre-insulaire.bzh

vendredi 12 août 2016

Seiko à créé une nouvelle série de montre étanche à l'eau de mer: Prospex.




Un des modèles solaires

Ouessant Kayak.






 Par une belle journée ensoleillée !!!
On se retrouve au goubars, pour un petit tour de kayak ou de stand up paddle !
Bonne journée à tous !
Breval: 06 47 27 32 14