vendredi 31 octobre 2008

Papillon sur Ouessant

Lycaena phlaeas;
le bronzé.

Photo: Robert Guelin.

Vanessa atalanta;
le vulcain.

Photo: Sandra Mas.


Inachis io;
le paon du jour.

Photo: Sandra Mas.

La Flore rare d'Ouessant. Stage d'octobre 08.

Cette fougère,
l'Ophioglosse du Portugal
est très rare
sur Ouessant
elle est prèsente
dans de rare station
et souvent en tapis.
Elle ne dépasse
guère 2 à 3 cm de haut.


Photos: Robert Guelin.




Tapis d'Ophioglosse


Ce lichen Teloschistes flavicans
buissonant peut-être confondu
un Xanthoria parletina de même
couleur et très répendu sur les
rocher du littoral d'Ouessant.


Photo: Robert Guelin
en haut.









Photo: Sandra Mas
en bas.





jeudi 30 octobre 2008

La Marouette ponctuée du marais du Créac'h

Photo:
Christian Kerihuel


La dame en rouge est,
Huguette Laveissière
co-fondatrice de la
SEPANSO.

Jean-François Le Bihan
est devant, il coche la
Marouette ponctuée.
Photo:
Sandra Mas.


les maisons à droite
sont le CEMO.


Robert Guélin
est en bleu, le 1er
président de la
LPO Aquitaine




En cliquant sur le titre
vous disposerez de
l'album photo
d'obs_aquitaine.










Photo de la Marouette du 15-10-08 au marais du Créac'h par Fabrice Jallu.

Chaque matin la première activité des ornithos sur Ouessant et de se rendre au phare du Créac'h, afin de voir si des migrateurs ont été piégés par les huit puissants rayons de la lanterne.

Dès que le jour se léve les oiseaux perchés sur le pourtour de la lanterne tombent, soit au pied du phare dans la cour, ou les deux buissons hébergent parfois un grand nombre de passereaux de toutes espèces, c'est leur premier refuge, ou vers ce qu'ils trouvent comme autre milieu.

Pour les oiseaux d'eau et les limicoles, c'est le marais du Créac'h qui devient le refuge, pour certains autres tels les pipits, traquets, turdidés se sont les pelouses rases qui font office.

Ce matin du 15 octobre une marouette ponctuée avait été trouvée en bordure de la roselière par Alain Desnos et elle n'avait de cesse de se nourrir.

Voyant qu'elle était tranquille, nous avons averti de sa présence, même Jean François Le Bihan a coché avec son fauteuil (grâce à la convivialité d'ornitho) dans le marais du Créac'h, sûrement du jamais vu... et un grand moment de rigolade lorsque tout le monde est parti en laissant J-François seul dans le marais..!

dimanche 26 octobre 2008

La corne de brume.

Même s'il m'arrive de faire le malin
dans les bistrots d'Ouessant avec
ma corne de brume, sachez que je
suis néanmoins très heureux de
posséder ce patrimoine maritime
qui je pense a mil an d'histoire.

Voici ce que fût la corne de brume, et ce que j'ai appris de son histoire.

Il y eu en Europe du Nord des bovins qui avaient ce type de corne assez longue pour réaliser de parfaite corne de brume au son puissant.

Si aujourd'hui ces bovins ont disparus de l'Europe, Il en reste encore une souche en Australie, car les premiers migrants avaient aussi emporté leurs bétails.

La dernière utilisation connue de ce type de corne de brume remonte à l'époque de la pêche à la morue sur les grands bancs de Terre-Neuve, les marins qui pêchaient sur des doris l'utilisait pour ne pas se perdre les jours de brume.

Il y eu comme pour le cidre un échange de culture entre les Normands, les Bretons et les Basques. Chez ces derniers elle est entrée dans le folklore, en Bretagne elle a servit dans les fermes pour appeler les bêtes et en Normandie elle a finit dans les greniers.

Ce que je ne sais pas, c'est comment des vikings, elle est arrivé sur les bancs de pêche.? Le son de cette corne de brune est identique à celle des phares d'aujourd'hui, mais avant que le son ne soit électrique, il fut à la vapeur et bien encore avant dans le temps à l'air comprimé à l'exemple de la maison de Pern à Ouessant et vers l'an mil, imaginez les vikings souffler.. comme sur la photo...!

Ces recherches m'ont aussi permis de découvrir l'origine du cidre que l'on croit à tort bien de chez nous, c'est encore un échange sur les bancs de pêches, il vient des Basques.
A l'origine pour conserver l'eau pendant des mois il fallait la faire fermenter, le faible degrès d'alcool obtenu y suffisait et pour cela les Basques ajoutaient à l'eau des pommes dans les fûts en bois, jusqu'au jours ou un fût, fut oublié.

Une longue fermentation fit le reste et c'est ainsi que le cidre est né au Pays Basques.

Ce qui est certain c'est que les Normands ont été les premiers à distiller du cidre, afin de réaliser un alcool fort, le Calvados.

Il semblerait aussi que les vikings faisaient fermenter du grain dans de l'eau.. de là est peut-être née une autre boisson bien connue...? mais je n'en sais pas plus.

Compte rendu du stage du 11 au 18 oct.


















La photo du bruant des neiges de Pern illustre très bien le stage, puisque que tous les participants ont pu l'observer avec plaisir et plusieurs fois.

Merci aux participant(e)s et à leurs compétences variées, Goélogie, Botanique, Ornithologique, Photographique, Humaine.

Le nouveau directeur du CEMO François Quénot nous à fait un plan des divers plantes rares à observer, Daniel Rodriguez c'est chargé de nous les trouver,

Michel Hillion à assuré la partie géologique, nous sommes remontés dans le temps à la découverte des chambres magmatiques, à la constitutions des galets, à comprendre les fissures de l'île, etc...

Pour les oiseaux, j'ai fait avec la volonté des oiseaux, si faire cocher un gobemouche nain, un bruant des neiges est assez facile, il en est moins pour un pouillot à grands sourcils.

la liste des oiseaux est des plantes serait très longue, mais pendant le stage il y a eu: Le Pouillot à GS, bruant des neiges, rustique, nain, viréo à oeil rouge, pipit à gorge rousse (une coche pour moi) marouette ponctuée, martin roselin, et plein d'autre espèces pas très courante sur Ouessant; Gde Aigrette, bihoreau, des mésanges noires etc....

samedi 4 octobre 2008

Un aperçu pour les stagiaires du 11 au 18/10/08.

Les photos sont d'Yves DUBOIS.