jeudi 31 décembre 2009

Un nouveau chapitre du roman: Ouessant, mon paradis parfois obscur.

Pour lire le nouveau chapitre cliquez sur le titre.

Les laboratoires Science et Mer sondent les algues marines.

















Au Relecq depuis 2000

Les laboratoires Science et Mer ont été créés à Brest, en novembre 1986, par Christine Bodeau. L'entreprise s'est implantée en 2000 sur la commune du Relecq- Kerhuon dans une usine dimensionnée pour répondre à sa croissance. Science et Mer est spécialisée dans la fabrication de produits cosmétiques à base d'algues marines sélectionnées pour les professionnels de la remise en forme et de l'esthétique, et fournit les centres de thalassothérapie et balnéothérapie les plus prestigieux. Les laboratoires Science et Mer utilisent une matière première présente en abondance sur les côtes nord de la Bretagne : les algues marines.

L'algue laminaria digitata ou laminaire

Il existe plus de 25 000 espèces d'algues. La laminaire est récoltée en mer d'Iroise et ensuite séchée de façon naturelle sur les dunes bordant nos côtes. Afin de rendre bio-disponibles les principes actifs contenus dans les algues, celles-ci subissent un dernier traitement : la micronisation. Un procédé permettant d'obtenir une poudre qui préserve intégralement les principes de l'algue fraîche. Ces poudres très fines, de l'ordre du micron, sont ensuite incorporées à d'autres ingrédients pour donner au final les enveloppements (poudre ou pâte prête à l'emploi) utilisés dans les centres de thalassothérapie.

Un vaste programme de recherche

Une équipe interne de pharmaciens et biochimistes travaille en partenariat avec des centres de recherche universitaires et médicaux, et collabore activement avec le laboratoire d'ecophysiologie et de biotechnologie des algues. Ce programme de recherche permet au laboratoire d'innover en matière d'actifs. Ces nouvelles molécules sont exclusivement formulées dans les produits de soins proposés par Science et Mer. Les études portent également sur le comportement biologique des algues dans leur milieu naturel, et visent à extraire les molécules les plus spécifiques dans leur plus forte concentration possible pour restituer cette richesse au coeur de produits de soins originaux et naturels.

lundi 28 décembre 2009

Aujourd'hui place de l'église; Vente de gâteaux.

Le jeudi 31 décembre 2009

Vente de gâteaux.
Ventes, collections Ouessant,

à la Maison Gonin
De 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00

Pour financer le voyage à Paris, les parents d’élèves feront des gâteaux et des crêpes.

Ilophone Assemblée générale mardi 29 décembre.

mardi 29 décembre 2009.

Ilophone
Assemblée générale mardi 29 décembre, 17 h, salle de la mairie.
Bilan du dernier festival et projets 2010.

D'Andréas dès que le compte rendu de l'AG
sera près, Philippe Deniel nous le fera
parvenir pour diffusion sur le blog.

mercredi 30 décembre 2009

île de Groix: Conseil Municipal.

D'Andréas, je sais votre attachement pour les autres îles, et je vous présente
l'activité municipale de l'île de Groix.

Cliquez sur le titre, pour lire le lien source.

Compte-rendu N° 4

- Délibération de principe CLSH

Victor Da Silva expose tout d’abord l’historique de l’accueil de loisirs des enfants et des jeunes.
"Il y eut tout d’abord les tickets sports. En 2005, D. Cany décide de choisir l’UFCV (une structure populaire) pour gérer. C’était sa décision, une décision communale.
Après l’expérience que ça amené, sur l’appui du diagnostic que nous avons établi grâce aux acteurs qui travaillent à la jeunesse, on ne peut pas parler réellement d’équipe. Il y a une directrice mais pas forcément les mêmes personnes avec elle. Le recrutement se faisait par rapport à l’UFCV. Ce sont des intermédiaires supplémentaires.
Je n’ai pas de critique particulière à faire sur l’UFCV. Ce qu’on souhaite, c’est notre autonomie ; ça permettrait de créer des emplois sur l’île : une directrice, un animateur au niveau jeunesse, un au niveau enfance. Un(e) directeur (trice) doit être un vrai coordinateur (trice).
Je veux absolumment que cette personne travaille avec les assos, les écoles.
Quand je vois ce qui se fait à l’EHPAD, il faut une vraie coordination. L’UFCV nous a amené une expérience. Il faut savoir des fois tourner une page et passer."
D. Yvon présente quelques observations :
" Je regrette tout d’abord qu’on n’ait eu aucun bilan d’activité.../... Le licenciement de Florence Le Pen a coûté relativement cher. Florence n’était pas inscrite sur liste d’aptitude mais celles qui l’ont suivie non plus.
On est plutôt favorables. Ce qu’on peut regretter, c’est qu’on ne peut pas avoir un véritable éducateur. Le département peut financer des postes dans les communes. Il y a sur l’île des enfants en difficulté. Un éducateur est mis à disposition dans le canton de Gourin. Si on peut aider certains jeunes qui ont des difficultés, on n’aura pas perdu notre temps."
Le maire répond que F. Le Pen avait eu du temps pour passer des concours de la Fonction Publique Territoriale. Ce qui est clair, c’est que l’UFCV lui donnait la possibilité d’intégrer le Service Jeunesse de la commune. Elle n’a pas été d’accord pour travailler avec l’UFCV.
En ce qui concerne l’éducateur, il ajoute que la municipalité a la volonté d’augmenter le service auprès des jeunes. Le département n’intervient que s’il y a des raisons pour le faire. L’éducateur peut se déplacer auprès des familles. Le département n’a pas estimé que ce qui se passe à Groix est suffisamment problématique en matière de délinquance.
D. Yvon : " On ne peut pas laisser dire comment le département pourrait juger qu"il y a une délinquance à Groix. On ne l’a jamais fait fait. Prenons une délibération.
V. Da Siva : Pour des éducateurs, on ne peut pas. On n’est pas insensibles à cette question. Le côté éducation, ça nous concerne tous. J’avais soulevé la question à l’Assistante Sociale.
Est-ce que vous savez s’il y a nécessité ? Ce que j’aurais proposé, c’est un diagnostic.
A travers les mots de l’AS, j’ai appris qu’il y a deux enfants suivis par un éducateur. La famille l’avait demandé. Il suffit qu’ils demandent. J’ai vu des AS et des éducateurs. ça m’a permis de faire la différence entre les deux. C’est très complexe pour les avoir ; il y a 3 niveaux : associatif, départemental et communal. On pourrait envisager un éducateur du secteur associatif. pourquoi pas avec les Iles du Ponant ? J’aurais souhaité que la question soit posée. Il faut avoir une vraie réflexion sur l’utilité.
D. Yvon : On ne peut laisser dire n’importe quoi (il souligne l’impossibilité d’avoir une même organisation entre par exemple le 56 et le 29). On peut peut-être prendre la délibération.
V. Da Silva se dit d’accord pour une délibération
D. Yvon déplace le problème sur le nombre d’enfants fréquentant le CLSH : 12/ 15 ? à peine 10% de la population dit-il.
Le maire souligne qu’il ne faut être trop "simplificateur" sur le sujet. "Je ne vais pas me dérober. Je m’engage à faire une demande officielle à la Conseillère Générale qui transmettra nos inquiétudes. Je demande également à financer une étude sur l’île pour déterminer les besoins". Il propose la délibération.
D. Yvon ; - c’est pas le tout de faire des moulinets et de dire "on va faire, on va faire" -
V. Da Siva rétorque : - on ne vous voit pas aux Commissions
D Yvon dit ne pas y être invité Les Commissions ne donnent qu’un avis, c’est le Conseil Municipal qui décide. (NB ce sont F Le Pen et M. Tonnerre qui y ont désignés par l’opposition).
Joël Puillon souligne qu’il ne faut pas oublier que ce sont les parents responsables en premier de l’éducation de leurs enfants.
Le maire propose la délibération, adoptée à l’unanimité. Le maire aoute : "Je m’engage à communiquer les bilans et de mettre au vote les enveloppes budgétaires"

suite demain, peut-être ...

Lire compte-rendu n° 1 : http://ile-de-groix.info/blog/spip....

Lire compte-rendu n° 2 : http://ile-de-groix.info/blog/spip....

Lire compte-rendu n° 3 : http://ile-de-groix.info/blog/spip....

Nouvel an sous le phare.

Nouvel an sous le phare

Spécial Nouvel an à Ouessant : « Nouvel an sous le phare », une façon originale de fêter le passage à l'an 2010.

Le 31 décembre rendez-vous à 23 h 15, pour une montée au pied du phare du Créac'h.

À 23 h 59, compte à rebours aux rayons du phare et dégustation d'une coupe de champagne.

Jeudi 31 décembre, 23 h 15.

Tarifs: 15 €, réduit 5 €.
Contact et réservation : 06 07 06 29 02,
ondine@kalon-eusa.com

Les vitrines et leurs anomalies avec les enfants.














Un grand merci
à Ouest-France.

Autour de l'Office de tourisme, Noël rassemble les enfants.

Pendant deux jours, armés de papier et de stylos, ils arpentent les commerces du bourg pour dénicher l'anomalie dissimulée dans une décoration de Noël, parfois si évidente qu'on passe à côté ! Les parents aussi amusés que les enfants, se prêtent également au concours.

Sur les 28 participants, on note en:
1 er ex aequo : Ethan Gentil, Rozenn Gentil avec Elise ;
les enfants du centre aéré Nolwen et Clara ont remporté une place de 3 e ;
Enzo Henry, Rose Orlach et Killian sont 2 e ;

chacun est reparti avec un lot personnalisé.
La plus jeune participante est Sterenn née le 13 mars 2007.

La remise des lots s'est clôturée par un air de musique donné par la fanfare Zebaliz et un grand goûter de Noël.

Jean-François Daviau porté par les courants

Jean-François Daviau
défend une énergie
renouvelable et propre.








Photo:
Béatrice Le Grand.

vous pouvez voter pour lui, en cliquant sur le titre.
Votez pour le Quimpérois de l'année 2009.

Depuis 2000, il défend un nouveau mode de production de l'énergie. L'hydrolienne, en Finistère, c'est évident !

Profil:
1952. Naissance à Evreux.
2000. Rencontre avec Hervé Majastre, ingénieur.
2008. Président de Sabella.

Il vient du monde du pétrole. Une énergie fossile et polluante.
Et pourtant aujourd'hui il défend l'énergie des marées, énergie exploitée par les hydroliennes, sorte d'éoliennes marines.
Jean-François Daviau, « la cinquantaine dynamique » et souriante y croit.
Depuis 2000, d'abord au sein d'Hydrohélix et désormais à la tête du consortium Sabella, il fait avancer idées et projets.

Titulaire d'un diplôme universtaire en génie mécanique, Jean-François Daviau débute sa carrière chez Dassault.
Très vite, il reprend ses études dans une école de commerce.
Diplômé de l'Ihfi (Institut de hautes finances), il va travailler pendant 25 ans dans l'industrie du pétrole. Notamment des filiales de l'Institut français du pétrole.

En 2000, il quitte Paris avec femme et enfants. S'installe dans le pays bigouden. Ronan Le Den, à la technopole, le met en contact avec Hervé Majastre, docteur en génie des matériaux.
Ce dernier a déposé un brevet d'hydrolienne. Le duo se complète à merveille. Ils fondent HydroHélix.
Débute alors une vraie aventure parsemée d'embûches. Les déceptions ne manquent pas. « Mais jamais au point de tout laisser tomber. »

Depuis le test réalisé dans l'Odet, l'hydrolienne bretonne est devenue une réalité. Désormais il faut aller plus loin.
Prochaine étape, une éolienne de 10 mètres de diamètre, sans doute immergée près d'Ouessant.

Jean-Pierre LE CARROU.

mardi 29 décembre 2009

Les écoliers réunis pour la fête de Noël.

mercredi 23 décembre 2009
La calèche du Père Noël
sillonne le bourg.












Merci au
correspondant
d'Ouest-France
pour ses infos
sur Ouessant.

lundi 21 décembre 2009; cliquez sur le titre pour lire
l'actualité à Ouessant.

À quelques heures de la fin du trimestre scolaire, tous les enfants d'Ouessant étaient réunis pour assister, salle polyvalente au spectacle offert par la mairie, avec Serge Gravel dans son récital Mon oncle Hubert : un joli décor de maison du Québec, et tel un baladin Serge Gravel, chanteur et conteur, nous transporte dans les contrées de son pays avec sa guitare et une très belle musique, très appréciée des enfants et de leurs parents venus nombreux.

Le Père Noël est également venu la hotte pleine de cadeaux.
Un grand goûter de Noël a clôturé ces retrouvailles hivernales.

Le club des anciens clôture l'année.












Merci à
Ouest-France.
mardi 22 décembre 2009


Vendredi dernier, sous la houlette d'Antoine Noret et de son équipe, la centaine d'adhérents du club auxquels s'était joint le premier adjoint au maire, Alex Bars, participait aux retrouvailles de Noël.
Toujours très impliqué dans la vie de l'île, le club a collecté 1 200 € pour le Téléthon.
Chaque participant à la fête de Noël a reçu une boîte de chocolats.
Le prochain rendez-vous est fixé au 8 janvier pour la galette des Rois.

Sur France Musique ce soir: Laurent Charles Tournemire, Amoureux de l'île d'Ouessant.

Date: mardi 29 décembre 2009; Heure: 22:30
Programme: Organo Pleno... Laurent Charles Tournemire (1870-1939)

Description de l'émission:
Organo pleno
Laurent Charles Tournemire (1870-1939)
par Benjamin François

Pour les 70 ans de sa disparition, Organo pleno revient sur la vie et l'oeuvre de ce compositeur un peu oublié, né à Bordeaux en 1870, et mort à Arcachon le 4 novembre 1939. Elève de Franck, Widor et d'Indy, il succéda au grand César et à Pierné à la tribune de Sainte-Clotilde à Paris.
On a un peu oublié aujourd'hui ses grands talents d'interprète et d'improvisateur.

Amoureux de l'île d'Ouessant où il possédait un pied à terre et habitué de l'abbaye de Solesmes où il cherchait inspiration, il composa 8 majestueuses symphonies et un immense cycle très rarement joué, l'Orgue mystique, calqué sur l'année liturgique catholique. Son langage polytonal inspira ses élèves Maurice Duruflé et Jean Langlais, tandis que Messiaen appréciait ses symphonies pour orchestre.
Décidément, un compositeur à (re)découvrir, même si sa personnalité nous laisse aujourd'hui... de marbre !

VISITE DU PHARE DE L ILE VIERGE - Plouguerneau

date : du 1 Mai 2010 au 31 Août 2010
lieu : Plouguerneau - Finistère (29)
catégorie : Idée week-end.

description
Phare de l’île Vierge
Bretagne / Finistère / Landéda / Lilia – Plouguerneau
Panorama, mer, hauteur, île, granit, phare, opaline, promenade, vedette, aber
DUREE : 2 h environ
AGE : tous les âges
NIVEAU DE DIFFICULTE : Facile

L’IDEE BALADE :
Prendre de la hauteur
Embarquer pour l’île Vierge. Tout un programme, mais de cherchez pas de carte au trésor. Ici le magot, c’est le phare le plus élevé d’Europe.
Vous partez du Port de Perros ou du port de l’Aber Wrac’h, vous naviguez entre une multitude d’îlots pour sortir de la rivière de l’Aber Wrac’h.
La promenade est commentée. Là, l’île Wrac’h et son phare, l’île aux Américains et sa base d’hydravions, l’île Cézon et sa fortification de Vauban, plus loin l’île Stagadon, ancienne ferme de goémoniers, aujourd’hui gîte de mer appartenant à l’association du Père JAOUEN.
Mais déjà le phare et sa haute silhouette se rapprochent. Construit à partir de 1897, il s’allume pour la première fois en 1902. Haut de plus de quatre-vingt-deux mètres, il est entièrement bâti en granit de Kersanton.
Il est alimenté par un groupe électrogène en effet il n’a jamais été possible d’amener la fée électricité sur cette île pourtant si proche de la côte.
Vous grimpez les fameuses trois cent soixante-trois marches de l’escalier dont les parois sont recouvertes d’opaline.
Mieux vaut ne pas avoir le vertige ! Près des moteurs de rotation, le guide vous explique que la plaque supportant la lampe repose sur une cuve de soixante-quinze litres de mercure. Ce procédé est très rare, il évite les frottements lors de la rotation des lentilles de Fresnel.
L’éclat du phare est visible toutes les cinq secondes dans un rayon de cinquante-deux kilomètres. Sur le parapet, la vue est magnifique et par beau temps vous apercevez Ouessant.

COIN DU CURIEUX :
Bien que situé sur une île et accessible à pied quelques jours par an lors des grandes marées, le phare de l’île Vierge est considéré comme un phare en mer par l’Administration des Phares et Balises. Des balades accompagnées à pied et retour en bateau sont organisées par grands coefficients de marée, renseignements au Comptoir des Abers au 02 98 04 74 94.

ACHATS PLAISIR :
Le Comptoir des Abers est une boutique située face à la plage de Kervenny à Lilia, non loin de la Pointe du Castel Ac’h d’où vous pourrez admirer le phare de l’île Vierge. Vous y trouverez des souvenirs, collection de phares, la médaille du souvenir du phare de l'île Vierge, des produits locaux et régionaux, des bijoux, des vêtements et divers articles de décoration marine, articles de pêche,...
MARQUES REPRESENTEES : ST JAMES, COTTEN, ELLE EST OU LA MER, A L'AISE BREIZH, CAPTAIN CORSAIRE,...

DEJEUNER SUR LE POUCE
Crêperies et restaurants sur le port de l’Aber Wrac’h.
Crêperie La Route du Phare à Lilia proche du Comptoir des Abers.
Restaurant Le Castel Ac’h à Lilia, cuisine traditionnelle et buffet.

INFOS PRATIQUES
Budget : Payant

TARIFS
Promenade commentée :
Adulte : 16 €
Enfant de 4 à 12 ans : 11 €
Enfant de moins de 4 ans : 4 ans

Visite guidée du phare :
Adulte : 2,5 €
Enfant : 2 €

FIXE
+33(0) 298047494

WEB
http://www.vedettes-des-abers.com

HORAIRES
Consultable sur notre site internet http://www.vedettes-des-abers.com
RESERVATION OBLIGATOIRE
site web : http://www.vedettes-des-abers.com

lundi 28 décembre 2009

Jean-François Daviau; Personnalités de l'année? pour son projet à Ouessant.

Jean-François Daviau







Faits de société,
lundi 28 décembre 2009,
Par Béatrice Le Grand.

Pour voter ou lire les articles déjà parus, rendez-vous sur Ouest-France.fr
en cliquant sur le titre.

Depuis aujourd'hui, nous présentons des personnalités quimpéroises qui mènent une action intéressante.

Demain, parmi les trois personnalités retenues, il y aura Jean-François Daviau. Depuis 2000, cet ancien du pétrole tente de convaincre les acteurs de l'énergie d'implanter des hydroliennes dans l'océan.
Ces turbines mises en action par la marée produisent de l'énergie propre et ... durable.

Au début de l'année, on saura si le projet d'implantation d'un engin de dix mètres de diamètre, sans doute près d'Ouessant, est confirmé.

D'ici jeudi, douze portraits vont se succéder. A vous de choisir l'action qui vous semble la plus prometteuse, la plus intéressante, la plus généreuse.

Émerveillement devant la crèche vivante avec des moutons d'Ouessant.














samedi 26 décembre 2009


Cliquer sur le titre pour lire le lien source d'Ouest-France.

On a beau être habitué, tous les ans, à les voir sur scène, les 40 comédiens de l'association de sauvegarde du patrimoine maritime Frétois (ASPMF) émerveillent toujours autant les petits comme les grands.
Après des semaines de répétitions, le spectacle de la nativité est simplement féerique dans l'ancienne chapelle de Tal Ar Groas, qui s'y prête formidablement bien. Lors des premières représentations, dimanche, une maman de Crozon a mis son bébé d'un mois dans les bras de Marie : un moment très émouvant !

Marie, Joseph, les bergers, les anges, l'âne, les moutons...
Tous étaient présents pour le plaisir des spectateurs : « Ce qui nous fait vraiment plaisir, c'est l'émerveillement des enfants et de voir que les gens n'ont plus envie de partir », explique Jean-Claude Bervas, le pilier de l'association.

Il tient à remercier l'association Océ'âne qui leur a prêté l'âne Frimousse, Lyonel Gay, lieutenant des pompiers et ses moutons d'Ouessant et le curé qui a bien voulu prêter la chapelle.
Vivement l'année prochaine !

dimanche 27 décembre 2009

Molène.Un bébé phoque blessé secouru

18 décembre 2009

Mardi, Jean-Yves Le Gall, de la réserve naturelle Iroise de Molène, a pris en charge un blanchon blessé. Le bébé phoque, qui pèse environ 20kg, a été découvert sur les laminaires de Porz ar bloc'h, sur le haut de l'estran.
L'animal était blessé au niveau de la patte gauche, vraisemblablement à cause des frottements contre les rochers.
Très faible, le blanchon a été transféré le soir même au centre de soins d'Océanopolis, à Brest, par le bateau de liaison.
Une équipe soignante du centre l'a pris en charge à l'arrivée du bateau.

samedi 26 décembre 2009

la Légende de Noël.

LA LEGENDE DE NOEL

C’est toi qui m’as offert mes plus beaux rêves
Et le soir venu de merveilleux jouets
Mais vint l’âge et le temps des parenthèses
Malgré les cadeaux j’en étais floué.

Puis vinrent les années où l’on jouait les grands
Frères, sœurs, cousins, cousines, l’apprirent de nous
Avec des histoires abracadabrantes
Et nos parents nous criaient « gare à vous ».

Puis passèrent encore de nombreuses années
Où l’on était devenu les parents
A nouveau la légende s’illuminait
D’une lueur comme leurs yeux s’émerveillant.

D’un âge arrivant vers l’aube de l’hiver
La légende simulait la réalité
Sénilité non, mais une grande tendresse
D’importants instants de bonheur donné.

Pour voir leurs rêves lorsqu’ils dorment bien sage
Les voir écrire cet instant surréel
Parce que nos bons moments deviendront rares
Comme l’enfance dans la légende de Noël.

Andréas Guyot. décembre 1995.

mercredi 23 décembre 2009

Le Guédel 3 enrichit la flotte du port de commerce













mardi 22 décembre 2009
Patrick CERTAIN.

pour lire la source, un clic sue le titre.

Ce matin, l'armement vannetais TMC baptise son nouveau cargo. C'est aussi le départ d'Hubert O'Neill, fondateur de la compagnie en 1996.
Reportage

À 10 h, ce mardi, sur les quais du port de commerce du Pont Vert, Hubert O'Neill aura sans aucun doute des difficultés à cacher son émotion quand la bouteille de champagne se brisera sur l'étrave du Guédel 3.

D'abord parce qu'il est le père de ce cargo tout neuf, sister-ship du Taillefer 3 qu'il a lui-même fait construire en 2004 et qui porte à huit navires la flotte de Transport Maritime Côtier.

Ensuite et surtout parce que ce baptême marquera son dernier acte à la tête de cette compagnie qu'il a fondée en 1996 et qu'il vient de vendre à la Compagnie Maritime Nantaise (lire ci-contre).

« Depuis deux ans, le trafic stagne à 80 000 tonnes vers Belle-Ile, Groix, Ouessant et Yeu, explique Hubert O'Neill. Mais avec ce nouveau caboteur moins gourmand en carburant et pour un même équipage de cinq hommes, nous multiplions par deux la capacité de transport par rapport à l'ancien Guédel qui va être prochainement vendu ».

Gain d'une demi-heure

Destinée principalement à la liaison Vannes-Le Palais, la nouvelle unité de TMC transportera des produits pour le bâtiment (bois et ciment), de l'alimentaire, du gaz, de l'essence, des engrais ou encore le linge des hôtels-restaurants et de l'hôpital de Belle-Ile.

« J'ai pris de bonnes suées à la barre du Guédel quand il était à pleine charge dans les forts courants du Golfe », se souvient le capitaine Philippe Jean qui troque aujourd'hui l'ancien caboteur pour le Guédel 3. « Avec ce nouveau bateau, finie la barre manuelle, place à une barre hydraulique électrique. Tout y est plus manoeuvrant, plus performant, plus confortable. Il est plus long de 10 m, mais sa visibilité est meilleure et surtout il a un tirant d'eau moins important. Bien sûr on sera toujours tributaire de la marée pour passer dans le Golfe et surtout pour s'amarrer à Vannes mais tout sera plus facile et nous gagnerons du temps. »

La traversée vers Belle-Ile devrait ainsi être réduite d'une demi-heure par rapport aux trois heures habituelles.

Les dimensions du navire, sa puissance et ses outils électroniques ne sont pas ses seuls atouts. Les cinq cabines spacieuses, le carré avec une cuisine très fonctionnelle, la buanderie avec son lave-linge performant vont changer les conditions de vie de l'équipage par rapport au vieux et bruyant Guédel. La première traversée vers Le Palais aura lieu jeudi.

Trafic en hausse, navires géants : et la sécurité ?

Chaque jour,
700 navires circulent
dans la Manche,
dont certains très gros.
Un gigantisme qui pourrait
mettre à malles secours,
en cas de catastrophe.



Reuters

mercredi 23 décembre 2009; Jean-Pierre BUISSON.
700 navires chaque jour entre Cotentin et Pas-de-Calais. Plus de 8 000 personnes embarquées sur les paquebots les plus récents. 15 000 « boîtes » sur les nouveaux porte-conteneurs. Les secours en mer s'inquiètent.
361 m de long, 47 m de large, L'Oasis of the sea, livré le 28 octobre par les chantiers finlandais STX de Turku, est plus gros paquebot jamais mis à l'eau. Doté de seize ponts et de 2 704 cabines, il embarque 6 360 passagers et 2 100 membres d'équipage. Soit l'équivalent de quatre Titanic ou de villes comme Avranches et Guingamp.

Les navires de commerce sont aussi engagés dans cette course au gigantisme. Les porte-conteneurs transocéaniques affichent des capacités de chargement record. Ils sont capables de transporter des milliers de conteneurs, dont un pourcentage non négligeable d'entre eux contient des produits toxiques.

« 50 000 personnes sur l'eau chaque jour »

Le transit de ces navires au large de nos côtes constitue un souci supplémentaire pour l'amiral Philippe Périssé, préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord. « Chaque jour, 700 navires circulent entre Les Casquets et le Pas-de-Calais. Nous avons en permanence l'équivalent d'une cité de 50 000 personnes sur l'eau. » Une situation à haut risque de collisions.

La circulation de ces mastodontes dans un « Channel » relativement étroit accentue la pression sur les services de secours et de sécurité en mer. Le Cluster maritime français a même lancé un appel en direction de l'OMI (Organisation maritime internationale) pour qu'elle s'intéresse de plus près au phénomène. Par exemple, « ces grands navires ne sont pas tous équipés de dispositifs de remorquage suffisants », souligne l'amiral. En clair, on n'est pas certain que la structure résiste à un remorquage dans le mauvais temps.

« Notre manière d'aborder le sauvetage a aussi évolué. Avant, notre priorité c'était l'évacuation des personnes », explique le marin. Mais comment extraire, en pleine mer, plus de 8 000 personnes ? « Nous ferions appel à tous les navires croisant dans le secteur, notamment les ferries (70 rotations par jour entre Roscoff et la Belgique). » Mais, face au gigantisme, les services de sécurité en mer « privilégient désormais la sauvegarde du navire, qui demeure, sauf naufrage, l'endroit le plus sûr. »

L'organisation française, qui s'appuie sur la coopération interservices (Affaires maritimes, douanes, Marine nationale, SNSM, etc.) « multiplie donc les formations et les exercices pour disposer d'un volant d'équipes spécialisées mobilisables à tout moment et capables d'intervenir à bord des navires en difficulté ».

Le manque de visibilité permanente du trafic constitue toutefois un handicap. Malgré un maillage de radars en France et en Angleterre, le préfet maritime ne peut visualiser l'ensemble de sa zone en temps réel. « Aucun satellite n'est en position géostationnaire au-dessus de la Manche. »

Un radar avancé du Cross Jobourg devait être implanté sur l'île de Guernesey pour combler la zone d'ombre entre Ouessant et Les Casquets. « Faute de crédits », il demeure au fond des cartons. Alors, l'amiral Périssé se prend à rêver de drones survolant la Manche équipés de caméras infrarouge.

lundi 21 décembre 2009

Vaccination: À Molène, une journée de vaccination est prévue demain. À Batz, elle est programmée mercredi.

Grippe A: 80.000 Finistériens déjà vaccinés.

lien source: un cliq sur le titre.

À ce jour, près de 80.000 Finistériens se sont fait vacciner contre la grippe A, dont 65.000en centre de vaccination, au rythme actuel moyen de 4.000vaccinations par jour.

Scolaires (collégiens et lycéens).
La première campagne s'est achevée vendredi. Tous les collèges et lycées ont été visités par les équipes mobiles de l'Éducation nationale. 12.235 élèves ont été vaccinés, sur 76.472(16%). Une seconde campagne est prévue à la rentrée scolaire de janvier.

Iles.
La vaccination est en cours. Les volontaires d'Ouessant et de Sein ont été vaccinés les 16 et le 17décembre. À Molène, une journée de vaccination est prévue demain. À Batz, elle est programmée mercredi.

Établissements médico-sociaux.

200 structures concernées (enfance handicapée, adultes handicapés, personnes âgées), les vaccinations ont commencé, jeudi, par deux foyers d'accueil médicalisés à Plouescat et Dirinon. Vendredi, elle a concerné les IME de Plabennec, Landerneau, Briec et Concarneau.

Vacances de Noël et jour de l'An.
Les centres seront fermés:les vendredi25, samedi26 et dimanche 27décembre, les vendredi 1erjanvier, samedi2janvier et dimanche 3janvier. Les centres seront ouverts:les lundi21 et 28décembre, l'après-midi de 15h à 19h; les mardis 22 et 29décembre, de 9h à 12h30 et de 15h à 19h; les mercredis 23 et 30décembre, de 9h à 12h30 et de 15h à 19h; les jeudis 24 et 31décembre, de 9h à 13h.

Vaccination au CHU de Brest.
Démarrage aujourd'hui(lundi), sur rendez-vous(Tél.02.98.34.76.70), de 17h à 20h (ouvert les 21, 22, 23, 28, 29, 30/12 puis continuation en janvier).

De nouveaux centres en janvier.
Ouverture du centre de vaccination de Quimperlé, au gymnase des Cordiers, à partir du 29décembre. Prévision d'ouverture d'un nouveau centre pour la zone du «Grand Quimper». Principe de séances de vaccination à Concarneau en janvier.

samedi 19 décembre 2009

Quel avenir pour certaine de nos îles; Sein, Molène, Kéménez.

Les engagements climatiques actuels impliqueraient 3°C de hausse.
lien source de cet article; 1 clic sur le titre.

Les engagements pris jusqu'à présent par les Etats sur la baisse des émissions de gaz à effet de serre impliquent que les températures augmenteront néanmoins de 3°C, indique une note scientifique de l'Onu obtenue par Reuters.

Cette note à usage interne, datée du 15 décembre, a été transmise à Reuters en marge du sommet climatique de Copenhague, pour la clôture duquel près de 120 dirigeants mondiaux se rassemblent dans la capitale danoise.

Les pays industrialisés considèrent une hausse des températures de 2°C comme le seuil à ne pas dépasser pour éviter les pires effets du réchauffement climatique.

Mais le document du secrétariat de l'Onu sur le climat (CCNUCC) indique que les efforts actuellement consentis ne suffisent pas, et qu'ils impliquent qu'entre 1,9 et 4,2 milliards de tonnes de gaz à effet de serre seront émis chaque année d'ici 2020 au-dessus du seuil "de sécurité".

Cela aurait pour conséquence "un processus insoutenable qui pourrait déboucher sur (...) une hausse des températures de 3°C", indique la note, qui souligne que de nouvelles mesures sont "possibles et nécessaires".

Le Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (Giec) avait recommandé en 2007de réduire les émissions de 25% à 40% sous leur seuil de 1990 avant 2020 pour avoir 50% de chances de limiter la hausse à 2°C.

La note de l'Onu indique désormais que la baisse d'émissions minimale pourrait être de 30% sur l'intervalle 1990-2020.

Pour conserver une marge de sécurité, il faudrait que "les réductions d'émissions cumulées des parties de l'annexe 1 (les pays riches) atteignent au moins 30% sous l'année de référence (1990)", peut-on lire dans ce document.

D'Andréas; Je pense notamment à la fonte des glaces, donc à la montée de l'océan atlantique, et de l'avenir des nos basses îles en cas de grosse tempête.

Animation: Lever de soleil.

Le lundi 21 décembre 2009 à 08h30.

Découverte de l’aurore au Cromlec’h suivi d’un petit-déjeuner.

Renseignements et réservation
Tel : 06.07.06.29.02
ou sur le site de:
http://www.kalon-eusa.com/

Inauguration de la Poste, rénovée et adaptée.












info: Ouest-France
du mercredi 16 décembre 2009


Cliquez sur le titre pour le lien source;
Vendredi dernier, la nouvelle Poste a été inaugurée par une délégation du continent conduite par Thierry Joncour, représentant La Poste Ouest-Bretagne, et Alexandre Bars, premier adjoint au maire. Après une fermeture de 15 jours, un bureau provisoire était ouvert à la maison Gonin.

Nadine Rioualen, chef d'établissement, s'est attachée à rendre l'endroit encore plus agréable grâce à son accueil chaleureux et celui de son équipe postale. Le bureau d'Ouessant est le 4 e bureau de poste du département à avoir bénéficié cette année de travaux engagés par la Poste en faveur de son réseau de points de contact. Lumineux et réellement plus moderne, le nouvel espace incite le client à faire ses opérations dans la détente. La Poste a su s'adapter concrètement aux attentes et besoins de ses clients

vendredi 18 décembre 2009

Le ferry Onyx mis sous détention

18/12/2009: lien source: crédits : MER ET MARINE, clic sur le titre.

A l'issue d'une visite de l'Onyx, hier, les inspecteurs du Centre de Sécurité des Navires de Brest ont mis le navire sous détention. Motif : Toutes les réparations exigées afin de laisser le ferry repartir n'ont pas été réalisées.

Jusqu'à nouvel ordre, l'Onyx est donc bloqué à la pointe du Finistère. Tombant en avarie de propulsion le 23 novembre au large du rail d'Ouessant, le vieux navire, qui date de 1966, a été remorqué à Brest par l'Abeille Bourbon.

Après deux semaines d'attente en rade, son propriétaire avait accepté d'entreprendre les travaux nécessaires et le bateau avait rejoint les chantiers Sobrena.

Refusant de reprendre la mer avec seulement deux moteurs (les deux autres n'étant pas en état de fonctionner depuis le départ de Finlande), la moitié des 26 membres d'équipage, dont le commandant, ont été remplacés par d'autres marins, arrivés à Brest cette semaine.

Des questions se posent toujours sur la destination finale de l'ex-Casino Express. Officiellement, il doit aller en Turquie pour être exploité sur le marché du fret. Mais l'identité de son propriétaire, un négociant indien en ferrailles navales, laisse plutôt penser qu'il va finir son périple chez les démolisseurs.
Si bien entendu il parvient à quitter la Bretagne.

Grippe A. Ouessant bat un record de vaccination

300 vaccinés pour 850 habitants ! Ouessant est, sans nul doute, la commune la plus vaccinée de France contre la grippe A.
Des moyens importants y sont déployés jusqu'à ce soir.

Hier matin, une équipe médicale brestoise, emmenée par le directeur du CHU, a atterri à Ouessant pour deux jours de vaccination. «Initialement, les habitants devaient se faire vacciner à Guilers, près de Brest.
Cela impliquait de passer une nuit, voire deux, sur le continent. Personne n'aurait accepté ces conditions, raconte DenisPalluel, le maire.
C'est pourquoi j'ai demandé à la préfecture de changer de dispositif. Il a fallu insister». Les Ouessantins ont donc eu gain de cause. Et hier, comme dans tous les autres centres de vaccination de France, on faisait la queue au club des aînés réquisitionné pour l'occasion.

Inscription préalable

La mairie avait tout prévu. On y patientait au chaud. Et après la piqûre, les enfants se voyaient offrir sodas et gâteaux. «C'est tout le temps comme ça ici.
On sait recevoir plaisantait une bénévole, en présentant à Clara, une petite puce qui venait de pleurer toutes les larmes de son corps, un grand verre de jus d'oranges. Pour être pris en charge, il fallait s'inscrire préalablement en mairie.

Ces derniers jours, le secrétariat n'a pas désempli. «Vous savez, sur une île, on craint toujours les pépins de santé. Mieux vaut s'en préserver.

Pas évident d'atteindre les urgences quand on habite ici», soulignait une maman qui accompagnait ses deux enfants. Le maire, lui, a une autre lecture de cet engouement. «Près de 40% de la population a plus de 60 ans.
Ces personnes sont très sensibles aux messages de santé publique. Et puis, les gens savent que la vaccination, c'est maintenant ou jamais. Ils ne pourront pas revenir».

L'île: un terrain idéal pour la contamination

Autre explication avancée par le professeur Fénoll, chef de service en chirurgie pédiatrique à l'hôpital Morvan, qui encadre le cabinet vaccination: «Sur une île, on vit un peu en vase clos.
Un terrain idéal pour que se développe une épidémie. Les gens en ont conscience». Pour autant, la grippe A n'a pas fait d'entrée fracassante à Ouessant.
Rémi Gendrot, le médecin de l'île qui était lui aussi réquisitionné, dit n'avoir constaté qu'un seul cas avéré depuis le début de l'épidémie. «Et encore, il s'agissait d'un enfant de la région parisienne dont l'école venait de fermer.

C'était à la Toussaint». Dans trois semaines, une équipe plus légère reviendra pour la seconde injection des enfants. De mémoire d'Ouessantin, on a rarement vu de tels moyens déployés pour un problème de santé publique.
Pourtant ici, on a l'habitude des regroupements pour raison de santé. «La dernière fois, on avait organisé un voyage à Brest pour le dépistage du cancer du sein, se souvient Denis Palluel.Beaucoup de monde y avait participé».

Didier Déniel

Chamonix-Ouessant à pied : le défi «prioriterre»











Photo: Didier Deniel.

Loïc Quintin, 55 ans, accompagnateur de haute montagne, est arrivé, hier, à Ouessant (29), après avoir parcouru 1.450km à pied.

Parti le 15octobre de Chamonix, il a demandé à chaque ville étape de lui présenter un projet ou une réalisation bénéfique pour l'environnement.

Ce périple a été suivi par les enfants d'Ouessant qui ont accueilli le marcheur très chaleureusement sur l'embarcadère, à grands renforts de pancartes et de dessins.

Ce voyage fera l'objet d'un livre qui sortira à l'automne.

jeudi 17 décembre 2009

Et à Sein et à Molène: Une équipe de vaccination ?

cliquez sur le titre pour le lien source:

Extrait.....
.......A Sein, au large du Finistère sud, la moitié des 120 habitants permanents ont été vaccinés mercredi et jeudi par le médecin de l'île.

L'opération à Molène a été prise prise en charge mardi par un médecin du Conquet, ville située sur le continent, en face de Molène.

(©AFP / 17 décembre 2009 19h18)

Succès de l’opération vaccination à Ouessant.

Jeudi matin,
vaccination des enfants
et de leur famille
à Ouessant par
l’antenne médicale
mobile du CHU de Brest.







Santé jeudi 17 décembre 2009.
À Ouessant, les insulaires ne seront pas obligés de se déplacer sur le continent pour se faire vacciner contre la grippe A.
Une équipe médicale mobile, composée de sept personnes du centre hospitalier de Brest, vaccine la population depuis ce matin, et encore demain vendredi, au Club des anciens de l’île.
L’opération connait un grand succès avec 273 inscrits pour une île qui compte 859 habitants.

Grippe A : 300 personnes à vacciner

D'andréas
au moins les vélos
à Ange Savina ne
seront pas grippé.!



Ouessant (29).
Grippe A :
300 personnes à vacciner
Photo: Didier Déniel.

Les habitants d'Ouessant devaient se rendre à Guilers pour être vaccinés contre la grippe A.

Le maire de l'île ayant opposé son veto, une équipe médicale est venue du continent pour appuyer le praticien local et apporter à la population les précieuses doses.

La vaccination a débuté aujourd'hui à 8 h au foyer des aînés. Les enfants ont été piqués ce matin. L'après-midi sera réservée aux adultes.

Le dispositif restera en place jusqu'à demain. En tout, quelque 300 Ouessantins doivent être vaccinés.

Les lavoirs et fontaines reprennent vie. et Bonne mobilisation à la Banque alimentaire.

















L'association Pull ha Feunten continue d'entretenir dès le printemps le patrimoine lithique de l'île et ses abords : le Stiff, Kernic, Niou Izella, Pull Bridic, Kerouat et le Drudec. La fontaine de la chapelle de Locqueltas constitue un bel ensemble avec la chapelle et une statuette en bois sculpté de saint Gildas (18 cm/8 cm) va embellir le site. À Poulféas, les abords du lavoir ont été débroussaillés, le lavoir vidangé et nettoyé : une barrière a été placée pour sécuriser le site.

Dans les quartiers de Penn are land, Poull Bojer, le Prat, Lanargrwac'h et Poulbrac : les habitants entreprennent eux-mêmes des travaux de réfection, en cimentant les murets.

Les projets 2010 s'orientent sur le site du Prat avec de la maçonnerie sur le lavoir et la fontaine ; à Porsguegen : le vieux « doué » va être reconstitué.

Le bureau est inchangé, les les cotisations ont été votées été votées à 10 € pour les soutiens et 5 € : membres.

------------------------------

La solidarité ouessantine a une fois de plus rassemblé les généreux donateurs.

Avec cette année 192 kg de nourriture, cette collecte est envoyée à la Banque alimentaire sur le continent, transportée à titre gracieux par la Penn ar Bed.

Ce sera par la suite le CCAS d'Ouessant, qui sera peut-être amené, à distribuer des denrées alimentaires.

Les quinze marins du ferry Onyx rapatriés ce matin

Vers 11h,
un car est venu
prendre les marins
au port de commerce
pour les conduire à
l'aéroport de Brest-Bretagne;







Quinze marins de l’équipage indien de l’Onyx, le ferry finlandais hors d’âge actuellement en cours de réparation dans le port de Brest, ont été rapatriés ce matin vers leurs pays d’origine. Vers 11h, un car est venu les prendre au port de commerce pour les conduire à l'aéroport de Brest-Bretagne.

« Les salaires de ces quinze marins ont été payés mardi soir par l’agent du propriétaire qui a également fourni les billets d’avion », indique François Caillou, de la fédération internationale des travailleurs du transport (ITF).

ITF, mandatée par une partie de l’équipage qui n’a pas été payée depuis octobre, a fait saisir lundi par la justice le navire de 129 mètres, pour garantir le paiement des salaires des marins.

L’Onyx, construit en 1966, est à quai depuis plusieurs jours pour d’importantes réparations. Il était tombé en panne lundi 23 novembre en pleine tempête, à quelques encablures du rail d’Ouessant.

Après l’avarie machine, craignant le naufrage, la moitié des 26 hommes du bord, dont le commandant bangladeshi, a refusé de reprendre la mer avec seulement deux moteurs sur quatre en état de fonctionner.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Brest-les-marins-de-l%E2%80%99Onyx-touchent-leurs-salaires_-1193461_actu.Htm
du mardi 15 décembre 2009:

Les marins du ferry Onyx, bloqué à Brest pour des réparations, ont touché ce soir les salaires que l’armateur Prayati Shipping tardait à leur payer. Vers 18 h, un agent maritime s’est présenté à bord pour régler les sommes dues. L’armateur a donc réagi rapidement après la saisie du navire ordonnée lundi par la justice à la demande de 15 des 26 hommes d’équipage.

Les salaires impayés s’élevaient à la somme de 75 000 dollars, selon le permanent de la Fédération internationale des travailleurs du transport (ITF), François Caillou. Les quinze marins originaires de l’Inde et du Bangla Desh pourraient être rapatriés dès demain aux frais de l’armateur. Un équipage de relève est attendu à Brest dans les jours qui viennent.

En provenance de Finlande, le ferry Onyx a dû être remorqué à Brest à la fin du mois de novembre en raison d’une avarie de propulsion. Son commandant actuel fait partie des marins rapatriés. Il refusait de reprendre la mer avec un bateau dont seuls deux moteurs sur quatre sont en état de fonctionner.

Grippe A/H1N1 : la vaccination particulière des îles bretonnes

C’est un avion un peu spécial qui va décoller de l’aéroport Brest-Bretagne, ce matin jeudi 17 décembre. A son bord, 5 membres du personnel (médical et administratif) du CHU de Brest. Direction l’île d’Ouessant (15 minutes de vol) pour une opération « vaccination anti-grippe H1N1 » pas comme les autres.

La situation particulière de certaines îles du Ponant (faible population, isolement…) contraint en effet les pouvoirs publics à « aménager » la vaccination anti-grippale. Sur place à Ouessant, aucun centre n’a été installé pour accueillir les 951 Ouessantins. Difficile également de leur imposer 2h15 de bateau avant de rallier Brest et d’y trouver un centre de vaccination.

La solution a donc été de dépêcher une équipe du CHU de Brest. Elle est conduite par le Pr Bertrand Fenoll, chef du service de chirurgie pédiatrique. Il sera accompagné d’un interne de son service, de deux infirmières et d’une personne chargée de la partie accueil et administration. A noter que le médecin généraliste de l’île prêtera également main forte à ses collègues brestois. Le maire ayant sondé l’ensemble de ses administrés, environ 200 personnes devraient se faire vacciner.

Qu’en est-il des autres îles finistériennes ? La vaccination est actuellement en cours sur l’île de Sein, minuscule bout de terre au large d’Audierne. Des médecins inspecteurs de la DDASS y ont été envoyés pour vacciner les 239 habitants, en tout cas ceux qui le souhaitent. Les Molénais (habitants de l’Ile de Molène) devront quant à eux patienter jusqu’au 22 décembre.

En revanche, pas de stratégie spécifique dans le Morbihan. Les habitants de Groix, Houat, Belle-Ile et Hoëdic sont invités à se rendre sur le continent, dans les centres de vaccination de Lorient, d’Auray ou de Vannes. Même chose dans les Côtes d’Armor enfin où les 450 Bréhatins (les habitant de l’Ile de Bréhat) se font vacciner à Paimpol.

mercredi 16 décembre 2009

faire découvrir les côtes Bretonnes et ses îles (Ouessant, Molène, Béniguet...)

Ananda Croisière en route pour les Antilles...

Nouvelle saison aux Antilles pour l'équipage d'Ananda Croisière après un été en Bretagne.

Après un été à faire découvrir les côtes Bretonnes et ses îles (Ouessant, Molène, Béniguet...) François Leroy Skipper d'Ananda II a quitté le port de l'Aber Benoît le 25/11 pour une nouvelle saison aux Antilles avec à sont bord Max et François...

Après 10 jours de mer assez mouvementé surtout dans le Golf de Gascogne, les trois marins arrivent sur l'île de Porto Santo au nord de Madère.

Après quelques jours de repos et de visite direction les Canaries et Ténérife pour embarquer le nouvel équipage Mireille, Philippe et Patrice. Le 18/11 l'équipage est au complet et c'est parti pour la transat.

Durant cette transat beaucoup d'émotions, baignade au milieu de l'atlantique, baleine ... que du bonheur !

L'équipage est arrivée le lundi 7 décembre en Martinique à 22h30 heure locale. Content de leur périple... A refaire.

Pour les amoureux de voile, de soleil, de plongée sous marine l'équipage d'Ananda vous accueillent pour des croisières à la carte (Martinique - Ste Lucie - Béquia - Les Grenadines - L'île Moustique, ...) (Guadeloupe - Les Saintes - Marie Galante - Antigua - Barbuda - St Martin, ...)

Plus d'infos : http://ananda-croisiere.com

Balade contes et légendes, et Phares de Nuit.

Visite "Phares de Nuit"
Animation nocturne sous les feux des phares d’Ouessant et de la mer d’Iroise.

Du samedi 19 décembre 2009 au mercredi 30 décembre 2009

à Ouessant, Rendez-vous devant l’office du tourisme à 17h45.
Renseignements et réservation; Tel : 06.07.06.29.02

------------------------------

Balade contes et légendes, à Ouessant.
Le dimanche 20 décembre 2009.

Rendez-vous devant l’église à 16h30.
Inscriptions à l’office du tourisme.

Renseignements et réservation
Tel : 06.07.06.29.02
http://www.kalon-eusa.com/

Pour le lien source; sur le titre
Pour l'Organisation: http://www.kalon-eusa.com/

mardi 15 décembre 2009

La journée du 17 Dec, sera chargé à Ouessant.

lien source en cliquant sur le titre.
Le jeudi 17 décembre 2009:

- 1) Arbre de Noël à la Salle polyvalente à 14h00.

Pour les enfants des écoles et leurs parents, la commune offre le spectacle intitulé « Mon oncle », interprété par Serge Gravel, suivi de la distribution des cadeaux et un goûter pour tous. Gratuit.

---------------------------------------

- 2) Service social maritime - Assistante sociale des marins du commerce et de la pêche. Permanence à la mairie de 11h00 à 12h00

Renseignements: Tel : 02.98.43.44.93

---------------------------------------

- 3) Vaccination contre la grippe A : La vaccination se fera en collaboration avec le médecin généraliste de l’île, le Dr Gendreau.

L’opération se déroulera au club des anciens, dans l’ancienne école Saint-Michel, à Penarguear.
-Le matin : priorité aux enfants et à leurs parents.
-L’après-midi : vaccination du reste des habitants et des personnes âgées de la maison de retraite.

lundi 14 décembre 2009

Grippe A : Le CHU vaccine les 859 habitants de l'Ile d'Ouessant.


14-12-2009.
lien sur avec le titre.


Le CHRU de Brest, en coordination avec la Préfecture du Finistère, l'Agence Régionale de l'Hospitalisation, la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales du Finistère et la mairie d'Ouessant organise le jeudi 17 décembre 2009 la vaccination de la population ouessantine :
le matin, les enfants et leurs parents ;
l'après-midi, le reste des habitants et les personnes âgées résidentes de la Maison de retraite.

Le Président de la Commission Médicale d'Etablissement, le Professeur Bertrand Fenoll, chef du service de chirurgie pédiatrique, accompagné d'un interne de son service, d'une équipe paramédicale (2 infirmiers) et administrative assurera la vaccination sur l'île en collaboration avec le médecin généraliste de Ouessant, le Dr Gendreau.

Cette « vaccination avancée » répond aux missions sanitaires de territoire du CHRU de Brest dans un contexte d'étude des problématiques de santé sur les îles du Ponant.

CHU de Brest

dimanche 13 décembre 2009

Copenhague vu des régions: l'océan menace l'île de Sein













photo; Bididule.


Rédaction| Morgane Tual| 01/12/2009. lien source, cliquer sur le titre

Avec le changement climatique, l'île de Sein subit des tempêtes de plus en plus violentes. A chaque fois, la mer grignote un peu plus de terrain. Le gardien du phare témoigne.

Serge Coatmeur est adjoint au maire de l'île de Sein. C'est aussi le gardien du grand phare, le premier à subir les caprices de l'océan. Et ceux-ci sont de plus en plus récurrents.

"Depuis quelques années, la mer et la houle sont bien plus fortes, l'eau monte très haut. Nous avons vécu une énorme tempête en mars 2008: la mer est montée, montée, elle ne s'arrêtait plus! Les anciens n'avaient jamais vu ça. Les digues ont été endommagées, et en une seule nuit, nous avons perdu quelques dizaines d'ares. Ce n'est pas grand chose, mais pour une si petite île, ce n'est pas rien non plus.

Aujourd'hui, je crains la grosse tempête qui nous cassera les digues. C'est une peur qu'on n'avait pas avant. Il n'y a pas si longtemps, tous les bateaux passaient l'hiver dans le port. Maintenant, on les remonte systématiquement.

Comme nos digues sont endommagées, nous avons de gros projets de travaux, on espère qu'ils commenceront le plus tôt possible. Heureusement, maintenant, quand on explique aux pouvoirs publics que nous avons des problèmes à cause du réchauffement climatique, ils nous prennent au sérieux.

J'appréhende l'hiver prochain, et l'avenir. Je me demande si l'île sera encore habitable, ou si elle deviendra la Venise de la mer d'Iroise! Et encore, ici, on a les moyens de lutter, de construire de nouveaux équipements. Mais je pense au Bangladesh, aux Fidjis... Ce sont les premiers à subir le réchauffement climatique, alors qu'ils n'en sont pas responsables.

Pour le Sommet de Copenhague, j'espère que des pays comme la Chine, l'Inde ou les Etats-Unis seront vraiment de la partie, sinon ça ne servira à rien. Il faut que la prise de conscience ne soit pas trop tardive. Le réchauffement climatique reste encore un simple concept pour certains. Mais beaucoup le vivent déjà."

samedi 12 décembre 2009

Bienvenue sur le blogue de la ferme insulaire de Quéménès

10.12.2009
Résultats du concours de photos 2009
Alors nous ici, on a fait le roulement de tambour, donc chez vous aussi, vous pouvez le faire. Si vous êtes au travail, vos collègues risquent de s'inquiéter un peu, mais c'est pas grave.

Je vous disais donc hier que nous avons reçu 101 photos en tout, et ça n'a pas été facile de choisir...
.....Voici, en avant première, les 101 photos que nous avons reçues pour participer au concours :

Voir les photos en cliquant sur le titre.

Nous avons réalisé trois cartes posales à partir de ces photos :






vendredi 11 décembre 2009

Vaccination contre la grippe A : une équipe du CHRU brestois à Ouessant, jeudi

Santé: Info de Ouest-France du vendredi 11 décembre 2009.

Jeudi prochain, le 17 décembre, une équipe du CRHU de Brest se rendra à Ouessant
(859 habitants) pour vacciner les personnes contre la grippe A (H1N1).

La vaccination se fera en collaboration avec le médecin généraliste de l’île, le Dr Gendreau.
L’opération se déroulera au club des anciens, dans l’ancienne école Saint-Michel, à Penarguear.
Le matin : priorité aux enfants et à leurs parents.

L’après-midi : vaccination du reste des habitants
et des personnes âgées de la maison de retraite.

*************************

Le jeudi 17 décembre 2009

Service social maritime;
Assistante sociale des marins du commerce et de la pêche

Permanence à Ouessant,
Mairie de 11h00 à 12h00
Infos pratiques
Renseignements
Tel : 02.98.43.44.93

M. Dans la peau d'un sauveteur.









11 décembre 2009:
Propos recueillis
par Gwénaëlle Loaëc


Du 21septembre au 13octobre derniers, trois réalisateurs bretons tournaient, à Saint-Malo, «Tempêtes», un téléfilm consacré au travail de laSNSM. Philippe Torreton, qui y joue le patron d'un canot de sauvetage, revient sur son expérience.

Pourquoi avoir accepté de tenir un rôle dans le téléfilm «Tempêtes»?
Parce que j'adore la mer et que je trouvais ce sujet original. Il n'y a pas eu beaucoup de films sur le sauvetage en mer. Je trouvais ça bien que la télé raconte ça. On a tout fait pour que ça soit un hommage à ces gens de mer. On a tout fait pour être juste, pour ne pas raconter de bêtises et être au plus près de leur réalité. Notre but aujourd'hui, c'est de convaincre la chaîne d'en faire une série récurrente.

Qu'est-ce qui vous attire dans le monde de la mer?
C'est d'abord par la littérature que ça m'est venu. À la suite de «Capitaine Conan», que j'avais tourné avec Tavernier, un film tiré d'un roman de Roger Vercel, j'ai lu beaucoup de romans maritimes, de carnets de bord et de voyages. Et puis, j'ai tourné «L'Équipier», avec Philippe Lioret, à Ouessant (29). J'y suis resté deux mois et demi, et tout m'a plu: la vie des gens, cet océan brutal... Quand on m'a proposé de tourner à Saint-Malo sur le sauvetage en mer, ma tête était remplie de souvenirs de toute cette côte, de ses dangers et de sa beauté, mais aussi remplie d'histoires d'êtres humains. Je suis curieux de ça, donc j'ai dit oui tout de suite. Et j'ai eu raison de dire oui. C'était un tournage magnifique. J'ai rencontré des gens passionnants, comme YannLeNabour, l'un des patrons de la station de Saint-Malo. C'est un vrai marin. On sent que la mer, c'est son élément.

Que connaissiez-vous du travail des sauveteurs en mer?
Pas grand-chose. Comme tout le monde, je savais qu'ils existent, mais je n'imaginais pas la richesse de tous ces gens. Ce sont des personnes qui décident, à un moment de leur vie, de se consacrer à sauver les autres bénévolement, et en ne le faisant pas occasionnellement. C'est une vraie astreinte, une organisation magnifique et bien rodée. Je trouve ça beau cet engagement. Il y a une grandeur là-dedans qui me fascine. J'ai adoré pénétrer dans cet univers.

De quoi vous êtes-vous imprégné pour endosser le rôle du patron d'un canot de sauvetage?
J'ai passé le permis côtier, ça faisait déjà une petite formation. Mais surtout, j'ai passé trois journées entières avec Yann Le Nabour sur le canot de sauvetage à apprendre à le piloter. Enfin, ce n'est pas suffisant pour réussir à accoster avec un rafiot de 17 mètres, mais j'ai essayé le plus de manoeuvres possibles. Mais ça, c'est surtout l'aspect technique. Pour moi, la vraie difficulté, c'était d'être comme eux, d'avoir à la fois ce côté ordinaire et extraordinaire des gens de mer. J'aime la discrétion de leur exploit quasi quotidien.

Pour «Tempêtes», la Bretagne a servi de décor...
Ça serait insultant de limiter la Bretagne à un décor. On le voit dans la littérature ou au cinéma, c'est une source d'inspiration. Plus qu'un décor, la Bretagne est un vivier d'histoires incroyables. Que ça soit sur «L'Équipier» ou sur «Tempêtes», j'ai découvert des histoires. Il suffit de passer une soirée chez les uns ou les autres pour entendre les langues se délier sur des récits de voyages et des aventures humaines...

jeudi 10 décembre 2009

Salaires impayés : les marins de l’Onyx menacent de ne pas repartir

26 marins sont embarqués
sur le ferry Onyx,
ici vu à son arrivée
dans le port de commerce
de Brest, lundi.





Photo : Ouest-France

Marine mercredi 09 décembre 2009

Ils ne sont plus payés depuis deux mois. Les marins du ferry Onyx, actuellement à quai dans le port de commerce de Brest, menacent de ne pas repartir s’ils ne touchent pas leurs salaires. Ils ont fait appel au permanent ITF du Havre pour défendre leurs intérêts. Mardi, celui-ci est intervenu auprès de l’armateur Prayati Shipping, basé à Bombay, en Inde. 26 marins, au total, sont embarqués sur l’Onyx : 24 Indiens, 1 Sri-Lankais et un Bangladeshi.

Parti de Vaasa, en Finlande, le 3 novembre dernier, le ferry Onyx est censé se diriger vers la Turquie. Officiellement, il doit subir des travaux pour être reconverti en navire roulier. Les organisations écologistes soupçonnent le propriétaire du bateau de le destiner à la casse en contournant la réglementation européenne sur les transferts de déchets transfrontaliers. Tombé en avarie de propulsion au large d’Ouessant, l’Onyx doit subir des réparations à Brest avant de reprendre sa route.

mercredi 9 décembre 2009

Téléthon : les bénévoles réunis au presbytère.


lundi 07 décembre 2009:

lien source en cliquant sur le titre.










Dans la salle paroissiale, prêtée comme tous les ans par René Tanguy, dès vendredi on s'affairait autour des biligs pour la bonne cause, et sous la houlette de Paul Le Gall (crêpier en bas du bourg), la fabrication des crêpes va bon train de 13 h à 19 h, avec la participation des crêpières bénévoles.

À chaque coup frappé à la porte, on amène un gâteau, du riz au lait cuit sous les mottes de tourbe de Gégène, ou on vient acheter des billets de tombola et de pesée de panier garni.

Samedi, les collégiens lavaient les voitures dès 10 h du matin, récoltant 200 €; le club des anciens s'est mobilisé également, avec son repas servi en soirée et sa tombola au profit des malades.

Les résultats de la tombola seront affichés au panneau du bourg, ainsi que les sommes récoltées par chaque association participante.

Un nouveau prototype d’hydrolienne Sabella à Ouessant ?


Source : "Hydrolienne :
Sabella prête pour un démonstrateur",
Le Télégramme du 25 novembre 2009




La société quimpéroise Sabella a répondu à un appel à projets de l’Ademe pour obtenir des fonds "démonstrateurs énergies renouvelables". Pour ce faire, Sabella, qui est soutenue par la Région Bretagne, a trouvé de nouveaux partenaires : Ifremer, Veolia Environnement, Véritas et Direct Energie.

La société qui a déjà testé son premier prototype d’hydrolienne D03 dans l’estuaire de l’Odet, envisage la construction d’un nouveau prototype nommé D10. D10 serait d’un diamètre de dix mètres, pour une puissance de 350kw, et pourrait être testé dans le Fromveur au large d’Ouessant dans le Finistère ou de Bréhat dans les Côtes d’Armor. Dans un second temps, le projet prévoit l’implantation d’une ferme de démonstration de quatre hydroliennes.

C’est une nouvelle étape cruciale pour l’entreprise car si elle obtenait ce financement de l’ADEME, plusieurs fonds d'investissements seraient prêts à la soutenir.

Une première liste d'entreprises retenues pour les fonds "démonstrateurs énergies renouvelables" pourrait être annoncée début 2010.

Liens: en cliquant sur le titre.
-Autres actualités sur Sabella publiées sur le Portail de l'innovation en Bretagne
-L'article complet sur Le Télégramme.com
-Site Web de Sabella

Publiée par : Bretagne Innovation
Contact : Paul-François Jullien
mis à jour le 09 décembre 2009.

lundi 7 décembre 2009

Le canot de sauvetage d'Ouessant, qui vient d'être classé monument historique.

















D'andréas, à la lecture de cette information du Télégramme, j'apprends que le François Morin est classé monument historique.!

Pour lire le lien source cliquez sur le titre

7 décembre 2009
Douarnenez 2010. Le cap sur les îles du Ponant.

Les prochaines Fêtes maritimes de Douarnenez auront lieu du 22 au 25 juillet. Invitées d'honneur: les îles du Ponant, «festives et combattantes». Belles rencontres en perspective.

Samedi, le voile a été levé sur ce que réserve, pour juillet prochain, «Temps Fête sur Douarnenez». C'est ainsi qu'il faut désormais nommer cet événement maritime qui a lieu tous les deux ans, en alternance avec le grand rendez-vous brestois. Après le Pays Basque en 2008, les îles du Ponant seront à l'honneur cette année (*). Rencontre avec Denis Palluel, leur ambassadeur.

Quel lien y a-t-il entre votre association et Douarnenez?
Comme à Douarnenez, nous nous battons pour préserver la beauté de nos sites, beauté parfois écrasante pour ce qui concerne nos îles. Et, comme à Douarnenez, les hommes des îles se battent tous les jours pour se donner les moyens d'y vivre en permanence et pas seulement pour et à travers le tourisme.

Comment «viendrez-vous» à Douarnenez?
Sur les îles, il y a un patrimoine maritime très riche. Nous ferons venir d'anciens bateaux, comme par exemple le canot de sauvetage d'Ouessant, qui vient d'être classé monument historique. Le présent de nos îles sera là aussi. Des entrepreneurs nous accompagnerons, comme ce nouveau producteur d'huîtres de l'île de Sein. Les enfants des collèges des îles seront là également. Ce sont eux notre avenir. Et puis, bien sûr, nous apporterons la fête, telle qu'on la fait sur les îles.

Qu'attendez-vous de ce rendez-vous?
Cette fête n'est pas que passéiste. Elle est ouverte sur le monde maritime et s'inscrit dans la dynamique d'un littoral qui veut vivre. Nous en profiterons pour faire passer des messages d'une autre teneur que ceux uniquement destinés au tourisme. Nous parlerons de nos problèmes. Celui de la pêche par exemple, qui disparaît, à Yeu, Houat, Ouessant ou Sein. Évoquer tout cela participe à la reconnaissance des territoires insulaires. Car, démographiquement, les îles pèsent peu. Notre ambition avec Douarnenez, c'est de donner une image festive et combattante des îles du Ponant.

* Aix, Yeu, Hoëdic, Houat, Belle-Ile-en-Mer, Arz, Ile-aux-Moines, Groix, archipel des Glénan, Sein, Molène, Ouessant, Batz, Bréhat, archipel de Chausey.

Propos recueillis par Marie-Line Quéau

Tourisme: comme vivre une tempête à Ouessant en plein hiver...!

7 décembre 2009

Tourisme. Améliorer l'accueil des visiteurs

À l'occasion du congrès du tourisme en Bretagne qui avait lieu mardi à Saint-Brieuc, Michaël Dodds, directeur du comité régional du tourisme (CRT), et GeorgetteBréard, vice-présidente du conseil régional, ont annoncé une nouvelle stratégie pour promouvoir la Bretagne. «Sur l'accueil déjà, il y a des progrès à faire», confie

Georgette Bréard. Les axes de travail du CRT devraient tourner autour d'une amélioration des portes d'entrée en Bretagne (gares, aéroports, ports...), de la promotion des acteurs touristiques qui misent sur la qualité, d'un développement d'internet, avec la création d'un espace «fans de Bretagne», où tout le monde pourra poster des commentaires, des vidéos ou des photos.

Le CRT veut passer d'une stratégie de «cueillette à celle de conquête». «Les gens qui viennent en Bretagne veulent vivre une émotion, poursuit Michaël Dodds. Il faut être innovant en faisant la promotion de l'identité bretonne.

Cela peut être avec des coffrets cadeaux sur des thématiques originales en fonction des saisons, comme vivre une tempête à Ouessant en plein hiver, découvrir les grandes marées...»

Pratique: Une nouvelle version du site internet, avec l'espace «fans de Bretagne», sortira en mai 2010.

Adresse: www.tourismebretagne.com

dimanche 6 décembre 2009

Semi-rigides : l'école britannique; Idéal pour Ouessant...!

Ribeye S 785 : L: 7,83 m; l: 2,50 m;

puissance maxi: 250 cv hors-bord;

prix: 63861€ avec le moteur
Yamaha 250 cv quatre temps.


Par Daniel Bru-Lehome, publié le 20/11/2009

Loin de la sophistication italienne et de la voie médiane à la française, les Britanniques ont créédes semi-rigides extrêmes qui associent les performances à des qualités marines exceptionnelles.

Carène étroite à l'étrave profilée, boudin au diamètre dégressif se terminant en pointe à l'avant, cockpit dépourvu de banquettes, de table et de solarium (du moins dans les tailles moyennes), les semi-rigides britanniques se présentent sous un aspect classique très dépouillé qui évoque les premières années du pneumatique. Ces bateaux combinent les qualités marines de coques étroites en V profond, largement inspirées par les bateaux de course offshore, et la stabilité qu'assure le boudin pneumatique. Leur équipement se réduit à une console de pilotage et à des sièges ergonomiques. La légèreté qui en résulte favorise les performances élevées sans pour autant nécessiter une motorisation d'une puissance extrême. Moins connus que les Italiens, les semi-rigides d'outre-Manche sont surtout représentés en France par la prestigieuse marque Revenger. Son dernier modèle, le R29 Mk2, était présent au dernier Grand Pavois de La Rochelle. Plus abordable, les Ribeye font aussi leur retour.

Loin d'une conception méditerranéenne de la plaisance, ces bateaux tournent le dos au farniente dans les criques. Ils ne s'adressent guère non plus aux plongeurs ou aux pêcheurs, en raison de leur faible surface de cockpit et de leur stabilité latérale limitée à l'arrêt. Ils visent plutôt les amateurs de raids qui ne rechignent pas à naviguer en ciré dans des mers difficiles. On les rencontre tout au long des côtes britanniques ou en Bretagne, à écumer la mer d'Iroise entre les îles de Sein et de Molène. Il est vrai que d'autres semi-rigides moins extrêmes sont capables des mêmes navigations, mais la finesse des carènes anglaises garantit une souplesse inégalée dans les vagues et autorise des vitesses élevées tout en procurant un réel plaisir de pilotage. Car ces bateaux se pilotent plus qu'ils ne se conduisent et nécessitent une prise en main sérieuse. Ce n'est pas le moindre intérêt de leur personnalité.

Un équipement spartiate
Quasiment vides de tout équipement superflu, les semi-rigides britanniques offrent cependant un confort fonctionnel à leurs passagers. Des sièges «jockey» sur lesquels on s'installe à califourchon remplacent souvent les assises habituelles de pilotage et les banquettes. Peu esthétiques, ces sièges sont cependant très rationnels grâce à leurs poignées de maintien. On peut cependant leur préférer un équipement plus classique en plaisance. La rareté des coffres obligera aussi à recourir à des sacs étanches. Quant à la motorisation, c'est le hors-bord deux temps à injection directe qui est le plus à même de mettre en valeur les qualités sportives de ce type de bateau.

Parc marin. Un projet de Penmarc'h à Noirmoutier.













2 décembre 2009, de Gabriel Simon.

Après celui d'Iroise, la Bretagne pourrait avoir un second parc naturel marin, sur son littoral sud, jusqu'en Vendée. Le projet a été lancé hier, à Vannes.

Le Parc matin d'Iroise a mis quinze ans pour voir le jour. Une naissance dans la douleur. «Il s'était construit au départ sur le concept du seul parc national en mer existant, celui de Port-Cros(12km²), qui n'était pas adapté à la gestion d'une aire marine de 3.500 km²», souligneFrançois Gauthiez, directeur adjoint du Parc d'Iroise. La loi de 2006 y a remédié en créant une réglementation nationale sur les aires marines protégées. Actuellement, six projets sont soit en cours de lancement, soit en phase d'étude, sur le littoral métropolitain, dont celui de Bretagne Sud- Pays-de-la-Loire. La première réunion, organisée à Vannes, s'est tenue entre les préfectures, les collectivités locales, les professionnels, associations et scientifiques.

Protection et activités économiques

Ce parc sera l'«outil de gestion» de l'écosystème côtier, le lien entre mesures de protection déjà en vigueur ou en prévision sur cette frange du littoralcomme les sites Natura 2000, les sites classés, les zones de protection spéciale. Il permettra de consolider les connaissances du milieu, il pourra proposer une réglementation, donner son avis sur des activités soumises à autorisation. Par exemple, les dispersions de vases provenant de dragages de port. La question fait polémique actuellement dans le Morbihan où l'autorisation a été donnée de poursuivre le désenvasement du port de LaTrinité-sur-Mer et le largage des sédiments en baie de Quiberon. «Ça fera partie des sujets à étudier», indiqueFrançois Philizot. «Toute activité qui aura un effet notable sur le milieu devra faire l'objet d'un avis conforme», préciseFrançois Gauthiez. Le parc pourra fournir aussi un accompagnement financier sur des projets.

Création en 2012?

La réunion d'hier a consisté à «hiérarchiser les enjeux» (lire ci-dessous). «Un parc marin, ce n'est pas fossiliser, c'est rendre compatible, dans un souci de développement durable, la protection de la nature et les activités humaines», souligne JeanDaubigny, préfet de région des Pays-de-la-Loire. Mais il va falloir faire l'union autour du projet. Les premières réactions sont considérées comme encourageantes. Cinq réunions de concertation auront lieu d'ici février, de Quimper à Pornic. «Si on avance, la procédure d'étude sera présentée au ministère de l'Écologiepour le printemps», dit François Philizot. Elle portera sur un état des lieux approfondi, une gouvernance, un périmètre définitif. Le projet va actuellement de Penmarc'h à Noirmoutier. Le golfe du Morbihan, en lice pour un parc naturel régional, n'en fera pas partie. Prévision: deux ans. François Philizot se veut optimiste: le décret de création est prévu en 2012.

samedi 5 décembre 2009

L’affaire exemplaire de l’île de Sein

Propulsé par Antoine Flahault et Jean-Yves Nau
lien sur en cliquant sur le titre.

4/12/2009, 7:09 PM GMT

extrait.....Et puis, loin de ce grossissant et lassant tumulte : l’île de Sein (Enez Sun). Un paradis breton croisant avec l’enfer omniprésent du grand large. La mort, on le sait, toujours en vue. Au large de la péninsule, à 3 miles de la pointe du Raz, une superficie de 0,5 km2, une altitude moyenne de 1,5 m, des vents qu’un euphémisme qualifie de violents, environ 200 personnes l’hiver et 1500 l’été. Où installer le dispensaire pour la vaccination ? La question ne se pose pas ; ne se pose plus. Une précieuse dépêche de l’AFP mandée de Brest nous apprend que dans son infinie sagesse l’autorité préfectorale du Finistère vient de confier la vaccination des habitants à l’unique médecin insulaire. « La Ddass m’a appelé pour me demander si j’étais disponible et me dire que j’allais être fourni en vaccins » explique le Dr Ambroise Menou, 62 ans, le médecin généraliste de l’île.

Pragmatisme oblige la préfecture du Finistère, s’éloignant du modèle hexagonal a –donc, enfin- choisi de recruter des médecins volontaires locaux pour pratiquer les vaccinations sur les îles de Sein, Molène et Ouessant. Les médecins concernés doivent recenser les volontaires parmi les populations insulaires. On leur fournira ensuite le matériel nécessaire.

Osons l’écrire : on revient de loin. « Dans un premier temps, l’administration avait opté pour l’envoi à Sein d’une équipe mobile en hélicoptère mais pas avant une quinzaine de jours, au grand dam des insulaires, précise la dépêche de l’AFP. Dépendants des centres de vaccination du continent, populations et élus insulaires finistériens avaient protesté contre le coût d’un aller-retour en bateau, des courses en taxi et parfois d’une nuit d’hôtel ; avant que la préfecture n’envisage la venue d’équipes mobiles sur les îles. » Et puis l’autorité préfectorale a réfléchi (combien de réunions, de communications téléphoniques avec Paris, avec l’entourage de M. Hortefeux, de Mme Bachelot…. ?) et la France du Finistère et de ses îles aura au total su raison garder : le Dr Ambroise Menou a d’ores et déjà recensé une vingtaine de candidats. Que le Dr Ambroise Menou se rassure : nous ferons tout, sur ce Blog, pour qu’il nous en dise bientôt plus ; s’il l’accepte, bien évidemment, et en promettant de respecter tous les secrets, médicaux et insulaires.

Jean-Yves Nau


Iles et archipels, paradis des épidémiologistes

Le préfet du Finistère a donc réalisé en ce début décembre ce que nous appelions de nos vœux : une « expérimentation » (voir notre récent billet à ce sujet) ! Certes, la prise de risque par la préfecture était minimale ; et l’absence de respect de l’égalité des citoyens ne peut être invoquée devant les impératifs de continuité territoriale sous-tendus par la décision. Toujours est-il, qu’en France, 200 personnes ont pu se voir proposer une vaccination par leur médecin de famille.

L’épidémiologiste (l’observateur, le citoyen) reste néanmoins un peu sur sa faim (mais qui voit Sein…) : il aimerait bien savoir le pourcentage de volontaires pour cette vaccination. Il voudra ensuite connaître le taux d’attaque de la grippe H1N1pdm sur la bellement sauvage île de Sein où l’on se déplace encore sans voiture (seconde expérimentation… ).

Les îles se prêtent évidemment bien à ce genre de tests grandeur nature. Encore faut-il s’en donner les moyens : construire des questionnaires, les distribuer, relever les données, confier au médecin des moyens diagnostiques permettant de confirmer d’éventuels cas ultérieurs. Il faudrait mesurer aussi le niveau de satisfaction des populations. On pourrait comparer ensuite les situations entre Sein et Ouessant, sa voisine un peu plus peuplée, où circulent quelques véhicules, mais qui pour l’essentiel ressemble à sa petite sœur de raz.

Si les pouvoirs publics jugent que l’essai porterait ici sur des échantillons de population de taille insuffisante, aucun problème : qu’ils proposent l’expérimentation à Belle-Ile, à Noirmoutier ou sur l’ïle d’Yeu. A pareille échelle, ils peuvent même décider d’utiliser l’hélicoptère initialement envisagé dans le Finistère ; et une évaluation médico-économique sérieuse sera probablement le juge de paix.

Poursuivons : s’ils veulent des territoires de la taille de départements ou de région, la Corse, pour peu que l’on ne la brusque pas, pourrait bien se porter volontaire. Ou encore, l’ été prochain, les départements et territoires d’outre-mer. Il suffit, pour que la chose soit utile, de faire preuve d’un peu d’organisation, de travailler en collaboration ; alors la décision publique pourrait être rapidement éclairée par les résultats – mêmes partiels et encore provisoires- de telles recherches en santé publique.

Antoine Flahault

jeudi 3 décembre 2009

La décision d’autoriser les médecins exerçant à Ouessant Sein ou Molène, de vacciner les populations insulaires, n’a pas été prise,

NOTRE DOSSIER SPECIAL: jeudi 03 décembre 2009
Béatrice Le Grand

Grippe A dans les îlles : la vaccination pourrait se faire avec les médecins.

Comment faire pour vacciner les îliens de la pointe de Bretagne ? Les médecins insulaires seront sollicités.

Ambroise Menou, médecin de Sein, a soulevé le problème de la vaccination contre la grippe A pour les îliens.

Ces derniers sont rattachés au centre de vaccination de Douarnenez et les bateaux reliant l’île au continent ne peuvent effectuer tous les jours les rotations, compte tenu des mauvaises conditions météorologiques.

Pour Jean-Marie Le Beau, directeur de la DDASS, la décision d’autoriser les médecins exerçant à Ouessant Sein ou Molène, de vacciner les populations insulaires, n’a pas été prise, « mais les médecins des îles qui le désirent, pourraient être associés. Il y a une organisation à mettre en place avec les acteurs locaux pour l’envoi d’une équipe et le transport des matériels et des vaccins venant du continent.
Les îles ne seront pas oubliées. »

Pour le Téléthon.

Pour le Téléthon, Le samedi 05 décembre 2009

Les cavaliers souhaitant participer au défilé,
doivent se rendre au centre pour préparer le défilé
(si la météo le permet). au Centre équestre à 09h30.

Infos pratiques
Plein tarif : 10€

Le médecin de l'île de Sein va vacciner les insulaires.

©AFP / 03 décembre 2009, 18h21, BREST.
La vaccination des habitants de l'île de Sein contre la grippe A/H1N1 sera confiée à l'unique médecin insulaire, a-t-on appris jeudi auprès de la préfecture du Finistère.

"La Ddass m'a appelé pour me demander si j'étais disponible et me dire que j'allais être fourni en vaccins", a déclaré à l'AFP Ambroise Menou, l'unique médecin généraliste de Sein, au large de la pointe du Raz.

Jointe par l'AFP, la préfecture a confirmé le recrutement de médecins "volontaires locaux" pour pratiquer les vaccinations, compte tenu de la "situation particulière des îles" de Sein, Molène et Ouessant.

La préfecture a demandé aux médecins concernés de "recenser" parmi la population "les volontaires de la vaccination" pour pouvoir leur fournir le matériel nécessaire en conséquence, sans préciser de dates.

Dans un premier temps, l'administration avait opté pour l'envoi à Sein d'une équipe mobile en hélicoptère mais pas avant une quinzaine de jours, au grand dam des insulaires (200 en hiver).

Installé sur l'île depuis sept ans, le Dr Menou a contacté la préfecture, se disant prêt à pratiquer lui-même les injections.

Le médecin de 62 ans a recensé mardi et mercredi une vingtaine de candidats à la vaccination.

Dépendants des centres de vaccination du continent, populations et élus insulaires finistériens avaient protesté contre le coût d'un aller-retour en bateau, des courses en taxi et parfois d'une nuit d'hôtel avant que la préfecture n'envisage la venue d'équipes mobiles sur les îles.

Liz Wardley a heurté quelque chose, au large d'Ouessant.

Liz Wardley à la barre

du Monotype SolOceans
pour un Tour du Monde
de Référence de la SolOcéane,


en réalisant la première
Campagne OceanoScientific.


photo: http://www.jmliot.com/

Jeudi 3 Décembre 2009 / 9:14 / 8:14 GMT
Message de Liz Wardley ce matin à bord du Monotype SolOceans à Yvan Griboval (Président de SailingOne), alors qu'elle se trouvait à environ 150 milles nautiques au sud-ouest du Finistère : "Vers 3h30 TU, alors que je naviguais cap au 280° par un vent de 25 nœuds du 220°, à une vitesse de 20 nœuds, sous GV à un ris et trinquette, en retombant d'une vague plus grosse qu'une autre on a heurté quelque chose avec le fond de la coque au niveau du cockpit, en arrière du moteur ...

... Je n'ai rien vu dehors, je ne sais pas ce que c'était. Peut-être un cétacé ou quelque chose de mou qui flottait entre deux eaux. Je n'ai pas de voie d'eau, la structure du bateau semble intacte, mais je pense que nous avons un début de délaminage du sandwich de coque au niveau de la cloison de cockpit. Je fais route vers la Bretagne où je compte arriver vers 11h00 TU le 2 décembre. J'espère repartir au plus vite. Tout va bien à bord, je viens de manger le gâteau au chocolat que tes triplés m'ont offert dimanche au départ, c'est bon pour le moral, ça va mieux".

Tour du Monde de Référence de la SolOcéane - Campagne OceanoScientific® 2009-2010 C'est un peu en avant de la position du barreur, sous le milieu de la coque, que le Monotype SolOceans a heurté quelque chose à 03h30 TU ce mardi premier décembre, à vingt nœuds dans une mer forte. Seule une expertise à terre permettra d'imaginer ce que Liz Wardley a pu heurter.

Dès l'information connue, les équipes de SailingOne et de Mer Agitée, la société de Michel Desjoyeaux, le conseiller technique de la série Monotype SolOceans, ont entamé la préparation d'une opération commando à Port-La-Forêt, la base de la famille Desjoyeaux, où Jean-Marie Vaur, le patron de JMV Industries (Cherbourg) qui construit les monotypes de la SolOcéane et Jean-Marie Finot, l'architecte, vont les rejoindre mercredi 2 décembre en milieu de journée. Ils vont accueillir Liz Wardley, estimer les dégâts et décider des travaux à effectuer pour que Liz Wardley reprenne la route de Wellington (NZ) au plus vite. Cet arrêt au stand en mode compétition va correspondre au passage d'un nouveau train de dépressions sur la pointe Bretagne. Liz Wardley profitera ensuite d'une prochaine bascule du vent au nord-ouest pour remettre cap au Sud à vive allure.

"Ambiance machine à laver !"
Liz Wardley a profité du calme relatif qui règne à bord maintenant qu'elle revient vers la Bretagne au ralenti au vent arrière par un vent de force 7 à 8 en avant d'une solide dépression, sous voilure réduite (trinquette seule) par sécurité, pour raconter sa sortie de Manche et son passage dans le rail des cargos de Ouessant : "C'était beau à voir, avec les embruns qui volaient à l'horizontal tellement la brise était forte. Il y avait en effet 55 nœuds de vent (force 11 à 12), avec des vagues de 5 à 6 mètres et des plus grosses aussi. J'avais mon casque en permanence, car j'étais un peu projetée dans tous les sens dans la cabine. Les gros cargos escaladaient les vagues et sortaient tout l'avant de leur coque avant de disparaître complètement dans la vague suivante. Il y avait vraiment beaucoup de cargos et je ne pouvais dormir que par tranches de dix à quinze minutes. C'était un peu chaud. Dans les grains il pleuvait, avec même de la grêle. J'étais à une vitesse de 18 nœuds juste sous trinquette (petit foc) seul. Lorsque je sortais, j'étais comme devant un tuyau de pompier. Les scientifiques peuvent être rassurés : je confirme que l'eau est bien salée dans le Golfe de Gascogne ! C'était vraiment ambiance machine à laver !"

Source : SailingOne
1-12-2009 > Communiqué de presse

Adonnante.com vous conseille
» www.soloceans.fr

suite: du 3-12-2009; Communiqué de presse.
source: http://www.adonnante.com/article,15214,fr,Plus-de-peur-que-de-mal--

Plus de peur que de mal !
Après intervention, cet après-midi à Port-La-Forêt, de l'expert maritime Emmanuel Le Borgne - par ailleurs équipier de Michel Desjoyeaux lors de la victoire de Foncia dans la Transat Jacques Vabre 2007 - et de Jean-Marie Vaur (JMV Industries), constructeur cherbourgeois de la série des Monotypes SolOceans, il ressort que le choc encaissé par le Monotype SolOceans de Liz Wardley durant la tempête qu'elle a affrontée en début de semaine au large de Ouessant a généré plus de peur que de mal.
"Les premières investigations montrent que le greffage de la cloison de cockpit au fond de la coque est décollée du fond de coque sur une bande d'une petite dizaine de centimètres tout au long de la cloison sur la partie la plus plate du fond de coque", déclare Manu Le Borgne. "Les carottages effectués dans le sandwich carbone mettent en évidence que le nid d'abeilles Nomex apparaît intègre et qu'il n'est pas dégradé". De son côté, Jean-Marie Vaur conclut : "La petite partie abimée est un élément de structure secondaire sans effet sur la fiabilité de la structure principale, qui n'est absolument pas dégradée". La remise en état va donc être plus rapide que redouté initialement lorsque l'information de ce choc a été connue. Néanmoins, il faudra que Liz Wardley patiente une semaine environ pour que Eole et Neptune lui ouvrent la porte du Golfe de Gascogne afin qu'elle reprenne la route de la première étape du Tour du Monde de Référence de la SolOcéane - Campagne OceanoScientific® 2009-2010 à destination de Wellington (Nouvelle-Zélande).

Source : SailingOne

La navigatrice a heurté un objet indéterminé au large d'Ouessant.

Liz Wardley

à son arrivée
mardi à 14 h 30
à Port-la-Forêt.





La navigatrice a heurté
un objet indéterminé
au large d'Ouessant.


De Ouest-france, jeudi 03 décembre 2009.
Lien source en cliquant sur le titre.

La navigatrice Liz Wardley à l'abri.

Elle fait escale à Port-la-Forêt dans le Finistère pour réparer son bateau endommagé au large d'Ouessant.

J'ai quitté Caen dimanche avec 25 ou 30 noeuds de vent. C'était un départ assez sportif ! Pendant la nuit, le vent est monté, monté encore. Le lendemain matin j'avais 55 noeuds de vent au large d'Ouessant avec des cargos partout. J'étais sous trinquette et le bateau marchait à 18 noeuds, c'était très drôle. Très sympas...

Ensuite le vent a molli un peu pendant la nuit de lundi à mardi. Je suis parti vers l'ouest pour chercher de nouvelles pressions qui arrivaient, et j'ai tapé quelque chose, très fort, dans une grosse vague.

Je n'ai rien senti, je n'ai rien vu. Mais après la manoeuvre, quand je suis rentrée dans le bateau, j'ai constaté qu'il y avait une cloison qui s'était décollée du pont, et de la délamination un peu partout.

Il n'était donc pas très prudent de continuer. J'ai contacté mon équipe technique à terre pour leur dire que je rentrais. On fait donc escale pour réparer avant de repartir.

C'est assez difficile de dire quand je pourrai reprendre la mer. Ce sera selon la météo. Les dépressions se succèdent, et pour sortir du Golfe de Gascogne, ce n'est pas évident. Ce sera samedi, où l'on a une toute petite fenêtre, mardi ou mercredi. J'attends de connaître l'étendue des dégâts et combien d'heures il faudra pour remettre tout en état.


Visionnez la vidéo de la traversée et de l'escale sur www. Ouest-france.fr