mardi 30 juin 2009

Le réseau Natura 2000 continue de se renforcer: avec les îles (Chausey, Ouessant).

publié le 30 juin 2009

Huit nouveaux arrêtés portant désignation de sites Natura 2000 ont été publiés au Journal officiel du 27 juin. Ils font suite à la petite centaine d'arrêtés similaires publiés ces deux derniers mois, une première série l'ayant été dès la fin 2008. La publication de ces arrêtés s'inscrit dans le prolongement de quatre décisions prises par la Commission européenne le 12 décembre dernier. Objectif de ces décisions : renforcer dans chaque pays le réseau Natura 2000, en y intégrant notamment les sites des nouveaux entrants dans l'Union europénne. Même s'il s'agit d'un travail de longue haleine, ces décisions ont permis d'impulser un vaste chantier de refonte des listes de sites, opéré région par région. Exemple : pour la région biogéographique atlantique, la liste réactualisée en décembre par la Commission comprend près de 400 sites français. On y trouve entre autres les boucles de la Seine, des vallées (de la Loire, du Cher, de l'Allier, de la Dordogne) des îles (Chausey, Ouessant), des forêts, des carrières, des massifs et monts (d'Arrée), des golfes, estuaires et rades, des rivières, lacs et tourbières, des causses et zones humides, etc. Au total, au niveau européen, ce sont pas moins de 4.255 nouveaux sites d'importance communautaire (SIC) qui ont ainsi rejoint le réseau.
En France, les huits derniers sites concernés sont la crête des Vosges (Bas-Rhin), les hauts de Meuse, la tête de canyon du cap Ferret (Gironde), le bassin du Thouet amont (Deux-Sèvres), le littoral seinomarin (Seine-Maritime), les caps d'Erquy-Fréhel (Côtes-d'Armor) et le Jura alsacien. Pour rappel, ces espaces naturels ont été choisis pour la qualité et la rareté des espèces animales ou végétales qu'ils abritent, ainsi que celles de leurs habitats naturels. Pour chacun d'eux, le périmètre Natura 2000 s'étale et concerne en moyenne une dizaine de communes. C'est suite à une délibération de la Commission que ces sites ont été désignés. Lesquels viennent plus précisément intégrer le réseau des zones spéciales de conservation (ZSC), issu de la directive Habitats de 1992. Ces ZSC correspondent donc à la version transcrite en droit français des SIC. A la mi-2009, selon Natura 2000, ces ZSC recouvraient en France plus de 7,5 millions d'hectares. Au niveau européen, plus de 1.700 sites sont concernés. A une échelle beaucoup plus locale, celle de la région Ile-de-France par exemple, relevons que ce sont 100.000 hectares soit 8% du territoire qui sont concernés par un zonage Natura 2000. Ce qui représente 35 sites, que la direction régionale de l'environnement (Diren) compte bien mettre en avant en renforcant depuis peu l'information et la communication à ce sujet.

Morgan Boëdec / Victoires-Editions

la commande d'un bateau à passagers pour les liaisons avec Ouessant a été repoussée

30 juin 2009
STX-Lanester. Le Finistère reporte sa commande de navire à passagers

Hier, la direction du chantier naval STX implanté au Rohu à Lanester, a convoqué les membres du comité d'entreprise pour une information sur le plan de charge.

Il apparaît que la décision attendue du Conseil général du Finistère, pour la commande d'un bateau à passagers pour les liaisons avec Ouessant a été repoussée à décembre. Il n'y a donc plus aucune commande pour le chantier qui construit, pour le compte de Raidco Marine, un patrouilleur marocain.

Selon la direction, «la baisse de charge en coque métallique interviendra de mi-novembre à avril 2010. Pour y palier, une vingtaine de salariés passeront à l'armement et le contrat avec DCNS devrait continuer.»

Pour la CGT, l'entreprise doit se positionner en sous traitant sur le marché des frégates multimissions. Le syndicat sait que le site de Saint-Nazaire connaît aussi des difficultés de plan de charge.

Salon du Livre Insulaire

11ème Salon International du Livre Insulaire Du 19 au 23 août 2009 sur l’île d’Ouessant.

Vivre la littérature, celle des îles, en ce monde ensauvagé de ce début 2009, serait-ce une douce folie, une utopie moderne, un voyage vers le rêve et le mythe ?

Le salon international du livre insulaire ouvrira ses portes le mercredi 19 août pour 5 jours de rencontres littéraires originales sur l’île la plus à l’ouest du continent eurasien : Ouessant.

À l’honneur : la littérature des îles francophones de l’Atlantique nord : les îles du Québec, les archipels de la Madeleine et de Saint-Pierre et Miquelon. Toutes les écritures des îles rassemblées autour du thème de la Francopho’iles, l’état des lieux de la francophonie littéraire insulaire.

Un hommage à l’œuvre de l’écrivain crétois, Nikos Kazantzakis, pour redécouvrir son œuvre consacrée à la mer et aux îles.
Attendu aussi le prix du livre insulaire remis par le jury aux 9 lauréats de 6 catégories. Et tous les jours, s’égrèneront les conférences, les cafés littéraires, les lectures, les films les expositions, les animations pour tous âges.

www.livre-insulaire.fr

lundi 29 juin 2009

Voilà d'ou vient le nom du bateau André Colin...?

extrait d'un article du Télégramme;
visible en cliquant sur le titre.

Philippe Bertin. Eau en couleur!....
....Vous êtes breton d'adoption, après avoir épousé Françoise Colin, fille d'André Colin, l'un des fondateurs du MRP et soeur d'Anne-MarieIdrac. Qu'aimez-vous en Bretagne?
En effet, je suis béarnais, marié à une Bretonne 120%! Mon beau-père, André Colin, était conseiller général d'Ouessant, on ne peut pas faire plus breton. Je ne suis pas un fanatique de soleil ni de chaleur, et ces côtes du Nord sont des paysages extraordinaires. La baie de Morlaix, c'est un endroit magique, avec des lumières le soir... Ça a ce côté bout du monde, très tonique, fort et iodé, j'adore.

jeudi 25 juin 2009

La PME innovante Algues et Mer se plait bien à Ouessant

Source: "Une algue rouge pour sortir de la mono-activité touristique à Ouessant", Dépêche AFP du 5 juin 2009
Le harpon de Neptune, une des algues présentes à Ouessant, fait la prospérité d'Algues et Mer, une PME locale qui l'exploite pour la cosmétologie.

Implantée à l'entrée de Lampaul, le bourg de Ouessant, l'entreprise Algues et Mer exploite cette algue rouge (Asparagopsis armata) depuis 2007 et en extrait une substance bactéricide et fongicide baptisée Ysaline (produit naturel aux caractéristiques antiseptiques) appréciée pour la conservation des crèmes en cosmétologie. Algues et Mer a réalisé un CA de 480.000 € en 2008 et vise les 2 M€ à court terme. A partir d’algues, la PME fabrique aussi des produits qui entrent dans la composition d'un médicament de contrôle du poids, d'un autre anti-inflammatoire, et d'un produit hydratant.

Créatures d’Ouessant (Spootnik Editions)

Peuple féerique
Le petit monde des fées, lutins, elfes, gnomes, dragons et autres créatures féeriques



Interview d’Anne Besson, spécialiste de la fantasy Créatures d’Ouessant (Spootnik Editions), 25 juin 2009 par Kobold

Auteur (s) : Collectif
Editeur (s) : Spootnik Editions
Format : 26 x 24 cm
Nombre de pages : 100
Prix : 26€
Ce livre est vendu en direct par l’éditeur:
http://www.khimairashop.com/index.php?page=produit&id=94&categorie=7&genre=Art%20Book&nav=

Présentation éditeur:

Photographies… dessins… une porte ouverte sur l’imaginaire.

Catherine et André Garreau, se laissant guider par leur imagination, parcourent le littoral breton pour y traquer les formes, les créatures que l’homme n’a cessé de déceler dans la roche, comme dans les nuages, depuis la nuit des temps.

Dans leur filet, ces bretons installés en Haute-Savoie ont ramené au fil de leurs séjours sur l’île d’Ouessant des centaines de clichés fascinants.

Le lien entre ces créatures de pierre et l’univers fantastique de la BD s’est imposé très vite à leur esprit.

C’est lors d’une rencontre avec François Bourgeon que l’idée de montrer la diversité des regards est née. Ils ont donc proposé à un maximum d’auteurs un grand jeu d’interprétation à partir de six de leurs photographies.

Une centaine d’auteurs de toutes nationalités ont participé à l’aventure et envoyé leur dessins… Un livre surprenant, drôle… formidablement inventif.

Il vous sera désormais impossible d’emprunter un sentier côtier sans voir s’animer les falaises.

Notre avis:

Une démarche originale pour un livre qui ne l’est pas moins. Ces “Créatures d’Ouessant”, illustrations inspirées des reliefs de la Nature sont à la fois un hommage à la richesse de nos paysages et à l’Imaginaire. Le genre de livre qu’on ne peut qu’encourager et espérer croiser en librairie. Nicolas Fructus, René Hausmann, Gwendal Lemercier, Jérôme Lereculey, Manchu, Fanny Montgermont, Jean-Louis Mourier, Patrick Prugne, David Roussel, Toppi, Wilmaury… Il est vraiment agréable de voir comment un artiste détourne une réalité pour lui faire prendre forme et imaginer là un visage, là un corps, là un objet ou un bâtiment… Un beau livre comme on les aime

Reprise des fouilles à Mez-Notariou

Reprise des fouilles à Mez-Notariou









(Photo Jean-Michel Malgorn)

Pour la 22e année consécutive, une équipe internationale d'archéologues professionnels ou amateurs et d'étudiants se retrouve à Ouessant afin de poursuivre la fouille du site, désormais très connu, de Mez-Notariou. Cette année, un nouvel espace sera étudié. Ainsi débute un nouveau programme de trois ans, commandé et soutenu par le conseil général du Finistère et le ministère de la Culture et de la Communication. L'exposition archéologique «Ouessant au vent de l'Histoire» est toujours présentée par le Parc régional d'Armorique au musée des phares et balises. Elle retrace toutes les découvertes faites sur le site. Renseignements au 02.98.48.80.70. Ci-dessus l'archéologue Jean-Paul Le Bihan, qui conduira ces fouilles.

mercredi 24 juin 2009

MDE: la Bretagne soigne ses îles

Economies d'énergie | 2009-06-23

La région Bretagne n'a pas d'électricité? Ses îles en ont encore moins... D'où le lancement d'un programme de réduction des consommations, mené en partenariat avec l'Ademe, le conseil général du Finistère et EDF, baptisé "plan éco-énergie" dans les îles de Sein (en cours), puis Ouessant et Molène.
A la différence de Houat, Hoëdic, Belle Ile, Groix, Bréhat, Batz…, toutes raccordées au réseau électrique continental par à des câbles sous marins, Molène, Ouessant, Sein (ainsi que toutes les petites îles du golfe du Morbihan) sont de véritables îlots électriques.

> Molène (232 habitants) dispose de trois groupes électrogènes de 150, 225 et 320 kVA qui consomment chaque année 394.000 litres de fioul;

> Ouessant (859 habitants) est alimentée par 2 groupes électrogènes de 1.200 kVA et 2 autres de 1.450 kVA, dont la consommation annuelle s'établit à 1.890.000 litres de fioul.

Le but de l'étude en cours est de mettre en place des systèmes autonomes de production dʼélectricité "propre" et de réaliser des campagnes dʼéconomie des consommations dʼélectricité et dʼeau. Les pistes dʼactions laissent espérer une diminution de 26% de la consommation dʼénergie pour Ouessant et de 16% pour Molène, soit 615.000 litres de fioul en moins, ce qui, traduit en langage carbone, reviendrait à éviter l'émission de 1.649 tonnes de CO2.

Premières actions cet été
Dans le cadre du "plan éco-énergie", il est prévu de fournir et poser gratuitement des lampes basse consommation ainsi que des équipements économiseurs dʼeau (un kit par foyer) tout en proposant une aide financière pour lʼachat dʼun appareil de froid au minimum de classe A+ (à hauteur de 60% du coût plafonnée à 300 euros par foyer). Ces opérations se dérouleront courant juillet et août 2009, celle sur les appareils de froid s'étendant jusqu'à fin décembre 2009.

> C'est EDF qui versera la subvention au nom des partenaires à réception des justificatifs d'achat.

Et après?
L'étude préconise plusieurs actions "structurelles", portant sur le bâti, le chauffage (filière bois), l'eau chaude sanitaire (chauffe-eau thermodynamiques, chauffe-eau solaires individuels), l'éclairage... Sans oublier la production d'électricité par énergies renouvelable: photovoltaïque en connexion réseau, éolien de proximité...

Le précédent Sein
Sur l'île de Sein, la campagne a permis de réduire de 15% la consommation grâce à la distribution de 750 ampoules basse consommation depuis 2005 (gain de 30.409 KWh par an) l'acquisition de 100 réfrigérateurs et congélateurs de classe A+ (gain de 32.760 KWh) et de 326 économiseurs dʼeau installés en 2007 (économie de 111.050 KWh

Pollution de l'air. Les bateaux aussi

23 juin 2009

Brest et son air pur du large... La pollution atmosphérique vient aussi de la mer. Mais que sait-on au juste des émissions de dioxyde de soufre produites par les navires marchands et militaires?

Le Grenelle de la mer, qui se décline aujourd'hui, au parc des expositions de Penfeld, abordera-t-il la question des émissions polluantes des navires civils et militaires qui croisent au large ou font escale à Brest? Entre 200 et 250 navires marchands contournent tous les jours la pointe bretonne, pour quitter la Manche ou y entrer. La réglementation prévoit que les navires civils brûlent un combustible plus propre, dès lors qu'ils quittent l'océan Atlantique. «Le basculement s'effectue en règle générale à hauteur de Porspoder», explique-t-on au centre de sécurité des navires de Brest. Les équipages sont chargés de changer de cuve d'alimentation, afin de libérer moins de dioxyde de soufre dans l'atmosphère. Brest, sa rade, son goulet et une bonne partie de la mer d'Iroise ne sont donc pas concernés par cette mesure de protection.

Pauvres moyens de contrôle

Un navire qui vient en escale à Brest continue donc de brûler son fioul lourd. Quasiment en centre-ville, ces émissions étant portées par les vents dominants. Comment s'assurer que les navires marchands basculent bien d'un fioul à l'autre une fois passé Ouessant? Il existe peu de moyens de contrôle effectifs, à part les visites portuaires des agents du centre de sécurité des navires. Les inspecteurs s'assurent, au travers des documents du bord, que la manipulation a bien été effectuée et que la quantité de fioul appauvri en soufre est suffisante jusqu'au prochain port ou qu'elle a été réellement consommée depuis la dernière escale. Concernant la qualité d'émission des moteurs, il n'existe, pour le moment, aucun moyen de contrôle et encore moins de capteurs dans les cheminées. Les inspecteurs se contentent des certificats de conformité fournis par les motoristes et des documents délivrés à la mise en service du navire. Un peu comme si, pour notre voiture, on se basait essentiellement sur les certifications du constructeur, remises à la livraison. La notion de contrôle technique n'est pas près d'exister en mer. Même si les gardes-côtes danois sont peut-être, actuellement, en train de développer une caméra susceptible d'évaluer la qualité d'émission des navires croisant dans leurs eaux.

Les militaires exonérés

À ces moyens fort limités de vérification du niveau effectif de pollution atmosphérique, s'ajoute le statut très à part des navires militaires. Ces derniers, quelle que soit leur nationalité, échappent à tous les contrôles en vigueur pour les navires marchands. Certes, la marine française ne brûle plus de fioul lourd depuis le Duquesne, le Suffren, le Foch et le Clemenceau mais connaît-on précisément le niveau de pollution de sa flotte vieillissante? Aucun contrôle n'est pratiqué non plus sur les unités étrangères qui disposent de la même impunité que les navires militaires français, propriétés d'un État à l'origine de ce Grenelle de la mer.

Stéphane Jézéquel

lundi 22 juin 2009

A Landivisiau, en revanche, l'emploi limité de moutons d'Ouessant est toujours d'actualité

Les moutons d'Ouessant quittent Hyères mais restent à Landivisiau

Dans un tout autre domaine mais toujours en matière d'animaux, à Hyères, on a eu recours, il y quelques années, à des moutons pour brouter l'herbe. Mais, après une étude très sérieuse, il s'est avéré que les ovidés posaient plus de problèmes qu'ils n'en résolvaient. Leurs déjections provoqueraient en effet l'apparition de vers attirant les oiseaux. Du coup, la BAN du Var a décidé de cesser cette expérience, la tonte écologique ne pouvant mettre en péril la sécurité aérienne. Deux fois par an, un agriculteur vient désormais faucher l'herbe et récupère les bottes de foin, qu'il paye à la marine. A Landivisiau, en revanche, l'emploi limité de moutons d'Ouessant est toujours d'actualité. Il y a là un bélier, quatre brebis et trois agneaux. Ces animaux sont cantonnés à l'entretien des espaces verts autour de la centrale électrique, une méthode écologique et économique bien pratique, car cette zone comporte des buttes, plus difficiles d'accès pour les tondeuses.

dimanche 21 juin 2009

Quel avenir pour le rail d'Ouessant...! si la Bretagne n'est plus maritime.

Source : Région Bretagne; Porte parole: Odile Bruley, Publié le 19/06/09.

'Le Gouvernement décrète que la Bretagne n'est plus maritime' s'indigne Jean-Yves Le Drian.

“Je viens d'apprendre avec stupéfaction que le Gouvernement a décidé de supprimer la Direction des Affaires Maritimes en Bretagne. La première région maritime française, représentant un tiers du littoral français avec plus de 2.700 km de côte, perdrait ainsi totalement la maîtrise de ses affaires maritimes.

“Cette décision invraisemblable revient à nier la nature même de la Bretagne. Pour 75 % des Bretons, la mer est en effet le premier atout de la région : 100.000 emplois en dépendent, et 95 % de la population vit à moins de 60 kilomètres de la côte. Même pour les visiteurs de la Bretagne, c'est bien la mer qui est le plus souvent associée à l'image de notre territoire.”

“Nier la nature maritime de la Bretagne, c'est nier l'évidence. La Bretagne c'est un patrimoine maritime naturel et historique exceptionnel. C'est plus de 40 % de la pêche française. C'est la moitié des inscrits à l'ENIM. C'est la région du nautisme et de la course au large par excellence. C'est le rail d'Ouessant, l'un des passages maritimes le plus fréquenté au monde, avec tout ce que cela implique en terme de sécurité et d'environnement.”

“Pour la Bretagne, la mer c'est aussi l'avenir. Les perspectives d'innovation et de développement dans le domaine maritime sont immenses, dans des secteurs aussi porteurs que l'énergie, les biotechnologies, ou l'alimentation pour ne citer que quelques exemples. En désengageant l'État de notre territoire, le gouvernement montre tout le mépris qu'il ressent à l'égard de l'aspiration des Bretons à vivre et prospérer grâce à la mer et au littoral.”

“Cette décision est d'autant plus incompréhensible que se tient actuellement le Grenelle de la mer. Il était pourtant censé être le lieu de la concertation qui aurait dû aboutir à des propositions pour une nouvelle gouvernance maritime. J'ai bien peur qu'il ne s'agisse une fois de plus que d'une concertation factice et jouée d'avance qui ne servira qu'à cautionner des décisions prises en petit comité par le Gouvernement.”

“La suppression de la Direction des Affaires Maritimes en Bretagne est tout simplement inacceptable pour les Bretons. Je ne veux pas croire que le gouvernement ne puisse pas revenir sur cette décision injuste, méprisante pour les gens de mer, et prise en dépit du bon sens. En tant que Président du Conseil régional, je demande le retrait immédiat de ce projet et la mise en place d'une véritable concertation.”

Jean-Yves Le Drian, président du Conseil régional de Bretagne ■

jeudi 18 juin 2009

Distribution d'ampoules à Ouessant pour diminuer la consommation électrique

(©AFP / 18 juin 2009 19h26)

BREST - Les îles de Ouessant et de Molène (Finistère) non reliées au réseau EDF, veulent réduire leur facture énergétique avec des distributions d'ampoules basse consommation, et le versement d'aides aux habitants qui achèteront des appareils de froid peu énergivores, ont annoncé les mairies.

Des ampoules basse consommation et des économiseurs d'eau vont être distribués gratuitement dans les foyers en juillet. Puis, à la demande des ménages, une aide financière de 60% du coût d'un appareil de froid de classe A+ plafonnée à 300 euros, sera également versée.

Les deux îles veulent parvenir à économiser un quart de la quantité du fioul nécessaire à la production d'électricité.

Eloignées d'une vingtaine de kilomètres du continent, elles ne peuvent pas être raccordées au réseau électrique national, et doivent compter sur des petites centrales au fioul installées par EDF, qui consomment au total près de 2,3 millions de litres par an.

Depuis septembre 2007, l'île de Sein qui a bénéficié du même programme financé par l'ADEME, les Conseils régional de Bretagne et général du Finistère, et EDF, a réduit sa facture énergétique de 15 %.

mercredi 17 juin 2009

Pèlerinage réussi pour la mission Sur les trace du requin pèlerin

cliquer sur le titre pour voir les photos et voir le lien source.

De notre correspondant : Louis Gildas, Publié le 17/06/09

MER D'IROISE — Au bout d'une campagne de deux semaines les biologistes de l'Association pour l'étude et la conservation des sélaciens et des scientifique colombiens de la Fondation Malpelo en partenariat avec la Parc naturel marin d'Iroise affichent leur satisfaction. En effet, au bout de 150 h de recherche, ils ont pu observer cinq requins et poser deux balises sur deux femelles de 3 et 6 mètres.

Fixées à la base de l'aileron, ces balises de moins de 100 grammes vont permettre d'enregistrer pendant sept mois les différents paramètres (température de l'eau, profondeur et intensité lumineuse). Les 13 et 15 janvier 2010, les balises remonteront automatiquement à la surface pour livrer leurs informations via les satellites du système Argos.

On ne sait que très peu de choses sur les moeurs de cet imposant sélacien par ailleurs totalement inoffensif pour l'homme. Pourquoi fréquente-t-il la mer d'Iroise au printemps et en été ? Où passe-t-il l'hiver? Quel est son cycle de reproduction ? Il est permis de penser que d'ici à 6 mois ce requin aura peut-être moins de secret pour l'homme...

(Photos, Herbert et Jung Apecs) ■

Louis Gildas est un reporter indépendant. Il a contribué à Bretagne Hebdo, Armor magazine et Ouest France, Les terroirs de France, AQUI TV, Radio Périgueux, Le Journal du Périgord...

mardi 16 juin 2009

Un kayakiste en difficulté au large du Créac'h

16 juin 2009

Un kayakiste, âgé de 57 ans, s'est retrouvé en sérieuses difficultés, hier soir, vers 19h20, au large d'Ouessant, entre la pointe et le phare du Créac'h. Ayant perdu son groupe de vue, il a alerté lui-même le Cross Corsen grâce aux moyens VHF dont il disposait à bord. Parallèlement, son groupe d'amis a également alerté les secours et la vedette SNSM «Ile d'Ouessant» a pris la mer tandis qu'un hélicoptère de la Sécurité civile survolait la zone.

Récupéré sain et sauf

L'homme a été récupéré sain et sauf, peu avant 20h30. Hier soir, le Cross Corsen rappelait l'impérieuse nécessité de moyens de communication en état, même à bord des plus frêles embarcations.

lundi 15 juin 2009

La montre ...! de plongée pour Ouessant.



Après vous avoir déjà présenté le 18 nov 07,
la montre des naturalistes pour Ouessant.


En cliquant sur le titre, je vous présente la nouvelle montre de plongée pour Ouessant: http://www.tissot.ch/products/#home



Le site complet:
http://www.tissot.ch/


plongée à Ouessant:
http://ouessantsubaqua.ifrance.com/



Voici son mode d'emploi:
http://www.t-touch.com/t-touch_images/usersmanual/142-fr.pdf



J'ai celle ci-dessous pour le plaisir, car je ne plomge pas.
C'est maintenant un modèle collector de chez tissot car elle n'est plus produite, dommage pour car 540 euro.
Le mouvement automatique ETA 2824-2 est fiable et robuste, il est le même que celui de l'Omega PLANET OCEAN à 2400 euro.
Le dos du boitier est transparent ce qui laisse entrevoir le mouvement.

















Avec son boîtier ultra-résistant, la Diver Seastar 1000 Automatic accompagnera jusqu'à 300 mètres de profondeur les explorateurs des fonds marins. Stylisée, cette montre présente un verre cristal sphérique, inspiré d'un masque de plongée. Un plongeur gravé sur la masse oscillante, visible par le hublot en verre sur le fond du boîtier, rappelle les performances de ce modèle:

Mouvement Automatique
Fonctions Heure, minute, seconde, date
Boîtier Acier
Lunette tournante unidirectionnelle
Cristal sphérique inrayable
Fond transparent
Couronne vissée
Etanche à 300 m
Cadran Noir, bleu marine et argenté
Index luminescents
Bracelet Acier ou caoutchouc

Andréas.

"Mer vivante, bleu Iroise" : comprendre la biodiversité en la voyant

Le Palais de la découverte accueille l’exposition "Mer vivante, bleu Iroise" jusqu’au 30 août. Un voyage au cœur du Parc naturel marin d’Iroise, à la pointe de la Bretagne - premier parc marin qui concilie la connaissance et la protection de la biodiversité avec le développement des activités humaines.


Comment devenir une île
A partir de l’histoire de la naissance des îles, vous comprendrez ce qui fait les caractéristiques exceptionnelles de la Mer d’Iroise. Encore raccordés au continent il y a 10 000 ans et peu à peu isolés du continent par la montée des eaux, les îles et îlots sont devenus des refuges pour des oiseaux marins ; la mer a envahi de vastes étendues peu profondes, propices au développement de forêts d’algues, très poissonneuses, attirant phoques et cétacés.

Des trésors à préserver
Face aux prestigieux ambassadeurs des mers (dauphins, phoques gris, requins pèlerins), vous saisirez les fragiles équilibres écologiques propres à la mer d’Iroise qui ont justifié la création d’une aire marine protégée et comprendrez la dure tâche des protecteurs de l’environnement.

Une présence millénaire sur les îles
En promenade sur les terres immergées battues par vents et marées, vous croiserez les espèces animales et végétales des îles (mouton noir, oiseaux, abeille noire, végétation) et partirez à la rencontre des habitants des îles, des pêcheurs, des gardiens de phares et des usagers de la mer.

A la découverte de l’Iroise
Lors d’un séjour itinérant dans les îles de la Mer d’Iroise (Ouessant, Molène, Quéménès, Béniguet, etc.) en juillet 2008, de jeunes parisiens ont étudié la biodiversité et rencontré les acteurs de terrain. Vous voyagerez avec eux à pied, en vélo, en kayak ou chaussés de palmes pour partager leur découverte des mille et une facettes de cet espace.

Un parc naturel marin d’une nouvelle génération
Premier du genre en France, le Parc naturel marin d’Iroise a vu le jour fin 2007. Situé à la pointe du Finistère, il s’étend du sud de l’île de Sein au nord d’Ouessant. Vous comprendrez comment il intègre la protection de l’environnement dans la gestion globale de l’espace maritime en respectant le développement des activités humaines dépendantes de la mer.

Mer vivante, bleu Iroise, jusqu’au 30 août 2009
Palais de la découverte
Avenue Franklin-D.Roosevelt, 75008 Paris
M° Champs Elysées Clemenceau ou Franklin D.Roosevelt
Ouvert tous les jours sauf le lundi, de 9h30 à 18h (de 10h à 19h le dimanche) Site de l’exposition. Site Entrée Palais de la découverte : 7 € - Tarif réduit 4,50 €. Exposition gratuite.

Une page d'histoire; Comment avez-vous réussi à franchir la Manche ?

Lundi 15 Juin 2009
TÉMOIGNAGE. Le plus célèbre des gaullistes périgordins raconte comment l'Appel du Général a marqué sa vie

Le 18 Juin du jeune Yves Guéna

extrait; cliquez sur le titre pour lire le lien source.

.....Je laisse passer la nuit et le lendemain matin, je dis à ma mère : "Je pars pour l'Angleterre. Je vais au port du Conquet, qui est plus près que Brest." Elle me répond : "Bien sûr, tu ne vas pas rester ici avec les Boches." Arrivé au port, il y avait là un remorqueur de la Marine qui partait vers Ouessant. Je saute dedans. Personne ne me dit rien. Arrivé à Ouessant, on nous donne à manger et des bottes de paille pour dormir. Un soldat dit : "On a ordre de résister aux Allemands." Mais, moi, je n'avais jamais tiré un coup de fusil.

Comment avez-vous réussi à franchir la Manche ?........

dimanche 14 juin 2009

Une choucroute à Ouessant








La choucroute s'est retrouvée au coeur de la fête, sur l'île d'Ouessant.

« Penn ar bed », ou le « bout du monde » : c'est ainsi que les habitants d'Ouessant nomment leur île. Dans la langue bretonne, ils en parlent aussi avec tendresse comme de « leur caillou ». Et c'est là-bas, à l'extrême Ouest de la France, qu'a été mitonnée une choucroute digne des meilleurs restaurants alsaciens, en compagnie de quelques convives obenheimois.

Cette fête organisée par le comité de jumelage Ouessant-Obenheim a accueilli quelques convives alsaciens. Les Obenheimois ont ainsi fait le voyage à titre privé pour se retrouver avec leurs amis îliens et partager ce repas. Des amitiés qui se sont liées au fil des ans et des rencontres régulières entre les deux communes, très proches depuis 1966. Après une traversée d'une heure sur une mer calme, à bord de la navette « Enez Eussa » (île d'Ouessant) et avec une escale sur l'île de Molene, les touristes ...

Pour lire l'article complet: accédez aux archives de dna.fr en cliquant sur le titre.

La Manche à la godille. Colère du Cross Corsen.

La brume a interrompu la traversée de la Manche à la godille,






les deux marins sont rentrés, hier à 18h40, à Lampaul-Plouarzel.
Photo Sylvain Rigo.


La brume a interrompu, hier, à 8h, la traversée de la Manche à la godille débutée vendredi, à 14h, au départ du port de Helford River (sud de l'Angleterre) par Thierry Beaudoin, 48ans, et Martin Le Mest, 28ans, deux artisans de Lampaul-Plouarzel (29). Tous deux appartiennent à la godille lampaulaise, l'association qui organise tous les ans la course à la godille entre l'île Molène et Lampaul.

Plus du tiers du trajet

«Nous avons passé sans problème le côté anglais du rail d'Ouessant, mais à 8h une brume épaisse nous a contraints à arrêter, cela devenait trop dangereux en raison de l'absence de visibilité, notre bateau accompagnateur nous a alors remorqués pour rentrer sur Lampaul», explique Thierry Beaudoin. Durant 18heures, les deux hommes se sont relayés toutes les 35 minutes à la godille, pour faire avancer leur canot de 4,50m baptisé Thymalu. L'aventure s'est arrêtée à plus d'un tiers du trajet, soit 35 milles sur les 90 milles à couvrir. Le Cross Corsen a réagi hier soir pour condamner cette initiative. «Les godilleurs ont été récupérés cet après-midi par la SNSM d'Argenton. Ils sont partis malgré l'interdiction des Affaires maritimes, ils n'avaient pas un bateau conforme pour une telle traversée. Nous condamnons fermement cette initiative, surtout en période préestivale, c'est un mauvais exemple alors que nous déplorons la mort ou la disparition de cinq plaisanciers depuis un mois», grondait l'officier de permanence du Cross Corsen.

Pas d'autorisation des Affaires maritimes

Une version contestée par Thierry Beaudoin: «Nous n'avons pas appelé de secours, notre bateau d'assistance nous suffisait. Si la SNSM d'Argenton est venue vers nous c'est uniquement par solidarité, parce que nous collectons des fonds pour elle». En revanche, le godilleur reconnaît bien être parti sans autorisation. «Nous avions une équipe compétente, nous organisons régulièrement des actions d'information à la sécurité pour les plaisanciers. Nous n'avons pas pris de risques et nous avons décidé, de nous-mêmes, d'arrêter quand cela devenait dangereux. Les Affaires maritimes ont refusé pour se couvrir, nous n'avons eu aucune explication à ce refus», concluait Thierry Beaudoin qui annonçait vouloir retenter l'aventure avec une équipe de quatre cette fois.

samedi 13 juin 2009

Traversée de la Manche à la godille: abandon en raison du brouillard

Il y a 1 jour

BREST (AFP) — Les deux plaisanciers finistériens qui tentaient depuis vendredi la traversée de la Manche à la godille ont abandonné samedi matin en raison du brouillard, a-t-on appris auprès des organisateurs.

"Thierry et Martin ont abandonné pour des raisons de sécurité vers 07H30 à cause du brouillard avant de franchir le second rail de navigation", a indiqué Lionel Vignitchouk, secrétaire de l'association La Godille lampaulaise.

Les deux marins avaient quitté Helford River (sud de l'Angleterre) vendredi vers 14H30 à bord d'un canot en bois de 4,50 mètres.

Ils voulaient rallier le port de Lampaul-Plouarzel (nord du Finistère) à la seule force des bras, en manoeuvrant un aviron fixé à l'arrière de leur embarcation.

"Ce matin, on ne voyait pas à un mètre, ils n'ont pas voulu prendre le risque de couper la route d'un cargo ou d'un porte-conteneurs, c'est une sage décision", a ajouté M. Vignitchouk.

La traversée du dispositif de séparation du trafic (rail d'Ouessant) était la partie la plus délicate de la traversée. Ces deux voies de navigation sont empruntées jour et nuit par de nombreux navires, pétroliers, porte-conteneurs, cargos.

Le canot a été pris en remorque par le bateau de sécurité qui accompagnait Thierry Baudoin et Martin Le Mest. Selon l'association, le canot se trouvait au moment de son abandon à une cinquantaine de milles nautiques (80 km environ) de Ouessant, ligne d'arrivée du défi.

Les deux marins voulaient promouvoir la traditionnelle traversée à la godille organisée tous les ans entre Lampaul et l'île de Molène (Finistère).

Des fonds ont été récoltés au profit de la Société nationale de sauvetage en mer.

Penn-ar-Bed. Service limité ce week-end en raison d'une grève

13 juin 2009 à 08h00

À cause d'un mouvement de grève de son personnel navigant, la compagnie de transport maritime Penn-ar-Bed ne sera pas en mesure d'assurer ses rotations habituelles ce week-end. Ainsi, il y aura un seul aller-retour Brest-Ouessant, aujourd'hui et demain.

Le bateau partira de Brest à 10h, pour rejoindre Le Conquet à 11h15, avant de rallier Ouessant. Le retour à partir de l'île aura lieu vers 13h, suivi d'un passage sur l'archipel de Molène une demi-heure plus tard, pour une arrivée au Conquet dans la foulée. Quant à la ligne Brest-Camaret-Sein, qui devait rouvrir demain, elle ne le sera pas. Les représentants syndicaux de la CGT réclament une revalorisation salariale, «de l'ordre de 7% en trois étapes», rapporte Jean-Jacques Léon, le responsable de la Penn-ar-Bed. Après une rencontre hier, syndicalistes et direction s'installeront de nouveau à la table des négociations, lundi probablement. Selon Jean-Jacques Léon, le trafic sera «normal» ce jour-là, ainsi que mardi.
Pratique Renseignements aux 02.98.80.80.80 (Ouessant et Molène)
et 02.98.70.70.70. (Sein).

Musiciennes à Ouessant.

12/06/2009

En août; Du 3 au 6 août, plus que jamais, Ouessant portera bien son surnom d'Ile des femmes, puisque celles-ci seront à l'honneur pour la 9e édition de ce festival de musique de chambre. La pianiste et concertiste Lydia Jardon a initié cet événement pour que les œuvres de compositrices assez méconnues et néanmoins talentueuses ne basculent pas dans l'oubli. Cette année, c'est sur le travail de Louise Farrenc (XIXe siècle), axé essentiellement sur la musique instrumentale, que se concentreront les artistes invitées à jouer dans l'église Saint-Pol-Aurélien.

Cilquez sur le litre pour l'accès au site:
www.musiciennesaouessant.com

vendredi 12 juin 2009

Sémaphores. Le coup d'oeil des guetteurs de l'océan.

Le maître principal Joël Calvez rejoindra, au mois de septembre, la vigie du Portzic, à Brest.






Les sémaphoristes changent de poste tous les trois ans.
Photo A. D.


À l'occasion des Journées de la mer, les sémaphores bretons ouvrent leurs portes. Visite guidée de celui de la Pointe Saint-Mathieu, à Plougonvelin, avec son chef de poste, Joël Calvez.

«Les yeux de la mer», «guetteurs de l'océan»... Le maître principal Joël Calvez, chef de poste du sémaphore de la Pointe Saint-Mathieu, à Plougonvelin, énumère les surnoms donnés aux militaires de la Marine nationale oeuvrant dans ces véritables tours de contrôle du trafic maritime côtier. Leur nom officiel, c'est «guetteurs sémaphoristes». Et ne les appelez pas «gardiens». Surtout pas... Coincé entre le monument officiel des péris en mer pour la France et les ruines de l'abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre, ce sémaphore a été érigé au tout début du XXesiècle, avant de connaître une modification architecturale en 1917, puis la mise en place d'une passerelle supérieure à 39m au-dessus du niveau de la mer.



D'ailleurs, selon Joël Calvez, il s'agit peut-être de «la plus belle vue panoramique» des 59 sémaphores du littoral français, répartis dans trois Formations opérationnelles de surveillance et d'information territoriale (Fosit), à Brest, Cherbourg et Toulon. En effet, il est possible d'y observer, notamment, la pointe de la presqu'île de Crozon, l'île d'Ouessant et l'archipel de Molène. Voire, par beau temps, la pointe du Raz et l'îlede Sein. «Je dis souvent aux touristes qui viennent ici qu'ils font une économie de temps et d'essence». Joël Calvez, en place depuis 2006 après un premier passage lors de son service militaire à la fin des années 1970, grimpe «six à septfois par jour» les 95 marches qui conduisent au quartier général.

Près de 7.000 mouvements identifiés chaque année

Justement, dans la pièce où se côtoient radio, écrans d'ordinateur et une paire de jumelles grossissantes, Joël Calvez et ses neuf collègues surveillent quotidiennement, de jour comme de nuit et par périodes de quatre heures, la circulation maritime autour de Saint-Mathieu, surtout le chenal du Four, très emprunté. Leur principale utilité:assurer la surveillance des approches de la rade de la cité du Ponant. «Nous sommes la dernière porte d'entrée avant Brest». Tous les ans, ils identifient entre 6.500 et 7.000mouvements de bateaux de commerce, bâtiments de guerre ou navires de pêche. Autres missions, la participation aux sauvetages en mer, sous la direction du Cross Corsen, la diffusion régulière de renseignements pour la sécurité maritime et un suivi des relevés météorologiques. Mais si l'informatique s'avère aujourd'hui essentielle, elle ne vaudra jamais, dixit Joël Calvez, la bonne vieille «veille visuelle». Histoire de voir progresser «les dauphins et les phoques», compagnons des «guetteurs de l'océan».

Aurélien Douillard

jeudi 11 juin 2009

Molène. Forces vives à la rescousse !

Molène. Forces vives à la rescousse !.


En route vers l'îlot de Lédénez, accessible à pied par marée basse.


Le petit groupe sera récupéré par un canot de la SNSM en fin d'après-midi.


Redonner confiance à des collégiens.

Des enseignants de Lesven-Jacquard ont fait ce pari et décidé de les faire travailler toute la semaine sur Molène. Ou quand l'intérêt collectif doit servir l'épanouissement personnel.

À 8h30, lundi matin, douze collégiens et quatre enseignants de Lesven-Jacquard embarquent sur le bateau qui va les conduire à Molène. La mer d'Iroise est bouchée par un brouillard à émousser la lame d'un couteau et il vaut mieux avoir le pied marin.

Les collégiens passeront deux jours sur l'île, avant que d'autres camarades ne viennent les relayer dès demain. Pour tous, une seule et même mission: nettoyer les abords d'une maison de goémoniers sur l'îlot de Lédénez et aider au comptage des phoques de l'archipel.

Fermeté et bienveillance

«Il s'agit d'élèves de 4e Segpa (Section d'enseignement général et professionnel adapté). Ils ont toujours été catalogués ?mauvais élèves?. Nous espérons pouvoir leur redonner confiance en eux». Laurent Wendeling est professeur des écoles, spécialisé dans l'enseignement Segpa. Force tranquille sur le pont du bateau, il pose un regard bienveillant et néanmoins ferme sur ces ados qu'il connaît bien. Quant au projet, il a été initié par Rozenn Gacic. Cette professeure d'anglais possède une maison à Molène. «C'est une façon, pour les élèves, de retrouver un peu d'estime d'eux-mêmes. Ilsvont se sentir utiles et, peut-être, ainsi, comprendre que leurs capacités valent autant que celles d'autres élèves».

Deux heures de traversée plus tard, port de Molène. Kevin Dos Santos, un des collégiens, solide comme une armoire, ouvre la marche en jonglant avec son ballon de foot. «C'est celui de Marseille», lance-t-il, pas peu fier. Àses côtés, Mathieu Le Guillou, poli comme un diamant. Il distribue les «Bonjours» à tour de bras. Après dix minutes de marche, les lieux d'hébergement sont investis et le temps s'est levé. Miracle de l'insularité, sans doute.

«On parle quelle langue ici?»

11h30, les apprentis ont rendez-vous avec Jean-François Rocher, le maire de Molène. Garçons et filles sont plus silencieux. Mais Jean-François Rocher possède un humour à défriser des moutons ouessantins: «Quand on arrive, on se demande un peu où on est tombé. Ici, c'est un peu les Dom-Tom». Sa bonhomie comble les blancs: «Le sport national molénais, c'est la marche à pied. C'est pour ça qu'on n'a pas besoin de voiture»... Enmême temps, Laurent Wendeling sait que ses protégés ont de l'humour: «Vous savez, lance-t-il au maire, avant de venir, certains m'ont demandé quelle langue on parlait à Molène. Enarrivant, il y a aussi une jeune fille qui a voulu savoir s'il y avait un décalage horaire par rapport à Brest». 12h30, fin de l'entrevue. Letemps de remplir les estomacs, de recharger les batteries, et voilà les élèves en route vers l'îlot de Lédenez. Les grands travaux vont commencer. Mathieu Le Guillou a enfilé son bleu de travail et ses chaussures de sécurité. Il a hâte d'y être.

Damien Goret

Salon du livre insulaire. Ouessant traverse l'Atlantique

Salon du livre insulaire.

Ouessant traverse l'Atlantique.




Les organisateurs et partenaires du salon, prêts à embarquer pour les îles d'en face, Saint-Pierre-et-Miquelon, la Madeleine...

Le 11e salon international dulivre insulaire d'Ouessant met le cap à l'ouest, sur la route des Terre-neuvas, rend hommage àKazantzaki, se penche sur l'édition numérique...

«On a fêté les dix ans du Salon international du livre insulaire d'Ouessant l'été dernier. On est donc repartis pour une décennie», explique Isabelle Le Bal, fondatrice du salon, confiante etdéterminée. Avec les membres de l'association Cali (Culture, arts et lettres des îles), elle invite cette année, du 19au 23août, les amateurs de littérature à s'intéresser aux écrivains des îles de l'autre côté de l'Atlantique: Saint-Pierre-et-Miquelon, les îles de la Madeleine et les îles québécoises de l'embouchure du Saint-Laurent.

Invités d'honneur

Une bonne occasion de découvrir, ou relire, des écrivains comme Eugène Nicole, originaire de Saint-Pierre-et-Miquelon, professeur de littérature française àl'université de New York, spécialiste de Proust, dont les éditions de l'Olivier ont rassemblé plusieurs romans en un volume («L'oeuvre des mers», «Les larmes de pierre», «Le caillou de l'Enfant-Perdu»), ou comme Alexis Gloaguen, poète installé àSaint-Pierre-et-Miquelon depuis une vingtaine d'années. Des invités d'honneur, écrivains et éditeurs, qui permettront notamment d'aborder le problème de l'édition en langue française dans un environnement anglophone. Le onzième salon va aussi rendre hommage à un immense écrivain, né sur l'île de Crète, surtout connu du grand public grâce au film «Zorba le Grec»: Nikos Kazantzaki, auteur également de nombreux textes sur les grands mythes insulaires.

97livres en compétition

Le prix du livre insulaire, qui sera remis dès le premier jour, est désormais, d'après Yves Goulm, un des membres du jury, «clairement identifié et considéré comme une référence en matière de littérature insulaire». Le cru 2009 serait «d'une richesse extraordinaire», avec 97 ouvrages en compétition. Les visiteurs du salon 2009, qui bénéficieront de tarifs promotionnels sur les bateaux de la compagnie maritime Penn ar Bed, retrouveront les auteurs et les éditeurs dans la grande salle omnisports, dont ceux de l'Atlantique Nord et de l'Océan Indien (Réunion et Mayotte), les expositions, les animations, le café littéraire transformé en «Place àjaser», les concerts, un atelier pour les enfants, la dictée des Fêlés de l'orthographe, le concours de nouvelles, des débats sur l'édition numérique...

Pratique Salon international du livre insulaire d'Ouessant,
du mercredi19 au dimanche 23août, bourg de Lampaul.
Entrée gratuite.
Renseignements, tél.06.81.85.41.71.
www.livre-insulaire.fr
Compagnie Penn ar bed: 02.98.80.80.80.

lundi 8 juin 2009

Le SOeS (ex IFEN) publie un atlas des 16 îles de l'Atlantique

Actu-Environnement.com - 08/06/2009

Le Service de l’observation et des statistiques (SOeS, ex IFEN ) du Commissariat général au développement durable met en ligne sur son site un atlas qui présente les 16 îles de la façade maritime atlantique réparties dans 5 départements : Bréhat (Côtes d’Armor); Batz, Ouessant, Molène, Sein (Finistère); Groix, Belle-Île, Houat, Hoëdic, Arz, île aux Moines (Morbihan); Noirmoutier, Yeu (Vendée); Ré, Aix, Oléron (Charente-Maritime).

Les aspects territoriaux, démographiques, économiques et environnementaux sont abordés et chaque île est présentée sur une double page. Cette synthèse a été rédigée en mobilisant les données de la statistique publique ainsi que celles sur l’occupation du sol et les espaces protégés, précise le SOeS.

Rappelons que les espaces naturels ouverts et les zones humides représentent 31 % des territoires îliens contre 10 % sur le littoral des départements limitrophes et 8 % en métropole. La richesse écologique des îles de l'Atlantique est également importante et 20 % de leur territoire est désigné en Znieff de type I (zones naturelles d'intérêt écologique faunistique et floristique. En 2007, les sites Natura 2000 couvraient 42 % de leur territoire, soit plus du double de la moyenne littorale des départements limitrophes, précise le SOeS.

R. BOUGHRIET

1/ Télécharger l'atlas;
pour cela cliquez sur le titre pour avoir le lien source.
et imprimer l'atlas.

vendredi 5 juin 2009

Pour observer des oiseaux marins et cétacés.

Cliquez sur le titre,
pour l'accès au site web










J'organise bénévolement un stage de découverte des cétacés et oiseaux marins du 19 au 23 septembre dans le sens Bilbao-Portsmouth-Bilbao et qui passera au large de la pointe bretonne.
Fin des inscriptions vers fin juin. Les bénéfices sont reversés au Téléthon. Tous les détails sur http://www.lacroisieredesbaleines.com/voyage.html.

Andréas

Asparagopsis armée ou Harpon de Neptune

Asparagopsis armata.
Asparagopsis armée ou
Harpon de Neptune.










photo: gonzales.manuel


Systématique Embranchement: Rhodophytes
Famille: Bonnemaisoniacées
Classe: Rhodophycées
Genre: Asparagopsis
Ordre: Bonnemaisoniales
Espèce: armata Harvey, 1855

Description:
Algue rouge dont le thalle forme des touffes de filaments roses d'une dizaine de cm de hauteur, fixés sur un stolon cylindrique.

Les filaments comprennent un axe sur lequel sont insérés sur quatre rangs des rameaux, les uns courts et simples, les autres ramifiés et longs. Certains rameaux ont la forme de harpons.

La structure est uniaxiale, formée d'une lacune centrale contenant une cellule axiale entourée d'un tissu formant un manchon cortical.


Biologie:
Végétal autotrophe;
Algue annuelle dont le cycle de développement qui dure un an comprend la succession de 3 générations différentes (cycle trigénétique hétéromorphe). La génération visible ci-dessus (gamétophyte) comprend des thalles mâles et des thalles femelles (espèce dioïque).
La deuxième génération (carposporophyte) est représentée par une petite sphère blanche pédonculée; on en distingue 3 sur la photographie.
Enfin la troisième génération asexuée (sporophyte, ci-contre) forme des thalles en pompons rouge violacé, filamenteux de 1 à 2 cm de diamètre, baptisés Falkenbergia rufolanosa (Harvey) F. Schmidt 1897.

Cette espèce possède aussi des rameaux simples porteurs d'épines recourbées formant un harpon capable de se rompre facilement; emportés par les vagues et les courants ils s'agrippent à d'autres algues et participent à la dissémination de l'espèce (il s'agit d'un véritable bouturage).

Écologie:
Algue qui forme une ceinture sur les rochers de l'étage, dans des eaux peu éclairées (espèce sciaphile), et calmes (mode calme).
Espèce d'origine australienne, apparue sur les côtes européennes en 1925 et introduite en Méditerranée en 1930 par Gibraltar.

A Ouessant, une algue rouge pour sortir de la mono-activité touristique

Le harpon de Neptune, l'une des multiples algues présentes à Ouessant (Finistère), fait la prospérité d'une PME locale qui l'exploite pour la cosmétologie, et le bonheur de la municipalité qui compte sur elle pour sortir de la monoactivité touristique de l'île.

Cette algue rouge (Asparagopsis armata) aux rameaux dotées d'épines recourbées, originaire de l'hémisphère sud, a récemment colonisé les eaux de l'hémisphère nord, en arrivant accrochée aux coques des bateaux.

Implantée dans une ancienne caserne disciplinaire des troupes coloniales, à l'entrée du bourg de Ouessant, l'entreprise Algues et Mer (5 personnes aujourd'hui) l'exploite depuis 2007 pour en extraire une substance bactéricide et fongicide baptisée Ysaline.

Ce produit naturel a trouvé rapidement des débouchés dans la cosmétologie où ses caractéristiques antiseptiques sont appréciées pour la conservation des crèmes. Une fois ouvert, la durée de vie d'un pot peut dépasser deux mois malgré un contact quotidien avec les doigts.

La matière première est cultivée par bouturage dans deux parcs sur 5,8 hectares dans la baie de Lampaul.

"Le harpon de Neptune se trouve à l'état naturel dans les eaux côtières de l'île mais en quantité insuffisante pour être directement récolté sur l'estran", explique Guy Potier, 46 ans, vétérinaire de formation qui dirige Algues et Mer avec un associé chargé de la commercialisation à Paris.

Des filières de plusieurs dizaines de mètres de long sont ensemencées en octobre. L'algue se développe en hiver dans les eaux brassées de la baie et donne "5 tonnes en deux ou trois récoltes à partir de février", explique Guy Potier.

Loin de la crise et malgré son éloignement du continent (20 km), Algues et Mer a réalisé un chiffre d'affaire de 480.000 euros en 2008 et vise les 2 millions d'euros à court terme ainsi que le doublement des effectifs à 10 employés.

La PME fabrique également à partir d'algues des produits qui entrent dans la composition d'un médicament de contrôle du poids, d'un autre anti-inflammatoire, et d'un produit hydratant.

Ouessant, "la région la plus riche du monde en macro-algues avec 300 espèces" selon Guy Potier, offre un vaste champ d'expérimentation à Algues et Mer qui est sur la piste - avec l'université de Rennes - d'un nouveau produit d'odontologie extrait, cette fois, d'une algue brune.

L'île, peuplée de quelques 3.000 habitants avant la première guerre mondiale, ne compte plus que 850 habitants. Sa principale source de revenus est le tourisme avec ses 4 hôtels-restaurants et une dizaine de gîtes ou chambres d'hôtes.

"Tout ce qui peut diversifier l'activité est essentiel", affirme Denis Palluel le maire d'Ouessant en rappelant que l'île accueille jusqu'à 120.000 visiteurs par an.

La municipalité a donc investi "500.000 euros dans la réhabilitation de ces locaux loués à Algues et Mer", explique-t-il.

"En dehors des deux derniers pêcheurs professionnels, Algues et Mer est la seule entreprise d'Ouessant à valoriser les produits de la mer", souligne-t-il.

(©AFP / 05 juin 2009 09h21)

jeudi 4 juin 2009

Collège du Ponant. Deux jours de récré.

Collège du Ponant.
Deux jours de récré.
Ateliers de chant ou de manipulation d'objets et découverte du monde de la pêche sont au programme de ce regroupement des sixièmes du collège du Ponant à Groix.




Photo François Destoc

Pour rompre leur isolement de collégiens-îliens, les élèves de sixième du collège des Iles du Ponant ont profité du Défi des ports de pêche qui se déroule à Groix jusqu'à dimanche, pour se regrouper.

«Je suis contente de retrouver mes copines. On s'envoie des mails pendant l'année mais ce n'est pas pareil. Je n'étais jamais venue à Groix. C'est plus grand qu'Houat mais il y a plus de voitures». Annaest en train de manger son sandwich, à l'ombre du préau du collège des Iles du Ponant, à Groix. Unique collégienne scolarisée sur l'île d'Houat, elle profite avec délectation du regroupement des enfants des îles du Finistère et du Morbihan.

Un seul et même collège

Selon les horaires de leurs bateaux respectifs et accompagnés chacun d'un professeur, tous ont convergé, hier, vers Groix. Anna, seule élève d'Houat, Bryan, seul élève de Molène, ou Manille, seule élève de Sein, ont retrouvé leurs copains de Batz et Ouessant. Ils seront hébergés pendant deux jours dans les familles des onze élèves groisillons. Une rencontre organisée par l'équipe d'enseignants du collège des Iles du Ponant, à l'occasion du Défi des ports de pêche qui se déroule à Groix jusqu'à dimanche. Un regroupement indispensable pour ces élèves isolés aux quatre coins des «confettis» bretons de l'Atlantique et de la Manche. «Notre collège compte 88 élèves, répartis sur six des sept îles que comptent le Finistère et le Morbihan», explique Marie-Elise Réa, principale du collège des Iles du Ponant. «Nous avons décidé de regrouper tous les élèves de sixième à Groix, soit25élèves. Beaucoup ont des pêcheurs dans leur famille. Nous profitons du Défi des ports de pêche pour répondre à leurs questions.Et pour leur faire faire des activités en commun, qu'ils aient le sentiment d'appartenir à un même collège. C'est important pour eux.Notre rôle est d'ouvrir leur univers sur ce qui se passe sur le continent ou les autres îles du collège. Certains ne quittent quasiment jamais leur île».

Des professeurs proches des élèves

Ce séjour groisillon est leur troisième rencontre de l'année. Tout au long de l'année, ils sont allés à Brest voir des spectacles, dans le cadre d'un partenariat avec le Quartz. Au programme des deux jours, pas de cours en visioconférence, comme habituellement, mais des ateliers chants et de manipulation d'objets. Tous ensemble. «Ce sont des élèves calmes», explique Marie-Elise Réa. «Comme ils sont peu nombreux, voire seuls, les difficultés sont traitées individuellement. Les professeurs sont proches des élèves et de leur famille. On les voit souvent. Nous n'avons aucun problème de vie scolaire. Ils vivent une enfance très protégée. Ils vivent libres dans leur île».

Sophie Paitier

mercredi 3 juin 2009

Surfrider poursuit sans relâche les pollueurs des mers

Surfrider Foundation -
Actions juridiques dégazages - Brest,
Surfrider poursuit sans relâche les pollueurs des mers





Le 3 juin se tiendra à Brest le procès du navire Valentia pour pollution volontaire. Surfrider y sera partie civile. Ce navire roulier battant pavillon du Liberia avait été surpris le 11 novembre 2009, dans le Golfe de Gascogne alors qu'une pollution longue de 18 km s'etendait dans son sillage.

La perspective d'une sanction en cas de flagrant délit de dégazage ne semble pas inquiéter suffisamment les armateurs et équipages des navires. Cette semaine encore le Matterhorn, cargo liberien navigant au large d'Ouessant, a été déroute sur Brest après qu'un avion des douanes ait repéré une nappe d'hydrocarbures de 22km de long et 200 mètres de large dans son sillage.

Surfrider ne manquera pas de se porter partie civile en cas de procès afin de faire valoir vos droits et continuer a combattre la pollution du milieu marin.

Des moyens de poursuites encore faible face aux enjeux environnementaux

Il faut noter que c'est le quatrième navire de nationalité libérienne que Surfrider va poursuivre devant les tribunaux. Ce pavillon de complaisance est visiblement peu regardant des normes de protection de l'environnement marin à respecter. Ces navires tirent parfois plus de profit a nettoyer leurs cuves dans la mer (plutôt que dans les installations portuaires prévues à cet effet) et payer des amendes plutôt que de respecter la législation en vigueur.

De plus on ne peut sanctionner les navires que s'ils sont pris en flagrant délit par les aéronefs des services des douanes. De simples comparatifs des contenus des cuves entre les ports d'escale du navire et la vérification de leur passage dans les installations portuaires de réceptions des résidus de cargaison pourraient constituer des preuves incontestables, moins couteuses et plus écologiques. Cependant ces arguments ne sont pas encore valables a eux seuls devant le tribunal.

Nos propositions de solutions dans le cadre du Grenelle

Dans le cadre des groupes de travail du Grenelle de la mer Surfrider avance des propositions de simplification de l'apport de la preuve dans les procès pour pollution volontaire ainsi les navires ne pourront plus échapper à leurs responsabilités. Nous souhaitons aussi la création d'fun organisme type gardes côtes européens.

mardi 2 juin 2009

Sur les traces du requin pèlerin : entre la côte bretonne et Ouessant,

Le dos et les flancs du requin pèlerin sont gris-brun. Sa première nageoire dorsale (aileron) peut dépasser le mètre. La seconde nageoire dorsale est petite. La caudale est asymétrique, la partie supérieure de grande taille. Le requin se nourrit en nageant près de la surface, gueule ouverte. © J. Mourier / Apecs




Jusqu'à douze mètres de longueur et cinq tonnes sur la balance mais complètement inoffensif et très mal connu... C'est le requin pèlerin. © Chris Gotschalk / Licence Commons




Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences


Une équipe de biologistes marins s'apprête à traquer ce sélacien géant, menacé par la pêche accidentelle et encore mal connu, en mer d'Iroise et en mer d'Irlande. Elle fait aussi appel à tous les amoureux de l'océan, des kayakistes aux « voileux ».
Avec ses dix mètres de longueur en moyenne, c'est un des plus grands poissons. Pourtant, le requin pèlerin, alias Cetorhinus maximus, reste discret et les biologistes en savent très peu sur sa vie. On connaît depuis toujours son long nez pointu (qui a valu son nom à l'espèce, rhinus voulant dire nez). On sait que ce paisible géant se nourrit de zooplancton, qu'il avale grâce à son immense gueule et qu'il filtre à l'aide de structures ressemblant à des peignes (les branchiospines) installées dans ses immenses fentes branchiales. Alors que l'on a longtemps pensé qu'il se nourrissait au hasard en nageant au petit bonheur, les biologistes ont finalement compris qu'il choisit ses zones d'approvisionnement et sait y revenir aux bonnes époques. On le trouve dans presque tous les océans du monde mais toujours non loin des côtes, sur les plateaux et les talus continentaux, là où le plancton est le plus abondant.
Ce sélacien (famille des Cétorhinidés) devrait donc être facilement observable. Mais ces poissons vivent isolés et les populations sont petites et clairsemées (il est probable que les océanographes, eux aussi, sont trop peu nombreux...).
Les déplacements, les mœurs et la reproduction de ce chondrichtyen géant, juste un peu plus petit que le requin baleine, sont à peu près inconnus du monde des hommes. Pourtant, les rencontres ne sont pas rares. Le requin pèlerin a longtemps été pêché, pour sa chair, son foie, sa peau et, en Asie, pour ses ailerons. En Europe, la pêche est devenue marginale, essentiellement norvégienne. Mais ces grands poissons sont régulièrement victimes de pêche accidentelle et même de collisions avec les grands navires. Comme d'autres requins, l'espèce figure maintenant sur la Liste Rouge de l’UICN au chapitre En Danger d’extinction.

Chasse au gros

Pour en savoir plus, une opération baptisée Sur les traces du requin pèlerin vient d'être organisée et s'apprête à prendre la mer dès lundi prochain, réunissant une équipe de scientifiques de l’Association Pour l’Etude et la Conservation des Sélaciens (Apecs, créée par des étudiants en biologie marine de l'université de Brest), de scientifiques de la Fondation Malpelo (en Colombie) et d’agents du Parc naturel marin d’Iroise. Le Fleur de Lampaul, un ancien caboteur breton devenu monument historique et ambassadeur de la Fondation Hulot, sera de la partie.
Du premier au 15 juin, l'équipe naviguera au nord de la mer d'Iroise (qui vient lécher la pointe ouest de la Bretagne) sur deux sites du Parc naturel marin d’Iroise. L'un est situé au large de Porspoder et de Lampaul-Plouarzel, c'est-à-dire entre la côte bretonne et Ouessant, et le second au sud de l’archipel de Molène (donc au large du Conquet et de la pointe Saint-Mathieu). Une seconde expédition s'intéressera, du 5 au 14 juillet, aux abords de l'île de Man, en Irlande.
L'objectif ? Des ailerons... Non pour les récupérer, bien sûr, mais d'abord pour les photographier. Car pour cet animal si mal connu, une simple rencontre est précieuse et un ensemble de données de ce genre renseigne les biologistes sur les populations, les déplacements et les lieux de nourrissage. L'équipe, de plus, emportera cinq balises radio, permettant un suivi par satellite, et espère bien pouvoir les fixer sur l'immense poisson.
Mais en dehors de ces expéditions, les observations de tous sont sollicitées, où qu'elles aient lieu. Tous les arpenteurs des mers, marins pêcheurs, navigateurs au long cours, plongeurs, plaisanciers ou kayakistes peuvent donc eux aussi participer à cet effort de recherche et noter soigneusement, et, mieux, photographier, l'apparition d'un grand aileron (voir l'image au sein de cet article) et prévenir l'Apecs (06 77 59 69 83). Pour un animal si rare et si discret, il n'y aura jamais trop d'observateurs...