vendredi 18 juin 2010

18-Juin: André Quelen avait 19 ans.









18 juin 2010
Cliquez sur le titre
pour lire la source.

«La flamme de la résistance ne s'éteindra pas». Il y a 70ans, le général De Gaulle appelait les Français à se battre. André Quelen est l'un des jeunes Brestois qui ont rejoint Londres enjuin1940.

«Nous étions quelques jeunes Brestois bien décidés à se battre pour sauver notre France». André Quelen, 19ans en 1940, était l'un des rares à ne pas perdre espoir face à l'occupation allemande. À l'époque, il étudie au lycée naval de Brest. «On savait que ça allait mal. Beaucoup de mes camarades ontembarqué dès le 17 juin sur les derniers bateaux anglais ou polonais qui partaient de Brest».

De Brest à Londres

Le lendemain, c'est un camarade qui le décide à rejoindre lui aussi l'Angleterre. «L'Appel du 18-Juin, je ne l'ai pas entendu. Et je n'ai jamais rencontré le général De Gaulle!». Avec son ami, ils tentent de faire démarrer la voiture familiale pour rejoindre Le Conquet, en vain. «Nous avons donc commencé à marcher de Saint-Pierre jusqu'au Conquet. Vingt kilomètres, un bout de chemin!». Ils sont finalement conduits en voiture par l'oncle d'un ami, qui les croise sur la route. «Nous avons embarqué avec des marins et des soldats sur un petit bateau, mais il ne continuait pas au-delà d'Ouessant. Le curé de l'île nous a accueillis». On les réveille dans la nuit: un bateau part pour l'Angleterre. Ils embarquent sur le Mousse-Le Moyec et atteignent Plymouth, au terme d'une journée de navigation.

Reçu par le prince Charles

«Les Anglais nous ont bien accueillis, ils n'ont pas posé de questions». À Londres, André Quelen s'engage aux Forces française libres (FFL) et intègre la première Compagnie des chasseurs, où il apprend à manier les armes. «Lorsqu'on nous a demandé de nous engager, pas un seul d'entre nous n'a refusé. Les plus jeunes étaient âgés d'à peine 16ans, ils avaient accompagné leurs frères aînés». C'est le début, pour André et tous les autres, de plus de quatre ans de combats. La guerre du désert en Afrique du Nord puis des batailles en France. La 1re DFL, dont fait partie André Quelen, débarque en Provence, le 16août 1944, pour libérer les parties sud et est de la France. La 1re DFL est dissoute un an plus tard. «Lorsque je suis rentré à Brest après la guerre, l'état de la ville m'a fendu le coeur», se rappelle André. Aujourd'hui, à 89 ans, André Quelen est président de l'Amicale de la 1re DFL. Il a d'ailleurs apporté sa collaboration au livre de Guy Crissin qui raconte l'épopée de cette division (lire ci-dessous). Aujourd'hui, il est reçu à Londres par le prince Charles. «J'y suis déjà retourné à deux reprises, invité par la Reine». Cette fois, c'est pour célébrer le 70e anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940.

Aucun commentaire: