vendredi 4 juin 2010

Cosmétique. Depuis Ouessant rayonner dans le monde











cliquez sur le titre
pour lire la source.



«Île extrême», Ouessant ne vit pas que de tourisme. Des entreprises, comme Algues &Mer, s'y sont installées en s'adaptant à l'échelle îlienne et en profitant des ressources disponibles.

« Il faut savoir rester à l'échelle de l'île », répète souvent Guy Potier, P-dg d'Algues & Mer.
La société ouessantine fabrique des actifs pour le cosmétique et les compléments alimentaires à partir d'algues depuis 1994.
Ses principaux clients: les grands groupes pharmaceutiques, souvent américains. Elle travaille à 90% à l'export.
Pas mal pour une PME de sept personnes. Un chiffre d'affaires modeste en 2009: 500 K€. « Mais il devrait progresser rapidement! En 2010, peut-être plus d'unmillion euros? On vise l'équilibre cette année », annonce le P-dg.
L'entreprise vient aussi de réaliser une augmentation de capital de 850.000€.
Le premier avantage d'Ouessant pour Algues & Mer, c'est la richesse de la mer d'Iroise avec 300 espèces de macro-algues. «Tant sur le plan quantitatif et qualitatif, il y a tout ce qu'il faut ici pour nous, indique Guy Potier.
Notre équipe consacre 80% de son temps à la R & D.»

Un équilibre à trouver
La société, qui travaille en BtoB, a d'ailleurs lancé, fin mai, à Genève, un son produit Insea2, nouveauté dans le marché du weight management. «Nous avons rencontré un gros succès.
Plus de 250 contacts et toutes les plus grosses boîtes européennes du secteur.» Sur ce produit, Algues & Mer s'est associée à un distributeur parisien, Ideactifs, dirigé par le Brestois Bruno Le Mer.
La société récolte quinze tonnes par an d'une dizaine d'espèces d'algues, selon les périodes, sur 5,7ha dans la baie du port de Lampaul. « On fait tout ce qu'il est possible de faire ici, à Ouessant: de la recherche à la production. Mais pas de masse. L'île ne pourrait pas le supporter », explique Guy Potier.
Pour lui, il y a un équilibre à trouver entre tourisme et l'autre économie.
Car l'autre avantage d'Ouessant pour les entreprises, c'est, bien sûr, son «authenticité».
Un argument marketing et communication de poids, que ce soit dans le cosmétique ou dans l'agroalimentaire (lire ci-contre).

Entraide et diversification
Pour ramasser ses algues et pouvoir ensuite les cultiver, Algues & Mer fait parfois appel à Scaph'Eusa (30K€ de CA), une autre entreprise locale, montée en il y a deux ans par Bertrand Terkowsky.
Ce scaphandrier fait de l'entretien portuaire ou encore de l'assistance au navire. Et donc du ramassage d'algues. « Il faut savoir faire des choses différentes pour vivre à toutes les périodes », explique l'entrepreneur, qui a créé cette activité à Ouessant. « Mais il faut qu'une nouvelle activité réponde aux besoins. »
Une entraide mutuelle et implication des îliens qui compensent les inconvénients comme l'isolement ou la difficulté à trouver de la main-d'oeuvre.

Aucun commentaire: