dimanche 27 juin 2010

Le continent et ses algues vertes: Amendement et moratoire de porcherie









Dimanche 27 Juin 2010
Cliquez sur le titre
pour lire la source.

Vers un moratoire européen sur les porcheries et une étude épidémiologique, le moratoire sur les porcheries est passer inconnu dans le grenelle de l'environnement

Si l'amendement des députés bretons est adopté en séance plénière par les députés, le 30 juin prochain, tout projet de création ou d'extension de porcherie jusqu'à 2.000 places de cochons (5.000 porcs par an) serait dispensé d'étude d'impact.
«Alors que l'investissement public n'a jamais été aussi important (120M€ pour le plan algues vertes) et que la France est sous la menace de sanctions de l'Europe pour la qualité de ses eaux, ce genre de mesure illustre la difficulté à mettre en oeuvre des politiques cohérentes»

Un moratoire pour rétablir l'équilibre en phosphore des terres saturées de lisier porcin, conséquence d'un épandage abusif .
Un nouveau règlement sur les exploitations agricoles qui puisse assurer la protection de l'environnement, de l'eau et du sol contre la pollution causée par l'élevage d'animaux, principalement le porc mais aussi le bétail et la volaille.

Règlement ou pas, sur les terres déjà saturées, l'épandage va continuer.

Pour arriver à faire un inventaire ferme par ferme, faudrait embauché des centaines de personnes.
Pour les grands projets d'agrandissement de plus de 250 porcs qu'en est-il?
Pour protéger les cours d'eau, il faudrait un règlement qui interdit pour la première fois l'épandage à moins d'un mètre du bord des ruisseaux et des fossés, soit une bande qui, mise bout à bout.
De même, l'épandage n'est pas être permis à moins de trois mètres de la rive d'un cours d'eau ou d'un plan d'eau.
Le gouvernement va t-il commandé une vaste étude épidémiologique dans les bassins versants en surplus de fumier .
L'«acceptabilité sociale» des porcheries, un euphémisme pour dire que les gens n'en veulent pas.
Il faudrait une commission qui se pencherait aussi sur le phénomène de déforestation qu'entraîne la recherche effrénée de nouvelles terres pour l'épandage.

On pourrait exiger une «étiquette verte».
La FAO ont averti que l’augmentation de la production intensive de porc augmentait le risque de développement et de transmission de maladies.
«Simplification administrative de projet de création ou d'extension de porcherie »
Selon Jean-Pierre Le Bihan, vice-président de la chambre d'agriculture des Côtes-d'Armor il s'agit que d'une simplification administrative permettant de réduire de moitié les délais d'instruction. C'est aussi un alignement sur les autres pays européens.

Aucun commentaire: