dimanche 31 octobre 2010

Coville file vite

                            C'est parti pour la Route du Rhum 2010 Crédits photo : Panoramic

Thomas Coville pointe en tête de la flotte de la Route du Rhum-La Banque Postale, après 7 heures de course. En monocoques, c'est Jean-Pierre Dick qui a pris le meilleur départ.

Coville passe Cammas
C'est parti pour la 9e édition de la Route du Rhum. Sur un plan d'eau surchargé et dans un vent léger, les skippers ont quitté St-Malo pour prendre la direction de la Guadeloupe et Pointe-à-Pitre. Le mieux parti à 13h02, Franck Cammas, a depuis légèrement rétrogradé. Le skipper de Groupama 3 pointe ce soir à une dizaine de milles de Thomas Coville. Sodeb'O mène la flotte devant l'étonnant Sidney Gavignet (Oman Air Majan). L'ensemble de la flotte se tient pour le moment en une quinzaine de milles, seuls Lamiré, Escoffier et Quentin étant déjà lâchés.

Dick devant Desjoyeaux
Si les multicoques ULTIME ont attiré tous les regards, la bagarre a également commencé en monocoques IMOCA. Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3) fait pour le moment la nique au «Professeur» Michel Desjoyeaux. Le vainqueur du dernier Vendée Globe, qui étrenne sur cette course son tout nouveau bateau, avait pris les devants avant de passer le Cap Fréhel où 50 000 spectateurs s'étaient massés ! Depuis, il a rétrogradé en 3e position. L'écart entre les 5 hommes de tête (Dick, Jourdain, Desjoyeaux, De Pavant et Riou), relève de l'anecdote (2,7 milles), mais évoque déjà les prémices de la bagarre à venir à travers l'Atlantique. Arnaud Boissières (Akena Veranda) qui avait pris le meilleur départ, et Armel Le Cléac'h (Brit Air) pointent un tout petit peu plus loin.

La nuit ne devrait pas être calme pour les skippers car les premiers choix vont déjà devoir être effectué. «Le flux s'organisera au nord-est force 3 puis se renforcera dans la nuit force 4 en tournant au nord. Les premiers pourraient atteindre Ouessant en fin de nuit», précise Météo-Consult. La mer devrait d'ailleurs grossir lundi, avec un vent un peu plus fort qui tournera à l'ouest.

Classement à 20h10 :
http://www.routedurhum-labanquepostale.com/fr/s01_home/s01p01_home.php
Classe ULTIME
1. Thomas Coville (Sodebo) 3432 milles de l'arrivée
2. Sidney Gavignet (Oman Air Majan) à 3.2 milles du leader
3. Franck Cammas (Groupama 3) à 14.4 milles du leader
4. Yann Guichard (Gitana 11) à 15.8 milles du leader
5. Francis Joyon (Idec) à 21.2 milles du leader
6. Philippe Monnet (La Boite à Pizza) à 22.4 milles du leader
7. Gilles Lamiré (Défi Cancale) à 30.0 milles du leader
8. Servane Escoffier (Saint-Malo 2015) à 36.3 milles du leader
9. Bertrand Quentin (Côte d'Or II) à 47.2 milles du leader

CLASSE IMOCA
1. Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3) à 3459.7 milles de l'arrivée
2. Roland Jourdain (Veolia Environnement) à 1.2 mille du leader
3. Michel Desjoyeaux (FONCIA) à 1.2 mille du leader
4. Kito De Pavant (Groupe Bel) à 2.0 milles du leader
5. Vincent Riou (PRB) à 2.7 milles du leader
6. Arnaud Boissières (Akena Vérandas) à 5.0 milles du leader
7. Armel Le Cléac'h (Brit Air) à 6.4 milles du leader
8. Marc Guillemot (Safran) à 6.6 milles du leader
9. Christopher Pratt (DCNS 1000) Non localisé

cliquez sur le titre pour lire la source.

Franck Cammas (Groupama 3): A Ouessant, avec la houle et le vent forçant, ça va être sport.

La Route du rhum. De quoi s'enrhumer: 31.10.2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

C'est par un vent modéré et une mer calme que le départ de la Route du Rhum a été donné dimanche en début d'après-midi. Les 85 navigateurs doivent rallier Pointe-à-Pitre d'ici 10 à 20 jours.
Par ce "sprint à travers l'Atlantique" - sprint de 3542 milles marins tout de même (soit 6560 km) -, les aventuriers rallient St-Malo, en Bretagne, à Point-à-Pitre, en Guadeloupe, aux commandes de son multicoque Gitana 11.

Epreuve reine?
La Route du Rhum est considérée comme l'épreuve reine de la navigation hauturière, car elle ne sacre que de grands marins. Michel Desjoyaux, multi, Helen MacArthur, mono, en 2002.
Lors de la dernière édition, en 2006, Lionel Lemonchois avait pulvérisé la marque record de l'épreuve en 7-17-19, soit 7 jours, 17 heures et 19 minutes.
Dans l'autre catégorie, cele des monocoques, lutte au coureau entre Roland Jourdain et Jean Le Cam, séparés de 26 minutes à l'arrivée.

Stève Ravussin: amère souvenir
Un Suisse aurait dû entrer dans ce collège restreint des "grands". Mais, vous savez ce qu'il advint des espoirs de Stève Ravussin, qui chavira à 24 h du but, victime de son assoupissement fatal.
Desjoyaux, Riou, Jourdain, Dick et le vainqueur sortant Lemonchois sont favoris en 2010. Côté helvétique, Bernard Stamm continue d'affûter ses armes à bord de son Classe 40, dans l'attente du prochain Vendée Globe qu'il disputera avec son nouveau 60 pieds
TSRsport.ch/Ed.Stutz

ILS ONT DIT: (tiré du site officiel http://www.routedurhum.com/)
http://www.routedurhum-labanquepostale.com/fr/s01_home/s01p01_home.php

Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3)
« Ces périodes d’avant-départ sont longues et pesantes. On ne s’y habitue jamais. On a hâte de partir, et en même temps on est bien à terre. Il faut gérer l’incertitude tout le temps.
Trouver le sommeil, gérer les partenaires, les amis et surtout bien travailler la météo, surtout pour nous en Imoca puisque nous n’avons pas de routeur. »

Franck Cammas (Groupama 3)
« Ce n’est pas plus mal d’avoir des conditions calmes au départ et de pouvoir rejoindre le cap Fréhel en un bord. Il y a eu pire comme départ de la Route du Rhum!
Dans ces conditions légères (peu avantageuse pour son bateau lourd, ndlr), je ne pense pas être devant à la pointe Bretagne. Je vais m’appliquer à sortir de la Manche sans encombre, et avec le moins de retard possible.
A Ouessant, avec la houle et le vent forçant, ça va être sport. Il y aura du rangement à faire sur le pont. »

Armel Le Cléac’h (Brit Air)
« Il va falloir faire attention la première nuit à la zone de transition sans vent. Il ne faudrait pas se faire coincer et prendre tout de suite du retard. »

Erwan Leroux (Fenétréa Cardinal)
« A l’issue du briefing météo, nous avons une bonne indication sur la météo du départ. Les conditions semblent moins difficiles qu'annoncées jusqu'à présent.
Je peux donc partir relativement détendu. Je serai notamment plus serein pour la sortie des écluses.

Toujours déterminés, les Ouessantins manifestent

vendredi 29 octobre 2010, cliquez sur le titre pour voir la source.

Photo de la manifestation du Jeudi 28, info sans texte.

Cela c'est passé à Ouessant.

Réunion du groupe des écologistes d'Ouessant
Réunion publique vendredi 29 octobre, 17 h, chez Romain Morin, Kerc'Héré.
Organisateur : Convention des écologistes d'Ouessant. Tous ceux qui se reconnaissent dans les valeurs écologistes ainsi que ceux qui souhaitent construire un projet alternatif pour l'île sont invités à y participer.
-------------------------------------

Subaqua club de plongée Assemblée générale samedi 30 octobre, 16 h, salle de la mairie.
-------------------------------------

Balade lecture : muse des écrivains Visite guidée de Lampaul au fil de la plume d'écrivains.
Jeudi 28 octobre, à 17 h, rendez-vous devant l'église.
Payant. Contact et réservation : 06 07 06 29 02,
http://www.kalon-eusa.com/

samedi 30 octobre 2010

Route du Rhum : les 4 clés d'une ivresse collective.

               Photo : dans le port de Saint-Malo avant le départ de la Route du Rhum 2010.
                                            Par Nathalie Krafft; Journaliste: 30/10/2010.

Dimanche à 13h02 tapantes, un top départ libèrera une flotte de 85 solitaires qui piaffent dans les bassins de Saint-Malo depuis une semaine. Direction Pointe-à-Pitre pour la neuvième édition de la Route du Rhum.
Quarante-huit heures avant le départ, le cap du million de visiteurs arpentant les pontons malouins a été franchi. Dimanche, ce sera pire, si on peut dire. Alors ? Comment expliquer une telle attraction, si on excepte le fait que Saint-Malo a la main heureuse dans l'organisation d'événements en tous genres, comme les festivals Quai des bulles ou Etonnants voyageurs ?
Déjà, il y a ces deux mots, route et rhum, qui disent tout : le soleil, l'ivresse, l'aventure. Et aussi, parfois, la gueule de bois quand il y a casse, tempête, disparition.

1- Une première édition mythique
Dès la première édition en 1978, avec ses 38 engagés, tous les ingrédients de la légende étaient déjà là : les 23 jours de course s'achèvent par une régate qui voit la victoire du trimaran de Michael Birch sur le monocoque de Michel Malinosky avec 98 secondes d'écart (voir la vidéo) ! en cliquant sur le titre.
Mais il y eut aussi la disparition d'Alain Colas et de son trimaran Manureva, dont on ne retrouvera jamais rien.

2- De nouvelles règles du jeu
Comme le tournedos Rossini ou la tarte Tatin, l'invention de la Route du Rhum est un trait de génie qui n'a rien à voir avec les études de marché mais tout à faire avec l'imagination de quelqu'un imbibé d'eau salé depuis qu'il est tout petit : Florent de Kersauson, le frère cadet d'Olivier, qui eut l'idée, en 1975, d'une course totalement inédite à l'époque et dont il sera le secrétaire général.
Le principe en est simple mais radicalement nouveau : la course, en solitaire, est ouverte à tout bateau, sans restriction de taille ni autres, et aussi bien aux amateurs qu'aux pros.
Une révolution à l'époque où les courses au large, qui sont aux mains des Anglais, sont strictement réglementées. Au point que personne n'y croyait, ni Eric Tabarly, ni la Fédération française de voile, ni l'administration, et qu'il lui a fallu trois ans de boulot pour convaincre tous ces gens-là.
L'autre idée force de Kersauson est le parcours, lui aussi sans précédent, puisque la destination de la course est les Antilles : ça, c'est la pincée d'évasion, la goutte de rêve, le zeste de fantasme.
« Shakez » tous ces ingrédients, et vous obtenez un cocktail aux puissants arômes qui attire la foule mais aussi les sponsors.

3- L'attrait pour les multicoques, ces « araignées géantes »
Alors qu'en 1978 se joue en 98 secondes le sort d'une course de 23 jours, Vincent Lauriot-Prevost use ses fonds de culottes sur les bancs de l'Ecole d'architecture navale de Southampton.
Avec son copain Marc Van Peteghem, il se réjouit alors, selon ses mots, de la victoire « d'un petit trimaran jaune sur un grand monocoque », car leur rêve à tous les deux, c'est d'imaginer les plans de ces d'araignées géantes qui survolent les flots.
Ils ont bien fait de se réjouir : depuis cinq éditions, tous les bateaux qui ont gagné la Route du Rhum ont été des trimarans dessinés par eux. Le premier étant, en 1990, Pierre 1er skippé par Florence Arthaud. Aujourd'hui, dans les bassins de Saint Malo, neuf bateaux conçus sur leur table d'architecte sont prêts au départ.
Notamment, Gitana 11 barré par Yann Guichard et Groupama 3 barré par Frank Cammas, deux des fascinants esquifs que sont les huit multicoques de la classe ultime, sont leurs bébés.

4- La première transatlantique populaire… et la première ouverte aux sponsors
« La Route du Rhum, c'est la première course française à avoir généré autant de passion », constate Lauriot Prévost :
« En fait, c'est la première transatlantique populaire. De Saint-Malo au Cap Frehel, la côte est blindée de gens qui regardent ! C'était aussi la première transat ouverte aux sponsors. En ce moment, si on calcule, il y a 50 millions d'euros dans les bassins à Saint Malo… »
Aujourd'hui, autant Kersauson que Lauriot Prévost s'accordent pour dire que la Route du Rhum est devenue une affaire de professionnels. Ce qui ne les afflige ni l'un ni l'autre.
« Avant, la caisse à outils passait d'un bord à l'autre. C'était la démerde. Aujourd'hui, les bateaux sont fin prêts, les skippers font des interviews pour les radios et les télés.
Mais dès qu'ils prennent le départ, l'aventure est là. Ce qui est excitant, c'est qu'il y a une course, qui se gagne tout autant sur la valeur du bateau que sur celles du skipper et de la préparation. »

Malinosky me dit : « Je suis juste en-dessous de toi ! »
Et il y a la mer et ses surprises. Qui font parfois de beaux cadeaux. Florent de Kersauson se souvient :
« Lors de la première course, alors que j'étais dans la cabine de l'avion qui m'emmenait à Pointe-à-Pitre, j'ai appelé Malinovsky pour lui demander où il était. “Je suis juste en-dessous de toi ! ”, m'a-t-il répondu.
J'ai regardé à travers la vitre, et, sur la mer des Antilles, j'ai vu un sillage, comme un immense V. Au bout de ce V, la mer n'était pas de la même couleur. C'était Malino. »

"L'avantage sera donné au passage de Ouessant à celui qui sera le plus réactif

Extrait......cliquez sur le titre pour lire l'article en entier.

Carrefour à Ouessant
Si pour le coup de canon du départ, prévu dimanche à 13h02, les prévisions ne sont pas définitivement calées, les concurrents savent dès à présent que les premières heures de courses, et notamment la nuit de dimanche à lundi, s'annoncent exigeantes.
Le vent de secteur Sud-Est modéré va en effet s'effondrer à l'approche de la côte de Granit Rose pour se renforcer quelques heures plus tard aux alentours des 25 nœuds en s'établissant au Nord-Ouest.
Il y aura donc dès les premiers milles beaucoup de manœuvres à effectuer pour adapter au mieux la voilure de Gitana 11 !
Et au passage de Ouessant le flux venant d'Irlande va obliger à un premier choix : plonger vers le Sud en traversant le golfe de Gascogne ou poursuivre son bord vers l'Ouest pour privilégier une route Nord plus proche de l'orthodromie (route directe), tel est tout le dilemme.
À ce jour, les deux chemins arrivent quasiment au même point au même moment, car chaque tandem skipper-bateau a sa propre meilleure route !
"L'avantage sera donné au passage de Ouessant à celui qui sera le plus réactif dans ces vents variables entre le cap Fréhel et la pointe Bretagne.
Ensuite, l'engagement sur une voie nous conduira au moins jusqu'à mi-course. L'incertitude concerne un écroulement probable de l'anticyclone : par quoi sera-t-il remplacé vendredi ?" conclut Sylvain Mondon.
Il est envisageable que les neuf solitaires de la Classe Ultime suivent des voies très différentes dès la sortie de la Manche et que lundi matin, nous découvrions une flotte dispersée sur les premiers pointages du jour.......

A 10 ans, sur ses terres natales de Guadeloupe, il avait accueilli Florence Arthaud lors de sa Route du Rhum.

Damien Seguin, né sans main gauche, a fait "des pieds et des mains" pour prendre part à son tour à la légende. Cliquez sur le titre pour voir son site internet.

Damien Seguin, né sans main gauche, a fait "des pieds et des mains" pour prendre part à son tour à la légende.

Dans la dernière ligne droite avant le grand départ, l'activité bat son plein sur les pontons malouins, chacun procédant aux ultimes préparatifs. Du côté de l'organisation, les contrôles sont plus que jamais à l'ordre du jour, chaque concurrent devant s'y soumettre. Rencontres partenaires, public, enfants, presse et médias, dédicaces, contrôle de sécurité du class 40 … le skipper du Class’40 « Des Pieds et des Mains » ne chôme pas !

Programme de Damien depuis 23 octobre.
Les séances de dédicaces s'enchainent tous les jours sur le stand au village.
Damien s'est aussi déplacé pour dédicacer au Centre Leclerc de Saint Malo, en présence de Sylvain CHENEL, Directeur Général du Centre Leclerc (partenaire pourl 'avitaillement du bateau), puis aux Halles de Dinard, (La Godaille, Charcuterie Lepage, Fromagerie des Halles, Boulangerie des Halles, Maître beurrier et Fruits et Légumes Daniel) tous partenaires pour le baptême du Class 40 Des Pieds et des Mains.

Briefing sécurité des skippers
Au Palais du Grand Large Damien a participé au briefing sécurité avec tous les skippers qui prendront le départ de la Route du Rhum - La Banque Postale le 31 octobre prochain. Un moment émouvant avec le rappel des accidents des autres Routes du Rhum, mais rassurant avec une description de tous les moyens mis en œuvre en cas de problème (secours air, terre, mer)

Puis il s'est précipité sur le bateau corsaire Etoile du Roy pour la remise des prix de la Manille d'or. Une semaine avant le départ de la route du Rhum, l'Association des Descendants de Capitaines Corsaires qui souhaite maintenir le prestige d'une activité maritime ayant connu ses heures de gloire, a remis la "Manille d'or remise à Armel Le Cléach." Un prix qui récompense l'esprit d'aventure, d'entreprise et de réussite d'un navigateur. Le nom de Damien Seguin est déjà gravé sur cette Manille d'Or tout comme Franck-Yves Escoffier, Ellen Mac Arthur, Philippe Monnet, Yves Parlier et Maud Fontenoy.

Interviews
Avant de quitter Etoile du Roy, Christian Bex Grand Chroniqueur et grand reporter France Info, qui suit l'actualité de la voile et des sports d'aventure depuis la création de France Info, a fait une petite interview de Damien. A retrouver sur notre site http://www.damienseguin.com/

Tous les jours les interviews s'enchainent : rendez-vous téléphoniques France soir, NRJ, Ouest-France, AFP, et aussi reportages France3, RFO, RMC Sports..... plus les séances photos, les directs France Bleu, France Info, le journal du Rhum avec une projection de 20 mn sur les écrans géants du village.

Une course avant le départ pour laquelle Damien se prête bien volontiers !
voir la vidéo:
http://www.youtube.com/watch?v=kK56NDR5lhw&feature=player_embedded

Un nouveau site météo en lien.

Cliquez sur le titre pour l'accès au site, qui est aussi en lien direct dans" La météo à Ouessant et en Iroise."
à gauche sur la page de présentation.

Route du Rhum : un minuteur de cuisine pour gérer le sommeil

                                             Photo « Le Maine Libre » Denis Lambert

Saint-Malo.
Le départ de la Route du Rhum est donné dimanche à 13 heures au large de Saint-Malo. François Angoulvant estime à une bonne vingtaine de jours le temps nécessaire pour rejoindre Pointe-à-Pitre.

Trois semaines de traversée au cours desquelles les temps de repos se feront en pointillés. « Nous pratiquons le sommeil fractionné, on fait des siestes. Leur durée dépend de la météo et de l’endroit où l’on se trouve. » Dans la Manche au milieu de la flottille en début de course, puis jusqu’au rail d’Ouessant avec le risque de collision avec les cargos, pas question de dormir bien longtemps. Le répit viendra avec l’Atlantique.

« Les plages de sommeil sont de 10 ou 20 minutes. J’ai un minuteur de cuisine pour me réveiller. Si tout va bien et si j’ai envie de dormir, je peux enchaîner sur une deuxième tranche de sommeil. Au maximum, je dors 50 à 60 minutes. » Sauf exception. « En 2006, un jour j’ai dormi trois heures d’affilée, je n’avais pas entendu le réveil. »

Est-il possible de se préparer à ce sommeil fractionné avant la course ? « Non, sauf pendant les périodes de navigation en solitaire. » Pas de préparation spécifique mais le skipper avait un objectif : « Arriver à Saint-Malo reposé au maximum ». Or les différentes sollicitations et les derniers détails à régler n’ont guère rendu la chose facile.

samedi 30 octobre 2010 - 8:00, cliquez sur le titre pour lire la source.

D'Andréas afin de suivre la météo pendant la course, je vous offre un bon site météo:
http://theyr.tv/cg/cna/I390d23/F=js*L=fr*v*101030*10*NA*fo_Thorshavn

Homicide à Ouessant. Le fils placé sous contrôle judiciaire.

30 octobre 2010 - cliquez sur le titre pour lire la source.

En début de semaine dernière, un Ouessantin, Lucien Malgorn, a été retrouvé sans vie chez lui.
Le jeudi suivant, un père et son fils avaient été placés en détention provisoire sous l'inculpation de coups et blessures volontaires, commis en réunion et ayant entraîné la mort, sans intention de la donner.
Le fils a finalement été laissé libre mardi, sur instruction du juge des libertés et de la détention, afin d'effectuer une formation sur le continent.
Le parquet de Brest a aussitôt fait appel de cette décision.
Aucune date n'est fixée pour la nouvelle évocation de l'affaire.

Huîtres de l'île de Sein. Les frères du Cap résistent à la crise.

26 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

 En août 2009, la SARL Le Berre commercialisait ses premières huîtres de l'île de Sein. En pleine crise. Depuis 2008, une surmortalité affecte la production et déstabilise la profession. Yann et Ronan Le Berre doivent faire front pour préserver le fragile équilibre de leur activité.

L'huître de l'île de Sein est un produit charnu sans être gras. Il est long et puissant en bouche, c'est une huître de caractère, iodée. De la tempête en bouche»: Yann Le Berre est fier de sa production. Cette fin d'année encore, on trouvera les huîtres du bout du monde sur le marché, malgré la crise. «Nous aurons une production suffisante, dit Yann Le Berre. Notre objectif est de produire 60 à 70tonnes à l'île de Sein en 2012».

Faire face à la crise
Formé à l'ostréiculture en Normandie, il a le métier dans les mains depuis des années. Avec son frère Ronan, il s'est lancé en 2007 dans son Cap-Sizun natal dans l'ostréiculture, dont il restait quelques traces anciennes sur le Goyen. L'année suivante, une nouvelle crise secouait l'ostréiculture française. «Nous avons eu 60% de mortalité l'an passé sur nos naissains, explique Ronan. Cette année, ce pourcentage est tombé à 30%. Il y aura de la casse chez les ostréiculteurs. Même si les prix augmentent de 50%, un tiers des entreprises risque de disparaître. Cette année, la France devrait produire 90.000 tonnes d'huîtres, l'an prochain 60.000tonnes alors que la moyenne habituelle est de 130.000 tonnes». «Du coup, à Rungis, les grossistes ont déjà commencé à importer de l'huître de Hollande ou d'Australie. Ils veulent habituer les consommateurs pour l'an prochain, où l'offre française se fera rare».

Bras de fer
Actuellement, la saison de l'huître ne semble pas avoir démarré, alors que le premier mois en R (septembre) signale chaque année la ruée des consommateurs. «Il y a un bras de fer entre la grande distribution et les producteurs qui ont augmenté leurs prix, explique Yann. Rien ne bouge. Il faudra sans doute attendre la mi-novembre pour voir les premières grosses opérations commerciales». Sur le port de Poulgoazec, dans le Cap-Sizun, les frères Le Berre font le dos rond face à la crise. «Le premier exercice de la SARL a été positif, mais nous avons toujours besoin de fonds de roulement car nous sommes en période de développement», dit Yann. Du coup, les dirigeants se serrent la ceinture. Ronan ne se verse qu'un demi-salaire.

Une production en partie exportée
La SARL Le Berre pratique le semi-élevage d'huîtres sur le Goyen. C'est-à-dire que des naissains sont achetés en Vendée ou Charente puis élevés pendant quelques mois pour atteindre une taille de deux trois centimètres. Ces petites huîtres alimentent les 3.500m² de parcs installés à Sein. La production de semi-élevage étant plutôt florissante dans le Goyen, elle dépasse les capacités de Sein et est en partie revendue à des ostréiculteurs de Cancale et de Normandie. Quant aux huîtres adultes, on les trouve dans les petites surfaces de Cornouaille. Yann Le Berre a aussi ouvert des marchés à Paris, et surtout en Espagne et Italie. «Pour répondre aux problèmes de surmortalité des naissains, nous avons changé rapidement de méthodes d'élevage. Nous ne chargeons plus les parcs au printemps mais début juillet et il semble que l'huître tient mieux».

Diversifier pour tenir
Les Le Berre ont aussi préféré diversifier leur activité pour assurer l'avenir. Ils se sont lancés dans la commercialisation de la moule de bouchot, de coques, palourdes, bigorneaux et, ce printemps, de crustacés. «Nous avons été étonnés de constater que les petites surfaces locales s'approvisionnaient en araignée en Irlande. En fait, l'essentiel de la production du Cap-Sizun part à Paris et à l'export. Nous travaillons donc avec quelques pêcheurs locaux pour un marché local».

Ronan Larvor

Dominique Abraham: (du livre Ar Men), La mer me manque, alors je la peins.

jeudi 28 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la souce.

Jusqu'au mardi 2 novembre, l'invité d'honneur de Cap sur les arts présente ses dernières toiles, consacrées à Belle-Île.

Dominique Abraham ne peint que la mer, dans un vertige, comme une évasion dans l'infini. L'artiste, né en Bretagne, a vécu dix ans à Belle-île-en-Mer mais vit, désormais, à Paris. « La mer me manque, alors je la peins ! »

Ici, nous sommes loin du pittoresque. Dominique Abraham élimine les photographies, ne peint que sur la mémoire : « Ça évite le bavardage ! » Une architecture simple et de grands formats pour une omniprésence de la mer. Cette peinture, on l'entend aussi : de la douceur du bruit soyeux à marée montante par grand calme aux déflagrations des tempêtes sur la roche.

Mon frère Jean-Pierre
Dominique Abraham a fait ses études aux beaux-arts de Quimper, puis de Paris. Son modèle, Jean-Pierre, qui fut pendant quatre ans, gardien de phare de haute mer, auteur en 1962 du livre Ar Men, qui connut un fort retentissement. « Mon frère était exigeant. Pour moi, il reste un modèle. J'aimerais peindre comme il écrivait avec le moins de mots possible, aller à l'essentiel. »

Hommage à Marie-France La Thomas
« Si je suis un fidèle de Cap sur les arts, c'est avant tout par amitié pour Marie-France Le Thomas. Je l'estime infiniment. Elle s'implique avec tant d'exigence ! Elle se bat pour obtenir ses budgets. De plus, elle a une réelle expertise. »

L'île de Sein à la toile
En 2007, Dominique Abraham avait déjà investi la grande salle de la maison des Traouiero avec Le tour de l'île de Sein à la toile. On pouvait accomplir une déambulation, depuis le pied du grand phare, dès six heures du matin, et suivre la course du soleil, pérégrinant autour de l'île pour, de retour dans le noir, revenir au point de départ.

Jusqu'au mardi 2 novembre, exposition des toiles de Dominique Abraham, maison des Traouiero, de 14 h à 19 h, dans le cadre du festival Cap sur les arts. Tél. 06 35 26 38 88. Perros-Guirec.

vendredi 29 octobre 2010

Louis Capart sort « Premières chansons - L'Intégrale »

mardi 26 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

L'auteur-compositeur et interprète Louis Capart a fêté au Siam Café, à Saint-Jacques, la sortie d'un double CD. Il regroupe les quarante et une chansons de ses trois premiers albums : Marie-Jeanne-Gabrielle (1982), Patience (1986) et Berlin (1992). « Je voulais d'abord en faire une compilation. Choisir une chanson plutôt qu'une autre m'a été impossible. »

« L'impression parfoisd'être un OVNI »
Trente ans de carrière, six CD, grand prix de l'académie Charles-Cros (1986) et celui Renée-Jeanne de la Sacem (1987), de nombreuses tournées en France et à l'étranger (États-Unis, Allemagne, Russie...), Louis Capart a traversé trois décennies, la guitare au bout des doigts, chantant de sa voix chaude l'amour, la colère, l'amitié, la solitude, ses révoltes et sa chère Bretagne.

Des textes sans violence, empreints de poésie dont la force et la richesse des mots, enveloppés de douces mélodies, ont pris racines dans les terres iodées de sa jeunesse. Élevé à Paris, à mi-chemin entre ses origines picardes et bretonnes, ses séjours dans sa famille maternelle de l'île de Sein lui ont fourni une source d'inspiration inépuisable.

Écrire et composer lui vient de son amour des mots et de la poésie, qu'il découvre à l'adolescence, à travers les textes de Léo Ferré. Encensée par son public, sa chanson Marie-Jeanne-Gabrielle, hommage à sa mère et à toutes les femmes de l'île de Sein, sera le déclic qui, à trente ans, le pousse à quitter une vie stable pour celle d'un troubadour. « Plus qu'un choix, ce changement était une évidence. »

L'artiste a travaillé en tout indépendance, loin des circuits traditionnels. « Je me définis comme un chanteur populaire libertaire et libéral. Dans ce milieu, j'ai l'impression parfois d'être un OVNI. » À 63 ans, il a toujours autant de plaisir (et de trac) à chanter, que ce soit dans les grands festivals ou les cafés-concerts, petits lieux culturels qu'il aime fréquenter et qu'il défend ardemment.

A son initiative, « Les veillées des Côtes-du-Nord » au bar Ar Wid à Trévérec rencontrent un vif succès auprès de conteurs, musiciens et chanteurs amateurs. Installé à Tréméven depuis trois ans, loin de s'asseoir sur ses lauriers, cet artisan de la chanson a toujours des choses à dire. Il prépare un nouvel album de chansons inédites.

Le double CD Premières chansons - L'Intégrale de Louis Capart vient de sortir. Contact sur internet : http://louis.capart.pagesperso-orange.fr

Route du rhum. La météo du départ toujours aussi incertaine

                                     http://meteoparapente.free.fr/littoviewer.htm

29 octobre 2010. Cliquez sur le titre pour lire la source.

La météo, dimanche à 13h02, c'est LA grande question sur les pontons malouins.
Depuis quelques jours, ça cause beaucoup et personne ne sait vraiment.
Hier, la tendance était la suivante: de l'est pas très fort (10-15 noeuds) pour les premiers milles et, a priori, une sortie de Manche sans coups de vent.
Après Ouessant, en revanche, le vent devrait s'orienter au nord-ouest et monter jusqu'à 25-30 noeuds.

D'Andréas: voici un autre bon site météo:
http://theyr.tv/cg/cna/L=fr%2ANA?_cookiecheck=1

Alexis Gloaguen: au sémaphore du Créac'h, hiver 2010-2011.

Alexis Gloaguen, écrivain originaire de Plovan (29), sera accueilli à Ouessant pendant 4 mois à l'invitation de l'association Cali.

Débarquant de Saint-Pierre-et-Miquelon en Mer d'Iroise, il poursuivra son projet d'écriture personnelle tout en participant à des rencontres avec le public, notamment dans les écoles de l'île.

Après Laure Morali cet été, et Rodney Saint-Éloi à l'été 2009, c'est la troisième résidence d'écrivain organisée en lien avec le Salon du livre insulaire.

Pour suivre les résidences : [Voir le site] :
http://www.livre-insulaire.fr/index.html

Source : Association Culture, arts et lettres des îles

Porte parole: Isabelle Le Bal
Publié le 29/10/10 11:26.
Cliquez sur le titre pour lire la source

« Envie d'agir » : la fin d'une aide aux jeunes

Ondine Morin : elle postulait à Envie d'agir « surtout pour la publicité. Pour moi et pour Ouessant. Pour montrer que dans les îles, des jeunes se battent. » Ouest-France.

Depuis 1986, le dispositif a financé 24 000 projets pour 80 000 jeunes. En janvier, il s'arrêtera brutalement. Le gouvernement mise tout sur le service civique.

Le programme « Envie d'agir » du ministère de la Jeunesse et des Solidarités actives, c'est fini. Il avait accordé des bourses « Défi jeunes » à près de deux mille projets, en France (3,6 millions d'euros) en 2009. Ouvert aux jeunes de 11 à 30 ans, il se voulait « outil d'insertion sociale et professionnelle », en soutenant les idées d'animation, de solidarité, de création d'entreprises...

C'était, selon Thomas Scuderi, adjoint au maire de Metz, ancien lauréat et actif défenseur du programme, « l'un des dispositifs les plus vieux en matière de jeunesse ». Le 12 août, une note du ministre de la Jeunesse, Marc-Philippe Daubresse, a annoncé sa suspension pour janvier 2011 : « Les dispositifs doivent être rénovés pour améliorer leur cohérence », rappelle-t-elle aux préfectures. Les jeunes sont désormais orientés vers le service civique. Les derniers dossiers peuvent encore être soldés cette année au niveau régional, mais « il n'y aura pas de jury national en 2010 ».

À Ouessant, l'amertume d'Ondine
La grogne nationale monte contre cette décision, orchestrée par Thomas Scuderi, relayée par Najat Vallaud-Belkacem, adjointe à la Jeunesse de Lyon. Un groupe Facebook, « Sauvons Envie d'agir », réunit plus de deux mille internautes. Une manifestation de soutien au dispositif « Envie d'agir » est prévue devant l'Assemblée nationale, à Paris, le 3 novembre à 12 h.

Les candidats et anciens lauréats sont amers, telle Ondine Morin, 26 ans, créatrice de la société Kalon-Eussa (Coeur d'Ouessant). La guide interprète de l'île avait remporté, pour son activité, la bourse pour le Finistère, en 2008 (1 500 €). Puis celle de la Région, au printemps (6 000 €).
« Le soir même, on m'a dit que j'avais la possibilité de postuler au jury national. Avec, cette fois, 2 000 € à la clé. J'y croyais beaucoup. »

Constituer ce genre de dossier n'est pas qu'une partie de plaisir. Il faut présenter en détail deux années d'activité, les perspectives d'évolution, afficher des partenaires financiers, qui ne se trouvent pas sous le sabot d'un mouton d'Ouessant... Elle n'a reçu aucune réponse écrite. En septembre, « quelqu'un m'a dit que tout était annulé ». Ils étaient une cinquantaine de postulants, pour dix lauréats. Tous le bec dans l'eau.

Sébastien PANOU.

220 manifestants contre les retraites, le 28 octobre 2010.

Retraites. Les îles bretonnes font de la résistance
28 octobre 2010. cliquez sur le titre pour lire la source.

220 Ouessantins ont manifesté aujourd'hui à l'heure du déjeuner contre la réforme des retraites.
Si la mobilisation contre la réforme des retraites a fléchi aujourd'hui en Bretagne, elle est restée forte dans les quatre îles bretonnes où des manifestations étaient organisées.

Le comptage sur l'ensemble des îles.
Sur l'Île-de-Batz (29), qui compte un peu plus de 600 habitants au dernier recensement, 120 manifestants se sont rassemblés cet après-midi pour dire non au texte voté par le parlement.

Du côté de Belle-Ile-en-Mer (56), quelque 260 manifestants se sont rassemblés au Palais (Photo), ce qui constitue une mobilisation record  [plus d'infos en cliquant sur le titre].

Enfin, du côté de Groix (56), 160 personnes ont été dénombrées par la gendarmerie. La population totale de l'île est de 2.291 habitants au dernier recensement.

Repas Téléthon Samedi 30 octobre, 19 h, salle polyvalente.

mercredi 27 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Repas Téléthon: Samedi 30 octobre, 19 h, salle polyvalente.
Un repas moules frites préparé par l'OSL (Ouessant sports loisirs), sera servi en faveur du Téléthon.
Tarif: 10 €.

Dédicace d'Un feu sur la mer, mémoires d'un gardien de phare.

                                                              Photo: Georges Pennec.

Mercredi 27 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.
Dédicace d'« Un feu sur la mer, mémoires d'un gardien de phare »

Il est des métiers qui disparaissent pour cause de progrès.
Celui de gardien de phare est l'un de ceux-ci. Ce témoignage est précieux car les gens de la mer ne sont pas toujours enclins à parler d'eux et de ce qu'ils ont vécu.
Un livre émouvant, un vrai partage.
Livre préfacé par Eugène Riguidel. Mercredi 27 octobre, 10 h, Ouessant Presse.

jeudi 28 octobre 2010

Ile-de-Batz: Breizhlanders : la « kilt attitude » se dévoile.

mardi 12 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Les Breizhlanders, la réunion des Bretons porteurs de kilt, a vu le jour en 2002 sous l'impulsion de Jean-Marc Moser, le président de l'association.
Il avait observé qu'il existait en Bretagne un certain nombre de personnes n'osant pas sortir de chez eux « vêtus à l'écossaise ».
Sa rencontre avec Richard Duclos, le créateur du Tartan national breton, a eu pour conséquence la naissance des seize tartans des Pays bretons.

Pour la tenue de son assemblée générale, après les Mont d'Arrée en 2009 ou Landéda en 2008, l'association a porté son choix sur l'île de Batz, où les membres ont été accueillis à l'auberge de jeunesse ainsi qu'à Ti Enez Vaz, la maison des associations, mise à leur disposition ce week-end par la municipalité.

L'association regroupe 73 adhérents (dont un Biterrois !) et... adhérentes. Chacun, sur l'île, a pu apprécier l'élégance des costumes de nos Breizhlanders, sans toutefois obtenir la réponse à la question récurrente concernant les porteurs de kilt : doit-on ou non porter un quelconque vêtement sous un kilt ? Chacun a, semble-t-il, sa préférence et ne s'inquiète généralement pas de ce que peuvent (ou pas) faire les autres porteurs de kilt, cette tradition de ne pas porter de dessous paraissant en fait être attachée à plusieurs régiments militaires écossais.

« Mais chacun fait selon son choix, c'est une affaire personnelle », indique la trésorière des Breizhlanders, Marthe Knockaert.

Ile-de-Batz: Le Mys remplace momentanément la barge François-André.

mardi 19 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

La barge François-André, qui assure le transport de fret entre le continent et l'île de Batz se trouve, depuis le 4 octobre, en arrêt technique à Brest, dans le bassin de radoub. Outre quelques réparations, le navire devrait connaître également plusieurs modifications : installation d'un feu de mât et élargissement de la porte de chargement.

En remplacement de cette barge de 30 m pouvant transporter 120 tonnes de marchandises, une barge de la société Iroise Mer, de Plougonvelin, Le Mys, de dimension plus modeste toutefois - 19 m de longueur et d'une capacité de chargement de 20 tonnes - assure l'urgence, notamment le ravitaillement et le transport des productions agricoles insulaires.

En raison de sa conformation (déchargement latéral), le navire ne peut toutefois pas accoster au Vill pour assurer son service. Ainsi, le chargement et le déchargement doivent être entrepris au débarcadère pour passagers sur l'île aux Moutons, opération qui peut se révéler délicate suivant les conditions météo.

Dès le retour de la barge insulaire, les entreprises de construction, qui avaient déjà pour la plupart pris en compte cette difficulté avant le départ de la barge François-André, pourront à nouveau faire livrer le matériel nécessaire à leur activité. Le service normal devrait reprendre dès la dernière semaine d'octobre.

50 personnes manifestent à l’île de Batz.

Du jamais vu sur l’île de Batz..! René Le Saout. Cliquez sur le titre pour lire la source.

Environ 50 personnes se sont réunies place de l’Eglise pour manifester contre la réforme des retraites.
Jeunes actifs, retraités, commerçants, enseignants de l’île, familles.
Quelques continentaux en visite se sont joints au défilé qui a effectué un tour du bourg avant de se retrouver pour un pot de l’amitié.
De mémoire d’îlien, il s’agit de la première manifestation de ce type sur Batz.

Bretagne: sept personnes récupérées après le chavirage de leur catamaran de course


crédit photo : Douanes Nantes

http://www.premar-atlantique.gouv.fr/actualite/communiques/
cliquez sur ce lien pour le communiqué.

BREST (AP) — Un hélicoptère de type Caracal de la marine nationale a récupéré, dans la nuit de mercredi à jeudi, sept personnes juchées sur les flotteurs de leur catamaran de course de 34m retourné, à environ 250km au sud-ouest de la pointe de Penmarc'h (Finistère), a-t-on appris de la préfecture maritime de l'Atlantique jeudi matin.

Aucun d'entre eux n'est blessé, tous "sont en bonne santé", précise la préfecture maritime. Les secours, activés vers 21h30, sont arrivés vers minuit sur la zone du naufrage du "Spirit of Antigua", toujours de même source. Une frégate britannique, le "HMS Ocean", était à proximité du catamaran pour intervenir, si nécessaire.

Les sept marins ont été hélitreuillés rapidement et acheminés vers la base aéronavale de Lanvéoc-Poulmic (Finistère) qu'ils ont rallié vers 1h40.

Le catamaran n'est pas un inconnu dans le monde de la course à la voile. Construit en 1983 sous le nom de "Formule Tag", il a été rallongé et rebaptisé plusieurs fois. Skippé en 1994 par les Néo-Zélandais Peter Blake et Robin Knox-Johnston, le catamaran alors appelé "Enza of New-Zealand" décroche le Trophée Jules Verne, tour du monde à la voile le plus rapide au départ et à l'arrivée au nord de l'île d'Ouessant (Finistère) par les caps de Bonne Espérance (Afrique du Sud), Leeuwin (Australie) et Horn (Chili).

Il appartient depuis 2000 au navigateur britannique Tony Bullimore, ancien participant au Vendée Globe qui n'était pas à bord au moment du chavirage.

Selon la préfecture maritime, les conditions en mer sur la zone du naufrage étaient bonnes, avec une mer peu agitée, une bonne visibilité et un vent de 20km/h.
La position du catamaran retourné a été signalée par la préfecture maritime aux navigateurs croisant dans le secteur. AP

Cliquez sur le titre pour lire la source.

Louis Caradec, sera en mairie, le premier vendredi de chaque mois.

Conciliateur de justice : permanence en mairie -
 Ile-d'Ouessant: mardi 26 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

C'est une grande nouveauté, désormais les interventions du conciliateur de justice, Louis Caradec, auront lieu en mairie, le premier vendredi de chaque mois.
Maire honoraire de Plougonvelin, Louis Caradec a été nommé en juin.
Ses compétences territoriales s'exerceront dans le ressort du tribunal d'instance de Brest sur les cantons de Saint-Renan, Plouzané, Ouessant.

La procédure de conciliation est gratuite. Le conciliateur peut intervenir pour des conflits d'ordre civil tels que problèmes de voisinage (bornage, droit de passage) créances impayées, malfaçons de travaux.

Contact en mairie au : 02 98 48 80 06 ou : 02 98 31 95 30 à Plouzané.

Manifestation contre les retraites Jeudi 28 octobre, 12 h, place de la mairie.

Cent quatre-vingts personnes mobilisées.
L'île s'est encore mobilisée. Mardi, les appels à manifester ont été largement suivis et ce sont encore près de 180 personnes, soit un quart de la population, qui se sont rassemblées devant la mairie, à l'appel des forces de gauche, PS, PC et CGT. Île de marins, Ouessant compte cinq phares. Après l'automatisation de celui de l'île Vierge, les gardiens du Créac'h restent mobilisés pour leur avenir.

Les femmes et les jeunes sont inquiets
En 1960, à Ouessant, l'on comptait 400 marins de commerce. Aujourd'hui, les veuves de marins ne touchent plus que la pension de réversion: difficile de vivre avec entre 500et 700 € par mois (54% de la pension). Ces dernières ont défilé nombreuses, au côté de jeunes inquiets pour leur avenir. En effet, à Ouessant, la plupart des emplois sont précaires et la dégradation des acquis sociaux inquiète au plus haut point. Avec une délégation de marins de la compagnie maritime Penn ar Bed, les manifestants ont ensuite défilé dans le bourg de Lampaul avec de nombreuses banderoles, puis au port.

Télégramme du 21 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

------------------------------------------
Nouvelle manifestation contre les retraites:
Jeudi 28 octobre, 12 h, place de la mairie.
Organisateur : Ville d'Ouessant.
 
A Brest le trafic maritime à destination des îles de Molène, Ouessant et Sein sera normalement assuré, selon la compagnie maritime Penn ar Bed. ...

mercredi 27 octobre 2010

Première édition de l’Armada de l’Espoir


Du mardi 2 au vendredi 5 novembre 2010 se déroulera, entre Brest et Concarneau, la 1ère édition de l’Armada de l’espoir. Mise en place par le Centre d’instruction naval de Brest , pôle de formation initiale de la Marine nationale, cette opération permettra à 150 jeunes d’embarquer et de naviguer sur les voiliers et goélettes Étoile , Belem , Bel Espoir , Recouvrance , Étoile Polaire , Etoile Molène , Rara Avis .

Issus d’horizons divers, ces jeunes adolescents de l’École des mousses , des lycées maritimes de Bretagne, de l’IFAC, de l’EPIDE, du Réseau Ambition Réussite, des Cadets de la Défense de la Région PACA, d’associations et de missions locales, de lycées partenaires du Finistère vivront ensemble une véritable aventure humaine. Ils découvriront la mer, la navigation, le métier et la vie de marin. Ils vivront au quotidien l’esprit d’équipage, cette valeur essentielle des marins qui mêle solidarité, confiance et respect.

Ils seront guidés et soutenus lors de cet embarquement par les équipages mais aussi par Erik Orsenna, Jacqueline Tabarly, Hervé Hamon, Charles Claden, le préfet du Finistère, le vice-amiral d’escadre de Saint Salvy, préfet maritime, Eric Hussenot, directeur d’Océanopolis, le vice-amiral d’escadre Lajous, directeur du personnel militaire de la Marine.

→ Samedi 6 novembre, à Concarneau, de 9h à 12h, les voiliers seront ouverts au public.

Sources : © Marine nationale. Cliquez sur le titre pour lire la source.

Impressionnant sauvetage en mer au large des Scilly.

Images prises par le Falcon 50 de la Marine Nationale.

Plus de peur que de mal. Les 111 membres de l’équipage de l’Athena sont sains et saufs au terme de plus de cinq heures de sauvetage intense, après qu’un incendie s’est déclaré sur le navire de pêche ce matin.

Marie Desnos - Parismatch.com. (actu-match: Mercredi 27 Octobre 2010)
Cliquez sur le titre pour lire la source.

Panique à bord de l’Athena. Ce matin, vers 7 heures, les garde-côtes français reçoivent un S.O.S de la part du navire de pêche Athena, en proie à un incendie alors qu’il navigue avec 11 membres d’équipage à son bord. Ces derniers contactent leurs homologues britanniques, car le bateau est situé à peu près à équidistance des côtes françaises et anglaises -à environ 230 milles marins (370 km) au large des îles Scilly (également connues sous le nom de Sorlingues), au sud-ouest de l'Angleterre, et à 270 milles (435 km) de la pointe de Penmarch, dans le Finistère (Bretagne, ouest de la France), selon CNN.

La base aéronautique navale de Lann-Bihoué (Finistère) dépêche alors un Falcon 50 en pour fournir une liaison radio entre la scène de sauvetage et de ses coordinateurs. «Premier moyen aérien sur place», il a été relayé en fin de matinée par un C-130 britannique, a précisé la préfecture maritime de Brest (Bretagne). Un hélicoptère de la Royal Navy a également gagné la zone. L’opération de secours est rendue difficile par son éloignement: les appareils ne peuvent tenir que 20 minutes en vol stationnaires (ce qui leur permet de récupérer une dizaine de passagers) avant de rebrousser chemin pour se réapprovisionner en carburant. Selon les garde-côtes britanniques, cinq navires ont répondu à l’appel d’urgence. C’est finalement le plus proche, le porte-conteneurs Vega, qui a récupéré 98 personnes saines et sauves sur 11 radeaux de sauvetage, rapporte la BBC. ce moment là, l’incendie semblait maîtrisé. L’opération aura duré environ cinq heures.

Les rescapés attendus à Falmouth
Le capitaine de l'Athena avait d’abord ordonné à 81 personnes «non-essentielles à la navigation» de regagner immédiatement des canots pneumatiques. Ils furent ensuite rejoint par les autres, à l’exception de 13 hommes restés à bord pour conduire le navire-congélateur vers le port le plus proche, s’assurer que le feu ne reprenne pas et constater l’étendue des dégâts. «Les 13 restés à bord sont en sécurité et ne courent pas de danger immédiat», précise un communiqué de la compagnie propriétaire de l'Athena, Thor, dont le port d'attache se trouve dans les îles danoises Féroé. Les 98 rescapés -composés de Chinois, Russes, Péruviens et Scandinaves- devraient accoster à Falmouth, en Angleterre, où les deux navires sont attendus jeudi soir, croit savoir CNN, qui cite la Maritime and Coastguard Agency.

Le navire, construit en 1992, mesure 105 mètres de long et peut transporter 125 personnes selon le site de l’entreprise. Il est équipé pour traiter et conditionner le produit de la pêche. Il est basé dans les îles Féroé –où Thor est implantée- mais a été reconstruit cette année en Chine cette année après avoir subi un autre incendie, précise la BBC.

La 11e édition du Mois du film documentaire.

27 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

La 11e édition du Mois du film documentaire s'apprête à réunir 53communes du Finistère. Tout au long du mois de novembre, soixante-quinze projections sont programmées.

D'Ouessant à Quimperlé et de Penmarc'h à Morlaix, en passant par le centre du département. Le Finistère va vivre sa 11e édition du Mois du film documentaire. Tout au long du mois de novembre, dans 53 communes finistériennes, 75 projections sont programmées, toutes doublées d'une discussion. «C'est le département où les projections sont les plus nombreuses», se félicite ErwanMoalic, le directeur de Daoulagad Breizh. Une nouvelle fois, l'association de promotion et de diffusion de l'audiovisuel en Bretagne s'est associée au réseau de salles Cinéphare et à la bibliothèque départementale pour organiser la manifestation, initiée en 2000 par l'association Images en bibliothèques.

Dix-huit réalisateurs en tournée
La programmation qu'ils ont arrêtée il y a quelques semaines évoque toute une série de thèmes de société: luttes pour le travail, bouleversement de l'agriculture et de la pêche, adolescences difficiles... Une programmation au sein de laquelle six films semblent faire l'unanimité. «Vague à l'âme paysanne», de Jean-Jacques Rault, «Le grand Dédé», de ChristianRouaud et «Gant Youenn vras - Avec le grand Youenn», de Jean-Charles Huitorel seront les plus diffusés. Deux de ces trois réalisateurs viendront débattre aux côtés de seizeautres. Une présence que le réseau finistéren s'efforce de développer.

Cinquante-huit lieux
Une collaboration à l'origine d'un maillage plutôt fin du territoire. «Elle permet de créer du lien et rompre l'isolement dans le domaine culturel», souligne la conseillère générale NathalieSarrabezolles, déléguée à la culture. En s'appuyant notamment sur les bibliothèques et médiathèques, le mois du doc va ainsi se décliner pendant un mois dans 58 lieux différents. L'objectif affiché par la bibliothèque départementale est d'aller encore plus loin. Crozon et des communes du centre-est Finistère pourraient ainsi rejoindre l'aventure dès l'an prochain. Pratique Les films, les lieux et les dates de projections-débats sur www.moisdudoc.com

Cela c'est passé à Ouessant.

Balade découverte : traditionset modes de vie insulaires

Mardi 26 octobre, 14 h 30, rendez-vous à côté de l'écomusée du Niou.
Payant. Contact et réservation :
06 07 06 29 02,
http://www.kalon-eusa.com/

Pierre Jaouen, nouveau curé d'Ouessant et Molène

lundi 25 octobre 2010, lire la source en cliquant sur le titre. 

M. Auffret, curé du doyenné du pays d'Iroise, a présenté Pierre Jaouen qui officiait depuis treize ans à Kermoysan à Quimper. Il arrivait tout juste du Mali, pour sauter d'un avion dans un bateau, direction Ouessant et Molène. Il remplace René Tanguy qui, après 56 années de ministère a rejoint la maison de retraite de Locquénolé près de Carantec.

M. Auffret accompagné de Samuel Pennec, séminariste en 2 e année à Rennes, a redéfini les grandes missions de la communauté des paroissiens, qui doit se prendre en charge avec l'équipe pastorale, la place importante des laïcs qui, en lien avec leur prêtre, sont appelés à organiser de nouveaux aménagements. Pierre Jaouen sera présent de façon intermittente : une semaine par mois à Molène et Ouessant, il occupe également les fonctions de correspondant diocésain avec l'Islam

mardi 26 octobre 2010

On avait essayé de se rendre à l'île d'Ouessant, mais la tempête avait bloqué bateaux et avions.

                 
“Hervé , Stéphane, il n’y a pas une demi-journée où je ne pense pas à vous…”
journalistes otages : 300 jours… Témoignage. cliquez sur le titre pour lire la source.
 
LE FIL TELEVISION - Le 31 décembre dernier, alors que je m’apprête à réveillonner, je reçois un coup de téléphone de mon pote François. Il me dit que mon ami Hervé Ghesquière n’a pas donné de nouvelles à sa rédaction depuis la veille. On craint un enlèvement. Depuis, le temps est bien long…

On y est arrivé. Cela fait 300 jours qu’Hervé Ghesquière, Stéphane Taponier, et leurs trois accompagnateurs afghans, Mohammed Reza, Ghoulam et Satar, ont été enlevés en Afghanistan, sur le bord d'une route de la vallée d'Alasaï, dans la province de Kapisa, au nord-est de Kaboul. Ce sont des chiffres qui pour nous ne veulent pas dire grand-chose. Mais ont-ils pour eux une signification ? Les comptent-ils ?

Je suis un ami d'Hervé Ghesquière. Je le connais maintenant depuis plus de dix ans. Pour moi, cette histoire afghane a commencé quelques jours auparavant, en novembre. Avec un autre ami, nous étions tous les trois à Recouvrance, le quartier qui surplombe le port militaire de Brest, quand son téléphone a sonné. On avait essayé de se rendre à l'île d'Ouessant, mais la tempête avait bloqué bateaux et avions. France 3, sa rédaction, appelait pour lui demander s'il voulait aller en Afghanistan, avec d'autres journalistes, pour la réalisation d'un Pièces à conviction, le magazine d'info dirigé par Elise Lucet. Quand il nous a expliqué le truc, j'ai dit quelque chose comme : « C'est plutôt pas mal, cette affaire. » Je ne pensais pas dire une connerie – j’en dis beaucoup –, mais celle-là est est sans doute l'une de mes plus grosses.

Depuis que je le connais, Hervé travaille sur des lieux difficiles. Non pas parce que c’est une tête brûlée, mais parce que c’est sa conception du journalisme, et qu’il est plus à l’aise dans un village de Bosnie, du Kosovo, ou d’Irak que près d’un podium de mode parisien. Hervé fait partie de ces gens, bien moins cyniques que moi, qui ont une foi inébranlable en leur métier, qui ont une conception noble du journalisme, qui pensent qu’il faut aller chercher l’information là où on n’irait pas a priori. Parce que c’est loin et plutôt dangereux, on s’est construit le jugement que tout cela est vain et que nous, journalistes, on ne peut pas faire changer les choses.

Hervé pense le contraire.
Hervé, qui a plus de vingt ans de métier, a tardé à devenir salarié de France 3. Auparavant, il préférait être free-lance parce que ça lui apportait la liberté. Les conditions économiques du journalisme étant devenues ce qu’elles sont, Il en est venu au constat que la liberté, en 2005, c’est d’être salarié ! Auparavant, c’est avec son propre argent et celui de son complice et caméraman Michel Anglade qu’il réalisait reportages et documentaires. En 1995, ils s’étaient fait « braquer » leur caméra par des Khmers rouges dans l'Est du Cambodge. Tant pis pour eux. Tant pis pour lui aussi quand il a essayé de diffuser, en 2005, son documentaire La Cité des âmes perdues, sur la chute de Vukovar, à laquelle il avait assisté, et qui n’intéressait plus personne après le 11 septembre 2001. Hervé, qui a couvert les conflits dans la région pendant des années, n’a jamais réussi à le faire passer à la télé. Il l’a présenté dans des cinémas parisiens, où on a pu voir à quel point il maîtrisait son sujet et ne s’en laissait pas conter.

Aussi, quelle ne fut la surprise de tous ceux qui le connaissaient quand le président de la République, peu après la nouvelle de l’enlèvement, crut bon de dénoncer les chasseurs de scoops qui, pour leur petite gloire, mettent la France dans une situation difficile et « font preuve d’une imprudence coupable » ! Quelle ne fut pas leur surprise quand, un peu plus tard, c’est un général sur le départ, Jean-Louis Georgelin, qui déclarait que la recherche des otages aurait coûté « plus de 10 millions d’euros ». Et d’appeler « à la responsabilité, au sens des responsabilités des uns et des autres ». Florence Aubenas a expliqué que cette déclaration aurait eu un effet pervers : les ravisseurs auraient pensé que, parmi eux, quelqu’un avait touché ces 10 millions d’euros ! Un tel cafouillage peut mettre en danger la vie des otages. Faut-il rappeler qu’à l’époque, la consigne donnée par le gouvernement était de garder la confidentialité, qui seule pouvait faciliter les négociations… Merci pour la discrétion.

Trois cents jours plus tard, on cherche les résultats. Ou plutôt on les trouve, dans les mots de ma mère, qui, un jour, me dit au téléphone : « J’ai regardé la télévision. Apparemment, Hervé, il a vraiment joué au con. » Hé bien, non, Hervé et Stéphane n’ont pas joué au con.

Il sera toujours temps de parler de tout cela quand vous serez parmi nous, le plus tôt possible. Mais 300 jours, c’est long, c’est trop long. Il n’y a pas une journée, une demi-journée où l’on n'essaie pas d’être avec vous, d’imaginer ce que vous pouvez vivre. Et on n'y arrive pas. Il y a des moments où on y pense moins. Les moments de bonheur sont comme des instants volés, où on ne se sent pas bien à continuer notre petite vie. Avec un pote, Jean-Baptiste, on fêtait il y a quelques semaines des retrouvailles avec des amis hollandais sur une plage près d’Amsterdam. On était bien, peinards… heureux. A un moment, j’ai croisé le regard de Jean-Baptiste, et j’ai compris : on pensait à la même chose.

Ça pourrit tout, cette situation. Sans parler du sentiment d’impuissance qui nous ronge.

Autour de nous, après le KO des premiers mois, je vois s'organiser une mobilisation. Les gens donnent de leur temps et de leur énergie. C’est impressionnant. Ce soir, France 3 diffuse un concert. C’est bien. Mais j’aimerais tant qu’elle diffuse aussi ce Vukovar, la cité des âmes perdues, documentaire poignant et qui témoigne de sa qualité de journaliste.

Sachez qu’il est aujourd'hui visible sur Internet. Pour tous ceux qui croient encore au journalisme d’investigation.

Jean-Jacques Le Gall.

Trophée Jules Verne 2010-2011. Le Maxi Banque Populaire V est passé devant Ouessant (à la côte).

Maxi Trimaran Banque Populaire V.
Tentative de record - Trophée Jules Verne 2010-2011.

Jeudi dernier, le Maxi Banque Populaire V quittait Lorient et prenait le large en direction de Brest. Après un convoyage sans encombre, le voilà désormais amarré à son nouveau port d'attache temporaire, prêt à entrer dans sa période de stand-by pour la tentative de record du Trophée Jules Verne. Ce convoyage de quelques heures avec un détour à Ouessant avec l'équipage au grand complet, constituait la dernière navigation d'entraînement avant le grand départ autour du globe.

A 17h30 jeudi dernier, le Maxi Banque Populaire V pointait ses étraves dans le Port du Château, à Brest.
(et beaucoup de Ouessantins l'on vu à la côte).

Photo Georges Pennec.
Cliquez sur le titre pour visionner la vidéo du convoyage.

lundi 25 octobre 2010

REGLES DE NAVIGATION POUR LE DEPART DE LA ROUTE DU RHUM 2010.

(D'Andréas, désolé il m'est impossible d'aligner le texte du PDF)

PREFECTURE MARITIME DE L’ATLANTIQUE

Brest, le jeudi 21 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.
REGLES DE NAVIGATION POUR LE DEPART DE LA ROUTE DU RHUM 2010

Afin d’organiser la navigation et la sécurité de tous les bateaux présents pour le départ de la Route du Rhum,
le préfet maritime de l’Atlantique a réglementé par arrêté la circulation, le stationnement et le mouillage des
navires le dimanche 31 octobre 2010.
Cet arrêté se compose de deux zones interdites aux navires spectateurs et d’une troisième zone dont
l’accès est réglementé :
- La zone de départ, au large de la pointe du Grouin (zone 1*), et la zone de la bouée de Fréhel (zone 2*)
sont les deux zones où la navigation, le mouillage, la pêche, la plongée et la baignade sont absolument
interdits pour les navires « spectateurs » (hors concurrents et dispositif de course), de 10h00 à 14h00 pour la
zone 1 (Grouin) et de 10h00 à 17h00 pour la zone 2 (Fréhel).
- La zone d’évolution des concurrents (zone 3*), zone plus grande, qui relie les deux premières est entre la
ligne de départ et la bouée de Fréhel est réglementé entre 10h00 et 17h00.
Les navires « spectateurs » fonctionnant exclusivement au moteur (à l’exception des véhicules nautiques à
moteur Jet-ski ou scooter des mers) seront les seuls à pouvoir y circuler, avec prudence et une attention
toute particulière au respect strict des règles de barre et de route du règlement international pour prévenir les
abordages en mer. La navigation sous voile, à l’aviron, le mouillage, la pêche, la plongée et la baignade y
sont donc également interdits.
Pour accéder à cette zone 3, les navires professionnels transportant des passagers doivent impérativement
se déclarer auprès de l’organisateur de la course, pour permettre à ce dernier d’assurer la coordination de la
flottille des navires à passager.
La zone d’évolution des concurrents comme les espaces à terre sont des espaces naturels (tout ou partie)
pour lesquels des dispositions particulières ont été prises. Il convient à chacun de se conformer à ces
recommandations afin de respecter le milieu naturel.
Nous appelons tous les navigateurs qui seront présents sur l’eau ce jour là, à la plus extrême prudence et à
la plus grande vigilance (préparation de son navire et sa navigation vérification du matériel de sécurité et de
communication, équipement adapté aux circonstances (port du Vêtement à Flottabilité Intégrée si besoin).
Pour que la fête soit grande et belle, il faudra que chacun sur l’eau sache faire preuve de son bon sens marin
et de courtoisie.
* L’arrêté Prémar est accessible sur le site en cliquant sur le titre.

Privé de gardien, le phare de l'Ile Vierge se cherche un avenir touristique

De Arnaud BLAIN (AFP) – Il y a 2 jours, cliquez sur le titre pour lire la source.

BREST — Ultime phare en mer à voir partir ses gardiens, le phare de l'Ile Vierge, à la pointe du Finistère se cherche désormais un avenir touristique, pour éviter le risque d'un lent délabrement.
"Il est accessible à pied lors des grandes marées. On va retrouver les murs tagués et les vitres brisées" comme tous ces édifices, dès lors qu'ils ne sont plus gardiennés, redoute le président de la société du patrimoine des phares et balises Marc Pointud.

Cette association milite depuis des années pour la sauvegarde de ce patrimoine maritime de 150 phares en France dont une vingtaine en mer, aujourd'hui tous automatisés et souvent laissés à l'abandon.
Avec le départ des gardiens le 29 octobre, l'équipement lumineux sera placé sous "télécontrôle" depuis le phare (gardienné) du Créac'h sur l'île d'Ouessant, explique Nicolas Auger de la subdivision des Phares et balises de Brest.

"Deux des quatre anciens gardiens reviendront cinq à dix fois par an sur l'Ile Vierge pour des opérations de maintenance", ajoute-t-il.
Mais rien ne pourra remplacer une présence humaine permanente pour l'entretien courant des bâtiments dont l'ancien phare et le logement des gardiens, estime M. Pointud.

"Ce site est à préserver, quand on voit la qualité de cette construction. C'est une oeuvre d'architecture, une cathédrale de la signalisation en mer qui a miraculeusement échappé à la destruction" durant l'occupation allemande, affirme-t-il.
Haut de 82 mètres, le bâtiment est le plus haut phare d'Europe construit en pierre. Il a été élevé en 1902 avec du granit taillés dans la roche de l'île, à quelques encablures de l'Aber Wrac'h, à côté de l'ancien phare de 33 mètres construit en 1845.

Une réflexion globale menée par l'Etat, les Phares et balises, le conservatoire du littoral et la commune de Plouguerneau est en cours sur la gestion et l'utilisation respectueuse du bâtiment inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Animation, balade et lieu d'exposition, les projets ne manquent pas, selon Stéphanie Lalet, directrice de l'écomusée de Plouguerneau, qui organise déjà des visites du phare d'avril à octobre.
Aux Phares et balises, on n'écarte pas non plus l'idée de transformer le site pour en faire un gîte ou des chambres d'hôtes dans l'ancien phare et le logement du gardien, selon M. Auger.

"L'idée générale, c'est que le public passe plus de temps sur place pour découvrir l'île. Mais rien n'est encore décidé", explique Mme Lalet.
Le phare de Cordouan en Gironde, qui a lui aussi perdu ses derniers gardiens en septembre, continuera de bénéficier d'une présence humaine.

Des agents du syndicat mixte pour le développement durable de l'estuaire de la Gironde (Smiddest) se relaient dans ce "Versailles de la mer" pour accueillir les touristes, mais aussi éviter les intrusions, entretenir et aérer les bâtiments

Le planning de novembre des animation de Kalon-Eusa.

Document en PDF sur son site avec toutes les dates, en cliquant sur le titre.

-Samedi 6 10h45 Découverte culinaire des algues de l’estran 17h Balade Contes & légendes de l’Armor 18h30 Phares de nuit
-Dimanche 7 14h30 balade-lecture « Ouessant : muse des écrivains » 18h30 Phares de nuit
-Mercredi 10 17h balade Contes & légendes de l’Argoat 18h45 Phares contés
-Jeudi 11 14h30 balade-lecture « Ouessant : muse des écrivains » 18h Phares de nuit
-Vendredi 12 10h45 visite guidée société « Algues & Mer »
-Vendredi 19 10h45 visite guidée société « Algues & Mer » 18h Phares contés
-Samedi 20 16h30 balade Contes & légendes de l’Armor 18h Phares de nuit
-Dimanche 21 14h30 balade-lecture « Ouessant : muse des écrivains »
-Vendredi 26 10h45 visite guidée société « Algues & Mer » 18h Phares contés
-Samedi 27 16h30 balade Contes & légendes de l’Armor 18h Phares de nuit
-Dimanche 28 14h30 balade-lecture « Ouessant : muse des écrivains »

Ondine MORIN

Guide Interprète Régionale
KALON-EUSA
« Voyage au cœur de l’île d’Ouessant »
-bourg de Lampaul 29242 Ouessant-
http://www.kalon-eusa.com/
06.07.06.29.02

Des animations pour rendre hommage aux sauveteurs en mer. (Saint-Pierre-Quiberon)

vendredi 22 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Dès aujourd'hui et jusqu'au 26 novembre, la Ville, dans le cadre d'Un automne autrement, va rendre hommage aux hommes et aux femmes qui depuis plus d'un siècle risquent leur vie pour sauver celle des autres à la SNSM.

Depuis 1870
C'est dans un canot en bois de 9,78 m, l'Alexine, et 5 paires d'avirons, que les premiers courageux allèrent en mer pour porter secours aux autres. Ils appartenaient à la Société centrale de sauvetage des naufragés, installée à Port-Maria. En 1911, un nouveau canot fait son apparition, baptisé le Comte de comtesse Foucher de Saint-Faron. Il servira jusqu'en 1947. Et pendant 33 ans, il n'y aura plus de canot de sauvetage.

Le renouveau vient en 1980 avec le président de la station, Jo Le Bourges, à la SNSM depuis 1970, fondée en 1967. Il participera à l'acquisition de la vedette de 8 m, Régine Dumée, qui fera la fierté de la presqu'île jusqu'en 1992. En 2002 sera mise à l'eau l'actuelle vedette d'intervention, la SNS 142 Teignouse, insubmersible, autoredressable, longue de plus de 14 m et pouvant monter à 25 noeuds. Avec ce bateau, les hommes de la SNSM, dirigés jusqu'en octobre dernier par Gérard Kerscaven et depuis peu par Christian Thomas, sont protégés.

Les chiffres clés de la SNSM
La station de la presqu'île, située à Port Maria compte28 bénévoles qui sortent par tous les temps, tous les jours, nuit et jour sauver des vies en mer. On trouve des patrons, des infirmiers, des mécaniciens, des radios, des équipiers et des plongeurs, tous bénévoles. Sur appel du Cross, la Teignouse appareille en 15 minutes. La station dispose encore d'un pneumatique semi-rigide de 7,30m, le Men Du avec 3 plongeurs embarqués, privilégié pour les opérations urgentes, et un second pneumatique semi-rigide, le Annick Blanchy, de 4,40 m, qui peut être tracté et ainsi rejoindre rapidement les zones d'intervention par route.

Une exposition à la médiathèque
Cette association regroupe 7 000 personnes en France. Grâce à des archives prêtées par le musée d'Etel, le club des maquettistes d'Arradon et la station quiberonnaise, entre autres, un peu de l'histoire de cette belle aventure humaine a pu être reconstituée. L'exposition est inaugurée ce vendredi, elle sera visible gratuitement pendant un mois.

Projections de films ce soir
Avec la cinémathèque de Bretagne, trois films sont projetés. Sauvetage des naufragés à Audierne, de 1931, illustre les incroyables conditions d'interventions au début du siècle. SNSM, qui es tu ?, de 1970, présentera ce qu'est cette association et comment lui apporter sa contribution.
Ouessant, l'île aux phares, de 2008, dresse un état des lieux des mesures de sécurité mise en place au large d'Ouessant.

Cela c'est passé à Ouessant, et animation future.

Conseil municipal Réunion du conseil municipal samedi 23 octobre, 14 h, salle de la mairie.
Subventions associations, spectacle de Noël.
Travaux divers : église, foyer des jeunes, vestiaires du terrain de foot.
Bilan enfouissement des réseaux ; béliers communaux ; règlement du service de collecte des déchets ; programme Bretagne équilibre ; cession gratuite par le Conseil général du local technique de Mezareun

-----------------------------------
Balade, conte set légendes de l'Armor
Samedi 23 octobre, 17 h 30, rendez-vous devant l'église.
Payant. Contact : 06 07 06 29 02,
http://www.kalon-eusa.com/.
Inscriptions à l'office du tourisme.

--------------------------------------
Balade découverte naufrageset traditions maritimes Inscriptions à l'office du tourisme.
Lundi 25 octobre, 14 h 30, rendez-vous au parking, pointe de Pors-Doun.
Payant. Contact et réservation : 06 07 06 29 02,
http://www.kalon-eusa.com/

-----------------------------------------
Découverte culinaire de l'Estran Réservation à l'office du tourisme.
Dimanche 24 octobre, 12 h, rendez-vous à Pors-Noan.
Payant. Contact : 06 07 06 29 02,
http://www.kalon-eusa.com/

dimanche 24 octobre 2010

Le jardin des plantes tropicales de l'île de Batz. avec des plantes anticancéreuses.

Pierre Dasilva, le responsable du Jardin des plantes anticancéreuses. Photo C.M.

20 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.
C'est un projet unique en Europe. À Saint-Pol-de-Léon (29), un jardin de plantes anticancéreuses va bientôt sortir de terre. Explications du responsable du projet.

Comment le projet est-il né?
Laurent Meijer, chercheur au CNRS à la station biologique de Roscoff, rêvait depuis longtemps d'un jardin, vitrine de la recherche contre le cancer. Étudiant en thèse sous sa direction, j'ai pris la direction des opérations. Nous avons créé une association, la JPAC (Jardin de plantes anticancéreuses). Le maire de Saint-Pol-de-Léon, médecin de profession, nous a proposé un terrain boisé de 2.800m², sur le parc municipal du château de Kéraudren. Avec le microclimat local, on ne pouvait pas espérer mieux.

Quelle sera la fonction de ce jardin?
Montrer au grand public l'importance des plantes dans le développement des médicaments anticancéreux. Et qu'il existe des alternatives naturelles dans l'accompagnement des traitements. C'est aussi l'occasion d'expliquer au grand public nos recherches en cours à la station biologique de Roscoff.

Qu'est-ce qu'on y verra?
Des plantes de la région, essentiellement. Le jardin sera divisé en cinqcatégories:les plantes qui limitent les risques de cancer. Comme l'ail, préconisé pour prévenir le cancer du colon, les brocolis, le chou-fleur, le curcumin ou encore la tomate, qui limite le cancer de la prostate. Il y aura des plantes utilisées dans les traitements médicaux, comme l'if ou la pervenche de Madagascar. D'autres qui limitent les effets secondaires des thérapies. Comme l'ail, le curcumin mais aussi l'ananas. On présentera aussi les plantes en cours d'étude. Très prometteurs, le fenugrec que l'on trouve dans nos prairies ou encore le curcumin. Enfin, on fera un peu de mise en garde contre les plantes qui favorisent l'apparition du cancer, comme le tabac, par exemple!

Comment le projet est-ilfinancé?
Le projet est financé à 50% par les adhérents de l'association JPAC et à 50% par la Région. L'adhésion est de 20euros. Les dons sont les bienvenus.

Quand le jardin ouvrira-t-il?
C'est prévu pour juin2011. Les travaux d'aménagement du jardin débuteront fin octobre, début novembre. On signe une convention avec la mairie de Saint-Pol-de-Léon, samedi. À terme, des échanges devraient se mettre en place avec le jardin exotique de Roscoff, le jardin botanique de Brest et le jardin des plantes tropicales de l'île de Batz.

Les plantes nous éviteront-elles des cancers?
Tout est question d'équilibre alimentaire. En améliorant notre alimentation, on diminue de 50 à 60% les risques liés au cancer.

•Clémentine Maligorne

Ile-de-Batz: Logements communaux et travaux s'invitent au conseil.

vendredi 22 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Conseil municipal de reprise après la saison estivale, ce vendredi soir, avec une dizaine de sujets à l'ordre du jour. Pour les sujets nécessitant une délibération et un vote des conseillers, on aura noté l'unanimité du conseil.

Logements communaux. Le maire est autorisé a effectué les démarches nécessaires pour l'achat de la maison du gardien de phare. La part communale pour cette acquisition est de 55 000 € et devrait être couverte par un emprunt. « Le bien devra rester communal », indique le maire, Guy Cabioch, évoquant la rénovation du bâtiment et le financement de cette opération. Deux logements de type T4 et T2 devraient être aménagés dans ces locaux. Par ailleurs, le logement du Créac'h Bihan, précédemment occupé par un des infirmiers, a été attribué à René Le Saout, seul postulant pour entrer dans les lieux, après deux désistements.

ALPREMAB. À la suite du dépôt de bilan de l'association, une facture d'eau d'un montant de 8 850 € n'a pu être recouvrée. Si dans un premier temps, une somme de 6 000 € avait été inscrite au budget de la commune, il convient donc d'y ajouter un montant de 2 850 € compte tenu des circonstances. Il apparaît qu'il n'existe aucune solution afin de récupérer ces sommes à l'avenir.

Travaux des locaux de l'Île aux Moutons. Hervé Le Bot, architecte DPLG, est chargé de la maîtrise d'oeuvre (permis de construire et suivi) concernant les travaux d'aménagement. Ceux-ci représentent un montant de 35 000 €.

Centre de secours. En raison du coût de construction d'un nouveau bâtiment (1 million d'euros), il a été décidé de procéder à des travaux de rénovation de la caserne actuelle (500 000 €). La maîtrise d'oeuvre sera assurée par le SDIS. 80 % du financement sont d'ores et déjà assurés grâce aux aides des organismes et structures habituels dans ces projets (conseil général SDIS, Etat, région). D'autres financements pourraient intervenir en complément.

Fiscalité locale. En raison de la réforme territoriale et de la suppression de la TPU, une compensation du département devrait être attribuée à la communauté de communes. Il est rappelé que le taux de base est actuellement de 14.2 % pour l'ile de Batz (1995 : 13.58 %).

Lors de la prochaine réunion du conseil municipal, le dossier du lotissement du Grannog devrait être examiné.

50 manifestations à l'île Batz.

5o manifestants ont protestés contre la réforme des retraites.

Cliquez sur le titre pour lire la source.

Visite guidée : algues et mer Réservation à l'office du tourisme.

jeudi 21 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source. 

Visite guidée : algues et mer Réservation à l'office du tourisme.
Vendredi 22, vendredi 29 octobre, 10 h 45, rendez-vous devant l'office du tourisme.
Payant. Contact et réservation : 06 07 06 29 02,

http://www.kalon-eusa.com/
cliquez sur le site pour l'accès au site. 

Drame de Ouessant. Le plus jeune suspect majeur

23 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Une erreur s'est glissée dans l'article publié hier concernant l'agression à Ouessant qui a coûté la vie à Louis Henry, âgé de 60 ans. Nous évoquions que l'un des agresseurs présumés venait tout juste d'avoir18ans, deux jours après les faits. Il fallait lire «deux jours avant les faits», le jeune homme étant bien majeur au moment du drame.

vendredi 22 octobre 2010

32 ans de bon service à la Penn ar Bed.

Aujourd'hui ce devait être le jour de sa remise de médaille pour 30 ans de service dans une même entreprise.
Mais comme il a expliqué aux autorités, la gâche est préte, et impossible de laisser le travail en cours, et le travail passe avant les honneurs.
Donc ce sera pour..! un autre jour.
Si vous passez par Molène son épouse Cathy sera heureuse de vous servir une crêpe, donc RdV à la créperie "Le vent des îles". 

En cliquant sur le titre vous aurez accès à leur site internet. 


Homicide à Ouessant. Le père et son fils risquent 20 ans de prison.

22 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Le fils et le père impliqués dans le mort de Louis Henry, ce Ouessantin de 60 ans qui résidait dans un logement social au-dessus de l'office de tourisme de l'île, ont été écroués hier. Tous deux ont été mis en examen pour coups et blessures volontaires, commis en réunion et ayant entraîné la mort, sans intention de la donner. Ils encourent une peine de 20 ans de réclusion.

«Un différend personnel ou d'ordre financier»
Domiciliés dans le nord de l'île, à Kergadou, Lucien Malgorn, âgé de 52ans, et son fils Romain, tout juste âgé de 18 ans (deux jours avant les faits), étaient venus déjeuner lundi midi au domicile de Louis Henry, une veille connaissance du père. Une dispute aurait alors éclaté entre les trois «pour un différend personnel ou d'ordre financier», selon les termes du vice-procureur Bastien Diacono, les motifs du déchaînement de violences qui a suivi n'ayant toujours pas été expliqués par les agresseurs. Ceux-ci ont cependant entièrement reconnu les coups (de pied et de poing) portés au visage et sur le corps de la victime. L'acharnement ainsi que les faits commis en réunion pèseront de tout leur poids devant la cour d'assises.

Le plus jeune avait l'intention de rentrer
Plusieurs témoins affirment que le jeune majeur avait l'intention de rentrer la veille (le dimanche soir) sur le continent pour y effectuer un stage dans le Nord-Finistère. On l'aurait vu en possession de son billet de retour. Mais l'insistance de son père pour continuer à fêter ses 18 ans sur l'île a été plus forte. Louis Henry avait été boulanger à Plouescat et était devenu employé communal depuis son retour à Ouessant. Son état de santé ne lui permettait plus de travailler pour la commune. Transporté en hélicoptère et placé en réanimation après un arrêt cardiaque, lundi soir, il est décédé à l'hôpital de Brest des suites de ses blessures.

Un autre employé municipal, Lucien Malgorn, âgé de 58 ans et domicilié au Stiff à Ouessant, n'a absolument rien à voir avec cette affaire.

Stéphane Jézéquel

Cela c'est passé à Ouessant.

Balade lecture, Ouessant : muse des écrivains

Visite guidée de Lampaul au fil de la plume d'écrivains
jeudi 21 octobre, à 17 h, rendez-vous devant l'église.
Payant. Contact et réservation : 06 07 06 29 02,
http://www.kalon-eusa.com/

----------------------------------------

Phares contés

Une fable poétique rythmée par les rayons du phare.
Mercredi 20, mercredi 27 octobre, à 20 h 45, rendez-vous au moulin de Caraës.
Payant. Contact et réservations : 06 07 06 29 02,
http://www.kalon-eusa.com/

Réforme des retraites : les îliens manifestent

mercredi 20 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

La population ouessantine s'est une fois de plus mobilisée comme sur le continent.
C 'est avec détermination que plus de 160 personnes ont défilé dans le bourg.
Ouessant compte un grand nombre de retraités de la marine marchande, leur motivation est d'autant plus forte.
Comme le dit une retraitée : « Ce qui nous inquiète c'est que les retraites n'augmentent pas, il y a également le problème des enfants qui ne trouvent pas de travail, les veuves ont de moins en moins de moyens, en somme c'est la politique globale du gouvernement qui ne plaît pas du tout. »

jeudi 21 octobre 2010

Coups mortels à Ouessant. Le père et le fils déférés ce matin.

21 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

L'enquête se poursuit autour de la mort de Louis Henry, un célibataire de 60 ans décédé à la suite de coups reçus à son domicile, dans l'après-midi de lundi, en plein bourg de Lampaul à Ouessant.
Un homme de 52 ans et son fils tout juste âgé de 18 ans (deux jours avant les faits) auraient reconnu avoir frappé le sexagénaire résidant au-dessus de l'office de tourisme de l'île.

La victime a été retrouvée chez elle encore en vie mais est décédée dans la soirée à l'hôpital de Brest. Une dispute aurait éclaté alors que les trois fêtaient apparemment les 18 ans du plus jeune.
Le père et le fils auraient conjointement porté des coups à celui qu'ils connaissaient de longue date. Les raisons de ce déchaînement de violence sont obscures, au coeur d'un après-midi alcoolisé.

Le père et le fils auraient malgré tout globalement reconnu les faits. Le fils a été transféré de l'île depuis mardi soir et a poursuivi sa garde à vue à la brigade de gendarmerie de Guilers, près de Brest, alors que le père est resté à Ouessant jusqu'à hier après-midi, où il a rejoint le continent par le bateau de 17h, sous bonne escorte.

Les deux hommes placés en garde à vue depuis mardi après-midi seront entendus ce matin par le représentant du parquet et le juge d'instruction de Brest.
Au vu de la gravité des faits et de circonstances qu'il convient d'éclaircir, ils devraient être incarcérés dans la foulée.

Stéphane Jézéquel

Les manifestants de plus en plus nombreux.

Retraites. Les manifestants de plus en plus nombreux.
(même votre blogueur préféré avec sa corne à brune)

Très belle mobilisation pour la troisième manifestation contre la réforme desretraites, mardi, sur l'île d'Ouessant.
En milieu de matinée, environ 180 personnes se sont à nouveau réunies devant la mairie.
La tendance est donc à l'augmentation des manifestants insulaires, avec une présence detoutes les générations.
Ceux-ci ont encore entonné une chanson déclamant le bonheur d'être en retraite et divers slogans très ciblés sur les réformes.

Colloque de médecins et chercheurs sur l'épilepsie

mardi 19 octobre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Dernièrement, lors des réunions d'équinoxe sur l'épilepsie au musée des phares et balises, Ouessant a réuni 24 médecins et chercheurs, venus en majorité de l'Ouest.

Cette démarche est soutenue par le laboratoire UCB-Pharma. France. Loin du tumulte de la vie citadine, ils ont réfléchi sur cette maladie qui touche 1 % de la population, dont un tiers des malades résiste aux traitements existants.

L'objectif d'une telle réunion est de traduire, en traitement, les dernières avancées de la recherche. Inversement, cela permet aussi aux chercheurs de connaître les problèmes auxquels patients et médecins sont confrontés afin de réorienter leurs travaux.