mardi 30 novembre 2010

Les photos de la remise des prix de la route du Rhum.


Voici 5 photos avec Damien Seguin lors de la reception.

 http://www.routedurhum-labanquepostale.com/fr/s08_multimedia/s08p01_photos.php
en cliquant sur ce lien, pour voir les photos en grand format.

+ 4 °C à Ouessant

Prévisions météo : Après une nuit à peine moins fraîche sur le Finistère, des giboulées sont à craindre mercredi, cliquez sur le titre pour lire la source.

Météo mardi 30 novembre 2010 Dans la nuit de lundi à mardi, les températures minimales ont été légèrement supérieures à celles de la veille dans le Finistère.
En moyenne, l’écart est de 2 °C.
Il a fait -2,2 °C à Trégunc,
-1 °C à Brest,
+ 0,7 °C à Brignogan,
+ 4 °C à Ouessant,
0 °C à Penmarc’h,
-3,5 °C à Qumper,
-4,5 °C à Saint Ségal,
-4 °C à Spézet,
-0,3 °C à Sizun.
La température reste très fraîche pour la saison.
Météo France prévoit des maximales entre 0 °C et 3 °C dans la journée. Le temps restera sec avec un vent léger de nord-est.
En revanche, mercredi, c’est le retour d’un temps plus humide et instable, avec des risques de pluie et de neige.
Des orages pourraient encore avoir lieu sur la côte nord. Selon Météo France, le froid devrait perdurer jusqu’à vendredi.
Dès lors, le vent tournant au sud - sud ouest véhiculera un air océanique plus chaud. Mais aussi des nuages et de la pluie…

lundi 29 novembre 2010

+2,8 °C à Ouessant.

L'aéroport de Brest-Bretagne vu du ciel dimanche. Vincent Mouchel

Froid sur les côtes, glacial dans les terres. Juste avant le lever du jour, ce lundi matin, Météo France a enregistré les températures suivantes dans le Finistère : -3,4 °C à Brest, +2,8 °C à Ouessant, -4,2 °C à Quimper, -6,4 °C à Spézet, -1,9 °C à Sibiril, -4,8 °C à Saint Ségal, 0 °C à la pointe du Raz.

Après l’épisode neigeux de la veille, suivi d’une fonte au soleil, c’est ce brutal refroidissement nocturne qui explique l’ampleur du verglas sur les routes. Météo France annonce des températures du même ordre pour cette nuit et demain matin, jusqu’à -5 °C à l’intérieur du Finistère. Sur la côte nord, les températures sont un peu plus élevées, mais le vent de nord-est, plus perceptible accroît l’impression de froid.

Après New-York à Ouessant en 2006...le Pacifique sud en kiteboat et en solo en 2011.

La navigatrice quimpéroise Anne Quéméré, spécialiste des traversées océaniques en kitesurf, partira à la fin du mois de février 2011 à l'assaut du Pacifique sud, pour tenter de relier, en solo et en kiteboat, Lima (Pérou) à Papeete (Tahiti) soit 4.200 milles nautiques (7.778 km) et plus de deux mois en mer.


La navigatrice procédait samedi au baptême officiel de son flotteur "Defi Pacific Solo - Adrien 2011" à Noirmoutier-en-l'Ile (Vendée) pour présenter sa nouvelle aventure.
Une première tentative de traversée du Pacifique en 2008 a échoué faute de vent et, cette fois, Anne Quéméré compte bien réussir grâce aux améliorations apportées à son bateau en tenant compte de son expérience.
Le flotteur sera notamment plus petit et plus léger que les précédents. "Il perd en surface mouillée et par conséquent en stabilité, mais gagne en vitesse". Cette perte de stabilité est compensée par un arceau en pain de mousse qui surmonte le flotteur et doit permettre de le redresser en cas de chavirage, selon son dossier de presse.
Anne Quéméré s'est fait connaître par ses traversées de l'Atlantique à la rame en 2002 (entre les Canaries et les Antilles), puis en 2004 (de New-York à Douarnenez), avant de se mettre au Kiteboat à partir de 2006 en reliant New-York à Ouessant.
"Je repars, parce que, d’une certaine façon, je suis à ma place dans ce bout de vie océanique que je me suis choisie, ni plus, ni moins. (...) C’est aujourd’hui ma façon de vivre, tout simplement", explique l'aventurière dans un texte intitulé "Repartir..." diffusé à l'occasion de ce nouveau défi.
"Je n’ai pas oublié la solitude, la fatigue, les épreuves, mais je ne garde que le meilleur pour aller de l’avant, pour aller vers d’autres voyages et faire partager mes traversées, mes découvertes, mes rêves", ajoute-t-elle.

Pour cette traversée, la navigatrice sera sponsorisée par le groupe Adrien, un groupe d'aquaculture et de pêche (reproduction de turbots et naissains d'huitres creuses, distribution de produits de la pêche surgelés pour la restauration) implanté en France (Vendée, Côtes-d'Armor et Loire-Atlantique) et au Pérou (pêche du merlu, de l'anchois et du calamar géant).

axt/mcl/ct: © 1994-2010 Agence France-Presse
Cliquez sur le titre pour lire la source.

Cela c'est passé à Ouessant.

Balade, contes, et légendes de l'Armor Inscriptions à l'office du tourisme.
Samedi 27 novembre, 16 h 30, rendez-vous devant l'église.
Payant. Contact et réservation : 06 07 06 29 02,
-------------------------------------
 Balade lecture : muse des écrivains Visite guidée de Lampaul au fil de la plume d'écrivains.
Dimanche 28 novembre, 14 h 30, rendez-vous devant l'église.
Payant. Contact et réservation : 06 07 06 29 02,
---------------------------------------
Phares de nuit Animation nocturne sous les feux des phares d'Ouessant et de la mer d'Iroise.
Samedi 27 novembre, 18 h, rendez-vous devant l'office du tourisme.
Payant. Contact et réservation : 06 07 06 29 02,

dimanche 28 novembre 2010

Stock d'anchois dans le golfe de Gascogne: les députés définissent un plan à long terme

Pêche − 23-11-2010 - 14:39 : Séance plénière

Un plan à long terme sur la gestion du stock d'anchois dans le golfe de Gascogne a été approuvé par le Parlement. Les nouvelles règles définissent le niveau total admissible de captures et distribuent des quotas entre la France et l'Espagne. Les députés ont également approuvé le plan pluriannuel pour l'exploitation du chinchard commun, autorisé des changements dans l'utilisation dans l'aquaculture d'espèces exotiques et ont consenti à l'accord sur la pêche entre l'UE et les îles Salomon.

La fermeture de la pêche à l'anchois en 2005 a eu de graves répercussions socio-économiques dans la région et a entraîné une augmentation substantielle de l'exploitation d'autres espèces dans la zone. Les députés ont donc soutenu la proposition de règlement par la Commission qui fixe de nouvelles règles qui, sur la base d'avis scientifiques (Commission scientifique, technique et économique pour la pêche - CSTEP), établissent un contrôle de la récolte afin d'assurer la stabilité du stock.

TAC et quotas
Le calcul du niveau du total admissible des captures (TAC) doit être basé sur les estimations portant sur la biomasse féconde du stock d'anchois et réalisé chaque année aux mois de mai et de juin, des quotas étant dès lors respectivement répartis entre la France et l'Espagne.

Dans le cas où le CSTEP ne serait pas en mesure de fournir une évaluation de la biomasse actuelle, le niveau de TAC et les quotas devront soit être réduits, si le CSTEP le recommande, soit correspondre à celui retenu lors de la saison précédente. Le niveau maximum possible de réduction a été fixé à 25%.

Délai de notification et surveillance
Les capitaines des navires transportant plus d'une tonne d'anchois seront tenus de notifier aux autorités compétentes de leur État membre du pavillon au moins une heure avant l'heure probable de leur arrivée dans un port. Une autorisation pour la décharge de la capture peut être requise par l'état membre. Néanmoins, les débarquements ne devraient en aucun cas être reportés ou retardés après un certain délai au-delà duquel la qualité ou le prix du poisson diminueraient, ont souligné les députés.

Les autorités gouvernementales et régionales de chaque État membre désignent les ports dans lesquels doit être effectué tout débarquement de plus d'une tonne d'anchois, mais procèdent aussi à la validation des données fournies. Selon le Parlement, un accent particulier doit être mis sur la possibilité que des espèces autres que l'anchois soient signalées comme anchois et inversement. La marge de tolérance entre l'estimation des quantités enregistrées dans le journal de bord et les quantités effectives de poissons détenu à bord doit être fixée à 10%, ce qui représente une augmentation de 5% par rapport à la proposition initiale de la CE.

Le rapporteur, Mme Izaskun Bilbao Barandica (ADLE, ES) a souligné qu'en dépit de ses réserves sur le texte définitif, elle soutenait le rapport dans la mesure où le fait de ne pas avoir de plan à long terme affecterait le secteur. Le règlement a été approuvé en première lecture par 612 votes pour, 33 contre et 13 abstentions. Il appartient maintenant au Conseil d'approuver la nouvelle réglementation ou d'exprimer sa position et de la renvoyer au Parlement pour une deuxième lecture.

Stock occidental de chinchard commun
Les députés ont également discuté d'un plan pluriannuel pour le stock occidental de chinchard commun. Le plan, qui est basée sur des avis scientifiques (CSTEP) et provient du Plan d'application adopté lors du Sommet mondial des Nations Unies pour le développement durable à Johannesburg en 2002, vise à garantir que l'exploitation du chinchard commun est guidé vers un rendement maximal durable. Le Parlement a souligné l'importance économique du stock occidental et a insisté sur la prise en compte des droits historiques et les besoins des petites flottes côtières. La répartition par zones des TAC doit également refléter la spécificité et les objectifs de l'industrie ainsi que les flottes artisanales en cause, ont ajouté les députés.

La résolution, rédigée par Pat the Cope Gallagher (ADLE, IR), a été approuvée par 618 votes pour, 15 contre et 19 abstentions en première lecture. Il appartient maintenant au Conseil d'approuver le texte adopté par le PE, ou d'exprimer sa position et de la renvoyer au Parlement pour la deuxième lecture.

Avec l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, les plans pluriannuels ont été déplacés de la consultation vers la procédure législative ordinaire (anciennement codécision) ce qui rend le Parlement européen co-législateur avec le Conseil. Cela signifie que les députés européens peuvent désormais proposer des amendements et leur approbation est nécessaire pour que la législation soit adoptée. Au cours du débat, plusieurs députés ont souligné qu'il est essentiel que le Conseil accepte ce nouveau rôle du Parlement européen et ont souligné que la codécision fait désormais partie du processus.

Espèces exotiques et espèces localement absentes dans l'aquaculture
Le Parlement a également modifié le règlement qui régit les pratiques aquacoles en ce qui concerne les espèces exotiques et localement absentes. La nouvelle législation offre une définition actualisée d'"installation aquacole fermée" où, sous certaines conditions, le degré de risques liés à l'utilisation d'espèces exotiques et localement absentes pourrait être réduit à un niveau acceptable. L'objectif est de rendre plus facile l'introduction d'espèces exotiques ou la translocation d'espèces localement absentes pour une utilisation dans de telles installations en les exemptant de l'obligation de permis, tout en assurant une protection adéquate de l'environnement. La résolution, rédigée par João Ferreira (GUE/NGL, PT), a été adoptée par 638 votes pour, 16 contre et 11 abstentions, Il s'agit d'un accord en première lecture avec le Conseil, qui devrait entériner le projet de règlement en temps voulu.

Accord de pêche UE-Iles Salomon
Aujourd'hui, le Parlement a donné son consentement à un nouvel accord de pêche entre l'UE et les Îles Salomon. Le partenariat sur la pêche instaure un financement de l'UE de 400 000 euros par an aux îles Salomon en échange de la permission pour les bateaux européens de pêcher dans les eaux du pays. L'entente, renouvelable, couvre une période de trois ans, et attribue des possibilités de pêche de 4000 tonnes de thon par an à quatre senneurs français et espagnols. Le rapporteur de cette résolution, adoptée ce mardi, est Maria do Céu Patrão Neves (PPE, PT).

REF. : 20101123IPR97968

Jan JAKUBOV
: (+32) 2 28 32119 (BXL)
: (+33) 3 881 76673 (STR)
: (+32) 498 98 33 34
: fish-press@europarl.europa.eu

Fabienne GUTMANN-VORMUS et Claire CHASTANIER
: (+32) 2 28 40650 (BXL)
: (+33) 3 881 72649 (STR)
: (+32) 498 98 33 29
: presse-fr@europarl.europa.eu

Brest : quelques flocons de neige ce matin

Peu de monde sur le marché Saint-Louis, ce matin à Brest. Ouest-France

dimanche 28 novembre 2010; cliquez sur le titre pour lire la source.

Une averse de neige est tombée en fin de nuit sur la région brestoise. Des flocons sont tombés jusque vers 9 h. À 10 h, il y avait moins de commerçants et peu de clients sur le traditionnel marché Saint-Louis du dimanche matin au centre ville.
Dans le secteur de Saint-Renan, on observait aussi une fine pellicule blanche. En revanche, aucun flocon n’est tombé sur Ouessant.
À 10 h, la gendarmerie ne notait aucun accident lié aux intempéries dans la région de Brest. La prudence reste toutefois de mise sur les routes.

Autre actualité sur la neige en pointe de Bretagne:
http://brest.letelegramme.com/local/finistere-nord/brest/ville/brest-lens-a-l-ouest-c-etaient-les-flocons-28-11-2010-1130080.php

samedi 27 novembre 2010

Evacuation médicale sur le chimiquier Silver Lining au large de la pointe Saint Mathieu

Brest, le 27 novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Vendredi 26 novembre à 17h45 le CROSS Corsen est informé par son homologue espagnol, le MRCC Madrid, que le chimiquier "Silver Lining" de 172 mètres de long, en provenance de Lagos (Nigéria) et à destination de Dunkerque, demande une consultation médicale pour l'un de ses marins qui s'est blessé à un bras. Le bateau se trouve alors au milieu du Golfe de Gascogne.
Le médecin du centre de consultations médicales maritimes de Rome diagnostique une fracture du bras et préconise une prise en charge médicale du blessé à l'arrivée du bateau à Dunkerque le dimanche 28 novembre au matin. En attendant les premiers soins lui sont donnés à bord.

Samedi 27 novembre à 4h30, le CROSS Corsen reçoit un nouveau diagnostic de Rome : l'état du blessé s'est aggravé, une évacuation doit avoir lieu immédiatement. Le chimiquier se trouve alors à 70 nautiques au sud ouest de la pointe Saint Mathieu. L'hélicoptère Dauphin de la Marine nationale basé à Lanvéoc décolle à 8h42.
Le marin, un philippin de 29 ans, est hélitreuillé et pris en charge par l'hôpital de la Cavale blanche à 9h55.
Conditions de mer : vent 15 noeuds, mer agitée, visibilité très bonne.

Les hydroliennes du Fromveur expliquées aux îliens

jeudi 25 novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Quarante personnes, parmi lesquelles les collégiens, ont assisté vendredi à la présentation, par la société Sabella, de la technologie hydrolienne et des projets qu'elle programme pour exploiter la vitesse des courants du Fromveur, afin de fournir une énergie renouvelable à Ouessant.

En accord avec les élus, Jean-François Daviau, le dirigeant de Sabella, avait bravé la météo afin que les îliens, aient la primeur de l'information sur ces projets, et plus précisément sur les campagnes de mesures océanographiques qui vont être entreprises très prochainement sur zone.
Le navire spécialisé Atlantic Surveyor doit effectuer des relevés en décembre pour déterminer un site propice à l'installation des hydroliennes sous-marines.

Devant un auditoire passionné, Le responsable de Sabelle a expliqué qu'une première machine, Sabella D10, de 500 kW de puissance, serait installée et testée dans le Fromveur d'ici la fin 2011 puis raccordée au réseau électrique de l'île. Fort des premiers résultats, le projet d'une première ferme hydrolienne « Eussabella » de plusieurs machines serait réalisé d'ici 2013 pour une exploitation continue. Un projet ultérieur, à l'horizon 2015, verrait la puissance de cette ferme s'accroître, une unité de stockage d'énergie s'y ajoutant pour les périodes de « mortes -eaux ».

En conclusion, Jean-François Daviau a constaté que ce projet innovant et structurant pour Ouessant, et la pointe de Bretagne, était en voie d'appropriation par les insulaires et a promis de revenir expliquer aux Ouessantins les futurs développements de ses projets.

Cela c'est passé à Ouessant.

jeudi 25 novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.
Visite guidée : algues et mer Réservation à l'office du tourisme.
Vendredi 26 novembre, à 10 h 45, rendez-vous devant l'office du tourisme.
Payant. Contact et réservations : 06 07 06 29 02,
http://www.kalon-eusa.com/

vendredi 26 novembre 2010

Une nouvelle robe pour le BSAD Alcyon

Le bâtiment de soutien, d'assistance et de dépollution (BSAD) Alcyon s'est amarré sous ses nouvelles couleurs dans le port militaire de la base navale de Brest.
C'est le dernier navire de la flotte traitant des pollutions pour le compte de l'action de l'Etat en mer à revêtir sa robe bleu marine barrée des trois bandes tricolores en oblique sur le milieu de la coque.

Pendant les quatre semaines d'entretien programmées, les travaux de maintenance des machines, de visite de classification et de modernisation du matériel électronique (radar, sondeur, radio...) ont été exécutés par un chantier naval de Concarneau dans le sud du Finistère.

L'Alcyon peut dès à présent reprendre ses missions d'entrainement à la lutte antipollution et de repêchage de tout objet flottant à la dérive (container, billes de bois...) et présentant un danger pour la navigation. Il assure également des opérations pour la marine nationale ainsi que l'alerte météo en appui de l'Abeille Bourbon.

Lundi 22 novembre, il a appareillé sous les ordres de Christophe Marnet, le nouveau commandant.

Vendredi 19 novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Craquez pour une thalasso bio ! aux algues de l'île de Molène.

Le Thalasso & Spa resort de Carnac (Bretagne) a lancé sa gamme de cosmétique bio et propose des soins de beauté ainsi que des cures de remise en forme 100% bio.

Prendre le temps de profiter des bienfaits de la thalassothérapie et des vertues de la nature qui nous entoure... voici ce que propose le Thalasso & spa resort de Carnac.En s'appuyant sur son expérience et en s'associant à un laboratoire breton, Carnac Thalasso a lancé cette année sa nouvelle marque cosmétique bio : BioCarnac, qui se compose de gammes de soins visage et corps. Le centre en a ainsi profité pour créer de nouveaux forfaits et soins bio pour ses cures de thalassothérapie, pour son spa marin ou encore son spa Beauté.

A noter : toutes les formules utilisées dans les cures ou produits bio sont crées sur des bases biologiques naturelles, végétales, marines ou minérales (deux principes "naturellement" actifs : l'eau de mer de Carnac concentrée à 26% et les algues de l'île de Molène), sont validées par Ecocert (Label Cosmebio et Cosmeco) et respectent des process de fabrication soucieux de l'environnement.

Le centre propose ainsi aujourd'hui plusieurs cures de thalasso adaptées à vos besoins et à la durée de votre séjour. L'occasion de goûter aux soins de thalassothérapie (soins d'eau de mer chauffée, applications d'algues écologiques et biologiques riches en oligo-éléments, modelages, massages, douches,...) et de se ressourcer naturellement.

Pour les longs séjours (6jours/6nuits)
Remise en forme "Autenthique Bio Carnac" pour une relaxation totale : Elle comprend des enveloppements et des bains hydromassants aux algues bio, des modelages et massages au baume de karité bio, ainsi que des douches à jets, océanes ou encore sous-marines. L'utilisation exclusive des produits BioCarnac est une des particularités de cette cure.
On apprécie tout particulièrement : l'allongement de durée de certains soins mentionnés par un +, le bar à algues Bio Carnac, les soins uniquement individuels et la pension complète bio.
(À partir de 1092 € par personne pour une durée de 6j/6n. Prix en chambre double et en demi-pension par personne)

Cure "Beauté Bio" pour une beauté tà l'état nature : On se laisse sublimer par des soins visage et nettoyages de peau, des soins d'algothérapie bio régénérants, des enveloppements à la cire hydratante, au magnésium ou encore aux algues et plantes bio.
(À partir 1173 € TTC 6jours/6 nuits,en chambre double et en demi-pension)

Cure "Maman Bébé Bio" pour allier détente, complicité, minceur et beauté tout en bio : Vous trouverez dans ce forfait des séances de rééductation ou gym hypopressive, des séances d'algothérapie à l'himanthalia, des massages, gommages relaxants et soins bio, de la réfléxologie plantaire ou encore des bains microbulles avec bébé.
(À partir de 1056 € TTC 6 jours/6 nuits en demi-pension. L'hébergement est gratuit pour le bébé et une personne de votre choix)

Pour les"midweek" (4 jours/4 nuits)
Cure "Bio Essentielle" pour découvrir les vertues des huiles essentielles bio : ce forfait propose notamment des relaxations sensorielles en bassin d'eau de mer, des initiations au Qi Gong et Tai chi, des modelages et appications d'algues laminaires ou himanthalias, des douches océanes, des bains hydromassants aux algues bio, et bien-sûr, une initiation aux huiles essentielles bio (avec une découverte des modes d'action et des précautions d'utilisation).
On apprécie tout particulièrement : le choix des huiles qui nous font envie, et sur les conseils des kinés et modeleurs après un diagnostic, pour les massages et modelages. Une huile est de plus offerte à votre départ.
(A partir de 745 € par personne pour une durée de 4j/4n, Prix en chambre double et en demi-pension par personne)

"L'escale ayurvédique" pour profiter des soins ayurvédiques à base de produits naturels et bio : des soins ayurvédiques personnalisés sont ici proposés en fonction des besoins (abhyanga, shirodara), ainsi que de la réflexologie plantaire, un gommage védique ou encore une séance d'algothérapie.
(À partir de 782 €, sur la base d'une cure Remise en Forme de 4 jours/4 nuits, en chambre double et en demi-pension)

Pour un court séjour (2/3jours)
"Thalasso découverte bio" pour une escale détente et vitalité : Au programme : douche sous-marine, bains hydromassants aux algues bio, massage, modelage suivi d'un enveloppement d'algues avec bar à algues massantes bio, séance d'aquaforme ou encore algothérapie bio.
On apprécie particulièrement : le "concentré" de soins de détente proposé pour ce court séjour.
(À partir de 579 € TTC, le forfait découverte 3 jours/ 3 nuits, en chambre double et en demi-pension; À partir de 313 € TTC (2j/1n), en chambre double et en demi-pension)

Vous pouvez retrouver 13 soins bio à la carte du spa beauté et du spa marin du centre.
On craque pour :
- le modelage visage au baume de karité Bio. Ce modelage du visage, du cou et du décolleté associe des manoeuvres relaxantes et enveloppantes et des points de shiatsu pour retrouver un visage ressourcé et apaisé, mais aussi pour harmoniser la détente du corps et de l'esprit. (30 min, 52€)
- le modelage visage & corps au baume de karité Bio. Ce soin de relaxation profonde, du cuir chevelu jusqu'à la voûte plantaire, associe manoeuvres enveloppantes, relaxantes et digito-pression pour un bien-être total. (60 min, 85€)
- le modelage à l'élixir de bougie Bio. La cire d'une bougie spécifique procure au corps la sensation d'un enveloppement par une douce chaleur décontractante. (60 min, 85€)
- le soin BioEclat visage. Un soin découverte d'une demi-heure pour un teint instantanément réveillé et une peau tonifiée (30 min, 40 €)
- le soin BioSource. Un soin du corps pour une peau idéalement hydratée, nourrie et reminéralisée. Un retour aux origines grâce aux bienfaits de ses actifs marins : exfoliation aux sels fins de l'Atlantique suivi d'un enveloppement à la pâte d'algues laminaires. (60 min, 72 €)
- le bain hydromassant aux algues bio pour un moment de volupté intense (20 mn, 40 €)

Retrouvez l'ensemble des cures, des soins et des produits sur le site www.thalasso-carnac.com
Stella Giani

Collisions en mer liées à des malentendus

26/11/2010, Cliquez sur le titre pour lire la source.

A côté des attaques de pirates, les assureurs maritimes se préoccupent d'une autre forme d'"abordage", en forte croissance: la collision, le plus souvent provoquée par une mauvaise interprétation des règles de navigation de la part de marins peu qualifiés. Parmi les derniers incidents répertoriés, un tanker grec et un porte-conteneurs chypriote se sont rentrés dedans à la mi-octobre, au large des Pays-Bas, provoquant une fuite de kérosène. Une semaine plus tôt, un cargo vraquier avait heurté un chimiquier, au large d'Ouessant (Finistère).

De 207 en 2001, le nombre de collisions a plus que doublé pour atteindre 437 en 2008, selon la base de données maritimes Sea-Web qui en recensait encore 375 en 2009 et 330 à fin novembre 2010, dont 27 sur ce seul mois. "Cela commence à nous préoccuper. Il y en a de plus en plus", témoigne Jean-Pierre Ryckaert, expert maritime chez l'assureur allemand Allianz. D'autant que, comme c'est le cas dans les deux collisions mentionnées, la "plupart arrivent par temps clair, quand les bateaux s'aperçoivent depuis longtemps", ajoute cet ancien officier supérieur de la marine marchande, reconverti dans la prévention des risques maritimes.

Sinon le gros temps, qu'est-ce qui provoque ces "abordages" ? "Un manque de vigilance lié à la fatigue et un manque de formation", avance l'expert. Les équipes ne sont pas toujours en nombre suffisant, les temps de repos obligatoires pas toujours respectés. En outre, les marins "apprennent par coeur les ColReg (règlement international pour prévenir les abordages en mer, qui fixe, entre autres, les règles de priorité entre les navires, ndlr), mais ne savent pas l'interpréter", estime M. Ryckaert. "Le bon sens marin doit prévaloir : ce n'est pas parce que le réglement dit qu'il faut éviter d'abattre à bâbord, si les circonstances le permettent, qu'il ne faut jamais abattre à babord", illustre-t-il.

L'explosion du trafic maritime a démultiplié les occasions de collisions, qui peuvent conduire à la "perte totale du bateau" dans le pire des cas, à de la simple "toile froissée", dans le meilleur, ajoute l'expert. L'Europe du Nord où le temps n'est pas toujours clément, le trafic très dense et les matelots --qui ont embarqué en Asie et enchaînent les ports-- souvent épuisés, est une zone à risque. C'est aussi le cas des détroits, comme celui du Pas-de-Calais, où les couloirs empruntés par les navires marchands sont traversés par les ferries et les pêcheurs. "Dans les cas de collision et autres accidents maritimes, le facteur humain est souvent en cause, mais pas encore assez pris en compte", confirme Patrick Rondeau, conseiller technique, sûreté et sécurité aux Armateurs de France.

Prenant exemple sur le secteur aérien, l'Organisation maritime internationale a révisé en 2010 la convention sur la formation du personnel navigant en mettant davantage l'accent sur ce facteur. Mais si la formation initiale et le "recyclage" sont obligatoires, une formation plus poussée relève de la bonne volonté des affréteurs. Parmi eux, les armateurs pétroliers, poussés par les majors, qui ne veulent pas d'un nouvel "Erika", sont les plus exigeants sur la qualification du personnel.

Il n'empêche que pour réduire leurs coûts de main d'oeuvre, les armateurs vont la chercher là où elle est moins chère, en Inde, au Pakistan, et surtout aux Philippines, devenue la première nation de marins au monde. Et ce au détriment de pays comme la Grèce, dont les officiers sont toutefois encore souvent issus. Les armateurs passent par des agences de recrutement locales, qui disposent souvent de leur propre centre de formation. A eux de bien les choisir. Mais au vu de la pénurie de marins, ils ne peuvent pas toujours se permettre d'être très regardants sur la qualité du personnel.

« Du haut d'un phare, on lit le paysage »

Vendredi 26 novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Vincent Guigueno, historien et enseignant aux Phares et Balises est originaire de Locminé. Il est en quelque sorte le Monsieur phares de l'administration. Il donnera une conférence sur les phares à l'Université tous âges de Vannes le 2 décembre.

Sur les dix en Morbihan, un seul est ouvert au public, à Belle-Ile. Gestionnaires de sites et institutionnels y ont rendez-vous aujourd'hui. Vincent Guigueno, en spécialiste, balise la rencontre.

Entretien
Avec Vincent Guigueno, historien et enseignant aux Phares et Balises.
Le récent classement de 14 phares en monuments historiques donne un coup de projecteur sur ces hauts lieux du patrimoine...
C'est un acte de reconnaissance collectif de l'importance accordée à ces lieux. Et en terme de communication, pour les gestionnaires de site, cela constitue un label.
Ce classement qui concerne entre autres le grand phare de Belle-Ile (Goulphar) n'est pas tombé comme ça. Il est le résultat de tout un travail scientifique d'identification en cours depuis des années. Certains découvrent ce patrimoine. Les gens des Phares et Balises le connaissent bien et l'ont entretenu.

Combien de phares en Morbihan ?
Dix (3 à Belle-Ile, 2 à Groix, 1 à Étel, 1 à Port-Navalo, 1 à Billiers...) Un seul est ouvert au public, le grand phare de Belle-Ile. On y réfléchit à Groix pour Pen Men : ça serait logique. Plus de la moitié des phares visitables se trouvent en Bretagne, région très pourvue en raison de sa côte découpée. 50 phares sur les 130 de l'hexagone sont bretons. Si l'on parle de Bretagne historique, c'est la moitié.

Depuis quand les visite-t-on ?
Depuis leur construction. Dans les années 20, en France, on estimait le nombre de personnes qui montaient aux phares à 100 000. C'était une tolérance. Les visites étaient encadrées par les gardiens. Avec l'automatisation des phares, il a fallu trouver d'autres fonctionnements. Des communes se sont engagées dans cette animation touristique. Mais c'est un phénomène récent (une dizaine d'années).

Aujourd'hui cela représente combien de visiteurs ?
Vingt-sept sites sont ouverts au public. Ils reçoivent annuellement 600 000 visiteurs (167 000 rien que pour le phare des Baleines sur l'Île de Ré, géré par une société privée). En Bretagne c'est 200 000 visiteurs sur 11 sites dont 60 000 à Penmarch, 40 000 au Cap Fréhel, 30 000 à Belle-Ile... Certains sites ont un fort potentiel en terme d'animation du patrimoine.

Qu'est ce qui pousse les gens à gravir les multiples marches d'un phare ?
D'abord le plaisir de découvrir un magnifique panorama. Le phare est un lieu de découverte et de lecture du paysage. Mais l'architecture de l'édifice (le souci du détail, l'orientation es bâtiments...) son histoire et celle des gardiens, révèlent aussi des choses très intéressantes.

Cette rencontre à Belle-Ile aidera-t-elle à trouver des pistes pour rendre les monuments plus attractifs ?
L'image que beaucoup ont des phares : lieux fermés peu à peu privés de gardiens est globalement fausse. Derrière les phares, il y a des gens, plus seulement des fonctionnaires des Phares et balises. Les Journées des phares visent à mettre en valeur l'animation du patrimoine et à faire connaître le travail des gestionnaires.
Pour cette deuxième édition, nous accueillons des représentants de 14 sites ouverts au public, de la Manche à la Gironde (quasiment sur le périmètre de l'association des Îles du Ponant). En 2011, nous fêterons les 100 ans du phare de la Jument (Ouessant), les 200 ans de la commission des Phares et les 400 ans du phare de Cordouan (Gironde).

Ouest-France.

jeudi 25 novembre 2010

La construction du futur Fromveur II (vidéo)

Les chantiers Piriou présentaient mercredi aux élus du conseil général la construction du futur navire de la flotte départementale. Il succédera à l'actuel Fromveur, début 2012. Le chantier Piriou a développé des images de synthèse pour présenter son projet.

Cliquez sur le titre pour voir la vidéo.

Evacuation médicale d'un commandant de navire au large de l’île d’Ouessant

Photo du site www.meretmarine.com

jeudi 25 novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.
Mercredi soir, un hélicoptère de la Marine nationale a évacué, pour raisons médicales, un commandant de navire au large d'Ouessant. Il est 21h30 quand le CROSS Corsen est alerté que le capitaine du câblier Ile de Bréhat, situé à 35 kilomètres au large de l’île d’Ouessant, souffre de douleurs thoraciques. Le centre de consultation médicale maritime de Toulouse préconise son évacuation.

L’hélicoptère Dauphin de la Marine nationale basé à Lanvéoc est envoyé sur zone avec une équipe médicale afin de porter assistance à cet homme de 53 ans. Hélitreuillé, il est pris en charge par les services hospitaliers de la Cavale-Blanche à Brest à 23h30.

http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=114630
Hier soir, vers 21H30, l'équipage du câblier français Ile de Bréhat a alerté le CROSS Corsen que son capitaine souffrait de douleurs thoraciques. Le navire se trouvait alors à 35 kilomètres au large de l'île d'Ouessant. Après une conférence téléphonique avec le centre de consultation médicale maritime de Toulouse, une évacuation médicale a été préconisée. Le CROSS a donc dépêché sur place l'hélicoptère Dauphin de la base de Lanvéoc-Poulmic, avec à son bord une équipe médicale. Les marins ont hélitreuillé le commandant de l'Ile de Bréhat puis l'ont transporté à l'hôpital brestois de la Cavale Blanche, où il a été pris en charge à 23H30.

Propriété d'Alda Marine, filiale d'Alcatel et Louis Dreyfus Armateurs, l'Ile de Bréhat est géré par LDA. Conçu pour la pause et la réparation de câbles, ce navire de 140 mètres de long a été construit en 2001 par les chantiers sud-coréens Hyundai.

voir le communiqué officiel avec le lien
http://www.premar-atlantique.gouv.fr/actualite/communiques/2010/11/25.html

Belle-Ile réunira les acteurs de l'Ouest.

Les élus de la communauté de communes de Belle-Ile-en-Mer accueilleront les journées des phares, aujourd'hui et demain. Photo Soizick Boulch

25 novembre 2010 - Cliquez sur le titre pour lire la source. 

Alors que douze phares bretons viennent d'être classés monuments historiques, aujourd'hui et demain se dérouleront les Journées des phares, à Belle-Ile-en-Mer. Après une première édition à Brest, sur le périmètre breton, ces journées s'ouvrent, cette année, aux sites de la Manche et de l'Atlantique.

Leur objectif: réunir les acteurs gestionnaires et institutionnels engagés dans l'animation des sites «phare». Au cours de ces deux jours, une cinquantaine de personnes évoqueront les phares ouverts à la visite.
Une vingtaine de phares, de Gatteville en Normandie jusqu'à Cordouan en Gironde, seront mis à l'honneur.

Au programme: projet scientifique et culturel du musée des Phares et balises à Ouessant (29), présentation du projet de valorisation au Grand phare de Belle-Ile-en-Mer ou encore l'élaboration d'une notion de réseau entre ces phares ouverts à la visite...

mercredi 24 novembre 2010

Michel Quantin reprend les traditions ouessantines

lundi 22 novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Simone Goulard, présidente de l'association Maintien des traditions ouessantines (MTO) depuis 25 ans, a passé le témoin à son successeur Michel Quantin. Respect du patrimoine et des traditions, maintien et développement de l'élevage de moutons, entretien et accès des chemins, dossier du parc marin... Le bilan est intéressant.

Au cours de la réunion, les participants ont débattu avec objectivité de l'installation d'un agriculteur bio qui cultive sur des terres qui ne lui appartiennent pas. Pour un meilleur échange, l'association lui a proposé les 100 ha de la relance agricole des années 1975-1985. Une entrevue a eu lieu avec l'agriculteur cette semaine.

Pour ce qui est des animaux : on voit fleurir des parcs avec des clôtures électriques ou fixes sans que les propriétaires concernés soient prévenus, la terre est aussi polluée avec les déjections des vaches contaminées.

Le dossier Natura 2000 a été expliqué par le maire, précisant que les zones concernées sont délimitées en bordure côtière. Concrètement, un projet de « fiches actions » permettra à MTO d'intervenir quant à la bonne pratique du coupage des mottes en bordure de grève, des réunions de concertation sont prévues.
Le départ du bateau le mercredi matin d'Ouessant serait souhaité toute l'année.

mardi 23 novembre 2010

Comité National des Pêches, CNPMEM - Bar : vers une gestion durable de la ressource

23/11/2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Les pêcheurs professionnels souhaitent mettre en place une réglementation pour sécuriser la ressource de bar. En effet, ils constatent un affaiblissement des stocks à la pointe Bretagne, et même si le phénomène semble localisé, il demande à être expliqué scientifiquement et incite les professionnels à prendre des mesures concrètes.
Le bar a une grande importance économique pour les pêcheurs professionnels. En 2009, il représentait la troisième espèce débarquée en termes de valeur, pour un montant de 40 millions d'euros. C'est aussi un poisson recherché par les plaisanciers, dont les prélèvements, estimés à 5.600 tonnes, sont au moins équivalents à ceux des professionnels.

Depuis trois ans, les ligneurs-palangriers de la pointe Bretagne ont constaté une diminution de la ressource. Selon Emmanuel Kelberine, Président du comité local du Nord-Finistère, « nous manquons de recul pour analyser ce phénomène ». Des changements comportementaux ou des migrations différentes constituent sans doute un élément explicatif. En effet, dans d'autres endroits, notamment dans le Nord-Pas-de-Calais, les professionnels ont fait état cette année de très bons rendements. En 2008, le Conseil International pour l'Exploration de la Mer (CIEM) constatait d'ailleurs une augmentation de la quantité des reproducteurs en Manche ces vingt dernières années.

Vers un recensement, une licence et des contrôles
Sans évaluation scientifique fiable de la ressource, alors même qu'elle est essentielle à leur activité, les professionnels ont conscience de naviguer sans visibilité. « L'espèce n'est pas encadrée mais cela ne nous empêche pas d'y travailler : nous souhaitons mettre en place un plan de gestion sur les pêcheries du bar afin de définir des objectifs de gestion », explique Jean-Marie Robert, chargé de mission au Comité National des Pêches. Parmi les pistes envisagées, un recensement des différentes flottilles pratiquant de façon ciblée la pêche du bar, la mise en place d'une licence et un renforcement du contrôle.

Sur le terrain, les professionnels s'organisent également. Dans le parc marin d'Iroise, les pêcheurs participent avec les scientifiques de l'Ifremer à un programme de marquage, seul moyen de vérifier les probables migrations : « Nous somme en train d'affiner les connaissances sur les stocks et sur les migrations », commente Emmanuel Kelberine. La profession réfléchit également à la mise en place d'un système de déclaration des captures en temps réel, qui complèterait les résultats du marquage.

Quant aux plaisanciers, qui capturent donc autant de bars que les professionnels, leurs représentants ont signé la Charte nationale de la pêche plaisancière éco-responsable, instituée par le Grenelle de la Mer. Mais pour devenir une réalité quotidienne, cet encadrement devrait également se traduire par une réglementation.

S'appuyant sur de nouvelles données scientifiques, les conclusions du CIEM attendues en décembre serviront de base à la mise en place du plan de gestion de la ressource.

Stock d'anchois dans le golfe de Gascogne: les députés définissent un plan à long terme

Pêche - 23.11.10. cliquez sur le titre pour lire la source.

Un plan à long terme sur la gestion du stock d'anchois dans le golfe de Gascogne a été approuvé par le Parlement. Les nouvelles règles définissent le niveau total admissible de captures et distribuent des quotas entre la France et l'Espagne. Les députés ont également approuvé le plan pluriannuel pour l'exploitation du chinchard commun, autorisé des changements dans l'utilisation dans l'aquaculture d'espèces exotiques et ont consenti à l'accord sur la pêche entre l'UE et les îles Salomon.

La fermeture de la pêche à l'anchois en 2005 a eu de graves répercussions socio-économiques dans la région et a entraîné une augmentation substantielle de l'exploitation d'autres espèces dans la zone. Les députés ont donc soutenu la proposition de règlement par la Commission qui fixe de nouvelles règles qui, sur la base d'avis scientifiques (Commission scientifique, technique et économique pour la pêche - CSTEP), établissent un contrôle de la récolte afin d'assurer la stabilité du stock.

TAC et quotas
Le calcul du niveau du total admissible des captures (TAC) doit être basé sur les estimations portant sur la biomasse féconde du stock d'anchois et réalisé chaque année aux mois de mai et de juin, des quotas étant dès lors respectivement répartis entre la France et l'Espagne.

Dans le cas où le CSTEP ne serait pas en mesure de fournir une évaluation de la biomasse actuelle, le niveau de TAC et les quotas devront soit être réduits, si le CSTEP le recommande, soit correspondre à celui retenu lors de la saison précédente. Le niveau maximum possible de réduction a été fixé à 25%.

Délai de notification et surveillance
Les capitaines des navires transportant plus d'une tonne d'anchois seront tenus de notifier aux autorités compétentes de leur État membre du pavillon au moins une heure avant l'heure probable de leur arrivée dans un port. Une autorisation pour la décharge de la capture peut être requise par l'état membre. Néanmoins, les débarquements ne devraient en aucun cas être reportés ou retardés après un certain délai au-delà duquel la qualité ou le prix du poisson diminueraient, ont souligné les députés.

Les autorités gouvernementales et régionales de chaque État membre désignent les ports dans lesquels doit être effectué tout débarquement de plus d'une tonne d'anchois, mais procèdent aussi à la validation des données fournies. Selon le Parlement, un accent particulier doit être mis sur la possibilité que des espèces autres que l'anchois soient signalées comme anchois et inversement. La marge de tolérance entre l'estimation des quantités enregistrées dans le journal de bord et les quantités effectives de poissons détenu à bord doit être fixée à 10%, ce qui représente une augmentation de 5% par rapport à la proposition initiale de la CE.

Le rapporteur, Mme Izaskun Bilbao Barandica (ADLE, ES) a souligné qu'en dépit de ses réserves sur le texte définitif, elle soutenait le rapport dans la mesure où le fait de ne pas avoir de plan à long terme affecterait le secteur. Le règlement a été approuvé en première lecture par 612 votes pour, 33 contre et 13 abstentions. Il appartient maintenant au Conseil d'approuver la nouvelle réglementation ou d'exprimer sa position et de la renvoyer au Parlement pour une deuxième lecture.

Stock occidental de chinchard commun
Les députés ont également discuté d'un plan pluriannuel pour le stock occidental de chinchard commun. Le plan, qui est basée sur des avis scientifiques (CSTEP) et provient du Plan d'application adopté lors du Sommet mondial des Nations Unies pour le développement durable à Johannesburg en 2002, vise à garantir que l'exploitation du chinchard commun est guidé vers un rendement maximal durable. Le Parlement a souligné l'importance économique du stock occidental et a insisté sur la prise en compte des droits historiques et les besoins des petites flottes côtières. La répartition par zones des TAC doit également refléter la spécificité et les objectifs de l'industrie ainsi que les flottes artisanales en cause, ont ajouté les députés.

La résolution, rédigée par Pat the Cope Gallagher (ADLE, IR), a été approuvée par 618 votes pour, 15 contre et 19 abstentions en première lecture. Il appartient maintenant au Conseil d'approuver le texte adopté par le PE, ou d'exprimer sa position et de la renvoyer au Parlement pour la deuxième lecture.

Avec l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, les plans pluriannuels ont été déplacés de la consultation vers la procédure législative ordinaire (anciennement codécision) ce qui rend le Parlement européen co-législateur avec le Conseil. Cela signifie que les députés européens peuvent désormais proposer des amendements et leur approbation est nécessaire pour que la législation soit adoptée. Au cours du débat, plusieurs députés ont souligné qu'il est essentiel que le Conseil accepte ce nouveau rôle du Parlement européen et ont souligné que la codécision fait désormais partie du processus.

Espèces exotiques et espèces localement absentes dans l'aquaculture
Le Parlement a également modifié le règlement qui régit les pratiques aquacoles en ce qui concerne les espèces exotiques et localement absentes. La nouvelle législation offre une définition actualisée d'"installation aquacole fermée" où, sous certaines conditions, le degré de risques liés à l'utilisation d'espèces exotiques et localement absentes pourrait être réduit à un niveau acceptable. L'objectif est de rendre plus facile l'introduction d'espèces exotiques ou la translocation d'espèces localement absentes pour une utilisation dans de telles installations en les exemptant de l'obligation de permis, tout en assurant une protection adéquate de l'environnement. La résolution, rédigée par João Ferreira (GUE/NGL, PT), a été adoptée par 638 votes pour, 16 contre et 11 abstentions, Il s'agit d'un accord en première lecture avec le Conseil, qui devrait entériner le projet de règlement en temps voulu.

Accord de pêche UE-Iles Salomon
Aujourd'hui, le Parlement a donné son consentement à un nouvel accord de pêche entre l'UE et les Îles Salomon. Le partenariat sur la pêche instaure un financement de l'UE de 400 000 euros par an aux îles Salomon en échange de la permission pour les bateaux européens de pêcher dans les eaux du pays. L'entente, renouvelable, couvre une période de trois ans, et attribue des possibilités de pêche de 4000 tonnes de thon par an à quatre senneurs français et espagnols. Le rapporteur de cette résolution, adoptée ce mardi, est Maria do Céu Patrão Neves (PPE, PT).

REF. : 20101123IPR97968

Un quart de la population était descendue dans la rue le 23 septembre,

Extrait....Cette participation conséquente des salariés du privé a aussi donné au mouvement son caractère très large, engendrant des manifestations jusque dans les petites villes et des actions inédites comme sur l’île d’Ouessant (Finistère). Un quart de la population était descendue dans la rue le 23 septembre, dont des commerçants, des employés des compagnies maritimes......

le 23 Novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source dont voici le titre dans l'Humanité.
En quoi le mouvement sur les retraites donne-t-il un souffle revendicatif aux salariés du privé ?

Cet "amendement inacceptable et inaccepté" s'est traduit par une motion,

Mardi, 23 Novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Le Conseil d'administration du Parc national des Écrins a été essentiellement consacré au budget 2011 et au projet de charte.....extrait........Un amendement qui fâche
Les élus locaux, membres du Conseil d'administration, ont clairement exprimé leur désaccord avec l'amendement au projet de loi de finances 2011, voté à l'assemblée nationale, qui réduirait la dotation globale de fonctionnement octroyée aux communes de cœur de Parc. Cette dotation est versée en compensation des servitudes réglementaires liées à l'espace protégé (loi de 2006).

La loi de finances prévoit en effet que les Îles de Sein, Molène et Ouessant puissent émarger sur cette dotation, ce qui se traduirait par une réduction d'environ 7% de la dotation pour les communes de cœur des neufs parcs nationaux exitants, dont celui des Écrins.

Cet "amendement inacceptable et inaccepté" s'est traduit par une motion, adressée au parlement et au gouvernement, demandant sa suppression pure et simple.

Quatorze phares du littoral français classés monuments historiques

Cultures lundi 22 novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Le phare d’Eckmühl, à la pointe de Penmarc’h, en pays Bigouden, est l’un des 14 phares classés monuments historiques, ce lundi, par le ministre de la Culture.
PHOTO : BÉATRICE LE GRAND.

 Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a classé, au titre des monuments historiques, quatorze phares ou anciens phares du littoral français. Le ministre a suivi la proposition en ce sens de la Commission nationale des monuments historiques, qui s’est réunie lundi autour de la thématique des phares français.
Si le phare de Cordouan (estuaire de la Gironde), construit sous Henri IV et doté d’un grand fût cylindrique au XVIIIe siècle, a été classé dès 1862, les quelque 130 autres phares français étaient « notoirement sous-représentés au sein des monuments historiques », relève le ministère.

Un travail d’inventaire
Dans un premier temps, les régions Aquitaine, Bretagne, Corse, Nord-Pas-de-Calais, Basse-Normandie et Haute-Normandie ont réuni leurs commissions régionales du patrimoine et des sites. Celles-ci ont décidé d’inscrire au titre des monuments historiques certains phares. Et un petit nombre de dossiers a été ensuite transmis à la Commission nationale des monuments historiques, pour un éventuel classement (échelon plus élevé que la simple inscription).
Quatorze phares (dont trois sont proposés avec l’ancien phare, encore conservé, qu’ils ont remplacé) ont ainsi été classés lundi. Ils datent essentiellement du XIXe siècle, mais quelques-uns sont antérieurs et d’autres datent du XXe siècle.

Neuf phares bretons et un phare normand
Sur ces quatorze, neuf sont bretons : le phare des Héaux-de-Bréhat, à Bréhat, le phare et ancien phare du cap Fréhel à Plévenon, le phare de Pontusval à Brignogan-Plage, le phare du Créac’h à Ouessant, le phare du Stiff à Ouessant, le phare d’Eckmühl et ancien phare de Penmarc’h à Penmarc’h, le phare et ancien phare de l’île Vierge à Plouguerneau, le phare de Saint-Mathieu à Plougonvelin, le grand phare de Belle-Ile à Bangor.
Un seul phare normand a été classé, celui de Fatouville à Fatouville-Grestain. Il guidait les bateaux dans l’estuaire de la Seine.
Trois phares ont été classés dans le Nord-Pas-de-Calais : le phare de Calais, le phare de Risban à Dunkerque, le phare de la Canche au Touquet. Un phare corse a également été classé, celui de la Giraglia à Ersa.

Ce travail se poursuivra prochainement dans les autres régions littorales françaises. Les commissions régionales du patrimoine et des sites vont notamment examiner le dossier des phares à la Réunion et en Poitou-Charentes d’ici la mi-décembre.

Six phares du Nord-Finistère aux Monuments historiques

Le phare de l'île vierge, à Plouguerneau.

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, a décidé de classer au titre des monuments historiques plusieurs phares ou anciens phares du littoral. Parmi eux, neuf phares du littoral breton.

Il s’agit du phare de Pontusval à Brignogan-Plage ; du phare du Créac’h à Ouessant ; du phare du Stiff à Ouessant ; du phare d’Eckmühl et de l’ancien phare de Penmarc’h ; du phare et ancien phare de l’île Vierge à Plouguerneau ; du phare de Saint-Mathieu à Plougonvelin.

Marine lundi 22 novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

lundi 22 novembre 2010

Merci à météo consult pour le suivi de la Route du Rhum.



Voici une analyse de météo consult sur 3 parcours de la Route du Rhum, vous pouvez retrouver leurs prévisions pour la région Bretagne/grand-Ouest en lien direct sur notre site, ou avec le lien.

Aires maritimes protégées : la France roule au pas

Hélitreuillage d’un pêcheur en baie de Saint Brieuc.

PREFECTURE MARITIME DE L’ATLANTIQUE
Brest, lundi 22 novembre 2010, cliquez sur le titre pour lire la source.

Ce jour à 12h50, le CROSS Corsen reçoit un appel d’un coquillier de 12 mètres,
l’Ar Vro Vigouden immatriculé au Guilvinec et en mission de pêche en baie de
Saint Brieuc, l’informant qu’un de ses marins est tombé à l’eau. Ce dernier, un
matelot de 51 ans, est récupéré par le patron du coquillier en état de choc.

L’hélicoptère Dauphin de la marine nationale basé à Lanvéoc est immédiatement
mis en oeuvre avec une équipe médicale pour rallier la zone, à 20 kilomètres au
large de St Brieuc. La vedette de la SNSM 156 de Saint Quay est également
déployée avec un médecin qui diagnostique une hypothermie sévère.

Arrivé sur zone à 14h00, l’hélicoptère prend en charge le marin et procède à son
hélitreuillage, puis son transfert à l’hôpital de Saint Brieuc.

Manifestation contre la réforme des retraites

Manifestation contre la réforme des retraites
Mardi 23 novembre, 12 h, place de la mairie.
Organisateur : collectif de gauche.

Cela c'est passé à Ouessant.

Balade, contes, et légendes de l'Armor Inscriptions à l'office du tourisme.
Samedi 20 novembre, 16 h 30, rendez-vous devant l'église.
Payant. Contact et réservation : 06 07 06 29 02,
------------------------------------------------
 
 Phares de nuit Animation nocturne sous les feux des phares d'Ouessant et de la mer d'Iroise.
Samedi 20 novembre, 18 h, rendez-vous devant l'office du tourisme.
Payant. Contact et réservation : 06 07 06 29 02,
-----------------------------------------------
 
Cinéma Le mois du film documentaire. L'association Daoulagad Breizh présentera deux films :
Vague à l'âme paysanne de Jean-Jacques Rault et Coup de chapeau à Sébastien Guilloux .
Dimanche 21 novembre, 20 h 30,
auberge de jeunesse. Tarif: 5 €.
 
Présentation:
Dans le cadre du mois du film documentaire, dont c'est le quatrième passage à Ouessant, l'association Daoulagad Breizh proposera Coup de chapeau à Sébastien Le Guillou aux Ouessantins.
Sébastien Le Guillou, bretonnant et réalisateur atypique et attachant de France 3 Ouest, il vit au Vieux-Marché dans le Trégor et nous dépeint un monde qui disparaît silencieusement.
Proche des gens du pays, il aime les filmer, en ajoutant une petite dose d'humour à la Trégoroise.

Deuxième projection, Vague à l'âme paysanne, de Jean-Jacques Rault, l'histoire de trois paysans du Centre Bretagne. Coincés entre leur dépendance à la manne européenne et les fluctuations des cours, ils livrent leur quotidien fait de travail, de plaisir, de contraintes, de doutes... Le film explore ce « vague à l'âme », mais surtout la passion de ces hommes pour leur vie paysanne.

dimanche 21 novembre 2010

La dotation des communes cœur de parc amputée de 7 % au profit de trois îles bretonnes... !

Parc des Ecrins: La dotation des communes cœur de parc amputée de 7 %

Le conseil d’administration du Parc national des Ecrins (PNE) qui s’est tenu hier à Gap a été qualifié par son président Christian Pichoud d’omelette norvégienne, « entre bouillant et glacé ». Ambiance, ambiance...

Bouillants, les élus des communes de la zone cœur du PNE l’étaient. Ils ont du mal à digérer de voir de nouveau leur dotation globale de fonctionnement (DGF) spécifique aux zones cœur de parcs amputée de 7 % au profit de trois îles bretonnes... alors qu’elles ne font pas partie d’un parc national.

En 2006, pour compenser les contraintes induites en étant cœur de zone - la limitation voire l’interdiction de certains usages et activités à caractère de loisir, culturel ou économique - les communes concernées ont obtenu une DGF additionnelle (de 3M€) créée par la loi “parcs nationaux”. En mars 2010, les élus se sont aperçus que cette dotation avait été tronquée de 7 %, à cause d’un amendement à la loi de finances 2010 présenté par M. Laffineur et au bénéfice d’Ouessant, Ile-de-Sein et Ile-Molène. Un autre amendement a finalement rétabli la situation antérieure...

Mais voilà qu’à l’occasion de la discussion sur la loi de finances 2011, un nouvel amendement, du même M. Lefineur, réhabilite l’éligibilité de ces trois îles bretonnes à la DGF spécifique aux communes cœur de parc. « Cet amendement est même soutenu par le précédent gouvernement », s’indigne le député Joël Giraud.

« Alors qu’elles ne font pas partie d’un parc national, l’Ile-de-Sein (58 ha), l’Ile-Molène (75 ha) et Ouessant (1 558 ha) perçoivent chacune 79 510€, tandis que la plus grosse commune du parc, Saint-Christophe-en-Oisans (17 966,01 ha en cœur de parc et 24 347 ha au total) touche 57 847€», s’insurge Bernard Héritier, maire de Valjouffrey et président de l’association des élus des communes du PNE.
Il ajoute même que pour compenser cette perte de 7 % dans sa commune, « il faudrait augmenter les impôts des ménages de 25 à 30 % ».

L’association nationale des élus de la montagne (Anem) a alerté les sénateurs et l’association des élus des communes du PNE a écrit au Premier ministre : « Les élus du PNE vous demandent solennellement que l’amendement à l’origine de la baisse de la dotation parc naturel national soit supprimé et que soit trouvé un autre moyen que de ponctionner la DGF spécifique des communes cœur de parcs nationaux si le gouvernement souhaite apporter une aide spécifique à ces trois communes bretonnes ».

En attendant, les élus ont décidé d’arrêter le processus de discussion autour de l’élaboration de la future charte du parc. « On n’est pas près de la voter. Il n’y a pas de raison que l’on respecte notre parole si l’Etat ne respecte pas ses engagements », conclut Bernard Héritier.

Cliquez sur le titre pour lire la source.

Montre de plongée Zodiac...pour moins de 500 euro.

Cliquez sur le titre pour l'accès au site du fabricant.

Voici une montre de plongée (200m) mécanique et automatique (sans piles) pour moins de 500 euro.
C'est assez rare dans cette gamme de prix.
Un site avoir l'heure actuelle:
http://syrte.obspm.fr/cgi-bin/heure_op_js

Voici des sites de montres:
http://www.montreplongee.com/index.php
Le site de montreplongée.com est maintenant en lien direct sur le site.
http://www.montres-de-luxe.com/
http://www.horlogerie-suisse.com/
http://www.lacotedesmontres.com/

Une 10ème PLACE pour une 1ère TRANSAT au vrai GOÛT de VICTOIRE !!


D'Andréas;
Je vous ai fait vivre cette route du Rhum parce que Ouessant fait partie du language de cette course, en effet tous les candidats évoquent "Ouessant" dans cette épreuve. 
Il m'a fallu choisir un concurent....! qui n'était pas un favori ni non plus un concurrent classique des grandes traversées, c'eut été trop facile.
Damien Seguin avait donc le profil type:
- D'une première traversée,
- D'un ilien (Guadeloupe). 
- D'un véritable voileux (champion paralympique)
- D'un monde différent, celui de ceux qui doivent en faire plus que les autres pour faire partie d'un même monde.
Voilà, j'espère vous avoir fait vivre de bons moments et vous avoir fait voyager, même si cela vous a rappelé comme à moi, les mains glacées, le froid, l'humidité..etc. mais l'envie d'y retourner.

Merci à Damien de nous avoir fait partager cette passion de la mer.

En cliquant sur le titre:
« J’ai fait une overdose de solitude, maintenant place au bain de foule !! Je suis vraiment content de cette 10ème place, j’ai bien navigué dans l’ensemble même si tout n’a pas été parfait. Cette arrivée a vraiment un goût particulier pour moi, j’ai passé toute mon enfance et mon adolescence ici, et j’ai appris à faire du bateau en Guadeloupe ! »

« Mentalement, c’est pas si facile que ça une transat en solitaire. C’est particulier, on est tout seul, on n’a personne avec qui confronté les avis, c’est compliqué pour faire certains choix. L’effort sur 20 jours c’est quelque chose qui n’est pas forcément pas si facile à gérer. Les derniers miles je les ai bien vécus, la côté sous le vent avec les galères habituelles, le canal avec 25nds de vent, et j’arrive y’a plus de vent !! Ma dernière nuit ? J’ai pas dormi, la motivation a fait que j’ai tenu, la joie d’arriver, de faire quelque chose de bien, de propre sur cette transat. J’ai pris des options et j’aurais eu le mérite d’avoir tenté des choses. Y’a beaucoup d’éléments positifs à retirer, des moments galère mais je suis fait plaisir aussi. Un skipper c’est un surhomme en fait. Faut savoir tout faire, réparer son moteur, l’électronique aussi, gérer ses voiles… On me reverra sur les lignes de départ d’autres transats en solitaire, en double, sur des bateaux un peu plus grands, plus rapides. J’aime bien les multis, alors pourquoi pas un multi 50 ? Toutes les expériences sont des étapes pour m’enrichir et pas une finalité. Je continuerais à me construire au fur et à mesure. Quant aux Jeux Olympiques j’ai gagné ma qualification cet été donc je vais continuer au moins jusqu’à Londres 2012. Mon but c’est d’aller chercher l’Or et de défendre les couleurs de mon pays sur tous les plans d’eau du monde. Pour revenir au class’40 c’est une série qui peut me permettre de progresser, ce sont des bateaux un peu puissants...mais ce que j’essaie de faire dans mon parcours, c’est de ne pas brûler les étapes. »

samedi 20 novembre 2010

Damien Seguin est 10e de la Route du Rhum....Bravo.


Le 20/11/2010, cliquez sur le lien pour lire la source.
Damien Seguin (Des pieds et des mains) 10ème Class40 de la Route du Rhum-La Banque Postale

En passant la ligne d'arrivée en Guadeloupe à 12 heures 08 minutes 08 secondes (heure de Paris), Damien Seguin s'est adjugé la 9ème place de la Class40 de la Route du Rhum - La Banque Postale 2010. Le temps de course de "Des pieds et des mains" est de 20 jours 08 heures et 52 minutes minutes. Sur le parcours théorique de 3 539 milles, Damien Seguin affiche une vitesse moyenne de 7,24 nœuds. Il est arrivé 2 jours 09 heures 41 minutes et 43 secondes après le premier, Thomas Ruyant (Destination Dunkerque)
-------------------------------

Le 20/11/2010:  « Une transat de découverte… »
« Je suis content d’être arrivé et de faire dix. C’est une belle place et une belle récompense pour tous les efforts fournis depuis quelques années. C’était une découverte pour moi une transat en solitaire. Je savais que j’avais le potentiel pour faire quelque chose de bien. J’ai réussi une belle transat, tout out n’était pas parfait bien sûr, mais c’est comme ça qu’on apprend. Le public est là, c’est génial. J’ai grandi ici, passé mon enfance et adolescence et j’ai appris à faire du bateau en Guadeloupe, c’est donc un peu comme si je rentrais à la maison… »

Damien Seguin (Des Pieds et Des Mains), 10è Class 40
Heure d’arrivée : 13 heures 08 minutes 08 secondes (heure de Paris), le samedi 20 novembre 2010

Temps de course : 20 jours 00 heure 06 minutes 08 secondes

Vitesse moyenne (parcours sur 3 539 milles) : 7,37 noeuds.
--------------------------------------

http://www.damienseguin.fr/actualites-class40/10eme-et-que-du-bonheur#addcomments
10ème et que du bonheur !!

Une 10ème PLACE pour une 1ère TRANSAT au vrai GOÛT de VICTOIRE !!

Victoire contre le handicap, victoire sur soi, victoire pour tous les partenaires qui se sont lancés dans l’aventure avec Damien pour sa première transat en solitaire… cette 10ème place sonne comme la 1ère marche du podium. Quoi de plus normal pour un champion olympique ?

Joint par téléphone 1h30 avant son arrivée, Damien ne cachait pas sa joie d’être arrivé entier en ayant préservé son bateau, ce malgré les conditions parfois peu favorables qu’il a eu en début de course. Rappelons que 8 jours après son départ, Damien a été contraint de plonger sous le Class’40 des Pieds et des Mains pour libérer son grand spi déchiré venu s’enrouler autour de la quille. Par 3 m de houle, en plein nuit, après s’être entièrement sécurisé, le skipper guérandais et guadeloupéen a certainement grâce à cette manœuvre gagné sa place dans le top 10.

Un accueil digne d’un vainqueur
Une arrivée sous le soleil, à proximité de la maison de ses parents… Damien ce matin a véritablement vécu la réalisation d’un rêve. Un rêve de gosse qui à 10ans voit Florence Arthaud remporter la Route du Rhum en 1990 et découvre qu’il veut accomplir le même exploit et vivre la même aventure. Cette aventure, il l’aura fait partager à des milliers de fans, de bénévoles de l’Association

Son arrivée sur le ponton d’honneur déclenche une liesse générale au sein de la foule nombreuse qui l’attend à quai. Le nombre de spectateurs autour de la Darse a considérablement augmenté, le soleil est au rendez-vous pour ce début de journée ensoleillée. Après le protocole avec la traditionnelle bouteille de rhum offerte au skipper, le 1er verre avalé, Damien continue de répondre aux interviews avec le sourire qui le caractérise. Gentillesse, courage, ténacité, persévérance … autant de valeurs transmises par ses parents résidants à Sainte-Rose. Des valeurs portées par un navigateur au grand cœur, aux compétences physiques et sportives démontrées une nouvelle fois par cette traversée en solitaire. Les premiers mots de Damien SEGUIN à son arrivée au ponton expriment une immense satisfaction : « J’ai fait une overdose de solitude, maintenant place au bain de foule !! Je suis vraiment content de cette 10ème place, j’ai bien navigué dans l’ensemble même si tout n’a pas été parfait. Cette arrivée a vraiment un goût particulier pour moi, j’ai passé toute mon enfance et mon adolescence ici, et j’ai appris à faire du bateau en Guadeloupe ! »

Parmi les nombreuses félicitations, celle de son parrain Patrick Poivre d’Arvor qui a tenu à l’appeler sur la ligne d’arrivée afin de lui transmettre toute son admiration pour son courage et le fait d’avoir réussi à aller jusqu’au bout de l’aventure. Son fils François qui a lui aussi participé à la transat sur Virtual Regatta s’est joint à lui pour féliciter ce champion rencontré à Saint-Malo.

Un grand champion
Calme, pondéré, Damien revient sur les conditions de sa course transatlantique.
« Mentalement, c’est pas si facile que ça une transat en solitaire. C’est particulier, on est tout seul, on n’a personne avec qui confronté les avis, c’est compliqué pour faire certains choix. L’effort sur 20 jours c’est quelque chose qui n’est pas forcément pas si facile à gérer. Les derniers miles je les ai bien vécus, la côté sous le vent avec les galères habituelles, le canal avec 25nds de vent, et j’arrive y’a plus de vent !! Ma dernière nuit ? J’ai pas dormi, la motivation a fait que j’ai tenu, la joie d’arriver, de faire quelque chose de bien, de propre sur cette transat. J’ai pris des options et j’aurais eu le mérite d’avoir tenté des choses. Y’a beaucoup d’éléments positifs à retirer, des moments galère mais je suis fait plaisir aussi. Un skipper c’est un surhomme en fait. Faut savoir tout faire, réparer son moteur, l’électronique aussi, gérer ses voiles… On me reverra sur les lignes de départ d’autres transats en solitaire, en double, sur des bateaux un peu plus grands, plus rapides. J’aime bien les multis, alors pourquoi pas un multi 50 ? Toutes les expériences sont des étapes pour m’enrichir et pas une finalité. Je continuerais à me construire au fur et à mesure. Quant aux Jeux Olympiques j’ai gagné ma qualification cet été donc je vais continuer au moins jusqu’à Londres 2012. Mon but c’est d’aller chercher l’Or et de défendre les couleurs de mon pays sur tous les plans d’eau du monde. Pour revenir au class’40 c’est une série qui peut me permettre de progresser, ce sont des bateaux un peu puissants...mais ce que j’essaie de faire dans mon parcours, c’est de ne pas brûler les étapes. »
10ème sur 44, cette très belle leçon de vie sur l’océan confirme qu’il faudra désormais compter avec Damien SEGUIN parmi les favoris au départ des grandes traversées.


Damien Seguin (Des Pieds et Des Mains), 10è Class 40
Arrivé le 20/11/2010 à 13 heures 08 minutes 08 secondes (heure de Paris), en 20 jours 00 heure 06 minutes 08 secondes?à la vitesse moyenne (parcours sur 3 539 milles) de 7,37 nœuds

Ouessant sports loisirs Assemblée générale

Ouessant sports loisirs: Assemblée générale samedi 20 novembre, à 18 h, à la salle du camp.

Damien 10e place à la Route du Rhum.

Damien (rouge) notre champion des J.O Paralympique pour sa première Route du Rhum / La Banque Postale fera 10e (sauf une énorme surprise), ce qui est bien en soit et en plus c'était son objectif "dit" (*rentrer dans les dix) et avant le départ sur le ponton à Saint-Malo.
Bernard Stamm (vert) 9e était un favori de l'épreuve, mais aussi un grand nom de la voile, même nous aurions souhaité qu'il reste à cette place de 9e. 
Qui est Damien:


vendredi 19 novembre 2010

"Chasseurs de sons" au Théâtre Ranelagh du 19 novembre 2010 au 2 janvier 2011 (une tempête au large d'Ouessant)

Habitué du théâtre du Ranelagh où il avait présenté l'année dernière Le Métronome, le Cinq de Cœur y revient à partir du 19 Novembre 2010 avec le spectacle Chasseurs de sons, une comédie musicale a capella qui revisite malicieusement des morceaux lyriques, de jazz, de rock 'n roll...

Ce spectacle, qui avait déjà rencontré un franc succès au Théâtre Ranelagh en 2006/2007, puis à la Pépinière Opéra en 2007, revient dans une version renouvelée, avec un léger changement dans la troupe puisque Patrick Laviosa ne faisait pas partie de la troupe originale.

Ce spectacle raconte l'histoire de cinq étranges "chasseurs" arrivant sur terre afin de collecter des échantillons de notes, rythmes, paroles et bruits. Ils passent d'un univers à l'autre, d'une forêt d'Ile-de-France aux plaines arides du Nouveau Mexique, de la grande galerie du Musée du Louvre à une loge de concierge, d'une tempête au large d'Ouessant à un plateau télé à une heure de grande écoute. Et feront d'étranges découvertes...

Découvrez un extrait de Chasseurs de sons : en cliquant sur le titre.

LE MIEL D' OUESSANT FAIT LE BUZZ.

Un flacon mythique redessiné par Starck, un soin “made in rucheland”, un parfum techno… Ces obni (objets de beauté non identifiés) ont tous quelque chose d’important à nous dire.

Paru le 20.11.2010 , par Marion Louis, cliquez sur le titre pour lire la source.

LE MIEL FAIT LE BUZZ
Au rayon anti-âge, le Sérum Jeunesse Abeille Royale, de Guerlain, pique notre curiosité avec son flacon de verre hexagonal à tête d’or. Mais le meilleur est à l’intérieur, venu tout droit du royaume des abeilles, ces « pharmaciennes de la nature ». Miel, gelée royale, pollen, propolis…, l’apibeauté, c’est trendy et ça rend happy. Le plus grand chimiste du monde est incapable de reproduire les trésors de l’« hyménoptère mellifère ». La recherche Guerlain lui a donc emprunté son or liquide pour nous rajeunir et nous adoucir. Ses titres de noblesse…

Un flacon couronné : en forme d’alvéole, surmonté du sceau de l’Abeille Royale, emblème de la marque depuis 1828. On appuie sur le bouton d’or du bouchon, et un aiguillon de verre libère le précieux nectar goutte à goutte.

Un élixir divin : un fluide laiteux, frais et nourrissant à la fois, qui sent bon les fleurs des champs.

Une bonne oeuvre : Guerlain a travaillé main dans la main avec les experts des abeilles pour sélectionner et sauvegarder l’espèce la moins polluée, l’abeille noire d’Ouessant, dont le miel est un étalon de pureté.

Un secret millénaire : sucre, vitamines B, minéraux…, le pouvoir régénérant et cicatrisant du miel a depuis longtemps fait ses preuves en milieu hospitalier.

Des résultats souverains : « Les rides sont le résultat de micro-cicatrices qui naissent dans le derme au fil des ans », rappelle Frédéric Bonté, directeur de la recherche LVMH. Pour aider la peau à s’autoréparer, le Sérum Jeunesse Abeille Royale contient un essaim de douceurs que nos cellules vont adorer butiner, notamment un complexe unique de miel d’Ouessant, de miel de thym, de miel de trèfle… et de gelée royale française. En trois semaines, vous retrouvez une peau de fleur.

Damien perd sa 9e place.


Damien perd sa 9e place au profil de Bernard Stam...!

LE CRI DE GUERRE DE DAMIEN : « JE ME BATS !!! »

Du monde au péage
« Allez on y croit, faut tenir malgré la nuit et la fatigue. C’est quoi ce cheminite qui revient comme une balle? Faut lui dire qu’il n y a pas de cheminée en guada!!!! Ce qui est certain c’est que je me bats comme un fou. Les conditions ne sont pas faciles, le vent est faible et on est obligé de tirer des bords de largue pour rejoindre la Guadeloupe. C’est la lutte pour la 9eme place entre Thierry Bouchard (à ma Gauche), Bernard Stamm (à ma droite) et moi hier soir je me suis positionné entre les deux pour anticiper une attaque mais aussi parce que j’estimais que c’était ce que je pouvais faire de mieux. La partie est d’autant plus difficile que je navigue avec mon petit spi, ayant explosé le grand il y a 10 jours... Du coup je suis obligé de me donner à 200% pour pouvoir suivre le rythme. Les temps de repos sont courts et la réflexion intense.

Nous devrions atteindre la "tête à l’anglais" (pointe Nord de la Guadeloupe) vers minuit heure française. Ce qui permettra de faire un premier point sur le classement avant d’aborder le tour de la Basse Terre avec ses pièges, ses dévents et le stress de pouvoir tout perdre (ou tout gagner) sur un coup de poker... C’est ça aussi la Route du Rhum! Ensuite il y aura la remontée sur Pointe à Pitre au près et la GRANDE FETE QUI S’ANNONCE SUR LA PLACE DE LA VICTOIRE... »

Et pour autant Damien ne perd pas son légendaire sens de l’humour…en nous offrant à la vacation d’aujourd’hui une jolie petite blague suisse de son choix…

VACATION de Damien : en cliquant sur le lien.
http://www.routedurhum-labanquepostale.com/fr/s08_multimedia/s08p02_audios.php

Repas du club des anciens

Repas du club des anciens le Dimanche 21 novembre, 12 h 30, ancienne école Saint-Michel. Kig fa farz ouvert à tous.
Payant.
Réservation : 02 98 48 81 05

Nous souhaitons vivement à Damien qu'il reste 9e...!


Il est certain que Damien ne sera pas arrivé avant le remise des prix, c'est dommage car il aurait participé à la fête d'autant plus que la Guadeloupe est aussi sa famille.

Damien semble perdre des nautiques...!?


Damien 9e (rouge) semble perdre des nautiques sur Thierry Bouchard 10e (vert).

voici la situation météo.

jeudi 18 novembre 2010

Pollution marine: le navire chinois a quitté Brest, caution payée

BREST - Un navire battant pavillon chinois, soupçonné de pollution au large du Finistère, a repris la mer jeudi après avoir payé la caution de 500.000 euros demandée mercredi par le parquet de Brest, a-t-on appris auprès du procureur de Brest.

Le Tian Du Seng, un vraquier hong-kongais construit en 2001 de 225 mètres de long qui transporte 39.000 tonnes de charbon, a repris sa route pour Oxelösund (Suède) jeudi en début d'après-midi, a constaté l'AFP.

Capitaine et armateur du navire seront convoqués devant le tribunal de grande instance de Brest le 23 juin, à moins que l'Etat du pavillon ne reprenne à son compte les poursuites, a précisé le procureur de Brest Bertrand Leclerc, joint par l'AFP.

Mardi, un avion des Douanes avait détecté d'importantes traces de pollution de 6 km de long sur 150 m de large dans le sillage du navire qui faisait route au large de la pointe du Raz (Finistère) en provenance de Ténériffe (Espagne).

Le navire avait été immédiatement dérouté puis immobilisé dans la rade de Brest sur ordre de la justice, qui a ouvert une enquête pénale confiée à la gendarmerie maritime.

Début octobre, le tribunal correctionnel de Brest a infligé une amende de 1,5 million d'euros à l'armateur et au capitaine d'un cargo letton pris en flagrant délit de rejet illicite d'hydrocarbures dans le golfe de Gascogne en août 2008.

De nouveaux textes législatifs entrés en vigueur en 2008 ont relevé les montants maximum des amendes pour pollution volontaire de 1 à 15 millions d'euros.

(©AFP / 18 novembre 2010 17h02), cliquez sur le titre pour lire la source.