jeudi 31 mars 2011

Ce jeudi à 13h15, Thomas Coville a franchi la ligne d'arrivée à Ouessant

Ce jeudi à 13h15, Thomas Coville a franchi la ligne d'arrivée à Ouessant après un tour du monde de 61 jours 7 minutes et 32 secondes. Le skipper de Sodebo échoue pour la troisième fois dans sa tentative de record du tour du monde en solitaire. (cliquez sur le titre pour lire la source)

Arrivée à Ouessant
En coupant la ligne d'arrivée à Ouessant jeudi, Thomas Coville a mis fin à son calvaire après plus de 61 jours seul et sans escales sur son voilier Sodebo. Comme en 2009, le skipper breton a échoué de peu pour battre le record du tour du monde de 57 jours 13 heures 34 minutes et 6 secondes, détenu par Francis Joyon. Avec un retard très conséquent à une semaine de l'arrivée, cet échec n'est pas une surprise, mais il montre combien le record établi en 2008 sera difficile à effacer. C'est d'ailleurs ce que laissait entendre Coville à quelques jours de son arrivée : «Je ne reviendrai pas sur ma déception, mais je réitère mon admiration pour ce qu'a réalisé Francis Joyon, c'est la moindre des choses de féliciter son adversaire». Mais Thomas Coville pourra avoir quelques regrets car avec son monocoque, il a été plus rapide que le détenteur du record, mais son tracé de course n'aura pas été aussi direct que celui de Joyon.

Une course difficile
Une des raisons pour laquelle Coville n'a pas battu le record de Francis Joyon, est sans doute la météo. Les conditions de course lui ont été plus que défavorables. Entre anticyclone et mammifère marin, le skipper de Sodebo n'a pas été chanceux pour sa troisième tentative. Cette course aura été pour Coville une lutte contre un chrono qu'il n'aura pas été en mesure de maîtriser. En effet, mis à part au tout début de son périple entre Ouessant et le Cap Vert, puis après avoir franchi le Cap Horn, le Breton a toujours été en retard sur le record de Joyon. Depuis son départ le 29 janvier dernier, Coville aura connu les vents violents du Pacifique, l'Anticyclone de Sainte-Hélène, les difficultés du Pot au Noir et pour couronner le tout, l'arrachage de la peau de sa crash box à l'avant de son bateau, à cause d'un choc inattendu avec un globicéphale (baleine-pilote). Un imprévu qui avait déconcerté le skipper : «Voilà comment des projets aussi éprouvants ne tiennent à rien, c'est un sentiment d'injustice énorme», avait-il déclaré dans un message vidéo.

Troisième et dernière ?
Parti en pleine forme physiquement, Thomas Coville aura laissé beaucoup de forces dans ce tour du monde. Même déçu, le skipper Sodebo reste lucide et ne cache pas son envie de décompresser et tourner la page du tour du monde en solitaire pour quelque temps : «Je suis pugnace, mais je ne suis pas quelqu'un de borné, ni de buté. Un tour du monde en solitaire sur multicoque demande un tel engagement personnel, une telle énergie ! Il ne faut pas rentrer dans une spirale d'obstination, d'obsession que je pense dangereuse et pas très saine. C'est une certitude, je ne repartirai pas l'hiver prochain. Est-ce que j'y retournerai un jour ? Franchement, je n'en ai aucune idée. Il va me falloir un peu de temps pour digérer tout cela», déclarait le Rennais au franchissement de la ligne d'arrivée. Mais nul doute qu'on retrouvera bientôt le vainqueur et détenteur du record du trophée Jules Verne, à la conquête des océans pour le Vendée Globe ou la Volvo Ocean Race.

Projection de deux films de Shanti Masud au Créac'h

 mardi 29 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Dans le cadre de la résidence d'écriture avec l'association des Voleurs de Feu, une vingtaine de personnes ont assisté à la projection de Don't touch me please de Shanti Masud et La main sur la gueule d'Arthur Harari avec Shanti Masud. A l'issue de la projection, un débat s'est instauré entre la jeune cinéaste et son public. Durant son séjour, qui s'achève le 31 mars, après le travail d'écriture d'un scénario et une série de repérages, Shanti Masud a tourné un court-métrage, durant cinq jours, avec son équipe venue la rejoindre.

Dans la foulée, sa maison de production a accepté de faire venir une monteuse de court-métrage. Ce dernier s'intitulera Ouessant, il aura la particularité d'avoir été réalisé dans son intégralité sur l'île. Le projet de résidence dans sa phase finale, sera constitué d'une série de projections du court-métrage, en présence de la jeune cinéaste, selon ses disponibilités, dans le courant du dernier trimestre 2011, voire début 2012. Les prochains rendez-vous de projection des films auront lieu : le vendredi 1 er avril à Quimper au Chapeau Rouge, à 20 h 30 ; le samedi 2 avril au Goyen à Audierne à 20 h 45 en présence de Shanti Masud, d'Arthur Harari et du chef opérateur des films Tom Harari.

mercredi 30 mars 2011

Thomas Coville, qui a échoué dans sa tentative pour battre le record du tour du monde en solitaire et sans escale, est attendu demain vers 10h00 du matin à Ouessant.

Sodebo, le grand (32 m) trimaran de Coville, "arrive avec le vent, poussé par ce sud-ouest assez copieux de 25/30 noeuds qui amène la tempête et la pluie en Bretagne", précise le site internet du navigateur breton qui se trouvait à 18h00 à 360 milles de l'île d'Ouessant et de la ligne d'arrivée fictive de ce tour du monde, progressant à plus de 20 noeuds (36 km/heure).
Coville, dont c'était la troisième tentative, n'aura donc pas battu le record de 57 jours 13 heures et 34 minutes établi en janvier 2008 par Francis Joyon avec un autre trimaran, Idec, frère jumeau de Sodebo.

mercredi 30.03.2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

La situation sanitaire sur l'île de Lampedusa, à peine plus étendue qu'Ouessant.

5.000 habitants en temps normal. Plus du double actuellement, avec l'arrivée massive d'immigrants tunisiens et libyens. La situation sanitaire sur l'île de Lampedusa, à peine plus étendue qu'Ouessant, tourne au casse-tête pour les autorités italiennes.

Depuis quelques jours, la révolte gronde sur l'île italienne de Lampedusa. Avec la déferlante de Tunisiens qui arrivent sur le petit caillou sicilien au rythme de plus de 500 par jour, la situation est en train de tourner au désastre humanitaire. Alors qu'en temps normal, l'île, plus proche de la Tunisie et de la Libye que de la Sicile, compte 5.000 habitants, voilà que la population a carrément doublé. Mardi soir, en effet, les autorités y avaient recensé 6.200 Tunisiens. Faute de place dans le centre d'accueil, des centaines de clandestins campent désormais en plein air sous des bâches en plastique. Les ressources en eau potable sont quasiment épuisées, tout comme la nourriture et les couvertures. Il y a trois jours, d'ailleurs, les Tunisiens se sont révoltés au cri de«nous avons faim et froid». Malgré les efforts déployés par la Croix-Rouge italienne et l'UNCHR, l'agence onusienne pour les réfugiés, quelque 2.000 clandestins n'ont rien à manger, le nombre de repas préparés chaque jour par les volontaires étant insuffisant.

Lassitude extrême de la population locale
Du côté des autorités locales, le maire, Dino De Rubeis, a tiré la sonnette d'alarme en évoquant des risques d'épidémies liés à l'insuffisance des sanitaires. Il a sommé Rome de résoudre rapidement le problème de l'évacuation des clandestins sous«peine d'une guerre civile». Une menace qui pourrait se concrétiser vu la lassitude extrême de la population locale et des Tunisiens. Du coup, le gouvernement Berlusconi vient d'envoyer tambour battant cinq bateaux, dont le navire de guerre«San Marco». L'idée est de rapatrier tous les clandestins sur le continent pour les répartir dans des structures disséminées sur l'ensemble du territoire. Une mesure transitoire, car de l'autre coté de la mer, des centaines de Tunisiens ont déjà préparé leurs valises, direction Lampedusa.

De notre correspondante en Italie. Ariel F. Dumont du Télégramme.

mardi 29 mars 2011

îles Chausey: Collision mortelle, les pêcheurs accusent les ferries.

                                        29 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

André Piraud, président du comité des pêches de Granville, accuse les ferries rapides de Condor Ferries de ne pas ralentir lorsqu'il y a du brouillard et d'être responsables de la collision qui a coûté la vie à un pêcheur hier, entre Saint-Malo et Jersey.

"Il faut que ces ferries respectent la base de la réglementation. Quand il y a du brouillard, on ralentit. A 38 noeuds (70 km/h), quand vous ne voyez pas à 20 m, c'est la roulette russe. Très souvent, ils passent tout près. On a de la chance qu'il n'y ait pas eu plus d'accidents", a-t-il affirmé.

"Une erreur flagrante"
"C'est une erreur flagrante", qui est, selon lui, à l'origine de l'accident d'hier, dans lequel un patron-pêcheur de 42 ans, père de quatre enfants, a trouvé la mort, après une collision entre son caseyeur de 9,30 m, le "Marquises", et le "Condor Vitesse", un ferry rapide de 86,6 m de long.

Jacques Videment, représentant en France de Condor Ferries, société basée à Guernesey, a indiqué "comprendre la douleur de la famille", mais ne pas avoir d'informations et attendre la fin de l'enquête. "Je peux juste vous dire que c'est la 47e année qu'opère Condor Ferries, entre Saint-Malo et les îles anglo-normandes, avec des bateaux rapides, avec dix rotations par jour actuellement, et il n'y a jamais eu de collision".
Les conclusions de l'enquête attendues
Le comité des pêches de Granville a indiqué attendre, avant de porter plainte, les conclusions du procureur de la République de Coutances. Aujourd'hui, ce dernier est en déplacement à Jersey pour les besoins de l'enquête et le parquet n'est pas joignable dans l'immédiat.

Coopération de sauvetage entre administrations : un marin-pêcheur et un fileyeur sauvés

Hier, lundi 28 mars vers 16h00, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Corsen reçoit un appel téléphonique du fileyeur Rouanez ar Mor signalant une voie d’eau.
Ce navire de pêche de 9,60 mètres immatriculé à Brest se trouve à 1 mille (1,852 km) au sud-sud-est de la Pointe de Corsen (29).
A l’appel par VHF du message PAN émit par le CROSS, la vedette Velleda des Services des phares et balises de la direction Interrégionale de la mer (DIRM) du ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, ainsi que le bateau école Tigre de la Marine Nationale se déroutent pour venir en aide au navire de pêche et son patron, seul à bord.
Arrivés sur zone, les deux bâtiments se mettent à couple du navire en difficulté et actionnent leurs motopompes. Le marin-pêcheur est, quant à lui, recueilli à bord de la Velleda.
Après étalement de la voie d’eau et investigations, la vedette des phares et balises prend en remorque le fileyeur. Le convoi arrive au port du Conquet vers 18h05.

Météo sur zone : vent : sud-sud-ouest - 9 km/h – mer : 2 – visibilité : 50 mètres

Phares et balises. Le projet scientifique du musée

Photo: Andréas Guyot.
Le conseil général a piloté l'écriture du projet scientifique et culturel pour le développement du musée des Phares et balises d'Ouessant. Il sera développé à Ouessant et sur un nouveau site, sur le continent. Le dépôt des phares à terre présentera une thématique unique en France: l'histoire de la conception et de la mise en place d'un réseau national de signalisation maritime, les inventions scientifiques et techniques et les aventures industrielles et commerciales liées à cette histoire.

Lancement des études cette année
Ce nouveau site du musée sera un lieu technique et fonctionnel de conservation et de restauration, ouvert à un large public. Le musée des Phares et balises mettra à disposition du public un centre de documentation et d'archives, développera un site Internet et animera un réseau régional de phares visitables. La commission permanente a validé ce projet pour lequel il est envisagé, cette année, le lancement des études de programmation architecturale et muséographique ainsi que du mode de gestion.
Sous le phare de Créach, le centre d'interprétation des Phares et balises se trouve dans l'ancienne salle des machines.

cliquez sur le titre pour lire la source.

Journée Mondiale de l'Océan.

Chers Collègues,

8 juin, la Journée Mondiale des Océans aura comme thème : Jeunesse, la vague du changement.
Avec le Réseau Océan Mondial et The Ocean Project, mettez la Jeunesse à l’honneur.
Le Réseau vous propose d’organiser des activités en impliquant les jeunes dans la perspective de la prochaine Conférence des Nations unies sur le Développement Durable, qui aura lieu en mai 2012 à Rio de Janeiro, au Brésil.
20 ans après le Sommet de la Terre, le Réseau et ses partenaires se feront le relais de la parole des jeunes lors de cet événement, qui réunira chefs d’Etat et parties prenantes. D’ici là, nous pouvons recueillir les points de vue et les propositions des jeunes, de 12 à 25 ans, sur la question de l’océan et du développement durable. Pour toute information complémentaire voir le site internet du Réseau.
Avec Cap Rouge Day, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Océan, portez et faites porter un « bonnet rouge » comme symbole de reconnaissance de tous les amoureux de la mer. Le bonnet rouge nous rappelle le Commandant Jacques-Yves COUSTEAU dont l’anniversaire de la naissance est le 11 juin.
Nous vous encourageons à nous transmettre votre programme d’activités dès à présent en remplissant le formulaire en ligne afin de contribuer au succès de cette journée. Votre programme et celui des autres participants du Réseau seront mis en ligne sur le site internet du Réseau Océan Mondial.
En vous souhaitant une belle réussite de votre Journée Mondiale des Océans !
Philippe VALLETTE
Co-président du Réseau Océan Mondial
Directeur Général de Nausicaà

cliquez sur le titre pour accès au site internet.

Pour finir en beauté.....avant le 1r Avril.

                                http://www.jerelocalise.com/espace-candidat/96-221/ondine.aspx

cliquez sur le titre ou sur le lien pour voter.

lundi 28 mars 2011

Tour du monde: Coville a encore de la route.

Voile: lundi 28 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Alors que l'heure limite pour battre le record du tour du monde en solitaire de Francis Joyon est officiellement passée (lundi à 1h40'34"), Thomas Coville n'est pas encore au bout de ses peines puisqu'il lui reste 1400 milles à couvrir jusqu'à Ouessant, terme de son périple.
Le skipper de Sodebo, qui va récupérer du vent d'ouest lui permettant de faire une route plus directe vers la Bretagne, devrait couper la ligne en milieu de semaine après environ 60 jours de mer, soit un retard d'à peu près deux jours et demi sur le record de Joyon (57 jours 13h34'06").

Newsweb.

La nouvelle assemblée départementale.

Politique intérieure dimanche 27 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Pêche de loisirs des ormeaux. Une proposition qui divise

Une proposition des maires des îles de Sein et Molène, émise lors du dernier conseil de gestion du Parc national marin d'Iroise, le 3 février, fait réagir les associations MTO (Maintien des traditions ouessantines) et de pêcheurs-plaisanciers ouessantins.
Dans un communiqué commun, Michel Quantin et Jacky Thomas, présidents respectifs, font part de leur opposition quant à cette proposition qui vise à mettre en place une nouvelle réglementation de la pêche de loisir des ormeaux dans les gisements insulaires (limitation aux quatre mois d'hiver, au lieu de neuf mois et demi actuellement).
Ils souhaitent simplement que les services de l'État chargés des affaires maritimes appliquent la réglementation nationale en vigueur.

cliquez sur le titre pour lire la source.

dimanche 27 mars 2011

Les résultats des cantonales - des îles du Finistère

Résultat ce soir en cliquant sur le titre.

- 1r tour à l'île de Batz:
http://www.ouest-france.fr/elections/cantonales/canton/index.php?idDos=1653955&rInsee=29082
- 1r tour à l'île de Sein:
http://www.ouest-france.fr/elections/cantonales/canton/index.php?idDos=1653952&rInsee=29083

Invitation Gorzez pour la réalisation d'objets « faits main »

RdV le samedi 2 avril à 15 h et à la salle de la Mairie du Bourg.
Les personnes volontaires pour réaliser des objets « faits main » (tricot, broderie, peinture, etc.), ou pour proposer des lots en vue de la tombola pour la soirée « Patron François Morin » du 10 août 2011 sont les bienvenues.
Cliquez sur le titre pour lire la source.

samedi 26 mars 2011

Pour nos marins au large de japon: Des traces d'iode et de césium 137 ont été décelées par des experts japonais



Au Japon, la liste des aliments interdits à la consommation s’est allongée et les incertitudes autour de la centrale ne sont pas pour rassurer les Japonais.
Des tests de radioactivité sur les aliments ont été étendus à des zones plus larges. Les mauvais résultats ont entraîné des interdictions de consommer et vendre. Des pays étrangers ont déjà pris des mesures de précaution.....cliquez sur le lien pour lire la suite.
http://www.leprogres.fr/france-monde/2011/03/24/lait-legumes-et-puis-l-eau-la-radioactivite-met-le-japon-a-l-index

Cinéma: Projection de films. Pour les enfants à 17 h. Ce Samedi pour les adultes.

Projection de films. Pour les enfants à 17 h, « Brendan et le secret de Kells », film d'animation où l'action se situe en Irlande au IX e siècle.
A 21 h, « Des dieux et des hommes ».

Samedi 26 mars, salle Jean-Epstein, phare du Créach. Tarifs: 5 €, réduit 3 €.

présentation du film:
http://www.excessif.com/cinema/critique-brendan-et-le-secret-de-kells-4708592-760.html



et ce soir à 21h des DES HOMMES ET DES DIEUX.
Présentation du Film:

vendredi 25 mars 2011

Une corneille mantelée à Ouessant.

présentation de l'oiseau: (en cliquant sur le titre)

Cette corneille est parfois considérée comme une espèce à part (Corvus cornix), cependant une majorité d'ornithologues la traite encore comme une sous-espèce de la corneille noire dont elle a la silhouette et la morphologie. La tête, le haut de la poitrine, les ailes, la queue et les tibias sont noirs, le reste du plumage est gris. Sous un mauvais éclairage, la différence de coloration n'est pas toujours évidente, en particulier chez la forme européenne où le gris est plus sombre. Un examen plus attentif permet de saisir certaines subtilités : le corps gris présente des teintes fauves, beiges ou rosâtres variables en fonction de la luminosité et des couleurs environnantes. De même, les ailes noires ont des reflets bleu-vert lustré. Des formes hybrides entre corneille noire et corneille mantelée apparaissent dans l'étroite zone où les deux espèces sont en contact. Ces hybrides présentent un mélange variable des caractères de plumage des deux parents. Ils peuvent être confondus avec le corbeau familier (Corvus splendens) ou avec la forme pie du choucas de daourie. Cependant, la présence de tels oiseaux est très improbable dans leur zone de répartition.

Musée de Royan - 400 ans Phare de Cordouan.

Programmation : - Début de l'exposition : vendredi 15 avril 2011
- Inauguration de l'exposition « Cordouan, Roi des Phares » : vendredi 22 avril 2011 - 18h00
- Spectacle lyrique de la Compagnie de l'Arène « Heurs et malheurs de Léopold ou la vie héroïque d'un gardien de phare", Nuit des Musées : 14 mai 2011 -19h15, 21h00 et 22h45
- Contes par Sophie Salleron : mercredi 15 juin à 15h00 et mercredi 17 août à 15h00 - Musée
- Table ronde sur la vie à Cordouan en présence de gardiens : mercredi 29 juin - 17h00 - Musée
- Conférence « Les hommes de Cordouan » : Jacques Péret, Vendredi 8 juillet - 20h00 - Musée
- Conférences « L'architecture en Aunis et Saintonge au temps de la construction de Cordouan », par Frédéric Chasseboeuf, historien, suivie de « Ordres et désordres. L'architecture française au temps d'Henri IV", par Alexandre Gady, professeur d'histoire de l'art moderne, université de Nantes (sous réserve). Vendredi 26 août - 20h00 - Salle Saintonge
- Fin de l'exposition : vendredi 24 septembre 2011
Contact : Musée de Royan, 31, avenue de Paris, 17200 Royan:. Tél. : 05.46.38.85.96

jeudi 24 mars 2011

île de Quéménès: Pommes de terre et chambres d'hôtes.

C'est parti !

Voilà, les plantations ont commencé, et sous un beau soleil !

Tout va bien pour l'instant, le travail avance bien car les terrains sont plus faciles à travailler. En plus, je m'améliore sur la conduite du tracteur et les rangs sont (presque) droits ! Même mon chef n'a rien trouvé à redire !

Voilà quelques photos pour vous montrer en cliquant sur le titre.

l'île Molène: Le décorateur oscarisé Olivier Raoux décède à Molène.

Cinéma. Le décorateur oscarisé Olivier Raoux décède à Molène

Olivier Raoux, chef décorateur du prochain film d'Olivier Dahan, «Les seigneurs», est décédé d'un malaise cardiaque sur l'île Molène, mardi soir.

Les efforts prodigués sur place par l'équipe du film et l'infirmier basés sur l'île n'auront pas suffi à sauver cet homme, qui allait fêter ses 50 ans le 10 avril prochain, à la veille du premier jour de tournage de cette comédie qui doit être filmée entre Molène et Brest dans les mois à venir. Olivier Raoux est l'un des grands noms de la décoration du cinéma français à qui l'on doit, parmi tant d'autres, «La rafle», «La vérité si je mens», «Jet Set» ou encore le «Hussard sur le toit». Surtout, Olivier Raoux avait multiplié les collaborations avec Olivier Dahan, à commencer par «Les rivières pourpres2» et avait signé les décors de «La môme» pour lesquels il avait été césarisé puis oscarisé à Hollywood en 2008. Une récompense très rare pour un «Frenchie»...

Un homme apprécié
Le chef décorateur avait donc suivi logiquement le nouveau projet du cinéaste qui met en scène une ancienne vedette de foot atterrissant sur une île pour se remettre d'aplomb. Après avoir opté un instant pour Houat, l'équipe avait finalement retenu Molène et depuis quelques jours, les premiers décors étaient progressivement arrivés sur l'île. Olivier Raoux, que le régisseur général du film Jacques Jousseaume, ému, décrit comme «n'ayant que des amis», était arrivé mardi matin auprès de ses équipes pour participer au travail. Le soir, une petite fête d'anniversaire devait être donnée. C'est lors de celle-ci qu'il a déclaré un infarctus, peu après 21h30. Olivier Raoux avait déjà connu une alerte de ce type l'an passé. Hier, c'était la «consternation» qui présidait aux sentiments de l'équipe, alors que sa famille arrivait sur Molène. Le corps devrait être ramené sur le continent ce matin et une inhumation à Belle-Ile-en-Mer, où il possédait un pied à terre, serait envisagée. Selon nos informations, ce tragique décès ne remet toutefois pas en cause le prochain tournage, mais l'assombrit considérablement.

Steven Le Roy du Télégramme, cliquez sur le titre pour lire la source.

Cantonales: île de Sein;

- Didier Guillon est satisfait du premier tour des élections : seul regret l'île de Sein où il s'était rendu et qui donne un avantage à Jacqueline Donval : « Je suis très déçu de mon score », commente-t-il. Le représentant de l'Alliance pour le Finistère est par ailleurs, « choqué que dans la campagne, Jacqueline Donval défende la gauche plutôt que de défendre le Cap-Sizun. Moi, je veux servir le Cap ! ». Il invite aussi la conseillère générale sortante à évoquer son bilan au cours d'un débat contradictoire, « quelle organiserait à sa convenance. »

- Nadine Kersaudy ne donne pas de consigne de vote pour dimanche : « Je ne suis pas propriétaire de mes voix, il y a des gens de gauche qui ont voté pour moi et des gens de l'UMP qui ne voteraient pas pour moi », justifie-t-elle. Michel Canévet, président du groupe de l'Alliance pour lse Finistère, qui soutenait et l'UMP Didier Guillon, et la centriste Nadine Kersaudy, appelle les électeurs du maire de Cléden à se rassembler largement autour de Didier Guillon au second tour : « Il saura porter haut et fort la voix du canton, qui a besoin d'un nouveau dynamisme », assure-t-il.

- Paule Maiche, candidate d'Europe-Écologie-les Verts ne donne pas de consigne de vote : « Nous considérons par principe, que nos électeurs sont suffisamment responsables et avertis pour se prononcer tous seuls, au regard des propositions et des pratiques des candidats encore en lice et des partis politiques dont ils sont issus », commente-t-elle.

Ile-de-Batz: Le jardin Georges-Delaselle fête son créateur.

Je m'appelle Georges-Albert Delaselle, né le 18 mars 1861 à Paris (3 e ), j'habite Ker Nevez, sur l'île de Batz. Je n'ai plus de famille

Ainsi était libellé un billet découvert en possession de celui que l'histoire îlienne avait baptisé le maître de Penn Baz.

Il y a 150 ans naissait Georges Delaselle
Pour les 150 ans de la naissance du créateur de l'endroit qui porte désormais son nom, l'association des Amis du jardin se prépare à célébrer celui qui durant 30 ans, de 1898 à 1918, à force d'acharnement, avait relevé le défi d'acclimater des plantes exotiques sur l'île de Batz, « l'île sans arbres ». À bout de fatigue, ruiné, Georges Delaselle avait dû vendre son domaine en 1939 pour se retirer dans sa maison de Ker Nevez, où il s'est éteint le 29 janvier 1944.
Les visiteurs, aujourd'hui, peuvent juger de la réussite du défi que s'était lancé cet homme, défi relayé depuis 1987 par une poignée de passionnés qui durant plusieurs années, avec du cran et de l'obstination, ont consacré leur énergie à réhabiliter l'endroit.

Propriété du conservatoire du littoral
En 1997, 100 ans après le début de l'aventure, le conservatoire du littoral est devenu propriétaire du jardin, garantissant par là même son inaliénabilité. Depuis 2008, ainsi qu'il l'avait souhaité, Georges Delaselle, le maître de Penn Baz, est de retour dans son jardin, il y repose désormais au « Calvaire ».

2010 : record de fréquentation
L'année 2010 fut pour le jardin l'année des records : 31 157 visiteurs, en augmentation de 9,4 % et une journée mémorable le 5 août avec 673 visites. Dès le 1 er avril, le jardin sera ouvert au public. Celui-ci pourra admirer, outre la collection botanique riche de plus de 2000 espèces originaires de tous les continents, l'aménagement du nouvel espace qui a permis notamment l'agrandissement de la collection d'euphorbes.

« Il est des jardins comme des légendes. Certaines se construisent dans l'inconscient des hommes. D'autres, élaborées par des êtres exceptionnels, racontent leur épopée au quotidien. Le jardin Delaselle s'inscrit dans cette logique », écrit Richard Reymann, administrateur du jardin, dans un guide consacré au lieu.
Une légende qui donne un sens à l'histoire, histoire également de celui qui, pressentant sa fin prochaine, écrivait « Je n'ai plus de famille » et qui reçoit aujourd'hui la visite de 30 000 personnes chaque année.

Ile-de-Batz: disparition d'Yves Seïté

mardi 22 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Yves Seïté, « Yfig », une des figures de l'île de Batz, est décédé subitement, dimanche en fin de matinée, au premier jour du printemps. Il aurait fêté ses 74 ans en juillet. Bien que retraité de l'agriculture et de la pêche, deux activités qu'exerçaient souvent beaucoup d'îliens de sa génération, cet hyperactif continuait à relever ses casiers à homards et à pêcher la coquille saint-jacques qu'il prélevait dans des endroits où lui seul osait s'aventurer.
Récemment, il avait connu un « pépin de santé » dont il s'était apparemment remis après une intervention chirurgicale. Il se préparait à rejoindre un centre de repos. Le sort en a décidé autrement et Yves Seïté s'est éteint ce dimanche, victime d'un nouveau malaise.
Il avait été conseiller municipal durant deux mandatures de 1977 à 1989. Cet homme discret et souriant manquera dans le paysage de l'île de Batz, l'île qui l'avait vu naître, où il avait toujours vécu et où il reposera désormais.
À Malou, son épouse, Anne, Claudie, Évelyne, et Louise, ses filles et à toute sa famille, Ouest-France présente ses plus sincères condoléances. Les obsèques d'Yves Seïté seront célébrées ce mardi à 14 h 30 en l'église de l'île de Batz.

Saipem pousse l’hydrolienne de Sabella, qui glisse vers la mer

Alors qu'au Canada, ses développements sont sur les rails, Sabella accélère en France sur son hydrolienne, après avoir regardé la concurrence s'agiter en Europe.
La start-up quimpéroise (Finistère) a déjà sécurisé plus de la moitié des fonds nécessaires à la démonstration de sa technologie, une tête de série industrielle de 500 kW qui doit être installée au large de l''île d'Ouessant.
Même si de nouveaux investisseurs restent encore à convaincre, l'horizon 2011 s'éclaircit pour Sabella, qui vient de collecter [...] Lire la suite en cliquant sur le titre.

mercredi 23 mars 2011

Une dépression se creuse sur le golfe de Gascogne....

L'anticyclone présent sur les îles britanniques aura tendance à se décaler vers l'Irlande en même temps qu'une dépression se creuse sur le golfe de Gascogne. Avec cette configuration, c'est donc un week-end contrasté qui s'annonce avec une dégradation ...
 
cliquez sur le titre pour lire la source.

Mission (quasi) impossible pour Coville

Les chances de Thomas Coville de battre le record du tour du monde en solitaire et sans escale en trimaran semblaient très compromises ce soir, le skipper français enregistrant un retard de 720 milles sur le temps de référence de Francis Joyon.
Pour battre ce record mythique, Coville et son trimaran Sodebo (32 m de long) doivent franchir la ligne d'arrivée fictive, derrière l'île d'Ouessant (au large de Brest), avant le 28 mars à 01h40.
Coville poursuivait son contournement par l'ouest d'un anticyclone des Açores exceptionnellement étendu.
A 18h00 il marchait à près de 14 noeuds -une vitesse très, très moyenne pour un bateau comme le sien-, cap au nord/nord-ouest.
Pas vraiment idéal pour rallier Ouessant au plus vite.

Publié le 23.03.2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Exercice de remorquage entre l’Abeille Bourbon et le Thalassa.

                                     Mercredi 23 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Dans le cadre des conventions signées avec le groupe Bourbon, un exercice de remorquage de navire et de treuillage d’une équipe d’évaluation et d’investigation (EEI) est organisé entre le navire Thalassa et l’Abeille Bourbon l’après-midi du mercredi 23 mars 2011 en mer d’Iroise.

voir la vidéo:
http://videos.letelegramme.com/player.php?sig=iLyROoafzUUO

Ondine à plus de 5000 points

votez pour elle est pour Ouessant.
A Ouessant les femmes se battent: Exp Salon du livre insulaire, Festival de musique, Equitation, Tourisme,
Auberge de jeunesse..Etc....

mardi 22 mars 2011

«Ça nous permet de voler d'Ouessant à Marseille». Après une dizaine de séances de simulateur, de deux heures chacune.

Helmut, âgé de 28 ans, est pilote de Rafale. Pour lui, «le stress est assez présent dans le cockpit. Il ne disparaît jamais. Le tout, c'est de s'en faire un allié». Photo D.D

Dimanche, plusieurs Rafale de la base aéronavale de Landivisiau (29) ont mis le cap sur la Libye. Dans les cockpits, des pilotes d'exception, dûment sélectionnés, qui s'entraînent sans relâche. Il y a quelques jours, nous les avons suivis. Un vrai parcours de combattants.

Le ciel est dégagé ce matin-là sur les 2,7km de piste de la base de Landivisiau. Deux Rafale coupent le bleu azur du ciel. Direction la mer pour un vol d'entraînement. Au sol, un jeune pilote qui pourra bientôt tutoyer les nuages fait ses premières armes sur un simulateur de vol. Le corps calé dans la réplique d'un cockpit de Rafale, il porte une combinaison anti-G, un casque et un masque. La respiration est lente et lourde. Le jeune homme est extrêmement concentré. «Certains sortent de là en nage», explique Arnaud Trussart, responsable du centre de simulation Rafale. L'exercice est intense. Et, grâce à huit projecteurs vidéo, l'illusion parfaite. «Il s'agit rarement d'un vol sans problème. Les instructeurs, de leur cabine, simulent des pannes moteur. Ou des conditions de vol assez sévères. Avec de l'orage et de la neige, par exemple». Le terrain de jeu virtuel est immense. Car la France entière est modélisée. «Ça nous permet de voler d'Ouessant à Marseille».

Deux ans de formation au pilotage aux États-Unis
Après une dizaine de séances de simulateur, de deuxheures chacune, les apprentis pilotes de chasse passent en vol réel. Seuls dans leur avion, suivi à proximité par un instructeur dans un autre appareil. L'aéronavale, contrairement à l'armée de l'air, ayant opté pour des monoplaces. On ne se voit pas confier un Rafale - petit bijou de technologie de plus de 50millions d'euros - du jour au lendemain. «Ils ont tous commencé par deuxannées de formation au pilotage dans une base du Missouri, aux États-Unis. Ensuite, ils reviennent chez nous, précise le major Prigent, du service d'instruction technique. Là, avant la phase simulateur, ils passent par une approche théorique très approfondie de l'avion qu'ils auront en main». Sur les tables, d'épaisses documentations attendent les élèves. Tout est décortiqué: du moteur à l'hydraulique en passant par les gouvernes et les trains d'atterrissage. L'armement suivra ensuite.

«Nous recherchons l'excellence»
L'évolution des futurs pilotes est suivie à la loupe. Chaque séance est débriefée. Si un candidat n'est pas à la hauteur des espérances des formateurs, il peut être recalé. À tout moment. «Tous ne deviendront pas chef de patrouille, commente le capitaine de corvette Sophie Marchione, chargée du suivi des jeunes pilotes. Car nous recherchons l'excellence. Ceux qui mettent en cause leur sécurité ou celle des autres ne seront pas retenus. Actuellement, on suit une douzaine de personnes. Je sais que cette aventure prendra fin plus vite que prévu pour trois ou quatre d'entre elles». Pour le commandant de la BAN, Patrick Zimmerman, les pilotes sont avant tout des combattants et des sportifs de haut niveau. «Les conflits ont considérablement évolué. Depuis 2001, par exemple, on intervient en Afghanistan. Les avions s'éloignent considérablement du porte-avions. Ce terrain est extrêmement difficile. L'incertitude règne partout.C'est pourquoi nos gars doivent être affûtés. Sur la base, plus de 1.700 personnes travaillent uniquement pour qu'ils puissent s'entraîner dans les meilleures conditions, en toute sécurité».

Un entraînement permanent
Pas de profil type parmi les jeunes recrues. «Pas la peine d'avoir la bosse des maths. Ou d'être premier de la classe. Les qualités premières, qui orienteront le recrutement, sont la stabilité émotionnelle, la motivation, la rigueur et la maturité», poursuit Baron, le chef de la section formation sur Super-Étendard modernisé. Un pilote chevronné, qui est régulièrement catapulté du pont du Charles-de-Gaulle. Durant toute leur carrière, les pilotes de chasse de l'aéro s'entraînent régulièrement et fréquemment. «Avec des armes à blanc, sur des champs de tir près de Lorient mais aussi dans le Sud de la France. On fait aussi des passes d'attaque fictives à l'aide de caméras sur des cibles existantes: pylônes, usines et autres gros bâtiments».

Didier Déniel, du Télégramme; cliquez sur le titre pour lire la source.

lundi 21 mars 2011

Cantonales dans le Finistère. La gauche vire en tête.

Il n'y aura pas de bouleversement au conseil général du Finistère où le PS, majoritaire à l'assemblée, est en passe de réaliser le score de 2004 où il avait raflé 24 des 28 cantons en lice.

Hier, les socialistes se sont mis en mesure de récidiver mais, paradoxalement, deux candidats de droite figurent parmi les trois élus de ce premier tour, tous deux dans la zone légumière du Léon. À Plouescat (ex-canton de Jacques Le Guen) et Plouzévédé, Gildas Bernard et Gérard Daniélou raflent la mise dès le premier tour, tout comme la socialiste Solange Creignou, à Saint-Thégonnec, où il n'y avait pas de candidat de droite. Pierre Maille, le président du conseil général, a également passé la barre des 50% (51,67%) mais en raison de la très faible participation à Brest, où il était à nouveau candidat, l'ex-maire de Brest n'a pas franchi la barre obligatoire des 25% d'inscrits pour être élu. Il devra donc se soumettre à un second tour, tout comme Guy Le Sergent (Bannalec), confronté au même scénario.

33% de votants à Brest
La faiblesse de la participation à ce scrutin (43,41% des voix) a été accentuée par le poids relatif de Brest où huit cantons sur dix étaient renouvelables alors qu'aucun ne l'était à Quimper. Avec 33,3% de votants seulement, Brest a tiré la participation globale vers le bas puisque la ville représentait, hier, environ un tiers des votants du département. Sans cette sur-représentation brestoise, la participation aurait pu égaler celle des régionales de l'an dernier (48,5%). Cela n'empêchera pas le PS de réaliser à nouveau le grand huit à Brest, tant l'avance de ses candidats est confortable dans les huit cantons renouvelables. C'est dans le canton de Carhaix que la participation a été la plus forte du département (55,8%) avec un duel à gauche qui a tourné à la victoire écrasante du maire de Carhaix, Christian Troadec (43,11%), sur le socialiste LouisRouzic (22,23%), annonçant une inéluctable élection tant la gauche a totalisé dans ce canton.

Les Verts trop limités
Globalement, le PS vire en tête avant le second tour, devançant les candidats de l'UMP et ses alliés qui étaient absents sur trois cantons. Les socialistes ont une voie dégagée devant eux car les Verts, avec un score global de 11,27% sur l'ensemble du département, ne sont pas en mesure de leur contester les candidatures du second tour. Il n'y aura du reste aucune triangulaire en raison de désistements plus ou moins bien consentis. C'est le cas à Pont-Croix et Fouesnant où la droite dans le premier cas, la gauche dans le second, pouvaient engager des triangulaires. Le scénario est écarté mais la partie n'est pas pour autant gagnée pour les deux conseillères générales sortantes socialistes, Jacqueline Donval et Nathalie Conan. La situation est encore plus tendue sur le canton de Plabennec qui, après le retrait de Louis Coz, pourrait, pour la première fois, basculer à gauche. Quant au Front national, il n'était présent que dans deux cantons. Il réalise 14% des voix dans celui de Crozon, preuve de sa bonne implantation dans certaines zones littorales du Finistère.

René Perez du Télégramme, cliquez sur le titre pour lire la source.

Tour du monde en solitaire à la voile: Coville rallonge sa route.

Thomas Coville, qui tente d'améliorer le record du tour du monde en solitaire et sans escale en trimaran, accusait lundi un retard de 558 milles (1000 km) sur le temps de référence de Francis Joyon, soit environ une journée de mer à seulement une semaine de la date butoir.

A la barre de son grand trimaran Sodebo, Coville était enfin sorti du Pot-au-Noir et filait lundi après-midi cap au nord/nord-ouest à 20-25 noeuds dans les alizés de l'hémisphère nord.
Après plusieurs jours d'une progression laborieuse, le skippeur breton a donc retrouvé une vitesse plus en rapport avec le formidable potentiel de son multicoque de 32 mètres.

Mais un (nouvel) obstacle météo majeur se dresse sur sa route vers l'île d'Ouessant et la ligne d'arrivée fictive de cette circumnavigation express: l'anticyclone des Açores. Coville a choisi de contourner par l'ouest cette zone de vents faibles qui l'empêche de remonter en route directe vers Ouessant.
 
"Thomas arrive dans un hémisphère nord où règne une situation de blocage avec un vaste anticyclone qui ne laisse rien passer en son travers, a expliqué Christian Dumard, de la cellule routage de Sodebo. Coville devra donc sûrement aller chercher loin dans l'ouest une dépression qui devrait l?amener en Bretagne au prix d'un long détour".

La vitesse est donc revenue mais il va falloir faire plus de milles. Compte tenu des vitesses que peuvent atteindre les grands multicoques, le record peut encore être amélioré, notent les spécialistes. Mais il va falloir pour ça que Coville remonte en latitude pour attraper l'une des dépressions qui se succèdent dans l'Atlantique nord.

Désormais, chaque minute compte...
Francis Joyon est depuis janvier 2008 le détenteur de ce record mythique en 57 j 13 h 34 min. Pour le battre, Coville devra être de retour à Ouessant avant le 28 mars à 01h40 française.

Finistère : un taux de participation définitif de 43,41 %.

Politique dimanche 20 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

L’abstention est la grande gagnante de ce 1er tour des cantonales. La participation au scrutin atteint 43,41 % contre 66, 25 % en 2004. Aux élections européennes de 2009, la participation avait été de 42, 12 %.

Pour l’heure, on compte trois élus qui ont atteint la barre des 50 % avec au moins 25 % des inscrits. À Plouescat le divers droite Gildas Bernard succède au député et conseiller régional villepiniste Jacques Le Guen. À Saint-Thégonnec, la socialiste Solange Creignou est élue. À Plouzévédé, Gérard Danielou (UMP) est élu.

À Brest, le président sortant du conseil général Pierre Maille dépasse la barre des 50 % pour la première fois avec 51,6 % des voix, mais n’est pas réélu : il ne dépasse pas 25 % des inscrits. L’abstention fait 65 % dans son canton de Brest-Saint-Pierre. À Carhaix, le maire de la ville, Christian Troadec est en tête. Avec 55,79 % de votants, le canton de Carhaix a voté à plus de 10 % que la moyenne du département. À Concarneau, 3e ville du département, l’abstention atteint 61,2 %. La socialiste Nicole Ziegler est en tête.

Sabella espère mettre à l'eau son hydrolienne en fin d'année

samedi 19 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

 Une hélice de 10 m de diamètre
15 mètres de haut, une nacelle pesant 50 tonnes, un socle de 300 tonnes, une hélice en fibre de verre d'un diamètre de 10 mètres. Ainsi se présente l'hydrolienne D10, que Sabella SAS se propose d'immerger au large d'Ouessant pour produire de l'électricité. Hier, la société quimpéroise a dévoilé une maquette de l'engin à Océanopolis, à Brest, en présence de Jean-Yves Le Drian, président de la Région Bretagne.

Immergée dans le Fromveur
L'hydrolienne doit être immergée par 55 mètres de fond dans le Fromveur, entre Porzh-ar-Lann et le phare de Kéréon. Sabella prévoit de le faire fin 2011 (ou début 2012). Le nom du navire chargé de la pose est déjà connu. Il s'agit du Normand Cutter, un navire spécialisé de 127 mètres de long, 27 de large, équipé d'une grue pour la mise à l'eau de charges lourdes.

Production d'électricité
L'hydrolienne D10 de Sabella utilisera l'énergie des courants pour produire de l'électricité. Elle aura une puissance de 500 kilowatts-heure et devrait pouvoir couvrir le tiers des besoins de l'île. « Nous alimenterons gratuitement Ouessant pendant un an », annonce Jean-François Daviau, le président de Sabella. L'hydrolienne fournira du courant en permanence, sauf à l'étale des marées et lors des périodes de mortes-eaux.

Quatre hydroliennes envisagées
A terme, Sabella envisage l'implantation de quatre hydroliennes dans le Fromveur. Une unité de stockage de l'électricité viendra compléter l'installation. « De quoi se substituer à la centrale thermique qui alimente actuellement l'île en électricité », indique Jean-François Daviau. Ce sera un moyen plus écologique de produire de l'électricité. Et, peut-être aussi, plus économique. « Le kilowatt-heure produit à Ouessant coûte quatre ou cinq fois plus cher que le kilowatt-heure continental », rappelle le président de Sabella.

Un projet à 10 millions d'euros
Sabella conçoit la future hydrolienne d'Ouessant comme une tête de série industrielle. Le projet représente un investissement de 10 millions d'euros. Actuellement, Sabella bénéficie du soutien de l'État (3,6 millions d'euros) et de deux groupes de l'industrie pétrolière (1,5 million d'euros). Il reste donc à trouver 4 à 5 millions d'euros pour financer la construction et la pose du prototype. Celui-ci doit être assemblé à Brest en utilisant des éléments principalement fabriqués en Bretagne.

dimanche 20 mars 2011

Sodebo de retour dans l'Atlantique Nord.

Sodebo a franchi l'équateur aujourd'hui dimanche à 10h20 (HF) après 49 jours, 22 heures, 12 minutes et 32 secondes de mer et avec 1 journée, 19 heures et 54 minutes de retard sur Francis Joyon.

Depuis son départ de Ouessant, le 29 janvier dernier, le trimaran Sodebo a parcouru 23 777 milles (19,84 nds de moyenne), soit 1155 milles de plus qu’Idec. A noter que c'est à peu de chose près le nombre de milles de retard qu’avait Thomas sur Francis Joyon en passant le Cap de Bonne Espérance.

Si le "challenger" Coville a été plus rapide globalement sur le fond que son prédécesseur, Thomas remporte la palme sur le tronçon Horn-Equateur. En effet, sur cette remontée de l’Atlantique Sud effectuée essentiellement au près et au reaching avec un alizé de Sud-Est aux abonnés absents et une étrave tribord endommagée, Thomas a rallié l’équateur en 11 jours, 21 heures et 56 minutes, soit 16 heures et 4 minutes de mieux que Francis Joyon en 2008.

Une satisfaction pour le skipper et son équipe qui temporisent forcément tant ces dernières centaines de milles dans l’hémisphère Sud ont coûté cher sur le temps de référence. En avance de 226 milles il y a cinq jours, Sodebo accuse désormais 486 milles de retard, avec environ 3300 milles à courir encore jusqu’à Ouessant.
Depuis ce matin, le vent de Nord-Est se renforce et Thomas Coville accélère : 12, 15, 17 nœuds, la tendance est à la hausse, même si le skipper n’est pas encore sorti définitivement de cette zone de transition entre les deux hémisphères. Le Trinitain négocie actuellement des grains, une situation commune du Pot au Noir et de sa météo imprévisible où alternent les calmes et les rafales de vent sous des nuages souvent bien noirs.

Le chrono tourne et Thomas doit revenir à son point de départ avant le 28 mars à 1h40’34’’ (HF), c’est à dire dans 7 jours et demi, pour une vitesse moyenne à tenir au-dessus de 18 nœuds.
Retard à 13h : 486 milles par rapport à Francis Joyon

Cette musique symbole de la Celtie à elle seule est magnifiquement chanté par Nolwen.

cliquez sur le titre pour écouter la chanson.

Après la nouvelle version par Nolwen, en voici une qui déchire total....! et d'autres en lien.

cliquez sur le titre pour écouter cette version....surprenante...!

En cherchant sur le net, ELUVEITIE, est un groupe classé en folk métal, musicalement parlant ils jouent très juste, voici une serie d'autres vidéos avec ce lien.
la version public de Nolwen:
La version: Stivell, Tri Yann, Dan Ar Braz, Servat, Armens: Tri Martolod
La version de la tribu de dana.
La version de: yann fanch.
La version de: Ryczace Shannon Project (Pologne)
La version de: Shannon
La version de: Daonet

Journées de la commission de géographie de la mer, du littoral et des îles du CNFG

Communications scientifiques (IUEM, Brest) et excursions (île de Molène, port de Brest)
Publié le vendredi 18 mars 2011 par Karim Hammou; Résumé:

La commission de géographie de la mer, des côtes et des îles, émanation du Comité national français de géographie, vise à réunir chaque année les géographes littoralistes français – enseignants-chercheurs, chercheurs, doctorants et désormais professionnels en lien avec la géographie de la mer. Ces réunions de deux jours permettent des échanges théoriques et pratiques, à la fois sous forme de communications scientifiques mais aussi d’excursions sur le terrain. Les 26 et 27 Juin 2011, l’Université de Bretagne occidentale et l’Institut universitaire européen de la mer seront partenaires de cette commission qu’ils accueilleront dans leurs locaux et sur le terrain. La journée de communications permettra d'établir un « état de la recherche française sur le littoral, la mer et les îles ».

Annonce
Ce bilan scientifique sera à la fois réalisé individuellement, dans chacune des communications, mais aussi collectivement au terme des journées et dans la publication commune qui en sera tirée. Cet état des lieux permettra d’examiner les orientations récentes comme les éventuelles lacunes de la recherche française, eu égard aux enjeux importants qui concernent aujourd’hui le littoral et la mer, en France comme à l’étranger.
Commission de Géographie de la Mer, des Côtes et des Iles - CNFG (http://www.cnfg.fr/) -

En juin dernier, la commission de géographie de la mer, des côtes et des îles s’est réunie à Marseille. Après une fructueuse journée d’échanges, qui se traduira par une publication collective dans un prochain numéro de Norois, nous avons visité le port de Marseille et les îles du Frioul. Un grand merci à Valérie Lavaud-Letilleul de l’Université de Montpellier et à Louis Brigand de l’UBO pour l’organisation de ces journées.
Cette année, nous nous rendrons à Molène (ou Ouessant) et à Brest. Le programme des journées sera le suivant :

•Dimanche 26 juin 2011 : Visite de Molène ou d’Ouessant (journée). La visite de l’île sera organisée par L. Brigand. Vous pouvez venir en famille.
•Lundi 27 juin 2011 : Communications à l’Institut Universitaire Européen de la Mer : 9h-18h : « Etat de la recherche française sur le littoral, la mer et les îles »

Les journées devant permettre de dresser un bilan de la recherche française sur le littoral, la mer et les îles, il sera demandé aux communicants de replacer leurs propos dans le contexte scientifique et social français, voire international. Le contenu des communications est par conséquent libre, pour peu qu’elles concernent les milieux évoqués (mer, littoral ou îles) et respectent la consigne générale de cadrage.

Les communications auront une durée de 15 mn. Si vous préférez présenter un poster oralement (en 5 mn), n’hésitez pas à nous en faire la demande et à envoyer un résumé.
Merci d’envoyer une proposition de communication ou de poster (de 10 lignes environ, avec mots-clés)
pour le 30 avril dernier délai à l'adresse suivante : Paul.Durand@univ-paris1.fr
Certaines communications feront l'objet d'une publication collective, début 2012, dans la revue électronique Echogéo (http://echogeo.revues.org/).
Lundi 27 Juin 2011 en soirée : visite du port de Brest et de la rade, dîner.

Informations pratiques :
1. Frais d'inscription à ces journées : il s’agit simplement de régler votre cotisation d'adhésion de 2011 au CNFG (30 euros, 15 pour les doctorants) à son trésorier, le Professeur Pierre ZEMBRI. Vous trouverez un bulletin d’adhésion à l’adresse suivante : http://www.cnfg.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=56&Itemid=67
Vous trouverez des informations sur le CNFG à l’adresse suivante : http://www.cnfg.fr/

2. Merci de remplir la fiche à télécharger (en page 2) et de la renvoyer avant le 5 Avril 2011,
à Paul.Durand@univ-paris1.fr
et à lydie.goeldner-gianella@univ-paris1.fr
cliquez sur le titre pour lire la source.

Ile-de-Batz: Cross Corsen, sauveteurs insulaires la rencontre.

Visite de courtoisie pour une délégation du Cross Corsen auprès de la station SNSM de l'île de Batz. Le chef du service opérations, Gaëlig Batail, et trois des chefs de quart de ce service, sont venus mardi à la rencontre de ceux avec lesquels ils ne sont en contact que par radio ou téléphone.

Le Cross (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) Corsen, implanté sur la commune de Plouarzel mais également à Ouessant, est l'un des cinq services qui assurent, sous la direction du préfet maritime, la réception des alertes, la direction et la coordination des opérations de sauvetage en mer. Corsen couvre la zone de la baie du Mont Saint-Michel à la pointe de Penmarc'h, et du milieu de la Manche jusqu'à 8° de longitude Ouest en Atlantique : une des régions maritimes les plus fréquentées du globe.

Pour Gaëlig Batail, la visite aux sauveteurs de l'île sert « à mettre un visage sur des noms. Nous devons rencontrer les volontaires de la SNSM, voir leur bateau et la région où ils exercent leur tâche de sauveteurs. Recueillir l'avis des responsables des stations locales est aussi important lors du déclenchement des opérations. »
« Nous effectuons 60 % de nos interventions à la demande du Cross, rappelle le président de la station insulaire, Philippe Caroff. Une totale confiance doit régner entre les deux organismes. » Prochainement, les sauveteurs insulaires devraient se rendre prochainement au Cross Corsen.

jeudi 17 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

samedi 19 mars 2011

Énergies marines. La Bretagne à la pointe

Conçue à Quimper, assemblée à Brest et immergée près d'Ouessant, l'hydrolienne de la société Sabella sera une des premières au monde à entrer en service. (Photo Eugène Le Droff)

La société quimpéroise Sabella a dévoilé, hier, la maquette de l'hydrolienne qui sera immergée dans le Fromveur, à Ouessant, en janvier. L'occasion pour le président de Région de rappeler sa volonté de faire de la Bretagne une véritable plate-forme en matière d'énergies renouvelables.

Il aura fallu dix années de recherches aux ingénieurs de la société Sabella pour mettre au point un programme baptisé «Eussabella». Programme majeur dans l'actualité des énergies marines renouvelables qui pourrait permettre l'indépendance énergétique des îles non raccordées au continent. La clé : une solution hybride alliant hydroliennes et stockage. Sur 21 projets présentés, «Eussabella» fait partie des cinq retenus par le gouvernement dans le cadre des investissements d'avenir.

Pièces assemblées à Brest
Au-delà de la reconnaissance d'un savoir-faire en ingénierie offshore, l'entreprise quimpéroise a ainsi décroché une enveloppe de 3,7 M€. Soit un tiers du budget nécessaire pour assurer le développement technologique de son projet. «S'ajouteront des fonds européens, par le biais de la Région et des capitaux privés émanant de groupes pétroliers comme Saipem ou Géopétrol, qui apporteront à eux deux un ticket d'1,5 M€», assure Jean-François Daviau, président de la société Sabella.

Pionnière dans l'exploitation énergétique des courants de marée, Sabella s'apprête à installer une hydrolienne dans le Fromveur à Ouessant. Elle sera ainsi l'une des premières au monde à entrer dans une phase de production effective d'énergie. La maquette de cette machine, qui fera 15 mètres de haut (un immeuble de cinq étages) sur une assise de 20 mètres sur 30, a été dévoilée hier. Les composants de cette géante des mers seront construits principalement en Bretagne et seront assemblés sur le port de Brest.

Ouessant, tête de série industrielle
Le chantier débutera avant l'été et le démonstrateur grandeur nature sera immergé en janvier prochain. À 55 mètres de fond, avec des courants de neuf noeuds, il sera alors testé durant un an. Après accord avec ErDF, cette hydrolienne «D10» devrait permettre d'alimenter 25 % de la consommation électrique d'Ouessant. Pour assurer son indépendance énergétique, c'est-à-dire s'affranchir de la centrale thermique au fioul de l'île, trois autres hydroliennes pourraient suivre d'ici 2015. «Et ce n'est qu'un début», promet Jean-François Daviau, estimant que «Ouessant sera une tête de série industrielle, une tête de pont à l'international». Selon lui, en effet, «ce modèle insulaire est attendu par de nombreuses îles autour du globe».

Des centaines d'emplois à la clé
L'émergence des technologies bretonnes en la matière, le président de Région veut y croire aussi. Hier, il a ainsi réaffirmé une stratégie régionale ambitieuse. «Nous ferons de la Bretagne une plate-forme et développerons une vraie filière lourde de l'énergie à l'horizon 2020». Jean-Yves Le Drian a, par ailleurs, confirmé que «Brest en serait le pôle d'excellence et une interface clé, notamment pour la construction et l'assemblage des machines». Soulignant qu'une «zone de onze hectares était en cours d'aménagement sur le polder», il a estimé que «des centaines d'emplois pourraient être générés et que l'ensemble du territoire breton pourrait en tirer un bénéfice».

Sarah Morio du télégramme, cliquez sur le titre pour lire la source.

La tête du classement avec + de 4000 voix! (remerciment)

Bonjour,
Grâce à votre soutien, et aux soutiens de vos amis, familles etc...Le phare du Créac'h brille depuis mardi 16 mars au soir en haut du classement du concours d'affiches produits en Bretagne.
Notre seul but aujourd'hui est donc d'y rester, et que de chemins parcourus depuis notre 14ème place avec 1000 points de retard sur les autres participants! C'est tout simplement incroyable, inouï!

le 1er avril, le concours se termine (et oui déjà !) et le jury devra décerner ces prix aux 8 premiers participants, donc ce sont eux qui jugeront...! Mais notre affiche et notre cause valent largement la 1ère place, alors on continue:
http://www.jerelocalise.com/espace-candidat/96-221/ondine.aspx
et on fêtera l'évènement ensemble évidemment!

Bien insulairement,
Ondine MORIN
Guide Interprète Régionale
KALON-EUSA
"Voyage au coeur de l'île d'Ouessant"
http://www.kalon-eusa.com/
06.07.06.29.02

Entre les candidats, sur le terrain à Sein, ça colle bien.

mercredi 16 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

C'est une anecdote, mais elle illustre la bonne humeur dans laquelle se déroule, sur le terrain, la campagne de l'élection cantonale de Pont-Croix. Vendredi dernier, Didier Guillon (UMP/Alliance pour le Finistère) et Camille Larfaoui (Alternatifs) se retrouvent, par hasard, à bord de l'Enez Sun. Les deux candidats avaient prévu de se rendre sur l'île de Sein, pour rencontrer les électeurs.

À son arrivée, Camille Larfaoui en profite pour coller son affiche. Observant que la sienne n'est pas en place (il l'avait confiée quelques jours plus tôt à un îlien), Didier Guillon demande au candidat des Alternatifs de lui prêter sa colle et sa brosse. Camille Larfaoui s'exécute volontiers. Le candidat de la droite constate alors qu'il manque aussi l'affiche de la candidate socialiste. En déplacement à Sein le lundi précédent, la conseillère générale sortante est venue sans colle.

Avec l'accord de Camille Larfaoui, Didier Guillon colle donc l'affiche de sa rivale, Jacqueline Donval. Ce qui ne manque pas de susciter une certaine surprise et des sourires chez les quelques témoins, qui immortalisent l'instant.

Le reste de la journée illustrera cette même entente républicaine entre les candidats. Ayant demandé à assister à la réunion de Didier Guillon, Camille Larfaoui... prendra la parole, ainsi que son accompagnatrice, candidate du Parti communiste en 2004. Et, à la surprise générale, le candidat de la droite et celui des Alternatifs se retrouveront sur plusieurs sujets. Un peu plus tard, à l'heure du déjeuner, Didier Guillon, voyant arriver Camille Larfaoui en pleine distribution de tracts, entonnera l'Internationale... pour le remercier de sa colle.

Cela c'est passé à Ouessant.

Balade lecture : muse des écrivains Visite guidée de Lampaul au fil de la plume d'écrivains.
Jeudi 17 mars, 17 h 30, île d'Ouessant. Payant.
Contact et réservation : 06 07 06 29 02,
http://www.kalon-eusa.com/
-------------------------------------------

Visite guidée : algues et mer Réservation à l'office du tourisme.
Jeudi 17 mars, 10 h 45, île d'Ouessant. Payant.
Contact et réservation : 06 07 06 29 02,
http://www.kalon-eusa.com/
---------------------------------------------
 
Balade contes et légendes de l'Armor Inscriptions à l'office du tourisme.
Mercredi 16 mars, 17 h 30, île d'Ouessant. Payant.
Contact : 06 07 06 29 02,
http://www.kalon-eusa.com/

vendredi 18 mars 2011

Bientôt 4000 points pour Ondine.

encore 31 votes pour en avoir 4000.

Cliquez sur le lien pour voter, ou sur le titre:
et 3 votes ce Samedi matin
C'est fait 4000 à 7h45 ce Samedi.

Nucléaire militaire. La base de l'Ile-Longue constitue-t-elle un risque ?

Quatre sous-marins nucléaires évoluent régulièrement en rade de Brest, sans parler des navires nucléaires étrangers qui font parfois escale dans le port militaire de Brest. Photo DR

Et le militaire? La catastrophe japonaise a légitimement ravivé le débat de la sécurité des installations nucléaires. La base de l'Ile-Longue, en presqu'île de Crozon (29), constitue-t-elle un risque?
L'Ile-Longue abrite quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) contenant chacun une centrale nucléaire en miniature qui assure l'alimentation et la propulsion du navire à l'aide d'un combustible nucléaire dimensionné. Combien de ces petites centrales nucléaires sont en activité au même moment au port base? Une voire deux au maximum, si l'on part du principe que la France maintient en permanence à la mer l'un de ses quatre SNLE et qu'au moins un autre est en entretien de plus ou moins longue durée.

Secrets missiles
Mais l'arsenal nucléaire militaire brestois ne se limite pas aux chaufferies des sous-marins que les autorités estiment 100 fois moins puissantes qu'un réacteur civil EDF. Les 16 missiles qui équipent chaque sous-marin de la force de dissuasion sont également nucléaires (*). De véritables petites fusées Ariane truffées de carburant et de multiples têtes atomiques. Assemblées, manipulées, stockées à Guenvenez (le site industriel ultra-sécurisé à 4km de l'Ile-Longue), ces armes nucléaires voyagent des sous-marins à ce site de maintenance et de stockage. Les impressionnants bâtiments entendent répondre aux normes les plus drastiques en matière de sûreté nucléaire. Incident radioactif, attentat... Leur taille et leur dimensionnement montrent que la menace est parfaitement prise au sérieux. Même si les autorités ne cessent de rappeler que le risque autour des missiles nucléaires est minime de par les procédures et les technologies utilisées. Mais quels sont les risques connus autour de ces missiles? «Au pire, une explosion de carburant entraînant une pulvérisation d'une partie avant de missile pourrait entraîner une dispersion de plutonium en morceaux ou en poussières qui retomberaient au sol dans un rayon estimé, au maximum, à trois kilomètres. Le risque se limiterait à l'explosion en elle-même, au contact et à l'inhalation de ces fragments radioactifs», expliquaient les autorités dans nos colonnes, le 30avril 2008, au lendemain d'un exercice largement couvert par la presse.

Plans d'évacuation
Mais «Pas de risque majeur pour la population!», à entendre les autorités qui organisent cependant régulièrement des procédures d'évacuation et divers exercices au profit des populations locales. «Ce qui n'empêche pas la Royale d'appliquer (au moins) les mêmes normes de sécurité que pour les sites d'EDF. Et que 26.000 Toulonnais pourraient potentiellement être évacués», lisait-on, mercredi, dans VarMatin, au sujet des chaufferies nucléaires des sous-marins d'attaque et du porte-avions. À propos des réacteurs nucléaires des sous-marins, les militaires rappellent que la technologie utilisée, tout comme le combustible, n'a aucun rapport avec le risque et l'intensité d'une centrale civile classique. Mais impossible de réactualiser précisément la situation du nucléaire militaire à la pointe bretonne, en plein renouvellement de l'arme de dissuasion (passage du M45 ou M51). Impossible également de savoir si les modalités ont changé, si le risque a évolué avec une arme de nouvelle génération de plus forte puissance, si les procédures ont évolué...

Le silence radio est entretenu par le ministère de la Défense qui a «momentanément» décidé de ne pas répondre à la question du militaire nucléaire, «dans un contexte d'accident civil au Japon».
* Les seize missiles embarqués à bord d'un SNLE seraient susceptibles de délivrer une puissance 1.000 fois supérieure à la bombe d'Hiroshima. Le parc de missiles nucléaires gérés à l'Ile-Longue serait d'une cinquantaine d'éléments, soit 3.000 à 4.000 Hiroshima.

Stéphane Jézéque du Télégramme, cliquez sur le titre pour lire la source.

Tour du monde: Coville perd encore: il doit arriver à Ouessant avant le lundi 28 mars à 1h40'34".

La quête de record du tour du monde en solitaire de Thomas Coville s'annonce de plus en plus compliquée au fur et à mesure que Sodebo progresse péniblement vers le nord: actuellement à la pointe nord-est du Brésil, le skipper évolue dans des vents faibles d'est qui ont fait chuter sa moyenne à 10 noeuds sur les dernières 24 heures.
Et comme il y a trois ans au même endroit, le détenteur du record, Francis Joyon, avait connu des journées plus fastes, l'écart entre les deux hommes s'est de nouveau creusé, de 326 milles ce vendredi matin.
Thomas Coville devrait franchir l'équateur samedi avec une journée de retard environ, un handicap qu'il tentera de rattraper dans l'Atlantique Nord, sachant que pour battre les 57 jours 13h34'06" de Joyon, il doit arriver à Ouessant avant le lundi 28 mars à 1h40'34".

Newsweb. cliquez sur le titre pour lire la source.

Grande marée à Ouessant.

vendredi 18 - coefficient 97
samedi 19 - coefficients 104 / 110
dimanche 20 - coefficients 114 / 117
lundi 21 - coefficients 118 / 117
mardi 22 - coefficients 114 / 109
mercredi 23 - coefficients 103 / 96

les horaires pour Ouessant:
http://maree.frbateaux.net/78

jeudi 17 mars 2011

Je pense que l'on peut remercier ceux qui ce sont battus à Plogoff.....!



Séisme & nucléraire, soirée spéciale Japon sur France 2
Dans le contexte actuel, séisme, tsunami et alerte nucléaire, France 2 proposera à ses téléspectateurs une soirée spéciale.




Dans le journal de 20h, David Pujadas proposera des reportages en direct de Tokyo et Osaka ainsi qu'un débat sur la place du nucléaire en France et recevra le Premier Ministre François Fillon.

A 20h35, le magazine Envoyé Spécial boulverse sa programmation.

Depuis 6 jours, le Japon vit l’une des pages les plus dramatiques de son histoire. « ENVOYE SPECIAL » bouleverse son sommaire et propose deux heures d’émission en direct avec : les reportages de nos envoyés spéciaux, les survivants sur les côtes dévastées et les secouristes français.
Des documents, des enquêtes et des invités pour répondre aux questions que soulèvent la planète nucléaire et ses dangers.
Crédit photo : France 2 / Laurent Denis, cliquez sur le titre pour lire la source et lien direct vers:
http://envoye-special.france2.fr/accueil.html

Cinéma. Pluie de stars attendue sur Molène en avril.

Gad Elmaleh, José Garcia, Jean-Pierre Marielle, Franck Dubosc: à partir d'avril, l'île de Molène va accueillir une pléiade de stars pour le prochain film d'Olivier Dahan, «Les seigneurs», une comédie sur fond de foot.

Le Brestois Jacques Jousseaume, ancien joueur pro de foot reconverti avec succès comme régisseur général de cinéma, a fait pencher la balance en faveur de la mer d'Iroise à un moment où tout indiquait que le nouveau projet d'Olivier Dahan («La môme», notamment) aurait dû prendre le chemin du Morbihan. «Les premiers repérages opérés par la production parisienne avaient situé l'action sur l'île d'Houat et à Lorient. Pour cette histoire, il fallait un stade de Ligue 1 et une île pas loin», raconte celui qui a conseillé au metteur en scène de choisir un décor un peu plus rugueux. À l'époque, engagé comme «repéreur» local, il conseille à l'équipe de faire un petit tour sur Molène pour situer l'histoire. Le scénario évoque une star déchue du ballon rond au bord de la rupture, engagée par un patron de conserverie lui-même étranglé par les dettes mais président d'un microscopique club insulaire. Il compte se servir de l'ange déchu mis au service du club pour faire remonter la pente à son entreprise à la faveur de quelques exploits en coupe de France. «Je leur ai dit: vous vous gourez. Pour ce scénario, faut pas de voiliers dans la marina, pas de maisons secondaires, mais un décor rude». L'équipe l'écoute. Olivier Dahan se déplace jusqu'à Molène, il y a un mois, et tranche en faveur de la mer d'Iroise et de Brest.

Comédie façon Ch'tis
Depuis le film, qui s'appellera «Les seigneurs», a levé le voile sur une distribution de choix. La star du foot sera jouée par José Garcia, le président du club par Jean-Pierre Marielle et les copains recrutés par l'ex-gloire pour tenter l'aventure par Franck Dubosc, Ramzy, Joey Starr ou encore Gad Elmaleh. Deux périodes de tournage sont prévues. La première se tiendra sur l'île au début du mois d'avril. Du 9au 26, Molène fera donc sa croisette à elle avec stars en pagaille et arrivée sur l'île de plusieurs voitures de sport, accessoires indispensables pour sportifs en débine. «On est dans le cadre d'une comédie pure, un peu façon Ch'tis», lève à peine le voile Jacques Jousseaume. «Au début, personne ne veut rester sur l'île et puis...». Et puis, on verra bien. Un indice, tout de même. Le deuxième passage de l'équipe du film au grand complet se passera à Brest pendant une grande partie du mois de juin où le stade Francis-Le-Blé sera réquisitionné quelques jours pour un faux match d'importance. Voici pourquoi dès samedi, le chef décorateur du film, Olivier Raoux, va venir en repérage dans le stade lors du match Brest-Lille.

Cent figurants recherchés
Sans compter que dès aujourd'hui, les premiers éléments de décor vont prendre la mer vers Molène. Actuellement, la production a aussi placardé sur l'île un appel à la figuration pour la période d'avril. Une centaine de personnes, devant pouvoir résider sur place pendant ce temps-là, sont recherchées. Contact Pour la figuration: expédier photo et coordonnées à bretagnecasting@gmail.com

Auteurs. Treizième édition du Prix du livre insulaire

8 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Créé en 1999, en lien avec le Salon international du livre insulaire de l'île d'Ouessant, le Prix du livre insulaire sera attribué en août prochain pour la 13e fois consécutive.
Il est doté de huit prix récompensant les ouvrages parus entre le 1er avril 2010 et le 1er avril 2011.
Les dotations sont remises aux auteurs. Les lauréats sont choisis par trois jurys, composés de personnalités du monde littéraire insulaire.
Les remises des prix se déroulent pendant le salon d'Ouessant. Inscription par les éditeurs ou les auteurs, avant le 1e ravril à l'adresse suivante:
Prix du livre insulaire 2009, BP10, 29242 Ouessant;
inscription-prix@livre-insulaire.fr

Parc marin : opposition pour la pêche aux ormeaux.

mardi 15 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

À la suite du conseil de gestion du Parc marin, qui s'est déroulé le 3 février 2011, et qui définit la réglementation de la pêche loisirs des ormeaux dans les gisements insulaires, Jacky Thomas, président des plaisanciers et Michel Quantin, président du maintien des traditions ouessantines, tiennent à faire part de leur opposition, quant à la proposition des maires des îles de Sein et Molène, sur la mise en place d'une nouvelle réglementation de la pêche loisirs des ormeaux, dans les gisements insulaires.
Ils souhaitent simplement, que les services de l'État, chargés des affaires maritimes appliquent la réglementation nationale en vigueur.

Jumelage avec Obenheim : choucroute le 1 er mai

L'association de jumelage, conduite par Françoise Lamour, s'est réunie en assemblée générale vendredi dernier, afin de mettre en place la choucroute made in Obenheim.
Les Alsaciens ne seront malheureusement pas de la partie cette année. Ouessant devrait cependant organiser un déplacement pour Obenheim en 2012.

Le bureau a été renouvelé : Françoise Lamour, présidente ; Ludovic Avril, vice-président ; Hélène Le Gall, trésorière ; Éliane Segalen, secrétaire

Service social maritime - Assistante sociale des marins...

Service social maritime - Assistante sociale des marins du commerce et de la pêche Permanence jeudi 17 mars, de 11 h à 12 h, à la mairie. Contact : 02 98 43 44 93.

mercredi 16 mars 2011

Ondine est en tête....!

Le classement par point est visible en cliquant sur le titre.
Merci de voter pour elle, mais aussi pour Ouessant. Vous pouvez voter chaque jour.
http://www.jerelocalise.com/espace-candidat/classement.aspx

C'était un 16 mars....! l'Amoco Cadix.

voici la vidéo en cliquant sur le titre.

mardi 15 mars 2011

I-Télé a affiché ce petit schéma qui résume les risques selon le niveau de radioactivité en Sievert : Schéma à communiquer à vos marins en mer.

- Pour 1 millisievert (0.001 Sievert), aucun danger. C’est le niveau normal
- Pour 20 millisievert (0.02 Sievert), il vaut mieux porter une combinaison, c’est dangereux.
- A partir de 1 Sievert le danger accroit considérablement. Vomissement, hémorragies et décès …

A 12h00, heure française, la radioactivité est de 400 millisieverts (0.4 Sievert) près du réacteur 3.

Ce niveau a « considérablement augmenté », a concédé le premier ministre japonais, Naoto Kan. Des substances radioactives ont été libérées directement dans l’atmosphère à la suite de l’incendie du réacteur 4, a confirmé de son côté l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Ou en est la radioactivité au Japon? Explication sur un Schéma des 0.4 Sievert prêt du réacteur 3, cliquez sur le lien pour lire la source.

lundi 14 mars 2011

Cela c'est passé à Ouessant.

Balade découverte Traditions et modes de vie insulaires jeudi 10 mars, à 14 h 30.
Payant. Algues et mer vendredi 11 mars, à 10 h 45.
Réservations : 06 07 06 29 02,
-------------------------------------
 Balade lecture : muse des écrivains Visite guidée de Lampaul au fil de la plume d'écrivains vendredi 11 mars, à 17 h 30, île d'Ouessant.
Payant. Contact et réservations : 06 07 06 29 02,
--------------------------------------
 Balade découverte naufrages et traditions maritimes Inscriptions à l'office du tourisme samedi 12 mars, à 14 h 30, île d'Ouessant.
Payant. Réservations : 06 07 06 29 02,
-------------------------------
 Balade contes et légendes de l'Armor Inscriptions à l'office du tourisme samedi 12 mars, à 17 h 30, île d'Ouessant.
Payant. Réservations : 06 07 06 29 02,

dimanche 13 mars 2011

Concours de Nouvelles - Culture, Arts et Lettres des Iles - Salon International du Livre Insulaire -

d'Isabelle Le Bal...
...à l'occasion du salon du livre insulaire, nous organisons un concours de nouvelles insulaires. Retrouvez les modalités de 2011
http://www.livre-insulaire.fr/5.html

Ouvert à tous du 1er juin au 1er août 2011 minuit.
Thème : Une personne rescapée d’un naufrage échoue sur une plage. Elle gravit la plus haute montagne pour se repérer. Au so...mmet, elle découvre être sur une île… une île ayant la forme d’un M majuscule…

Cliquez sur le titre pour accès direct au site web.

Record en solitaire autour du monde. Coville, le tenace.

Malgré une sérieuse avarie sur l'étrave tribord, Thomas Coville poursuit sa remontée de l'Atlantique Sud. Le skipper de «Sodebo» refuse d'abdiquer. Mieux, il grignote son retard. Mille après mille.

Quel bonhomme ce Thomas Coville! Après avoir compté jusqu'à 1.365 milles de retard (soit deux jours et demi), il n'a jamais lâché le morceau, revenant à moins de 450 milles du tableau arrière virtuel de Francis Joyon. Du coup, le record, il avait recommencé à y croire. «Avec un bateau en pleine possession, on remontait vraiment bien, et moi, malgré la fatigue, j'avais vraiment la pêche». Il avait la pêche mais un globicéphale est venu se mettre en travers de sa route. Un choc qu'il qualifie lui-même de «léger» mais qui a suffi à faire voler la crash-box (ndlr: le pare-chocs) de l'étrave tribord en morceaux. «C'est vraiment l'avarie la plus injuste qui puisse arriver, quelque chose qu'on ne peut pas dominer, pas prévoir... . J'ai vraiment mes boules. Ça m'a fait mal. Comme une douleur».

«Abandonner? Ça m'a effleuré l'esprit»
Il y a trois ans déjà, au large de l'Afrique du Sud, il avait du jeter l'éponge après avoir perdu cette même crash-box tribord. Jeudi, il a cru que l'histoire bégayait. Abandonner? «Ça m'a effleuré l'esprit», avoue-t-il. Il aurait eu 1.500 milles de retard, il aurait probablement poussé la barre. Mais, revenu à moins de 350 milles de Joyon, il a pris le temps de la réflexion. Après avoir longuement échangé avec son équipe à terre, il a considéré que cette avarie, si importante soit-elle, n'engageait pas la sécurité du bateau, ni la sienne. Qu'en conséquence, il avait «décidé de ne pas abandonner». De faire comme si son bateau était à 100% de son potentiel. «De faire abstraction de l'avarie», comme il dit. D'ailleurs, l'idéal serait que la crash-box, qui a parfaitement joué son rôle de fusible dans le choc, s'en aille d'elle-même, permettant ainsi au maxi-trimaran de s'appuyer sur ce qu'on appelle la fausse étrave.

324 milles de retard
Hier, le marin morbihannais, remis de ses émotions de la veille, a passé sa journée à contrôler son multicoque, notamment les éléments structurels. Avec ses routeurs, il a aussi regardé les prévisions météo sur l'Atlantique Sud et Nord. Et visiblement, ça ne se présente pas trop mal. «A priori, d'ici à Brest, on ne devrait pas avoir plus de deux jours et demi en bâbord». Presque tout le reste en tribord, ce qui signifie en appui sur l'étrave non endommagée. «J'ai perdu ma dame mais j'ai encore à bord un fou capable de faire échec et mat», a lancé Coville, jamais avare de bons mots. Malgré son bobo, «Sodebo» continue de grappiller des milles: 400,360 et, hier à 18h, plus que 324 milles de retard. Soit une bonne quinzaine d'heures à 20 noeuds. Au cours des 21 derniers jours, Coville a récupéré la bagatelle de 1.000 milles. Rappelons qu'il doit revenir couper la ligne à Ouessant avant le 28mars à 1h40' 34'', soit une minute de moins que le temps de référence de Francis Joyon (57 jours, 13h34' 6'').

Philippe Eliès du Télégramme, cliquez sur le titre pour lire la source.

Comité de jumelage Ouessant Obenheim Assemblée générale.

jeudi 10 mars 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Assemblée générale du comité de jumelage Ouessant-Obenheim jeudi 10 mars, à 18 h, à la cantine municipale, école Saint-Joseph.

samedi 12 mars 2011

Evacuation médicale d’un marin pêcheur au large de l’île de Batz suivie du transfert d’une enfant de 6 ans vers le CHU de Rennes.

Aujourd’hui à 13 h 12, le centre régional opérationnel et de sauvetage (CROSS) de Corsen est informé par le MIREN, palengrier de 22 mètres basé à Lorient, qu’un de ses membres d’équipage est blessé au visage. Le MIREN se trouve alors à environ 25 km au nord de l’île de Batz.
Le centre de consultation médicale maritime (CCMM) de Toulouse préconise une évacuation médicalisée de l’homme âgé de 41 ans. L’hélicoptère Dauphin de la marine nationale décolle de la base aéronautique navale de Lanvéoc – Poulmic, se rend vers la base navale de Brest pour embarquer une équipe médicale du service de santé des armées, composée d’un médecin et d’un infirmier avant de se diriger vers le MIREN.

L’équipe médicale déposée à bord établit le diagnostic et conditionne le blessé avant son évacuation.
A 14 h 48, l’équipe médicale et le blessé sont hélitreuillés à bord de l’hélicoptère qui se dirige ensuite vers l’hôpital de la Cavale Blanche à Brest où le patient est pris en charge par le service des urgences à 15 h 05.
Météo sur zone : Vent – 10 km/h – mer 2 – visibilité 6 km

A partir de l’hôpital de la Cavale Blanche, l’hélicoptère Dauphin a ensuite été sollicité pour assurer le transfert d’urgence d’une enfant de 6 ans, victime d’un traumatisme cranien sérieux, vers le CHU de Rennes qu’il ralliera en une heure.