dimanche 31 juillet 2011

Cela c'est passé à Ouessant.

Nocturne et projection au musée des Phares et balises

Découverte du musée des Phares et balises à la tombée de la nuit de l'île d'Ouessant à travers le regard de cinéastes.
Projection du film Finis Terrae de Jean Epstein à 21 h. Vendredi 29 juillet, 21 h à 23 h,
Musée des Phares et balises.
Tarifs: 4,30 €, réduit 3 €,
gratuit pour les enfants de moins de 8 ans.
Contact : 02 98 48 80 70.
------------------------------------

Visite guidée du musée des Phares et Balises

Visite guidée afin de découvrir l'histoire de la signalisation maritime : les naufrages autour d'Ouessant, la construction des phares et la vie des gardiens.
Vendredi 29 juillet, 15 h, Musée des Phares et Balises.
Tarifs: 1,50 €, réduit 1,20 €,
gratuit pour les enfants de - de 8 ans.
Contact et réservation : 02 98 48 80 70.

Collecte de sang estival au club des anciens.

vendredi 29 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


La semaine dernière, l'association française du don du sang de Brest est venue collecter, comme chaque année depusis quarante ans.
Cette collecte demande une grosse organisation compte tenu de l'important matériel à embarquer sur l'Enez Eusa, le tout guidé par Auguste Malgorn responsable de la partie technique, les bénévoles du club, leur président Antoine Noret chargés de l'accueil et de la préparation matérielle.
La mobilisation de tous a permis de recevoir 65 dons, on compte 23 nouveaux donneurs ; les résultats encourageants satisfont les responsables qui se sont donné rendez-vous l'année prochaine.

De l'Enfer au Purgatoire, la vie de Jean Malgorn, gardien de phare

vendredi 29 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Une conférence passionnante dans laquelle Jean Malgorn a raconté avec humour son métier de gardien « à l'ancienne », qu'il a exercé avec passion.
Rencontre:
Jean Malgorn détient le record de longévité des gardiens de phare en pleine mer : 39 ans ! Mais comme il le précise « ce n'est pas un métier, c'est une passion ». Une passion affirmée par ce natif d'Ouessant, dès son plus jeune âge.
Il a donc passé le concours de gardien de phare après une formation d'électricien-mécanicien, indispensable pour réparer d'éventuelles avaries de feu.
En 1976, il est nommé gardien au phare de la Jument. Il y passera dix ans. Puis c'est le phare de l'Ile Vierge, pendant vingt-neuf ans, jusqu'à sa retraite, en 2005. Toute une vie de gardien dont témoignait mardi soir Jean Malgorn, au musée des Goémoniers, devant une salle comble.
39 ans de veille
Près de quarante années au service des phares et une particularité : Jean Malgorn n'a connu que les phares de pleine mer, car les phares à terre (assimiliés à des « Paradis ») ne l'ont jamais tenté. Lui préférait « L'Enfer », à la Jument, avec ses relèves épiques et ultra-dangereuses, ou le « Purgatoire » de l'Ile Vierge.
Enfer ou purgatoire, ça ressemble à quoi le quotidien du gardien de phare ? Avant l'électrification des feux, lorsque ceux-ci fonctionnaient à la vapeur de pétrole, il fallait monter deux fois par jour en haut du phare pour allumer les feux.
Il y a également les longs quarts de veille durant lesquels le gardien surveille en permanence le feu de son phare et ceux des bouées alentours pour signaler la moindre anomalie au Cross Corsen. Il surveille également la mer, même si « selon l'administration, les gardiens sont là pour éclairer la mer, et pas pour sauver des gens ».
Fins cuisiniers
Pendant les quinze à vingt jours au phare, en attendant la relève, il faut s'occuper, « sinon, on devient fou ». Il y a l'entretien du phare, les cuivres à astiquer et les escaliers à balayer. Les gardiens se mitonnent également de bons petits plats : « Nous sommes de fins cuisiniers et de bons hommes de ménage, et par conséquent des époux parfaits » commente avec humour Jean Malgorn. Dommage que les épouses, à terre, n'aient guère le temps de profiter de leurs qualités domestiques !
Sur l'Ile Vierge, Jean a cultivé des moutons... et il ne s'est jamais senti seul. Tous les dimanches, des pêcheurs locaux débarquaient sur l'île avec un homard, du pain frais et le journal. Une attention très appréciée de l'ancien gardien, qui garde aujourd'hui une certaine nostalgie de sa vie perchée.
Désormais, il va presque chaque jour contempler son ancien phare. Depuis la côte.

samedi 30 juillet 2011

La soirée du canot Patron François Morin aura lieu à Ouessant le mercredi 10 août 2011 !

vendredi 29 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

RÉUNION LE MARDI 2 AOÛT

Appel aux bénévoles !

Pour préparer la grande soirée du 10 août prochain, une réunion d'information pour les volontaires se tiendra à la salle de la Mairie d'Ouessant le mardi 2 août 2011 à 17h précises.

Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Merci pour votre engagement !
 

ETAPE 4: LES SABLES D'OLONNE - DIEPPE (430 MILLES).....jusqu’à l’île d’Ouessant qui sera à laisser impérativement à bâbord.

Date de départ: Dimanche 21 août 2011

Le quatrième parcours sera sans nul doute l’ultime juge de paix. À la différence des trois premières, cette étape est 100% côtière, l’île d’Yeu et Belle-Ile seront à laisser sur bâbord, soit 180 milles nautiques de course jusqu’à l’île d’Ouessant qui sera à laisser impérativement à bâbord. Ce passage sera certainement un moment décisif où les divergences d’options pourront encore bouleverser les classements : passage par le raz de Sein ou pas, passage par le Fromveur ou plus à terre par le chenal du Four. Le jeu, bien que côtier, sera très ouvert, et ne manquera pas de rebondissements.

La deuxième partie de course de la pointe de Bretagne au Cotentin, soit 130 milles nautiques, sera encore un terrain de navigation où il faudra garder toute sa vigilance. La route est libre, l’unique marque de parcours à respecter est l’île d’Aurigny, à laisser à bâbord, avant d’attaquer le raz Blanchard à l’entrée du Cotentin.

Avant cela, les options pourront être divergentes puisqu’il sera possible de maintenir une route au large des îles anglo-normandes, mais Guernesey étant sur la route directe, il est bien probable de trouver deux groupes : le camp des nordistes au Nord de l’île et les sudistes qui chercheront à emprunter le petit ou le grand Russel, chenaux intérieurs entre les îles.

La dernière partie risque d’être marquée par le passage du raz Blanchard et de Barfleur. La pointe du Cotentin peut faire des caprices. Ceux qui sortiront en leaders de ce difficile passage savoureront certainement leur traversée en baie de Seine, longue de 90 milles nautiques. Les tout derniers milles le long de la côte à l’approche du cap d’Antifer constitueront le dernier obstacle de cette course.

En cas de vent faible, le relief élevé des falaises de cette partie côtière peut devenir un véritable et dernier obstacle à franchir pour dévoiler le podium de cette édition en pays normand.

La Figaro passera au large d'Ouessant.


La 42e édition s'annonce ouverte mais intraitable pour les 47 concurrents. Départ de la première étape demain à 11 heures.

Sur le papier, elle s'annonce diaboliquement complexe. Pour être aux anges, le vainqueur de cette 42e édition de la Solitaire du Figaro, dont le départ sera donné demain à 11 heures (en direct sur le site www.lasolitaire.com), devra conjuguer expérience, stratégie, résistance, et bien sûr talent.
Frères de la côte
Cette année, point de golfe de Gascogne. L'extralarge ne sera pas au rendez-vous. En deux mots, les 47 concurrents ne vont guère sortir de la géographie mais naviguer dans des contrées où les rochers vont pousser deux fois par jour. Les deux petites incursions en mer Celtique, lors de la deuxième étape vers Dun Laoghaire, en Irlande, suivie du périple vers les Sables-d'Olonne, ne seront qu'anecdotiques. Romain Attanasio (Saveol), pour sa 9e participation, connaît donc la donne : «Un parcours résolument côtier, cela veut dire plus d'effet de vent qui tourne avec la terre, plus de rochers à éviter, plus de courants, notamment en Manche, où sur la première étape nous allons avoir des coefficients de marée de 100 avec très peu d'air. Les difficultés vont être nombreuses.» La dernière étape en sera même le summum comme un col roulé hors catégorie pour cycliste. «Nous avons passé un peu de temps vendredi pour vérifier la solidité de mon mouillage. Ce qui est marrant c'est que, très souvent, quand nous jetons l'ancre pour ne pas dériver dans le courant, c'est par 100 mètres de fond. Physiquement, c'est très dur. Après, comme on dit, c'est la météo qui construit les circonstances», ajoute le futur papa.
Marathoniens des flots
Qu'ils soient de vieux sangliers de la harde ou jeunes pousses sorties de la navette, la condition physique, de fil en aiguille, ne sera pas uniquement la source d'une victoire. Éric Péron (Macif 2009) en était persuadé vendredi sous le soleil des Côtes-d'Armor : «Ce n'est pas primordial. Nous sommes tous dans la même catégorie, que cela soit pour Gildas Morvan et ses 100 kg ou Jeanne Grégoire et son mètre soixante. C'est la résistance et le fait de rester concentré tout le temps qui sont indispensables. Tous nos sens doivent être en éveil. Surtout dans le petit temps. La moindre risée peut faire la différence au classement. En revanche, quand il y a pas mal d'air, la concentration est demandée pour conserver la bonne trajectoire.»
Guerre de stratégie
L'aventurier, contre tout guerrier, doit agir en vrai patron pour être le vrai héros de la course au temps. Le Bob Morane contre les chacals. Le surnom d'Armel Le Cléac'h, le vainqueur de l'an dernier. Erwan Tabarly (Nacarat), souvent en première ligne mais rarement récompensé de ses efforts sur l'épreuve reine, définit bien la complexité de son futur combat : « La stratégie est le point le plus important de notre sport. Aller vite ou savoir manœuvrer n'est pas déterminant. En plus, au mois d'août, les conditions météo sont toujours aléatoires et nous avons des certitudes pour une journée maximum. Nous sommes donc dans l'instinct et dans l'expérience. C'est là où la Solitaire est plus compliquée. Cela attaque toujours de tous les côtés. Un vrai casse-tête.»
Boule de cristal
Sur les 47 skippeurs au départ demain sur l'exceptionnel plan d'eau de Perros-Guirec, ils seront, selon les observateurs, une dizaine à porter le costume de favori. À l'issue des quelque 1700 milles du parcours théorique (une réduction de la première étape vers Caen pourrait être décidée ce samedi, faute de vent), quelles que soient les péripéties tricotées au fil de l'épreuve et les diverses fortunes de mer, le vainqueur aura évidemment de l'élégance.
Podium du Prologue Eric Bompard, disputé vendredi : 1. Littoz-Baritel (Savoie Mont Blanc) ; 2. Drouglazet (Luisina) ; 3. Duthil (Sepalumic).

L’insémination artificielle, pour les abeilles aussi

Extrait........Des abeilles propres, douces et productives

« Nous sélectionnons sur plusieurs critères : colonies propres (permettant de limiter les maladies), moins agressives, production de miel, non essaimage », précise Raymond Emeillat, animateur régional. Le groupe s’occupe des lignées mâles. Par contre, chaque apiculteur sélectionne lui-même ses femelles, « les meilleures localement. »
Un autre type d’actions est menée par le groupe : la fécondation dirigée sur des îles telles que Sein, dénuées de populations d’abeilles pour éviter les fécondations non voulues. « Les apiculteurs volontaires amènent leurs reines sur l’île pour un séjour de deux semaines.
Elles sont fécondées par les mâles de lignées intéressantes, également apportés. » Moins technique que l’insémination artificielle, la fécondation dirigée conduit cependant à des taux de réussite inférieurs (60 à 70 %), les pertes étant plus importantes.
Une opération a été menée en mai dernier sur l’île Callot. « 160 reines vierges ont été amenées en deux lots, avec les mâles nécessaires, environ 10 000, pour réaliser les fécondations naturelles ».

Ouessant est un exemple de préservation génétique insulaire. Au large du Finistère, l'abeille noire d'Ouessant, espèce endogène, est protégée des croisements.

Agnès Cussonneau, cliquez sur le titre pour lire la source.

Une flottille de 54 navires s'est élancée vers le large d'Ouessant, puis l'île de Sein et retour par le chenal du Four. »

Extrait......« Les conditions météorologiques plutôt défavorables nous ont contraints à une rude navigation sans escale, avec très peu de repos pour parvenir à prendre le départ à l'Aber-Wrac'h en temps et en heure, racontent les deux navigateurs. En plus de la météo, quelques pépins techniques sont venus ajouter du suspens quant à notre participation. Une voile abîmée pendant la première nuit en mer a été remise à poste une demi-heure avant le début de la régate, après une journée de couture et cinq heures d'efforts accrochés en haut du mât. » Pendant ce temps, le comité de course a pris la sage décision de modifier le parcours pour raisons météorologiques. « Le départ a été donné sous une pluie fine. Une flottille de 54 navires s'est élancée vers le large d'Ouessant, puis l'île de Sein et retour par le chenal du Four. ».......

cliquez sur le titre pour lire la source.

Traversée. Grosse concurrence vers les îles

Les deux compagnies concurrentes, côte à côte, au départ de Camaret
(Azénor s'est rapprochée de Finist'Mer).

Penn-ar-Bed etFinist'Mer se disputent la desserte de Molène et Ouessant. Avec des tarifs plutôt proches mais des approches très différentes.
Finist'Mer, la compagnie dont les bureaux sont situés à Nantes et qui vient travailler à la belle saison à la pointe bretonne, continue de proposer une tarification légèrement inférieure à la compagnie principale, Penn-ar-Bed, assurant la desserte des îles à l'année. Une situation qui a de quoi agacer alors que la desserte des îles du Ponant continue d'être subventionnée à l'année.

50% du chiffre l'été
«La période estivale nous permet de réaliser 50% de notre chiffre d'affaires», explique, sans animosité, Jean-Jacques Léon, le directeur de Penn-ar-Bed. Il reconnaît que l'activité estivale de cette société concurrente entraîne un certain manque à gagner pour Penn-ar-Bed, qui assure la mission de service public à l'année. «Notre subvention pour assurer la desserte annuelle des îles se situe autour de 3,5M€.   
Il faut reconnaître qu'une telle concurrence n'est curieusement possible qu'en mer. Il y a une lacune dans la réglementation maritime. Une entreprise terrestre aurait l'exclusivité à l'année... Au final, c'est le contribuable qui paye». Finist'Mer, après avoir été sous-traitante pendant plusieurs années de la Penn-ar-Bed, a décidé de voler de ses propres ailes.

Impasse sur la redevance
L'armateur nantais (dont le siège est enregistré à Brest) a également décidé de se soustraire à la redevance ordures ménagères des îles, une taxe de1,50 € prélevée sur chaque billet, afin de financer le traitement et le rapatriement sur le continent des ordures produites sur l'île.

Logique commerciale
La société se permet, en plus, de proposer un prix plus bas que Penn-ar-Bed entre le Conquet et Molène (25 € contre 29,90 €) mais a relevé ses prix et s'est alignée pour Ouessant, au départ de Camaret et Lanildut (30 €). La tarification spéciale aux îliens (résidants permanents et secondaires) n'est toujours pas proposée par Finist'Mer, qui assume pleinement, par la voix de son directeur Éric Loyer, sa raison d'être commerciale (lire par ailleurs). «Nous n'avons pas de subvention pour appliquer ce tarif préférentiel. Nous sommes là pour travailler et faire travailler les îles, n'en déplaise à la mairie d'Ouessant, qui a coupé les ponts après un courrier reçu au printemps de l'année dernière».

À suivre, demain, le prix du passage des vélos pour les îles.
Stéphane Jézéquel, clique sur le titre pour lire la source.

Communauté de communes. Non au rattachement.

23 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Le conseil municipal s'est réuni, lundi, en mairie. Subventions aux associations.
Suite à la réunion de la commission des finances et loisirs et la somme de 25.000 € inscrite au budget primitif, les votes suivants ont été réalisés:
Gouéliou Eusa, 200 €;
Ondine, 600 €;
Apel Sainte-Anne, 1.500€;
Ape Jacques-Burel, 1.500 €;
Ape Collège, 1.500€;
OSL déplacement enfants, 1.000€;
Cavalier TyCrenn, 1.300 €;
Centre nautique du Kornog, 3.000 €;
club de plongée Subaqua, 3.000 €;
Club des anciens, 1.500 €;
Poull ha Feunteun, 500 €;
Cali, 1.800 €;
Cali résidence d'écrivain, 800 €;
Afip Îles du Ponant, 2.000 €.

Schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI). La commune est invitée à donner un avis avant le 1er août sur le projet de SDCI de rattachement d'Ouessant à la Communauté de commune du pays d'Iroise (CCPI).
 La CCPI a émis un avis négatif sur ce projet de rattachement, par un vote, le 22 juin. Le conseil a également émis un avis négatif sur ce projet en mettant en avant les difficultés de liaisons entre Ouessant et le continent et la quasi-impossibilité de mutualisation de services dans les domaines de compétence des EPCI.

Liaison aérienne. Le conseil général a voté, le 23 juin, la reconduction de la DSP (Délégation de service public) sur la ligne aérienne Brest-Ouessant. Le cahier des charges a été modifié en imposant un service minimum de 220 jours par an.
Un appel d'offres va être lancé avec un nouveau contrat démarrant en avril 2012, pour quatre ans.
Le conseil général indiquant que le niveau de service résultera, au final, des négociations avec les candidats. Il s'agira de trouver le meilleur compromis entre les atteintes des îliens et la maîtrise des coûts pour la collectivité. Au vu du risque d'une diminution du service aérien, le maire a écrit à chaque conseiller général.
Un comité d'usagers a été créé et une manifestation à l'aérodrome de Kerlaouen a rassemblé 350 personnes. Ce comité a été reçu par Pierre Maille, président du conseil général et par Chantal Simon-Guillou, vice-présidente, en présence du maire.
Les responsables départementaux ont clairement affirmé qu'ils souhaitaient réaliser des économies avec une réduction du service. Les arguments pour le maintien de la liaison de la ligne en l'état ont été rappelés concernant l'économie de l'île, les entreprises, le service de poste et de presse, les différents services de santé insulaires...
Le conseil, considérant le caractère vital de la liaison, élève une vive protestation contre la définition de service à 220 jours, réclame le maintien d'une liaison quotidienne, matin et soir, toute l'année, et demande que la population soit réellement consultée à travers, notamment le comité d'usagers, qui a montré sa capacité à mobiliser la population ouessantine par ses actions diverses.

Cela c'est passé à Ouessant.

Balade découverte : traditions et modes de vie insulaires
Vendredi 29 juillet, 14 h, île d'Ouessant. Payant.
Contacts : 06 07 06 29 02,
 www.kalon-eusa.com
-------------------------------------- 
Circuit commenté « Le vent faiseur de paysages »
Deux heures de promenade au départ de l'écomusée du Niou pour découvrir une île façonnée par les vents du large.
Vendredi 29 juillet, 14 h, Ecomusée du Niou.
Tarifs: 3,20 €, réduit 2 €.
Contact et réservation : 02 98 48 86 37.

Concours de Nouvelles insulaires.

jeudi 28 juillet 2011, cliquez sur lien pour envoyer votre nouvelle.


Concours de Nouvelles insulaires
Du mercredi 27 juillet au lundi 1 er août, 23 h 59.
Le thème 2011 : « Une personne rescapée d'un naufrage échoue sur une plage. Elle gravit la plus haute montagne pour se repérer. Au sommet, elle découvre être sur une île... une île ayant la forme d'M majuscule ».
Inscription avant le 1 août. Tel. 06 81 85 41 71,
salon@livre-insulaire.fr,
www.livre-insulaire.fr

Fête de la mer Samedi 30 juillet, 14 h, port de Lampaul.

jeudi 28 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Fête de la mer
Samedi 30 juillet, 14 h, port de Lampaul.
Sur le port de Lampaul, sorties en canot dans la baie de Lampaul, sur place vente de blousons, tee-shirts, casquettes, etc.
À 19 h, repas moules frites soupe, sardines grillées, et vers 23 h grand feu d'artifice. Payant.

Bientôt le dernier voyage du Fromveur.


Je ne sais exactement le jour, mais je pense que c'est pour très bientôt, cliquez sur le titre ou le lien pour découvrir le bateau dans tous ces détails.

vendredi 29 juillet 2011

J'ai joué au chinchard sur l'île d'Ouessant

Ouessant, l'île du bout du monde, fascine toujours ses visiteurs.

Nos îles en été. C'est le bout du bout du monde, l'île sentinelle aux cinq phares, l'île des femmes, l'île des tempêtes. Même en une journée, elle vaut vraiment une visite.
D'accord, c'est une hérésie ! Une journée à Ouessant, ce n'est pas assez. Mais pressé par le temps ou pour cause de budget serré, on n'a parfois qu'une journée. J'ai testé pour vous et suivi le guide d'une cohorte de « chinchards », surnom affectueux donné par les îliens aux touristes. Premier conseil : pour profiter vraiment de la journée, j'ai embarqué au premier bateau de la Penn-ar-Bed, au port du Conquet, à 7 h 45. Quelques minutes après 9 h, j'ai posé le pied sur la digue du Stiff, à l'est de l'île.
Là, il faut se décider : louer un vélo (10 € ou 14 € pour un VTC/VTT) ou prendre une navette (2 € l'aller, 3,50 € aller et retour) jusqu'au bourg de Lampaul, à 4 km de là. Halte là. A quelques centaines de mètres, certes après uhe rude grimpette, j'ai opté pour une visite du phare du Stiff.
C'est le premier phare construit sur l'île par Vauban, en 1699. À partir de 10 h, Jean-François Deniel, ancien marin de commerce, béret sur la tête, oeil malicieux, accueille les candidats à la grimpette. « 104 marches pour monter, 90 pour redescendre ! » Sa blague en fait gamberger plus d'un. Là-haut, sauf brume (40 jours par an, quand même), vue imprenable sur toute l'île pour 2 €.
Les potences de Nividic
À la descente, dans un bâtiment annexe, un musée fort bien mis en scène vous dira tout sur la célèbre abeille noire d'Ouessant, espèce unique, et sur la vie du phare et de ceux qui le gardaient avant l'automatisation. Tout cela ne m'a pris qu'une petite heure. Redescente au Stiff où vient d'arriver un nouveau bateau. Cette fois pour prendre la navette. Direction plein ouest vers Lampaul, le coeur de l'île.
Midi approche. Le bourg grouille de monde. Les différents bateaux ont débarqué jusqu'à 2 000 passagers. On se presse dans les ruelles, les vélos slaloment entre les piétons et les voitures et inversement. Les boutiques de souvenirs font le plein. Grimper en haut d'un phare, ça creuse. J'opte pour le Ty Korn. La patronne connaît les contraintes et propose une formule rapide qui permet d'être prêt pour 13 h 15 et la visite commentée de l'île (15 €, aller et retour au port inclus).
Dans le car d'Ouessant Voyages, Stéphane, chauffeur et guide, souhaite la bienvenue aux 49 passagers. « On va d'abord aller vers la pointe nord-ouest de l'île, la pointe de Pern... » C'est parti. Voix posée, Stéphane égrène sa connaissance de son île de « 8 km de long, 4 de large et 45 km de sentiers côtiers pour en faire le tour ». Pendant trois heures, il va régaler son auditoire de faits sérieux, d'anecdotes, de traits d'humour. Les passagers apprécient.
Premier arrêt sur cette côte déchiquetée au pied du phare du Créac'h, « le deuxième phare le plus puissant du monde ». Pourquoi est-il peint de bandes noires et blanches ? « Pour être sûr qu'on le reconnaisse. » Stéphane raconte les dangers mortels des abords d'Ouessant et Molène, à l'entrée sud de la Manche.
« Comme en Guadeloupe »
Le car poursuit son chemin jusqu'à la pointe de Pern. « Vous êtes au bout du monde ! » Eh oui, on ne peut pas être plus à l'ouest. « En face, à 7 000 km, c'est l'Amérique ! » Encore 20 minutes d'arrêt. Les appareils photos sont de sortie pour les curieuses potences qui relaient le phare de Nividic à la terre. « C'est magnifique », s'enthousiasme Myriam venue avec mari et enfants d'Épinal.
Le car va ainsi conduire les touristes sur les plus beaux sites. En finissant par le superbe petit port d'Arland et ses deux écrins de sable blanc. « On dirait la Guadeloupe », s'exclame Jacques, originaire de Châteauroux, ébahi de voir une eau d'une belle couleur émeraude.
16 h 15, le car est de retour au Stiff pour le premier bateau de retour vers le continent. Les visiteurs d'un jour repartent. Je repars plus tard, avec le dernier bateau de 19 h, heureux « chinchard » d'une journée.
>> Repères
Y aller
Au départ de Brest ou du Conquet (le plus rapide) avec la compagnie Penn-ar-Bed (02 98 80 80 80) : 29,90 € aller et retour. Comptez 1 h 20 de traversée. Au Conquet, il est fortement conseillé de stationner sur les parkings à l'entrée de la ville ; les navettes vers le port sont gratuites.
Au départ de Lanildut et du Conquet avec la compagnie Finist'mer : 29 € et 40 minutes de traversée. Par avion, avec Finist'Air (02 98 84 64 87) au départ de l'aéroport de Brest : 93 € aller et retour. 15 minutes de vol.
Où manger ?
Le Bar de l'Arrivée, au Stiff ; La Duchesse-Anne, le Roc'h-ar-Mor, Ty-Korn (on vous recommande son fish-and-chips), le Fromveur, Ti Jan ar C'hafé, tous au bourg de Lampaul. Il existe aussi plusieurs crêperies. La spécialité de l'île, le ragoût de mouton sous les mottes (cuit sous la tourbe), se déguste dans la plupart des restaurants, mais sur commande. Deux supérettes pour acheter de quoi se faire des sandwiches. Une seule boulangerie, qui fait aussi café, siège du fan-club de Miossec !
Visiter
En vélo, bien sûr. 1 500 sont à louer, aussi bien au port d'arrivée, au Stiff, qu'au bourg de Lampaul. Attention : les sentiers côtiers sont interdits au vélo. Visites guidées en car ou minibus avec Ouessant Voyages, les taxis Quantin. Avec la seule guide interprète, Ondine Morin. L'office de tourisme est au bourg, près de l'église : 02 98 48 85 83.
Yannick GUÉRIN.Pour suivre : demain, l'île Callot. Ouest-France 

jeudi 28 juillet 2011

Interdits sur le littoral : Olimi écrit à la députée

mardi 26 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Les membres de l'Observatoire du littoral des îles et de la mer d'Iroise (Olimi) viennent d'adresser un courrier à la députée-maire, Marguerite Lamour, l'interpellant sur des mesures qui, estiment-ils, vont à l'encontre des textes Natura 2000.
Pour Olimi, « le réseau Natura 2000 (Ouessant-Molène) a vocation de concilier les activités humaines et la biodiversité » mais pas « à interdire les usages professionnels ou de loisirs, traditionnels, innovants ».
L'assoication pointe que « sauf autorisation du préfet, après avis du maire, la circulation et le stationnement des véhicules terrestres à moteurs autres que les véhicules de secours, de police et d'exploitation sont interdits » sur le rivage et la dune ». Ce qui, selon elle, implique que « les ramasseurs d'algues et autres usagers du domaine public maritime se voient interdire d'exercer leur activité traditionnelle ou de loisirs. »
Lors du déplacement de Nicolas Sarkozy à Crozon, les représentants de l'Olimi ont rencontré Daniel Perrin, conseiller agricole et pêche du président. Trois sujets ont été abordés : l'opposition de l'Olimi à la gouvernance des aires marines protégées et le refus d'une enquête publique pour le plan de gestion du Parc Naturel Marin d'Iroise, la sécurité maritime, la pêche. Affaire à suivre...

Cela c'est passé à Ouessant.

mardi 26 juillet 2011


Visite commentée de l'écomusée du Niou.
Visite guidée de l'écomusée pour découvrir l'habitat et le mode de vie traditionnel de l'île ainsi que le mouton d'Ouessant.
Mardi 26 juillet, 13 h et 14 h, mercredi 27 juillet, 14 h, Écomusée du Niou.
Tarifs: 1,20 €, réduit 1 €,
gratuite pour les enfants de moins de 8 ans.
Contact et réservation : 02 98 48 86 37
-----------------------------------

mardi 26 juillet 2011

Visite guidée du musée des Phares et balises
Visite guidée afin de découvrir l'histoire de la signalisation maritime : les naufrages autour d'Ouessant, la construction des phares et la vie des gardiens.
Mardi 26, mercredi 27 juillet, 15 h, Phare du Stiff. Tarifs: 1,50 €, réduit 1,20 €,
gratuit pour les enfants de - de 8 ans.
Contact et réservation : 02 98 48 80 70.
---------------------------------

mardi 26 juillet 2011

Circuit découverte de la signalisation maritime
Deux heures de promenades pour découvrir un véritable musée à ciel ouvert de la signalisation maritime : phares, balises, cornes de brume, etc. Départ du musée des Phares et balises (pointe du Créac'h).
Mardi 26 juillet, 14 h, mercredi 27 juillet, 15 h, Musée des Phares et Balises.
Tarifs: 3,20 €, réduit 2 €.
Contact et réservation : 02 98 48 80 70.

Thierry Sonet a animé le stage de juillet et reviendra sur l'île, du 2 au 5 août.

Bonne participation au stage du 21 juillet 2011.

Le stage de juillet s'est déroulé avec une météo clémente. Thierry Sonnet est venu accompagné de deux de ses chevaux, appelés Nénés et Kaline. Les cavaliers étaient au rendez-vousavec six participants dans le groupe des confirmés ethuitdans celui des débutants.

Nouveau stage début août
Nénés et Kaline restent sur l'île jusqu'à la mi-août et le moniteur, Thierry Sonnet, reviendra lors duprochain stage, du2au 5août.

Contact Renseignements et réservations:
au centre équestre «Calèches duPonant» tél.02.98.48.89.29.

cliquez sur le titre pour lire la source.

mercredi 27 juillet 2011

Un chalutier chavire - 2 personnes rescapées (29)

PREFECTURE MARITIME DE L’ATLANTIQUE.
Brest, le mardi 26 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Cet après-midi, un chalutier de Saint Brieuc, le Terre Neuve a coulé au large de la pointe du Raz (29) alors qu’il était en opération de pêche. Le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage Atlantique (CROSSA) d’Etel est prévenu du naufrage et du déroutement du chalutier L’Armiliant présent sur place. Ce dernier repêche les deux occupants du chalutier Terre Neuve avant de faire route vers Saint Guénolé pour les déposer.  

A la demande du CROSSA d’Etel, un EC 225 de la marine nationale est dérouté sur la zone du naufrage pour surveillance et assistance éventuelle. Arrivé sur zone, l’hélicoptère constate le naufrage du chalutier. La position de ce dernier est à l’ouest de la pointe du Raz pour 12 nautiques (20 km).
Météo sur la zone : Vent - Ouest Nord-Ouest pour 14 noeuds (25 km/h) – mer 2

Ouest-France:
http://www.quimper.maville.com/actu/actudet_-Le-chalutier-coule-B-B-les-deux-marins-sains-et-saufs_dep-1887783_actu.Htm

Le chalutier coule : les deux marins sains et saufs
Le Terre-Neuve ici en zone de pêche, a été victime d'une croche au large de la pointe du Raz. Archives Béatrice Le Grand
Le Terre-Neuve ici en zone de pêche, a été victime d'une croche au large de la pointe du Raz.
© Archives Béatrice Le Grand
Le chalutier briochin le Terre-Neuve était en train de pêcher au large de la pointe du Raz. Les deux pêcheurs ont pu être récupérés par un autre chalutier. Ils ont gagné le port de Saint-Guénolé.
Le naufrage aurait pu virer à la catastrophe. Hier après-midi, vers 15 h, le Terre-Neuve, chalutier immatriculé à Saint-Brieuc, pêche à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de la pointe du Raz. Il coule brusquement. Il aurait accroché le fond avec son chalut. À son bord, le patron du bateau, Romain Ventura, et son matelot, Erwan Bouennec.

Les deux rescapés choqués mais indemnes
Prévenu du naufrage par le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage Atlantique (Crossa) d'Etel, l'Armiliant, un chalutier de l'armement Acarmor de Saint-Brieuc, présent sur zone, se déroute. Il repêche les deux occupants du chalutier qui portent des brassières de sécurité. Il fait route vers Saint-Guénolé. « A la demande du Crossa d'Etel, un EC 225 de la Marine nationale est ensuite dérouté sur la zone du naufrage pour surveillance et assistance éventuelle. Arrivé sur zone, l'hélicoptère constate le naufrage du chalutier », précise la préfecture maritime de l'Atlantique.
« Le naufrage a été spectaculaire. Il s'est produit en moins de dix minutes. Le chalut a dû accrocher quelque chose de lourd. Le bateau a gîté dangereusement pour finalement chavirer. Les deux rescapés étaient choqués mais physiquement indemnes », raconte Christophe Leduc, le patron de l'Armiliant, qui pêchait avec son matelot, Joël Gigou.
Vers 18 h, il dépose les deux marins-pêcheurs sur le port de Saint-Guénolé. Ils sont pris en charge sur place par les pompiers, avant d'être conduits en observation à l'Hôtel-Dieu de Pont-l'Abbé. Ils en ressortent vers 18 h 30.
Selon le comité local des pêches de Saint-Brieuc, le Terre-Neuve était un chalutier polyvalent de petite taille, 11 m, allant pêcher la coquille Saint-Jacques en baie de Saint-Brieuc, et l'été, la langoustine au Guilvinec.

Évoluant sur deux secteurs, l'armement était peu connu au Guilvinec, où le comité des pêches a appris la nouvelle dans l'après-midi. Mais Romain Ventura, le patron, est décrit par le président du comité des pêches de Saint-Brieuc, Alain Coudray, comme « un marin aguerri, évoluant à son compte depuis une dizaine d'années ».

Le 6 juin 2009, le Terre-Neuve avait déjà été confronté à une avarie sérieuse : une voie d'eau alors qu'il naviguait au large du port finistérien de Lesconil. Un signal de détresse avait été envoyé au Cross Etel et des navires de pêche se trouvant à proximité avaient été déroutés pour lui porter assistance. Une motopompe avait pu être transportée à bord du Terre-Neuve qui avait rejoint Lesconil à vitesse réduite.

Cela c'est passé à Ouessant.

lundi 25 juillet 2011


Balade lecture : muse des écrivains

Visite guidée de Lampaul au fil de la plume d'écrivains. Lundi 25, 18 h, île d'Ouessant.
Payant. Réservation : 06 07 06 29 02,
www.kalon-eusa.com

300 Ouessantins venus défendre leur avion.

dimanche 24 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Sur le tarmac, on a manifesté à l'arrivée de l'avion régulier, puis le comité a bloqué avec des barrières l'accès des avions privés, jusqu'à lundi.
Hier samedi vers 16 h 30, à l'appel du comité de défense des usagers, on est venu des quatre coins de l'île avec les banderoles et les micros, afin de démontrer au conseil général que la population d'Ouessant, souhaite avec détermination, conserver ses deux rotations quotidiennes dans son fonctionnement actuel.
Lors du dernier rendez-vous du comité des usagers et de Pierre Maille, les arguments avancés par le comité ne l'ont pas fait plier, il faut faire des économies et donc réduire le service à 220 jours par an.

Les élus réunis en conseil la semaine dernière, ont souligné le caractère vital de cette liaison aérienne, il élève une vive protestation contre la définition d'un niveau de service public à 220 jours par an dans le nouveau cahier des charges, il souhaite que la population soit réellement consultée à travers le comité des usagers qui s'est constitué de manière pluraliste, et suite à la pétition et aux manifestations a montré sa capacité à mobiliser les Ouessantins.
Un blocage jusqu'à lundi, des accès aux avions privés a été mis en place.

mardi 26 juillet 2011

Ouessant, sans clichés et en grand format

mardi 26 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Isabelle Jégo, graphiste, et Marc Gibert, photographe, devant leur installation photographique au phare du Créac'h.
Sur l'Île aux moutons, deux artistes résidants exposent des photos grand format sur le mur d'enceinte du phare du Créac'h.
Des photos d'Ouessant... à Ouessant. Des « paysages habités », loin des clichés. Des « portraits négociés », gros plans où l'individu se fond dans son milieu... Le tout en grand au pied du Créac'h. Effet garanti !
Marc Gibert, photographe professionnel, et Isabelle Jégo, graphiste et enseignante aux Beaux-Arts de Rennes, sont en résidence sur l'île depuis le début du mois. Une « résidence active », comme ils se plaisent à l'appeler. Car outre l'installation en plein air, ils nourrissent chaque jour un site Internet de photos et vidéos en cartes postales...
« Éviter les clichés »
Ce projet, c'est un peu la suite de leur précédente collaboration : des photos géantes de la région parisienne sur les immeubles de... la région parisienne. « Le but, c'est de regarder une photo, de voir le paysage derrière elle, et que cette nouvelle image fasse sens », explique Isabelle, « architecte » de l'installation.
À Ouessant, les deux artistes avaient vu grand. Ils désiraient éparpiller les clichés dans l'île. Pour que le hasard fasse son oeuvre et que chaque découverte en amène une autre... « Mais on a dû réduire la voilure. Question de budget », répète Marc.
Peu importe, l'exposition vaut le coup d'oeil. La sincérité des photos est frappante. Et pour cause, Marc travaille lentement. Depuis 2008, il est venu sur Ouessant une dizaine de fois. « J'ai besoin d'apprendre à connaître un lieu. Je ne peux pas arriver, prendre des photos et repartir. J'aime comprendre les gens qui habitent ici, faire des rencontres... C'est aussi ce qui me permet d'éviter les stéréotypes. »
Un livre pour 2012 ?
C'est Isabelle qui a fait découvrir l'île à Marc en 2008. Un coup de foudre. « Ouessant a une âme. Être né ici, c'est quelque chose. On ne devient pas ouessantin comme ça! », s'amuse le photographe.
Après plusieurs séjours, ils ont fait la connaissance de quelques îliens. Le plus souvent par hasard. « Ce ne sont d'ailleurs pas forcément des gens de l'île sur les photos. Je prends ceux qui se prêtent au jeu. Mais les très gros plans, ça reste quelque chose de gênant... La seule consigne que je leur donne, c'est de ne pas sourire. »
Si tout se passe bien, un livre En île, Ouessant pourrait voir le jour en 2012. « Olivier Py (dramaturge et metteur en scène français NDLR) nous a proposé d'écrire un texte pour accompagner les photos. Mais nous cherchons encore des partenaires. »
Une exposition grandeur nature donc, à découvrir sur le mur d'enceinte du Créac'h jusqu'au 31 juillet.

Jusqu'à dimanche, exposition « En île, Ouessant », au phare du Créac'h à Ouessant. Site Internet :www.en-ile-ouessant.fr.

lundi 25 juillet 2011

Molène, la petite île qui a tout d'une grande

Molène est un lieu de quiétude unique posé sur la mer d'Iroise.
© Vincent Mouchel

Nos îles en été. Aujourd'hui, Molène. On y vient pour passer la journée avant de regagner le continent. Certains finissent par s'y attarder, séduits.
Molène. Pour beaucoup, cet écrin de rocher n'est autre qu'une escale avant d'atteindre Ouessant. Pour d'autres, c'est l'assurance d'un séjour fait de quiétude. On vient sur Molène pour fuir les touristes qui débarquent chaque jour sur l'île voisine. Molène, c'est bien plus que ça.
Ici pas de voitures, ni de locations de vélos, l'île est trop petite. Longue d'un peu plus d'un kilomètre et large de 800 m, Enez Molenez (île chauve en breton) a pourtant tout pour séduire. Des eaux turquoises qui s'illuminent aux premiers rayons de soleil, des dunes de sables à perte de vue, de longues étendues de fougères balayées par les vents... Un spectacle qui a inspiré le pianiste Didier Squiban, qui est venu enregistrer un album sur l'île, ou l'équipe du film Les Seigneurs, de Josée Dayan.
« Prendre le temps de vivre l'île »
Si le visiteur pose le pied sur Molène (une centaine par jour) en se disant qu'il veut tout voir en un jour, il a tout faux. Les mauvaises langues expliqueront qu'on en fait le tour en une heure. Les connaisseurs disent que plusieurs jours ne suffisent pas. « Il faut prendre le temps de vivre l'île, exhorte Erwan Masson, patron de l'hôtel-restaurant Kastell An Daol. Molène c'est un ressourcement, la garantie de passer un moment réussi en couple ou en famille. » Molénais depuis toujours, le vice-président du fan-club national de Johnny Hallyday (sisi !) est un amoureux.
Sur la terrasse du Café de la plage, échoué au bord du port de plaisance, il distille au passant les histoires de « son » île. Pendant ce temps, aux fourneaux, son frère Yannick cuisine le homard et la saucisse fumée au goémon.
Côté histoire de l'île, le musée du Drummond Castle, du nom de ce paquebot qui s'est échoué au large de Molène à la fin du XIXe siècle, est une halte incontournable. Car pour apprécier Molène, il faut la comprendre.
Partout, les maisons, coincées entre de petits chemins étroits bordés de murets en pierre et d'hortensias, rappellent le lien qu'entretiennent les gens d'ici avec la mer. Difficile d'oublier cette présence. À chacun de ses points, Molène offre une vue panoramique, avec l'océan pour toile de fond.
Phares et balises, un son et lumière naturel
Certains partent de Molène soulagés, d'autres repoussent tant que possible le départ. « Le grand spectacle, c'est la nuit qu'il se joue », assure un îlien. Erwan Masson confirme : « A la tombée de la nuit, les phares et les balises illuminent l'archipel. Un véritable son et lumière naturel et l'occasion, pendant quelques heures, de se sentir îlien. »
À Molène, on vit au rythme du « courrier », le bateau qui dès 8 h le matin vient mouiller le long de l'embarcadère. Une sorte de cordon ombilical qui rallie les îliens au continent. Si vous décidez finalement de poursuivre vers Ouessant sans faire un crochet par Molenez, le chauvinisme molénais reprendra le dessus. « La plus belle chose à voir depuis Ouessant... c'est Molène ».

Repère
Se rendre à MolèneLe seul moyen de se rendre à Molène est de prendre le bateau. Avec la compagnie maritime Penn Ar Bed au départ de Brest ou du Conquet (pour les liaisons régulières) et périodiquement au départ de Camaret. D'autres traversées sont proposées en saison par les compagnies Finist'Mer et les Vedettes des Abers au départ de l'Aber Ildut. Compter 45 minutes de trajet et 29,90 euros A/R pour un adulte.
Où dormir ?
L'hôtel Kastell An Daol, situé sur le port de plaisance, propose une dizaine de chambres proprettes (de 62 à 80 euros par personne). Le restaurant « L'Archipel », à quelques mètres de là, propose également trois chambres d'hôtes avec vue sur mer. Sur l'autre versant de l'île, la crêperie « Le Vent des Îles » loue deux studios. Un camping municipal accueille également les tentes.
Tous les services sur place
Molène profite de tous les services de première nécessité : deux restaurants (« Kastell An Daol » et « L'Archipel »), une crêperie (»Le Vent des îles »), une épicerie ouverte 7 jours/7, un bureau de poste, un tabac-journaux...

Julien COQUET.À suivre demain :les îles Glénan. Ouest-France

Cela c'est passé à Ouessant.

samedi 23 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Phares de nuit
Animation nocturne sous les feux des phares d'Ouessant et de la mer d'Iroises,
samedi 23 juillet, 22 h. Payant.
Contact et réservation : 06 07 06 29 02,
www.kalon-eusa.com

Coupure de courant Mardi 26 juillet, centrale EDF

samedi 23 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Coupure de courant
Mardi 26 juillet, centrale EDF. Afin de renouveler le réseau, pas de courant de 9 h à 11 h sur les sites de Kergoff, Lannec et Zourn
puis de 13 h à 17 h sur les sites de Kernigou et Lanvian.

dimanche 24 juillet 2011

Fête du canot « Patron François-Morin » - 3 e édition Mercredi 10 août

vendredi 22 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Fête du canot « Patron François-Morin » - 3 e édition

Mercredi 10 août, 18 h, salle omnisports, bourg de Lampaul. Rencontre-dédicaces avec Louis Cozan « Un feu sur la mer : mémoires d'un gardien de phare » et François Malgorn « Le cargo d'Ouessant », tirage de la grande tombola de créations « fait main », repas de la mer (animation chants de marin), vente aux enchères d'objets de marine, fest-noz avec Yao, Tam Tan.

Tarif: Adulte : 16 €, Enfant 12 €. Contact et réservation : 02 98 48 85 83.

Un point avec l'observatoire du littoral.

vendredi 22 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Mercredi salle du camp, le Maintien des traditions ouessantines a débattu sur de nombreux problèmes que rencontrent les Ouessantins.
Mercredi, l'association Maintien des traditions ouessantines et son président Michel Quantin ont posé toutes les questions qu'ils souhaitaient à propos des aires marines protégées à leur invité, Bernard Le Bihan, président de l'Olimi (observatoire du littoral des îles et de la mer d'Iroise).

Le débat s'est orienté sur le bilan de l'actuel Parc marin, auquel étaient opposés les Ouessantins. Dans l'état actuel des choses, les insulaires se sentent peu écoutés : réduction des heures de vol pour la ligne aérienne Ouessant -Guipavas, mise à l'écart du pouvoir décisionnel, services environnementaux (Parc d'armorique, Natura 2 000, Conservatoire du littoral...) en surnombre. Du coup, la population locale se sent dépossédée de ce qui constitue son vécu et son patrimoine.

De nombreux problèmes ont été soulevés, comme la pêche aux abords de l'île, le droit de préemption du Conservatoire du littoral sur les terrains des Ouessantins, mais aussi l'implantation et l'extension très importante des ruches du Conservatoire de l'Abeille noire sur le territoire d'Ouessant.
Pour l'association, il s'agit de créer une « veille environnementale, » pour la défense des libertés et des traditions.

samedi 23 juillet 2011

Ile-de-Batz: Mademoiselle Lou, photographe de l'instant

jeudi 21 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Philippe et Louise Coucke, père et fille, exposent à Ti Enez Vaz jusqu'au dimanche 24 juillet.

Louise Coucke, Mademoiselle Lou, expose sur l'Île de Batz, mais également en d'autres lieux, depuis maintenant quatre ans. Elle présente son île, où elle s'est posée désormais, mais aussi Guernesey, Quiberon, Carnac. À peine 23 ans, et déjà sept années qu'elle photographie les endroits de sa vie.
Ses clichés sont en noir et blanc, « parce que cela donne du cachet et du relief aux paysages, et que les paysages sont rarement photographiés en noir et blanc ». Les tirages ne sont pas retouchés, on y retrouve ce qui a fait le charme de l'ensemble de ce que l'on doit désormais appeler « l'oeuvre » de l'artiste.
Des paysages solitaires mais jamais désolés dont les hommes sont absents, leur présence seulement marquée par une trace de pas ou le passage d'un tracteur dans la neige ou sur le sable de la grève, une maison dans le lointain, une palissade, posée là par les hommes pour arrêter l'histoire du vent sur la dune.
Il y a des lignes de fuite et des constructions dans la photographie mais aussi parfois des courbes qui savent adoucir le cliché. Il y a aussi des instants, l'atmosphère de moments que l'artiste a su capter pour apporter l'émotion dans des photographies sensibles et authentiques qu'elle nous donne à admirer.
40 ans de vie insulaire
Et parce qu'elle possède aussi un sens particulier de l'exception, Louise a invité son père, Philippe Coucke, désormais jeune retraité, à venir présenter aux îliens et aux visiteurs une partie de ses très nombreuses photographies de l'Île de Batz et de la vie insulaire, enregistrées depuis maintenant plus de 40 ans.
Lors du vernissage à Ti Enez Vaz, ce lundi soir, ils étaient de nombreux îliens à se presser autour du diaporama de la cinquantaine de clichés rassemblés à l'occasion de cette exposition pour y retrouver un parent, le visage d'une personne parfois disparue ou, tout simplement, un moment de nostalgie.

Y'a pas d'pèze pas l'avion....Notre avion c'est notre pont.

Photo: Michel Thévenet.
Suite à la réunion du 18 juillet dernier du comité de défense des usagers de l'avion Ouessant-Guipavas ; le collectif poursuit ses actions « face à l'intransigeance du président du conseil général, et compte tenu du silence de Mme Simon Guillou, première vice-présidente et de Mme Connan, présidente de Finist'Air, qui ne daignent même pas répondre à notre courrier du 25 juin ». Dans ce courrier, le comité les invitait à un rendez-vous. Mais pour l'heure, c'est la population qui est invitée à venir en nombre, samedi 23 juillet, à 16 h 30 à l'aérodrome d'Ouessant. Le comité a décidé qu'après le départ de l'avion à 17 h 15, l'aérodrome sera dans un premier temps fermé à tous les avions, autres que ceux de Finist'Air jusqu'à lundi matin, avant, si nécessaire, un blocage pour une durée indéterminée à partir du 30 juillet.
---------------------------------
Près de 300 personnes se sont réunies, hier après-midi, sur la piste de l'aérodrome de Ouessant-Kerlaouen, entraînant un retard du départ de l'avion de 17h15, qui a décollé vers 18h. Cette manifestation, qui répondait à l'appel du comité de défense de la ligne aérienne Ouessant-Brest, visait à exprimer le mécontentement de la population envers le vote d'une nouvelle délégation de service public par le conseil général du Finistère, prévoyant 220 jours de servitude par la compagnie Finist'Air. Les manifestants ont ensuite bloqué la piste de l'aérodrome aux avions autres que celui de la Finist'air jusqu'à lundi matin. Ils envisagent également de bloquer entièrement l'aérodrome pour une durée indéterminée à partir du 30juillet.

vendredi 22 juillet 2011

Faune marine. À la recherche des requins en mer d'Iroise

L'association Apecs a lancé un programme pour recenser les espèces de raies et de requins en mer d'Iroise. Alexis Wargniez, chargé de mission à l'Apecs, invite tous les usagers de la mer à faire part de leurs observations.

Il existe plus de 450 espèces de requins et 550 espèces de raies. Le guide élaboré par l'Apecs permet de les identifier. (Photo A. Cabioch)

L'Apecs (Association pour l'étude et la conservation des sélaciens) a lancé, au printemps, le programme «Allo Elasmo». En quoi consiste-t-il ?Dans ce programme, nous invitons, en collaboration avec le Parc naturel marin d'Iroise, les usagers de la mer à nous signaler s'ils ont vu ou capturé toute espèce d'elasmobranches, c'est-à-dire des espèces de raies ou de requins. Beaucoup d'entre elles fréquentent l'Iroise mais restent très mal connues. L'objectif est de collecter le maximum d'informations pour pallier ce manque de connaissances. Notre champ d'action est pour le moment confiné à la mer d'Iroise, mais nous espérons lancer cette opération dans toute la Bretagne dans les années à venir.

Que doit faire une personne qui voit une raie ou un requin ?
Toute personne qui a pu observer ou capturer un elasmobranche nous transmet les informations qu'elle a récoltées sur l'animal : la date de la capture, le lieu, l'espèce, la taille, le sexe et le nombre d'individus observés. Il y a plus de 450 espèces de requins et 550 espèces de raies. Elles fréquentent toutes les mers du globe. Pour pouvoir les reconnaître, nous avons élaboré un guide dans lequel on trouve toutes lesinformations nécessaires à leur identification. Puis, nous entrons les résultats dans notre base de données. Nous recensons les espèces présentes et étudions leurs déplacements. Depuis le lancement du programme, auprintemps, de nombreux plongeurs nous ont signalé des espèces de raie. Quand nous pouvons nous rendre sur place, nous effectuons plusieurs prélèvements pour avoir de l'ADN et nous prenons des photos de leur aileron, qui correspond à leur empreinte digitale. Cela nous permet de voir s'il y a des croisements dans les populations et si certaines espèces viennent plusieurs fois dans un même secteur.

Le requin pèlerin est une espèce sur laquelle vous travaillez depuis plusieurs années. Où en est le recensement de ce poisson vulnérable et inoffensif ?
Nous en avons recensé une trentaine entre mars et avril, ce qui est beaucoup. Nous avons réussi à poser une balise sur l'un d'entre eux, le 7 avril, au large de Penmarc'h, mais elle s'est décrochée au bout d'un mois. Les données sont en cours d'analyse. Pour le moment, on sait peu de choses. Ils se déplacent beaucoup au printemps et en été. Nombre d'entre eux vont en grande profondeur, en mer Celtique.

Observations à transmettre à l'Apecs, tél. 06.77.59.69.83.
Propos recueillis par Romain Leroux

Hénaff ressort une boîte... de sardines !

Pour les nostalgiques, Loïc Hénaff ressort la boîte de sardines des années 1920 qui a, elle aussi, contribué au renom de la marque.© Ouest-France
 
Les entreprises de la région. Pour les amateurs, ce sera le collector de l'été. Loïc Hénaff produit les mêmes boîtes que son arrière-grand-père. Et ce n'est pas du pâté, mais un tirage très limité.
On en trouve dans toutes les puces et brocantes du Finistère : de belles vieilles boîtes de sardines Hénaff... mais vides ! Sous la marque Hénaff, Madéo ou Notre-Dame-de-Penhors, elles n'ont jamais été serties, mais pillées dans l'ancienne conserverie d'Audierne. Aujourd'hui, elles ressortent. Et bien pleines cette fois !
Créée par l'arrière-grand-père Jean, en 1907, l'entreprise familiale Hénaff a d'abord été une conserverie de petits pois et de haricots verts. En 1917, son fils a racheté la conserverie de poissons Saupiquet d'Audierne : à côté de Plouhinec, elle a produit des milliers de boîtes de thons, maquereaux et sardines.
« Mais, tout comme les légumes, c'était une activité extrêmement saisonnière, cantonnée à juin, juillet et août », explique Loïc Hénaff, jeune directeur marketing et ventes. C'est contre cette saisonnalité, que la famille se lance alors, « un peu par hasard », dans la conserve de pâté. Et c'est cette activité secondaire qui a fait la fortune de l'entreprise et la renommée mondiale de la petite boîte ronde, « Hénaff, le pâté du mataff... »
Comme en 1920
Les trois activités - légumes, pâté, poissons - ont été menées de front. Jusqu'en 1970, date à laquelle la conserverie d'Audierne ferme. Hénaff se concentre sur son seul pâté, à Pouldreuzic. Et la vieille usine d'Audierne est alors en proie aux squatters. Pillée. Ses milliers de boîtes vides se vendent aux puces aux nostalgiques de la marque.
Cette tradition familiale est restée dans le souvenir de tous. Dont celle de Per-Iann Fournier, cousin de Loïc, qui tient l'épicerie fine du port de commerce de Brest. Loïc a fini « par céder »... sous son amicale pression et celle de Jacques Gonidec, le conserveur de Concarneau, qui a l'habitude de réaliser des séries limitées pour les Fêtes maritimes de Douarnenez, etc. Dans les ateliers Gonidec, une série limitée de 3 000 boîtes de sardines Hénaff vient d'être réalisée ces jours-ci. Avec le même décor que celui des années 1920.
Ces très bonnes sardines de garde, à l'huile d'olive vierge extra, ne seront disponibles que chez Per-Iann, à Brest, et au magasin de l'usine, à Pouldreuzic. Une production aussi confidentielle, « ce n'est pas du business. Mais un clin d'oeil festif. On s'est amusé ! Ça fait du bien à la marque. Et ça ravira ses fidèles. » Ce qui n'exclut pas de renouveler l'opération de manière pérenne. « Pourquoi pas ? », répond Loïc, qui n'exclut rien.
Mais, « si nous devions nous relancer dans les conserves de sardines et de légumes, ce serait du haut de gamme, en y mettant notre savoir-faire, avec une recette très précise. » Et la boucle de cette longue histoire familiale serait alors bouclée.
Christophe VIOLETTE.

Hénaff : 215 salariés, Pouldreuzic, Finistère, un chiffre d'affaires de 40,6 millions d'euros

Ile-de-Groix: l'abeille noire est reine en son conservatoire.

mercredi 20 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Les apiculteurs l'adorent. Douce, travailleuse et productive, l'abeille noire à toutes les qualités pour plaire et ravir les papilles de son miel gourmand. Pourtant, l'Apis mellifera mellifera, a longtemps été délaissée pour des espèces qui essaiment plus. Les croisements se sont multipliés, et l'abeille indigène s'éteint peu à peu.
Suivant l'exemple d'Ouessant, les apiculteurs amateurs de Groix se sont constitués en association pour mettre en place un conservatoire. L'isolat est parfait pour l'exercice. « Le but est d'obtenir une race pure à 100 %. Le bras de mer qui nous sépare du continent protège de toute colonisation extérieure » explique Christian Bargain, le président de l'Asan Gx. Depuis septembre 2008, l'introduction de toute autre espèce est d'ailleurs interdite par arrêté municipal. C'est dire si sur l'île on prend les choses au sérieux.
Les apiculteurs restent optimistes et prennent à coeur d'expliquer la démarche aux vacanciers et aux scolaires autour du rucher pédagogique de Pen-Men où l'insecte butine paisiblement la bruyère. L'abeille noire made in Groix, s'exporte même sur le continent. « On fonctionne par don. Nous en avons fourni 5 colonies à Saint-Dégan et à la ville de Lorient pour le toit de la mairie ». Une bien belle reconnaissance pour le travail des amateurs éclairés de Groix.

Les 21 et 28 juillet, visite du rucher pédagogique à 10 h 30 par groupes de 7. (tenues fournies). Réservations 06 49 62 92 30 et 06 08 14 14 13.

Le numéro d’appel d’urgence européen a changé

Bonjour à tous,

Veuillez trouver en pièce jointe un communiqué de presse concernant le remplacement du 1616 par le 112, nouveau n° d'appel d'urgence européen qui permet à une personne à terre qui aperçoit des personnes en difficulté en mer de prévenir gratuitement les secours à partir d'un téléphone portable ou fixe.

Bonne journée,
Le service de communication régionale.
cliquez sur le titre pour lire la source.

Liaison aérienne : manifestation samedi.

mercredi 20 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire Samedi.


Suite à la réunion du 18 juillet dernier du comité de défense des usagers de l'avion Ouessant-Guipavas ; le collectif poursuit ses actions « face à l'intransigeance du président du conseil général, et compte tenu du silence de Mme Simon Guillou, première vice-présidente et de Mme Connan, présidente de Finist'Air, qui ne daignent même pas répondre à notre courrier du 25 juin ». Dans ce courrier, le comité les invitait à un rendez-vous. Mais pour l'heure, c'est la population qui est invitée à venir en nombre, samedi 23 juillet, à 16 h 30 à l'aérodrome d'Ouessant. Le comité a décidé qu'après le départ de l'avion à 17 h 15, l'aérodrome sera dans un premier temps fermé à tous les avions, autres que ceux de Finist'Air jusqu'à lundi matin, avant, si nécessaire, un blocage pour une durée indéterminée à partir du 30 juillet

jeudi 21 juillet 2011

A Ouessant.

Balade découverte : traditions et modes de vie insulaires
Mardi 19 juillet, 14 h, île d'Ouessant.
Payant. Contact et réservations : 06 07 06 29 02,
------------------------------------
Don du sang Vendredi 22 juillet, 8 h 30 à 12 h, club des anciens.
La collecte de don du sang de Brest aura lieu dans les locaux de l'ancienne école Saint-Michel.

mercredi 20 juillet 2011

Ligne aérienne Ouessant-Guipavas. Manif pour le maintien vendredi

20 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.
Le Comité de défense des Usagers de la ligne aérienne Ouessant-Guipavas, s'est réuni lundi. "Face à l'intransigeance du Président du Conseil Général, au silence de Mme Simon-Guillou, 1re Vice-Présidente et de Mme Connan, Présidente de Finist'air qui ne daignent même pas répondre à son courrier du 25 juin dans lequel il les invitait à le rencontrer, le Comité a décidé d'appeler la population à venir, nombreuse, manifester samedi 23 juillet à 16h30 à l'aérodrome".

Après le départ de l'avion, à 17h15, l'aérodrome sera,dans un premier temps fermé à tous les avions autres que Finist'air jusqu'à lundi matin, avant, si nécessaire, un blocage pour une durée indéterminée à partir de samedi 30 juillet.
Le Comité exige le maintien en l'état de la ligne aérienne.

La météo vient contrarier la fête des pompiers

lundi 18 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Samedi après-midi, des jeux pour tous les enfants, organisés par les pompiers de l'île.
Un temps maussade s'est invité à la grande fête annuelle des pompiers : mais les enfants, grands acteurs des jeux mis en place l'après-midi sur le terrain de la salle omnisports, ont participé en très grand nombre à tous les jeux : la course à l'oeuf et le lancer de l'oeuf où chacun s'essaye à une grande adresse, tout en dégustant des crêpes ou des glaces à l'italienne, en attendant le grand repas du soir musical, qui a rassemblé plus de 200 personnes

A Ouessant.

Spectacle artistique Représentation de chants et danses.

 Spectacle artistique Représentation de chants et danses proposée par Le Mouvement eucharistique des jeunes, qui jetteront l'ancre dans la baie de Lampaul, à bord du Rara-Avis. Mardi 19 juillet, 20 h, église Saint-Pol-Aurélien, bourg de Lampaul. Gratuit.
----------------------------------- 
Découverte culinaire de l'estran.
Découverte culinaire de l'estran Réservation à l'office du tourisme. Lundi 18 juillet, 13 h 45, île d'Ouessant. Payant.
Contact et réservations : 06 07 06 29 02, www.kalon-eusa.com
-----------------------------------------
 Service social maritime - Assistante sociale des marins.
Service social maritime - Assistante sociale des marins du commerce et de la pêche Permanence jeudi 21 juillet, 11 h à 12 h, mairie.
Contact : 02 98 43 44 93.

mardi 19 juillet 2011

Montre de plongée: OMEGA Seamaster planet ocean.

Nouvelle collection OMEGA Seamaster Planet Ocean.

Le chronographe Seamaster Planet Ocean d’Oméga se décline dans une version dotée d’un boîtier en titane grade 5 et 45,50 mm de diamètre et d’une lunette en céramique bleue dont l’échelle et les nombres sont constitués d’un alliage appelé Liquidmetal, un matériau déjà aperçu à l’occasion de l’édition limitée Seamaster Planet Ocean, en 2009.

Le chronographe Seamaster Planet Ocean 45,5 mm est équipé d’un calibre exclusif OMEGA Co-Axial 9300/9301, tout premier mouvement de chronographe de la gamme révolutionnaire des mouvements à échappement Co-Axial développés en interne par OMEGA. (voir la vidéo).
 http://www.omegawatches.com/fr/spirit/watchmaking/co-axial/technology

Ce chronographe innovant à roue à colonnes dispose d’un compteur à 3 heures accueillant à la fois une aiguille des 12 heures et une aiguille des 60 minutes.
Cette disposition familière, qui rappelle celle des aiguilles du cadran principal, facilite la lecture du chronographe. On trouve également une seconde au centre ainsi qu’une petite seconde sur un deuxième compteur à 9 heures.     

Ce chrono Planet Ocean est présenté ici avec un bracelet intégré en caoutchouc bleu. Ce modèle est également disponible avec un bracelet en titane. Il est équipé du du calibre OMEGA Co-Axial 8500 doté d’un spiral en silicium. (voir la vidéo)
http://www.omegawatches.com/fr/spirit/watchmaking/silicon-balance-spring

OMEGA Seamaster planet ocean 45,50 mm titanium liquidmetal chronograph (calibre 8500)
cliquez sur le titre ou sur le lien pour l'accès au site Oméga.

lundi 18 juillet 2011

Ile-de-Sein et Ile d'Ouessant: Nécrologie : Loig Miniou, un enfant des l'îles.

samedi 16 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

La petite île de Sein est en deuil. Loig, le fils de Brigitte Spinec et Martin Miniou, s'en est allé à 23 ans. Conséquence d'un tragique et stupide accident, survenu à Douarnenez, le week-end dernier.
Aînés ou jeunes, tout le monde connaissait Loig et Loig connaissait tout le monde. Le choc, suivi du chagrin que provoque sa disparition dans la communauté sénane, est général.
Sénan de souche, de coeur et d'esprit, Loig n'était pas resté rivé à ce caillou, dont il avait exploré les moindres recoins.
Après son bac pro, réussi, au Likès à Quimper, il avait aidé et secondé sa mère dans son café. Barman accompli, sympathique et fin psychologue, poli et énergique, il savait aussi mener à bien les multiples tâches qui rythment la vie d'un commerce sur l'île : manoeuvrer la carriole, chercher les marchandises au bateau, remplir la réserve, distribuer les journaux... Ou faire preuve d'hospitalité.
Loig savait toutefois qu'il devait se confronter au continent. Voire à d'autres et nouveaux continents. Il est ainsi parti seul, à l'aventure, en Australie. Prouvant sa faculté d'adaptation, il en avait ramené une aisance en anglais, des expériences différentes et de nouveaux points de vue. Des acquis et qualités qu'il mettait encore tout récemment au service de son nouveau travail, dans une crêperie de Tréboul, à Douarnenez. Doté d'un humour dévastateur, un brin moqueur, Loig aimait le cinéma et les séries américaines. Il aimait aussi faire la fête et trimbalait partout son petit ordi rempli des sons et des chansons qu'il préférait, les partageant avec plaisir avec ses amis.
Chacun gardera en mémoire une image de ce petit garçon dégourdi et un peu sauvage, devenu un jeune homme mince, aux yeux noirs et pétillants, qui restera à jamais un enfant de l'île de Sein.
C'est sur cette île qu'il chérissait que Loig sera inhumé ce samedi après-midi, à 14 h.

PS: d'Andréas, pour connaître personnellement Brigite et Martin, Andréas et Ouessant notre passion présentent ses condoléances.

Cela c'est passé à Ouessant.

Balade contes, et légendes de l'Armor Inscriptions à l'office du tourisme.
Samedi 16 juillet, 18 h, île d'Ouessant.
Payant. Contact et réservation :
06 07 06 29 02, www.kalon-eusa.com
------------------------------------------

Fête des pompiers
Samedi 16 juillet, 15 h, port de Lampaul, les pompiers organisent des jeux :
- lancer de l'oeuf, remplissage de bouteilles d'eau, jeux des anneaux ; confection de crêpes sucrées.
Dès 19 h : repas moules lard frites et riz au lait cuit sous les mottes pour 12 € ;
- animation musicale avec Les Diap's suivie du feu d'artifice

dimanche 17 juillet 2011

Le sauvetage du voilier....! en image

Cliquez sur le lien pour voir toutes les photos.

Voir la vidéo:

Voilier drossé à la côte, Coté Nord de la plage de Korz. à 08h45-17 juillet 2011

Voilier drossé à la côte, Coté Nord de la plage de Korz.Photo 08h45-17 juillet 2011
Photos: Georges Pennec.
Page facebook de Georges Pennec.

Photo: Michel Thénenet.

Par Ouest-France:
Mauvaise surprise pour ces plaisanciers de passage à Ouessant ce week-end. Partis dormir au camping avec leurs enfants, ils ont retrouvé, ce dimanche matin, leur voilier de 10 mètres drossé sur les rochers de la plage de Korz, à proximité du bourg de Lampaul.
Dans la nuit, sans doute en raison de la forte houle, le bateau a rompu son mouillage. Les dégâts sont importants. Avec la marée montante, cet après-midi, une opération de déséchouage devrait être tentée. Mais le voilier semble tout de même en bien mauvaise posture.
En raison des mauvaises conditions météo, notamment un important vent d’Ouest, les propriétaires de bateaux ouessantins avaient souvent pris la précaution d’amarrer leur bateau au port du Stiff pour passer la nuit.

Par le Télégramme
Des plaisanciers, partis à la découverte d'Ouessant, ce week-end, ont eu une bien mauvaise surprise, hier matin. Ils ont trouvé leur bateau drossé sur les rochers de la plage de Korz. La veille au soir, ils avaient amarré leur voilier de 10m sur un mouillage d'accueil, en baie de Lampaul, pour ensuite passer la nuit au camping municipal. Le Sainte-Marie La Mauderne, du Guilvinec, a rompu son amarre, pourtant passée en double, à marée montante, par forte houle, alors qu'un vent d'ouest à nord-ouest soufflait en rafales. Hier après-midi, l'équipe de la SNSM d'Ouessant préparait le voilier pour tenter un déséchouage le soir, à marée haute, manoeuvre incertaine compte tenu des mauvaises conditions météorologiques.        

Conseil : le projet de schéma départemental fait débat

jeudi 14 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Comme dans les autres communes du département, le schéma départemental de coopération intercommunale a été mis en discussion par Lucien Kérébel, maire. Cela concerne le rattachement des îles à des communautés de communes (comme Ouessant à la CCPI), la dissolution des syndicats d'électrification et l'extension du périmètre du SDEF aux communes concernées, la dissolution des syndicats comme celui du Vélodrome qui serait rattaché à BMO. Des dispositions relatives à l'eau et à l'assainissement sont aussi proposées avec la création d'un Service public de l'eau potable. La réalisation d'un schéma départemental de l'eau potable par le Conseil Général pourrait aboutir à la création d'un syndicat mixte départemental ou de deux syndicats mixtes. Les syndicats d'eau seront dissous. Un Service public de l'assainissement serait également créé avec prise ne charge de la compétence « assainissement collectif et non collectif » par les communautés de communes.
Pour Trébabu, le rattachement au SDEF et le passage du vélodrome à BMO ont été acquis à l'unanimité. Concernant le rattachement d'Ouessant à la CCPI, le vote s'est soldé par 5 voix contre et 5 abstentions.
Pour l'eau, l'assainissement et la gestion du plan d'eau de l'Aber-Ildut, les avis sont défavorables. « Pourquoi demander aux élus de voter dans la précipitation en l'absence d'études et de lisibilité de ces projets » s'interroge la majorité des élus de Trébabu.

Les îles françaises ont le vent en poupe.

Extrait.......La Bretagne fait de la résistance

La Bretagne reste plus confidentielle, comme si elle résistait encore et toujours à l'envahisseur sur papier glacé, ne se laissant apprivoiser que par les enfants du pays, les compositeurs Yann Tiersen et Miossec à Ouessant, Antoine Duléry à Bréhat - où vivaient déjà ses grands-parents et où ses parents se sont mariés. Ici, on préfère au tapage médiatique le silence retentissant de la terre insulaire. Car, comme l'écrivait Italo Calvino, «Les îles ont un silence qu'on entend.».........

L'article est très long, cliquez sur le titre pour lire l'original.

Fête du canot « Patron François Morin » Mercredi 10 août.

Fête du canot « Patron François Morin »
Mercredi 10 août, 18 h, salle omnisports, rencontre-dédicaces avec Louis Cozan Un feu sur la mer : mémoires d'un gardien de phare et François Malgorn Le cargo d'Ouessant,
- tirage de la grande tombola de créations « fait main »,
- repas de la mer (animation chants de marins),
- vente aux enchères d'objets de marine,
- fest-noz avec Yao, Tamm Tan.

vendredi 15 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Cela c'est passé à Ouessant.

Conseil municipal Vendredi 15 juillet, 20 h 30, mairie. Subventions aux associations ;
l'association Cali demande la maison Jeanne-d'Arc ;
achat de bennes pour la déchèterie ;
schéma départemental de coopération intercommunale ;
loyers ; liaison aérienne ; nouveau contrat Eco-emballage ;...

samedi 16 juillet 2011

Le tournoi de pétanque ouvre la saison sportive

mercredi 13 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.


Il a fallu six heures de jeu acharné pour arriver à un très beau résultat final.
Sur le terrain de Mezareun, Ouessant sports loisirs a rassemblé de jeunes participants au tournoi de samedi dernier, où les équipes se sont affrontées pour une ultime victoire remportée par Simon et Johan ; ils ont reçu la coupe des champions des mains de Loulou Le Gall, vice-président ;
le prochain rendez-vous est fixé au 14 août, les inscriptions se font sur place.

vendredi 15 juillet 2011

Une résidence au Sémaphore du Créac'h: Marc Gibert - Isabelle Jégo.

Durant le mois de juillet 2011, Marc Gibert et Isabelle Jégo sont accueillis en résidence d'artiste dans le Sémaphore du Créac'h à Ouessant. Ce temps de résidence est mis à profit pour réaliser notamment une installation photographique sur le mur d'enceinte du phare du Créac'h.

Le site internet, conçu par Kévin Donnot et Élise Gay, diffuse sous forme d'exposition une partie des photographies de Marc Gibert et, au jour le jour, les nouvelles images créées par les résidents durant ce séjour.

Cliquez sur le titre pour lire la source.

jeudi 14 juillet 2011

Animation de Kalon eusa.

Mois de JUILLET 2011:   (modifications possibles)
Réservations à l'Office de Tourisme,
ou au 06.07.06.29.02 ou ondine@kalon-eusa.com
Cliquez sur le titre pour l'accès au site.

Jeudi 14               14h visite guidée du site archéologique

Samedi 16           14h balade découverte : naufrages & traditions  
                            18h Balade contes & Légendes de l'Armor
                            22h15 Phares de Nuit

Dimanche 17       13h30 Découverte culinaire des algues

Lundi 18              13h45 Découverte culinaire des algues
                             18h Balade lecture : Ouessant, muse des écrivains
                             22h15 Phares de Nuit

Mardi  19             10h45 visite société algues & mer           
                             14h balade découverte : modes de vie insulaires
                             
Mercredi 20         18h Balade contes & légendes de l'argoat
                             22h15 Phares contés

Jeudi 21               10h45 visite société algues & mer
                             14h balade découverte : naufrages & traditions
                             22h15 Phares de Nuit

Vendredi 22         22h15 Phares de Nuit                            

Aérodrome. Les paras en tandem

7 juillet 2011, cliquez sur le titre pour lire la source.

Cela fait quatre ans que les premiers jours de l'été sont marqués par l'arrivée des parachutistes en tandem sur l'aérodrome d'Ouessant.
Cette année, Didier Germa, organisateur de l'événement, prévoyait 110 tandems. Au-delà du défi, le spectacle offert lors du saut de l'avion Pilatus reste toujours aussi impressionnant.        

mercredi 13 juillet 2011

Le Môle, bistrot du bout du monde: Au large, les îles de Molène et d’Ouessant.

Émile Colleau, dit Milo, dans son restaurant, à Lampaul-Plouarzel (29).

Lampaul-Plouarzel: Le Môle, bar, crêperie et restaurant, offre un total dépaysement. Au large, les îles de Molène et d’Ouessant.
mercredi 13 juillet 2011. Jean-Yves Tournellec
Cliquez sur le titre pour lire la source.

Depuis une bonne trentaine d’années, Émile Colleau, dit Milo, dirige Le Môle avec toujours le même plaisir. Sympathique, à l’image de son propriétaire, c’est un lieu où il fait bon se retrouver entre amis ou en famille. En 1978, Émile Colleau rachète le Café du port, un bistrot-épicerie qu’il exploite d’abord avec l’aide de sa mère. Puis, il comprend vite qu’il faut exploiter le côté sympathique du bistrot et donc évoluer et s’agrandir. C’est ainsi qu’il a progressivement créé la crêperie et, dans un deuxième temps, le restaurant- brasserie .

Milo c’est aussi une forte personnalité, avec un côté artiste peintre et musicien. Il a su attirer une clientèle diversifiée tout en développant une activité culturelle propre à cette région de la pointe bretonne. Le Môle, c’est avant tout une ambiance sans chichis avec des habitués et des touristes et un bel espace réservé aux joueurs de pétanques. Selon les envies du moment, les clients se retrouvent en salle ou en terrasse, au bar - pour déguster vins et cocktails -, à la brasserie, ou encore face à la mer et à l’abri du vent, grâce au nouvel aménagement côté véranda. Le restaurant est composé de trois belles salles et d’une terrasse pour une centaine de couverts, avec une équipe de dix personnes : les deux fils de Milo - Gwenn, au bar, Loïc en cuisine -, le chef de cuisine Josianne Bescond, la responsable du service Katy Olivier, et Laurent Bréhier, le crêpier.
Milo propose chaque jour un menu en fonction du marché et de la pêche du jour. À la carte : fruits de mer, coquilles Saint-Jacques, choucroute de la mer, bar de ligne, ainsi que d’excellentes viandes en provenance de petits producteurs régionaux. Les desserts, eux, sont faits maison.

Milo, l’homme heureux qui déclare que “finalement la vie est belle”, accueille régulièrement les œuvres de peintres locaux et organise tous les dimanches soirs des mois de juillet et août des apéro-concerts. Le Môle, c’est aussi un repaire de passionnés de voile, dont un certain nombre de grands navigateurs.

Le Mole, 72 rue Porspaul,
29810 Lampaul-Plouarze
Tél. : 02 98 84 00 34