samedi 31 mars 2012

Gardons au moins la magie du Créac'h.

ATTENTION: il est prévu d'ici 2-3 ans de diminuer de moitié la portée du phare du Créac'h et d'éteindre l'étage supérieur de la lanterne, donc plus d'effet de rayons qui plongent vers l'océan à son pied, plus de magie :

c'est FINI! MOBILISONS-nous encore une fois!
Par Ondine Morin.

Photo: Andréas Guyot.

Breton N°75.

                                                         http://www.bretons-mag.com/



Les pêcheurs européens unis contre la politique « du zéro rejet »

samedi 31.03.2012: http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Boulogne_sur_Mer/actualite/Secteur_Boulogne_sur_Mer/2012/03/31/article_les-pecheurs-europeens-unis-contre-la-po.shtml

La Commission européenne souhaite imposer le principe du « zéro rejet en mer » d'ici quelques mois. Une initiative qui fait l'unanimité contre elle parmi les pêcheurs européens. Hier, à Nausicaà, un colloque réunissait patrons de pêche venus de toute l'Europe, politiques et membres de la Commission pour planter un débat, qui s'est avéré un réquisitoire contre la politique européenne.

PAR SYLVAIN LIRON
boulogne@lavoixdunord.fr : PHOTO GUY DROLLET

> Zéro rejet, ça veut dire quoi ?
Actuellement, les pêcheurs sont soumis à une réglementation importante de leurs prises. Quotas par espèce, taille des poissons. Une partie de ce qui est ramené dans les filets est rejetée en mer, mort. Pour éviter ce gaspillage et préserver l'espèce, la Commission s'est mise en tête d'interdire d'ici 2015 tous les rejets, qui se chiffrent en millions de tonnes chaque année. « Il faut changer la mentalité des cales pleines à ras bord.
» Les « déchets » devraient être ramenés au port pour être transformés en farine animale. Impensables pour les pêcheurs européens.
Diminuer ou réduire, oui. Interdire, non.
> Qu'en pensent les scientifiques ?
« Un poisson mort est mort », souligne Alain Biseau, d'Ifremer, qui préfère insister sur la sélectivité, c'est-à-dire le choix de filets permettant de ne pas capturer les « mauvais » poissons. « Rapporter les rejets à terre n'a aucun intérêt pour la protection de la ressource. » > La sélectivité est-elle la solution miracle ?
Une solution, oui. Miracle, non. Depuis une dizaine d'années, les pêcheurs européens, de l'Espagne à l'Irlande en passant par l'Écosse ont, selon eux, fait beaucoup d'efforts. Ils ont mis en place de nouveaux filets qui ont permis une forte diminution des rejets allant jusqu'à 50 %. Mais, plus le filet est performant écologiquement, plus il ampute le chiffre d'affaires du bateau, comme l'a constaté Marc Meillat (Ifremer), dans une étude sur les langoustines dans le golfe de Gascogne. Il faut donc trouver un compromis entre efficacité du filet et rendement.
V Pourquoi les pêcheurs s'inquiètent ?
Les produits non désirés ne seront pas transformables à bord. « Nous ne sommes pas des bateaux usines. » Et diminueront la place réservée au poisson commercialisable. Obligeant à plus d'allers-retours et moins de rentabilité. En colère et unis, les pêcheurs souffrent de la politique dite du bâton, persuadés que la Commission ne fait que les punir, sans tenir compte des efforts réalisés. •

vendredi 30 mars 2012

L'île d'Yeu vue d'avion .. Elle mesure environ 40 km de circonférence.

"avec l'autorisation d'Anthony Penel"

A BORD DE TARA (Golfe de Gascogne) - Tara-Océans: les derniers milles avant Lorient.

Créé le 30/03/2012: http://www.20minutes.fr/sciences/908041-tara-oceans-derniers-milles-avant-lorient


A BORD DE TARA (Golfe de Gascogne) - Toutes voiles dehors, la goélette Tara tire ses derniers bords dans le Golfe de Gascogne avant son retour samedi à Lorient, son port d'attache, et la fin de l'expédition Tara-Océans, consacrée pendant deux ans et demi à la première étude planétaire intégrée du plancton.
Depuis La Corogne, dernière escale du voilier, en Galice, Tara s'est muée en académie scientifique navigante avec l'embarquement, pour les derniers milles, des "têtes pensantes" qui ont présidé à la réalisation de cette expédition, étape décisive dans l'histoire de la prospection scientifique marine.
Ils sont trois, tous directeurs de recherche au CNRS.
Eric Karsenti, 63 ans, baptisé Neptune avec son épaisse tignasse bouclée blanche et sa barbe neige, est biologiste moléculaire et officie au Laboratoire européen de biologie moléculaire de Heidelberg en Allemagne. Il est le "père scientifique" de l'expédition.
Colomban de Vargas, 40 ans, est spécialiste de l'évolution du plancton au cours des âges géologiques à la station biologique de Roscoff.
Chris Bowler, 47 ans, Britannique, dirige le laboratoire de génomique végétale à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm à Paris.
Un travail de 3 siècles en 2 ans et demi
"En deux ans et demi, les 126 scientifiques de 35 pays et 21 laboratoires qui se sont succédé à bord de Tara, ont réalisé, pour le plancton, l'équivalent du travail de recherche et de collecte effectué pendant 3 siècles par les botanistes pour répertorier les quelque 350.000 espèces végétales terriennes", explique Colomban de Vargas.
"Grâce au séquençage de certains gènes clef de ces micro-organismes, nous avons établi que le nombre d'espèces de planctons unicellulaires (protistes), estimé à quelques milliers avant l'expédition, avoisine en fait 1,5 million, et 90% des gènes maintenant répertoriés nous étaient inconnus", conclut le chercheur.
40.000 échantillons de plancton, récoltés au cours de 153 stations de prélèvements scientifiques en Atlantique, Pacifique, Océan Indien, Antarctique et Méditerranée, ont d'ores et déjà été acheminés vers les laboratoires internationaux.
Une dizaine d'années de travail seront nécessaires pour décrypter cette moisson de données et déterminer leurs possibles utilisations ou applications dans les domaines de la biotechnologie ou du biomédical.
Symbiose marins-scientifiques
L'incontestable réussite de cette expédition tient aussi à l'organisation du travail à bord de Tara, qui a étroitement associé marins et scientifiques dans toutes les phases de navigation.
Vent de 15 noeuds, mer belle, ciel bleu et soleil de printemps: les deux moteurs de la goélette se taisent. Le voilier est à 400 km à l'ouest de Bordeaux sur sa route vers Lorient. Le capitaine, Loïc Valette, sonne le rassemblement de l'équipage sur le pont.
A bord de Tara, l'équipage, c'est tout le monde: matelots, biologistes, océanographes, physiciens, artistes ou journalistes.
Sur le pont, aussi à l'aise que devant la paillasse de leurs labos ou l'écran de leurs ordinateurs, les scientifiques s'affairent au pied des deux mâts de 27 m, qui aux manivelles de winchs, qui aux écoutes.
En quelques minutes, la chrysalide devient papillon et déploie ses ailes. Grand voile, misaine et yankee (voile de proue) sont hissées et prennent le vent.
La "baleine" (surnom du bateau en raison de ses formes arrondies) trace son sillage dans le silence de la mer... Ses derniers milles après une aventure de 12O.000 km, l'équivalent de trois tours du monde.
© 2012 AFP

Le premier UT 515 algérien en entrainement.

30/03/2012: http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=119248&u=99523&xtor=EPR-56-[newsletter]-20120330-[article

crédits : CLYDE NAVAL GAZING

Le premier des trois remorqueurs de haute mer commandés par l'Algérie est actuellement en entrainement au large des côtes britanniques. L'El Moundjid a, ainsi, pu être photographié ces dernières semaines, les clichés étant visibles sur différents sites, comme Shipspotting ou encore Clyde Naval Gazing. Du type UT 15, un design développé par Rolls-Royce, ce bâtiment est une version améliorée des Abeille Bourbon et Abeille Liberté, livrées en 2005 au groupe Bourbon et affrétées depuis par la marine française. Long de 86 mètres pour une largeur de 18 mètres, l'El Moundjid, capable d'atteindre la vitesse de 20 noeuds, a vu sa coque réalisée par le chantier STX OSV de Tulcea, en Roumanie, l'achèvement étant réalisé par le site de STX OSV à Brattvaag, en Norvège. L'équipage algérien a, quant à lui, bénéficié d'une formation au centre d'entrainement norvégien de Rolls-Royce à Ålesund. Alors que l'El Moundjid va rejoindre l'Algérie, son premier sistership devrait être livré dans les prochaines semaines. Quant au troisième remorqueur de la série, il doit opérationnel cet été. Ces nouveaux bâtiments devraient être basés à Alger, Skikda et Oran.
___________________________________________________

- Voir d'autres images de l'El Moundjid sur le site Shipspotting


Le remorqueur algérien El Moundjid (© : SHIPSPOTTING)

île de Groix: Une balise pour connaître la fréquentation touristique.

Comptabiliser les visiteurs afin de mieux préserver les îles bretonnes.
Le Comité régional du tourisme de Bretagne (CRTB) cherche à mieux connaître la fréquentation touristique, ses impacts et ses évolutions sur les îles de Bretagne, notamment à Groix, Belle-Ile-en-Mer, l'île-aux-Moines, Ouessant, Batz et Bréhat: des espaces sensibles qu'il convient de préserver.
L'une des missions du comité est, en effet, d'impulser des réflexions sur les conséquences des évolutions du tourisme au niveau économique, social et environnemental.
Ainsi, à Groix, le CRTB a installé un écocompteur au Trou de l'Enfer, un site très attractif sur l'île. (Photo Bernard Vanoni)

Rencontres littéraires Rencontre avec l'écrivain Alexis Gloaguen pour la parution de son livre...

lundi 26 mars 2012: http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Rencontres-litteraires-Rencontre-avec-l-ecrivain..._29155-avd-20120326-62506721_actuLocale.Htm


Rencontres littéraires
Rencontre avec l'écrivain Alexis Gloaguen pour la parution de son livre : La Chambre de veille, suite à la résidence d'écrivain organisée par l'association CALI.
Ouvert à tous. Entrée gratuite.
Vendredi 30 mars, 15 h, salle polyvalente.
Contact : 06 81 85 41 71,
salon@livre-insulaire.fr
www.livre-insulaire.fr

Port-Louis et Ouessant se rencontrent au tarot.

mercredi 28 mars 2012: source: http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Port-Louis-et-Ouessant-se-rencontrent-au-tarot-_29155-avd-20120328-62522240_actuLocale.Htm
Les équipes réunies pour 24 heures de jeu non stop, salle polyvalente.
Le week-end dernier, les équipes de tarot de Port-Louis et d'Ouessant organisaient sur l'île les 24 heures d'un challenge auquel participaient 32 passionnés.
Les Ouessantins avaient fait le déplacement en février, c'était au tour d'Ouessant de recevoir en toute amitié leurs collègues de Port-Louis.
Le classement :
1. Malou Kernoa ;
2. Martine Richard ;
3. Jacky de Port-Louis ;
4. Jo Cotonoéa ;
5. Marie-Jo Berthelé ;
6. Marino-Jézéquel ;
7. Martine Carré.
C'est autour du traditionnel ragoût sous les mottes et du riz au lait cuit, lui aussi, de la même manière que les équipes ont pu se restaurer et apprécier pleinement l'accueil chaleureux des Ouessantins

jeudi 29 mars 2012

Ile-de-Batz : démantèlement du chalutier Trec’Her dès le 5 avril.

jeudi 29 mars 2012: source: http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Ile-de-Batz-demantelement-du-chalutier-Trec-Her-des-le-5-avril_40771-2060592-pere-bre_filDMA.Htm
L’épave du bateau de pêche Trec’her sera découpée dès le 5 avril.

Ile de Batz: Le Trec'her démantelé la semaine prochaine.

29 mars 2012: Source: http://www.letelegramme.com/local/finistere-nord/morlaix/stpoldeleon/batz/ile-de-batz-29-le-trec-her-demantele-la-semaine-prochaine-29-03-2012-1650472.php


Echoué depuis un mois dans les rochers sur la côte nord de l'île de Batz, le Trec'her, ou du moins ce qu'il en reste, va être évacué en fin de semaine prochaine, à partir du 5 avril.
C'est une entreprise de Cherbourg qui sera chargée de dégager l'épave de ce bateau de pêche de 19,50 m immatriculé à Saint-Malo.
Elle sera ensuite déposée sur une des plages de l'île (celle de Porz-ar-Gored) pour y être découpée. Le chalutier avait fait naufrage le 29 février au petit matin. Les cinq hommes d'équipage avaient été récupérés sains et saufs.
Voir aussi :
>
Tous nos articles sur le nauffrage du Trec'her

La rédaction de Morlaix

Problème avec la nouvelle interface du blog.....!!

Lorsque je publiais un article, avant, il vous été possible en cliquant sur le titre de lire le lien source (l'origine de l'article de presse), maintenant cela ne semble plu être possible. Donc pour faire connaître  l'origine de l'article, je vais mettre le lien source sur la photo en début d'article.

La goélette Recouvrance se fait belle pour la saison.


La Recouvrance: crédits : MICHEL FLOCH,
cliquez sur le lien pour lire la source.
http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=119195

Sa mature caractéristique s'élançait dans le ciel du Rosmeur jusqu'à vendredi dernier. La Recouvrance était à Douarnenez pour une cure de jouvence, avant la pleine saison de navigation. Comme chaque année à pareille époque depuis dix ans, La Recouvrance quitte son port d'attache brestois pour une cure à Douarnenez, avant d'entamer sa saison de navigation. Une cure d'une semaine, au cours de laquelle cette superbe goélette en bois vient se mettre au sec, pour subir un contrôle de la partie immergée de sa coque et les éventuelles réparations qui s'imposent. Une fois l'inspection terminée, la coque a droit à une peinture toute neuve.

«De bons professionnels»
«À Brest, le slipway peut recevoir 80 tonnes de charge maximum et La Recouvrance en fait 150, explique Marc Rohou, responsable d'exploitation de ce navire. On pourrait la gruter, mais les opérations seraient alors très délicates. Le slipway du port de Douarnenez est celui qui est le plus adapté, dans la pointe Ouest-Finistère, à la coque de La Recouvrance. Et en plus, on y trouve de très bons professionnels». «La Recouvrance est une réplique d'un Aviso-goélette du début du XIXe, un bateau militaire qui avait pour mission de transmettre les messages urgents de l'Amirauté vers les côtes d'Afrique et vers les Antilles, rappelle Marc Rohou. C'est de là que vient le terme d'Aviso, dans le sens d'aviser, informer», précise-t-il. La Recouvrance d'aujourd'hui, qui tient son nom du célèbre quartier de la ville de Brest, à qui elle appartient et dont elle est l'ambassadrice, a été construite il y a 20 ans. Elle participe aux grands événements nautiques et propose également des croisières, à ceux qui veulent humer le vent de l'histoire de la Marine à voile (le confort en plus!). Des croisières de plusieurs jours en Mer du Nord ou Manche Atlantique, où des sorties d'une journée en mer d'Iroise.

Croisière à la journée les 23 et 24 juillet En juillet, La Recouvrance participera à Temps Fête. On pourra l'admirer quand elle sera à quai, sur la partie extérieure du mur de la Honte. Elle est déjà réservée pour les quatre jours de la fête, du 19 au 22, par des entreprises partenaires de l'événement. «Mais nous allons rester un peu plus longtemps à Douarnenez pour faire profiter le public. Le lundi23, il y aura une sortie à la journée en baie et le mardi24, des places pour faire la traversée retour vers Brest. Pour chaque journée, 20 places».

Marie-Line Quéau,Le Télégramme


Pratique : Croisière à la journée, de 9h à 17h30, tout public. Tarifs: 95€/adulte, 50€/enfant de moins de douze ans. Repas compris. Réservations au 02.98.33.95.40
où en ligne sur: www.larecouvrance.com

Le Fromveur fait des essais.



mercredi 28 mars 2012

Patricia Adam : « Les enjeux maritimes ne sont pas suffisamment pris en compte »


crédits : DROITS RESERVES: 28/03/2012, cliquez sur le titre pour lire la source.

Dans cette seconde partie de l'entretien avec Patricia Adam, nous revenons sur les enjeux liés à l'Action de l'Etat en mer. Récemment, l'élue finistérienne et son collègue Philippe Vitel, député du Var, ont remis un rapport sur ce sujet.
Les deux parlementaires ont notamment étudié l'action et les moyens, en métropole et outre-mer, des différentes administrations impliquées dans l'AEM, ainsi que la mise en place, en 2010, de la Fonction garde-côte.
Patricia Adam nous livre ses positions en la matière, ainsi que sur le rôle du Secrétaire général de la mer, et aussi, l'idée de créer un ministère ou un secrétariat d'Etat à la mer.

MER ET MARINE : Avec votre collègue Philippe Vitel, député du Var, vous avez récemment remis un rapport d'information sur l'action de l'Etat en mer devant la commission de la défense de l'Assemblée nationale. Pourquoi avoir décidé de travailler sur ce sujet ?

PATRICIA ADAM : Nous avons pensé qu'après le Grenelle de la mer et le Livre Bleu, qui réaffirme le rôle du Secrétaire général de la mer, il était intéressant de voir comment fonctionne l'Action de l'Etat en mer. Avec Philippe Vitel, étant élus de territoires maritimes, c'est une problématique que nous connaissons bien. Mais, au niveau national, ce domaine est encore très méconnu. Nous estimons d'ailleurs que les enjeux maritimes et l'Action de l'Etat en mer ne sont pas suffisamment pris en compte dans le dernier Livre Blanc sur la défense et la sécurité, alors même que les questions maritimes présentent une continuité évidente entre la défense et la sécurité. Dans le cadre des travaux de mise à jour du Livre Blanc, qui doivent débuter cette année, les enjeux liés à la sécurité maritime constituent donc un point spécifique qu'il faudra cette fois aborder.
Dans le cadre de notre rapport, il s'agissait de travailler sur l'Action de l'Etat en mer dans sa globalité, en métropole comme dans les territoires d'outre-mer, afin de mieux connaître la coordination des différentes administrations impliquées et ce que cela représente en termes de moyens et de finances.

Dans cette approche globale, avez-vous tenu compte des spécificités de chaque façade ?

Oui, ce qui est apparu très nettement, et c'est aussi le travail qu'est en train de réaliser le Secrétaire général de la mer, c'est qu'il y a des spécificités pour chaque territoire maritime. En Atlantique, Manche et mer du Nord par exemple, les questions liées à la protection du littoral, à la lutte contre la pollution ou à la pêche sont très importantes. En Méditerranée, elles sont également présentes mais, sur cette zone, l'Etat est plus souvent confronté à d'autres problématiques, comme le narcotrafic ou l'immigration clandestine. C'est le cas aussi à Mayotte, qui représente la moitié des chiffres nationaux en termes d'immigration clandestine, où La Réunion, où nous touchons le problème de la piraterie en océan Indien.

La Fonction Garde-côte a été instaurée en 2010, avec notamment l'implantation d'un centre opérationnel à l'état-major de la marine, à Paris. Cette structure a pour but de mieux coordonner les différents moyens de l'AEM, qu'il s'agisse de la marine, de la gendarmerie maritime, des affaires maritimes ou encore de la douane. Comment percevez-vous cette nouveauté ?

L'idée de la Fonction Garde-côte est apparue en juillet 2009, lors du discours du Havre de Nicolas Sarkozy, d'abord dans une perspective européenne. Et cela a interpellé et inquiété les différentes autorités compétentes en la matière. En effet, le fonctionnement et les règles relatifs aux organismes assurant des missions de garde-côte dans les pays européens sont très variés. En France, notre système est très ancien, puisqu'il remonte à Colbert. Les préfets maritimes ont une double autorité, militaire et civile, qui est reconnue et fonctionne. Nous n'avons donc pas besoin de créer un corps de garde-côte. Néanmoins, il est intéressant de voir comment il est possible de mieux gérer la coordination entre administrations et comment mieux mutualiser les moyens. C'est sur ce domaine que travaille actuellement le SG Mer. Nous sommes aujourd'hui au milieu du guet. Nous devons attendre qu'il termine l'état des lieux de l'Action de l'Etat en mer, notamment les capacités mises en oeuvre dans les différentes administrations. Ensuite, il fera des propositions au gouvernement. Il faut donc attendre que ce travail se termine.

Peut-on avoir une Action de l'Etat en mer plus performante ?
A travers les auditions que nous avons réalisées, il ressort que chaque administration concernée connaît parfaitement ses missions et ses besoins en termes d'hommes et de moyens. En revanche, en partant d'une approche globale, embrassant l'ensemble des administrations, nous ne sommes pas du tout persuadés que l'Etat soit efficient sur chaque bassin d'intervention, par exemple dans le domaine de la sécurité en mer. Que se passerait-il par exemple dans le golfe de Gascogne s'il y avait un accident grave. Aurions-nous suffisamment de moyens ? Ce n'est pas clair. La question est aujourd'hui posée, d'autant que nous constatons ces dernières années la mise en service de navires toujours plus grands, notamment en ce qui concerne les navires à passagers. Comme nous l'avons vu avec le naufrage du Costa Concordia, en Italie, de véritables villes flottantes naviguent aujourd'hui sur le territoire maritime et il faut des moyens conséquents pour les secourir en cas d'accident. Le problème se pose dans le golfe de Gascogne, mais aussi en Méditerranée.

Faut-il accorder à la Fonction Garde-côte et à l'Action de l'Etat en mer un budget particulier, qui rassemblerait les lignes budgétaires spécifiques des différentes administrations concernées ?
Nous nous sommes posé la question mais cela semble très prématuré. Nous pensons que les différentes administrations doivent garder leurs budgets. Mais il y a un problème de lecture, dans le sens où l'on ne sait pas toujours très bien ce que coûte véritablement l'Action de l'Etat en mer. On considère par exemple que 25% du budget de la marine y est consacré. Il est toutefois extrêmement difficile d'avoir une comptabilité précise. Ainsi, une frégate peut appareiller pour un entraînement et, en mer, détecter un navire suspect ou intervenir au pied levé pour secourir un naufragé. Ainsi, même si ce n'était pas la raison initiale de sa sortie, le bâtiment va mettre en oeuvre des moyens, par exemple un hélicoptère ou un Zodiac, pour participer à la Fonction Garde-côte.

Peut-on, en revanche, développer des investissements interministériels pour, par exemple, financer de nouveaux moyens matériels, comme les navires ou les aéronefs ?
C'est en effet une attente de notre part et nous y verrons plus clair lorsque le SG Mer aura terminé son évaluation des capacités et des besoins de l'Action de l'Etat en mer. Il est néanmoins clair qu'il faudra globaliser autant que possible les investissements avec une participation des différentes administrations. Il est donc impératif que celles-ci se rencontrent régulièrement et discutent ensemble des aspects budgétaires, sous l'égide du SG Mer, afin que celui-ci présente ensuite des projets au premier ministre pour arbitrage. Puis, en cas d'investissements interministériels, il faudra désigner l'autorité de tutelle et les niveaux de responsabilité compétents dans l'utilisation des bâtiments nouvellement acquis. Je pense notamment à l'outre-mer, où la marine est largement touchée par des réductions de moyens. Nous avons par exemple un trou capacitaire évident en termes de patrouilleurs et il va falloir commander de nouveaux bâtiments. Il y a aussi un manque de moyens aériens, par exemple en termes d'hélicoptères. Or, les départements d'outre-mer ont besoin de moyens polyvalents pour répondre à des enjeux qui touchent différents ministères.

Comment, de manière générale, jugez-vous l'approche française de l'Action de l'Etat en mer ?
Ce qui ressort fortement de notre rapport, c'est que le traitement fait par la France de l'Action de l'Etat en mer est regardé de très près par de nombreux pays. En effet, en cas de besoin, notre système permet à une seule personne, le préfet maritime, de réquisitionner les moyens des différentes administrations, et ce sur tous les espaces marins, qu'ils soient proches ou éloignés de la côte. Nous pouvons d'ailleurs être fiers de notre système, qui a démontré à de multiples reprises sa pertinence et son efficacité.

Une fonction garde-côte européenne est souvent évoquée, mais est-elle vraiment envisageable ?
La Commission européenne a décidé d'y travailler. Nous sommes dans une période d'étude et d'évaluation, mais nous sommes très loin de décisions qui amèneraient à organiser une garde-côte européenne. Ce qui ressort d'ailleurs des premières études, c'est que le domaine est vaste et complexe, chaque pays étant autonome. Dans ces conditions, on voit difficilement comment pourrait émerger une garde-côte européenne. En revanche, nous pouvons travailler en commun sur certains sujets, par exemple sur les plans d'action internationaux en cas de catastrophe maritime. Cela est déjà le cas avec les Britanniques et les Espagnols en Manche et dans le golfe de Gascogne, avec des entraînements réguliers intégrant les moyens des pays impliqués. La France a également accueilli, en septembre dernier, le forum des garde-côtes de l'Atlantique nord, qui a permis de travailler sur ces questions. Au niveau européen, nous pouvons aussi oeuvrer ensemble sur la surveillance et le renseignement. Et il y a déjà des actions communes sur certains sujets, comme la pêche ou l'agence FRONTEX pour l'immigration clandestine. Le chemin sera en tous cas très long, d'autant que les Etats n'ont pas l'intention de perdre leur autonomie en la matière.

Même dans l'élaboration d'un système européen de surveillance maritime, il semble qu'il y ait certaines difficultés en ce qui concerne le partage d'informations sensibles...
Il y a une volonté au niveau européen pour mettre en place un outil qui globaliserait et partagerait les informations recueillies par les moyens des différents pays participant. Mais c'est compliqué puisque certaines informations touchent directement à la défense et il y a des réticences. C'est pourquoi je pense que nous pourrons avancer grâce à un système de rapprochements bilatéraux ou multinationaux.

En matière de sécurité maritime, l'Europe a créé une agence spécialisée qui a été installée en 2006 à Lisbonne. Depuis, l'EMSA est montée en puissance, en se dotant notamment d'une flotte de navires antipollution pré-positionnée à différents points du littoral européen et pouvant être mobilisée en cas de besoin. Pensez-vous que nous pourrions faire la même chose avec les grands remorqueurs utilisés pour l'assistance aux navires en difficulté ?
Avoir des accords bilatéraux sur ce point ne serait pas dénué de sens. Mais se pose ensuite la question de l'autorité. Au-delà de posséder des navires en commun, quel serait le statut des équipages ? Civils ou militaires ? Et sur ordre de qui interviendraient-ils ? Avant de se poser la question des moyens matériels, il faut d'abord se poser la question des moyens humains, des statuts et de l'autorité. Or, ces questions ne sont à ce jour pas traitées.

Créé en 1995, le Secrétaire général de la mer est un véritable outil transversal entre les ministères impliqués dans les problématiques maritimes. Rattaché au Premier ministre, il exerce une mission de contrôle, d'évaluation et de prospective et veille à ce que la politique maritime du gouvernement soit conçue en étroite concertation avec les élus et l'ensemble des professionnels concernés. En outre, il anime et pilote l'action des préfets maritimes. Ce système est aujourd'hui préféré à un ministère de la Mer car les problématiques maritimes sont très vastes. Mais certains appellent à la recréation d'un ministère dédié, ne serait-ce que pour avoir un « visage » politique à ces questions. Qu'en pensez-vous ?
Nous sommes pour un renforcement du rôle du SG Mer. Par ailleurs, le gouvernement doit afficher fortement sa politique maritime, c'est une évidence compte tenu des enjeux. La France doit impérativement renforcer son action dans les domaines qui touchent la mer. Faut-il, pour cela, créer un ministère de la mer ? Je pense que créer au moins un secrétariat d'Etat à la Mer auprès du premier ministre serait une bonne chose. Evidemment, il n'est pas pensable de construire un budget uniquement dédié à la mer car les problématiques sont très vastes, allant de la plaisance à la défense. Le budget est donc, logiquement, éclaté sur plusieurs ministères. Et il doit le rester faute de quoi, je ne pense pas que la mer y gagnerait.
Néanmoins, la création d'un secrétariat d'Etat permettrait peut-être de mieux coordonner la politique maritime française. Car, si le Livre Bleu y contribue, encore faut-il qu'il soit traduit dans les faits. Pour cela, je pense qu'il faut un suivi politique. Celle-ci serait du ressort du secrétaire d'Etat, qui participerait par exemple au Conseil des ministres et travaillerait en duo avec le SG Mer. Ainsi, ils pourraient oeuvrer ensemble pour évaluer constamment les actions entreprises dans le cadre du Livre Bleu, et aussi réactualiser cette stratégie en fonction des évènements et de l'évolution des connaissances sur le milieu marin.

Avec Philippe Vitel, vous proposez aussi, dans votre rapport, que se déroule chaque année un débat sur la mer à l'Assemblée nationale. Pourquoi ?
C'est sans doute le moyen, au moins une fois dans l'année, de parler de la mer dans l'hémicycle. En effet, qu'il s'agisse de défense, de transport, de pêche ou encore d'environnement, ces questions sont toujours abordées en commissions, jamais globalement. Or, le milieu maritime est très vaste et il serait donc intéressant de pouvoir aborder de manière générale l'ensemble de l'Action de l'Etat en mer. C'est un monde qui demeure très largement méconnu des Français et, par conséquent, de nombreux parlementaires, qui sont leurs représentants. Pourtant, la mer constitue un enjeu majeur pour notre pays et il est donc fondamental de pouvoir partager notre connaissance du maritime, y compris avec nos collègues parlementaires, afin de leur faire comprendre que la mer est l'un des territoires les plus importants et que la France a tout à gagner à renforcer son action dans ce domaine.
_______________________________________________________

Propos recueillis par Vincent Groizeleau © Mer et Marine, mars 2012

Législatives. La candidature d'André Ménesguen officialisée

Aux côtés d'André Ménesguen, sa remplaçante, Muriel Spring,
de Telgruc, 36 ans, caissière dans la grande distribution.

Article d'archive car information payante:
http://brest.letelegramme.com/local/finistere-nord/brest/strenanouess/ouessant/legislatives-la-candidature-d-andre-menesguen-officialisee-28-03-2012-1648334.php

Présentation:
A 59 ans, c'est la première fois qu'André Ménesguen se présente à une élection. Contrôleur électrotechnicien à l'Ile Longue depuis 2004, après plusieurs années passées dans la région parisienne, ce natif de Rostudel, près du Cap de la Chèvre, avoue avoir eu le déclic en apprenant que Louis Ramoné était le candidat divers gauche soutenu par le parti socialiste. «Louis Ramoné, il est socialiste comme moi je suis curé», ironise-t-il. «C'est tellement farfelu que des militants de la gauche qui n'ont rien de troskistes m'ont appelé pour me dire d'aller au charbon». Mais que les autres candidats en lice dans cette élection ne se réjouissent pas trop vite, il a pour eux, le même genre d'amabilités. Patrick Berthelot? «Il est le moule UMP personnifié. Ce moule qui a détruit les valeurs du gaullisme à qui l'on devait nombre d'acquis sociaux issus du conseil de la Résistance».

Ancien communiste repenti
La candidate des Verts, Jocelyne Leclerc? «Les fleurs, les petits oiseaux, les abeilles, c'est bien, mais ce n'est pas en peignant le capitalisme en vert qu'on va remédier à tous les maux de la terre». Enfin, il juge la candidature de Christian Beaumanoir totalement illégitime. «Le parti de gauche n'existant pas à Crozon, il devait se présenter sous sa bannière communiste, point». Une bannière qu'André Ménesguen a lui-même portée pendant des années, avant de couper les ponts. La raison? «Elle est simple. Le PC a rompu avec ses valeurs en s'alignant sur le programme du PS. Et depuis, ces deux-là mangent toujours la même soupe du capitalisme».

Un score à deux chiffres
André Ménesguen a le sens de la formule, mais a-t-il seulement des idées pour la Presqu'île? A ceux qui le considèrent comme un simple trublion, il répond: «A l'Ile Longue, je suis l'assistant technique des ingénieurs qui lancent des marchés publics. Ces procédures n'ont pas de secret pour moi», si ce n'est, bien sûr, celui de la Défense. Pour le canton, il souhaite donc «comme les autres, le désenclavement. Le problème, c'est qu'il faut une vraie volonté politique pour ça». La défense des services publics est son autre priorité. «La santé, l'eau, l'éducation... Tout ça n'a rien à faire dans le privé. Pas plus que Diwan d'ailleurs». Pour lui, la solution passe par l'éradication du capitalisme. A l'origine de la création de la section NPA dans la Presqu'île voici deux ans, André Ménesguen est assez fier d'avoir, avec quelques autres, redonné le goût à la manif à quelques Presqu'îliens lors de la mobilisation sur la réforme des retraites. Son ambition dans cette élection? «Un score à deux chiffres. Je suis le seul candidat légitime de la gauche», répète-t-il.

Jean-Luc Padellec

Créer un Lipdub pour un avion tous les jours.

Afin de faire découvrir notre combat sur internet, je vous propose de créer un lipdub "version Rockollection" c'est un tube mondial, et tous les participants auront soit un vétément au couleur de l'affiche ou une pencarte avec l'affiche....! L'affiche doit être l'élément principal.
Afin de réduire les frais de tee-shirt, et de pencarte il faut enregistrer les séances par petit groupe, c'est à dire par groupe de 10 personnes: (en play back)
voici la version comme exemple à suivre:
1° Ecoles
2° Commercants
3° Pêcheurs
4° phare bal
5° Pompier
6° Mairie....etc. (il faut une bonne dixaine de groupe)

Laurent Voulzy - Rockollection 008 - Version longue
Réunissez vos amis, vos collègues, vos voisins... et filmez votre propre interprétation d'un extrait de Rockollection !
Une messe joyeuse autour d'un clip qui désormais vous appartient.
Alors n'hésitez pas plus longtemps et réalisez votre propre Lipdub (vidéo réalisée en plan séquence et en play back par des particuliers).
Invitez-nous ensuite à le visualiser en vous rendant sur Youtube :

1- Connectez-vous à votre compte Youtube ou créez en un si vous n'en avez pas.
2- Cliquez sur Publier un commentaire video en dessous de la video.
3- Choisissez entre : Enregistrer une video (depuis votre webcam) OU Envoyer une Video (pour uploader votre video) OU Choisir une video (si vous avez déjà uploadé votre video).

Association familiale de gestion de l'établissement agricole privé Sainte Anne.

lundi 26 mars 2012, cliquez sur le titre pour lire la source.


Association familiale de gestion de l'établissement agricole privé Sainte Anne
Assemblée générale samedi 7 avril, 17 h, école Sainte Anne, Porsnoan.
Renouvellement du conseil d'administration.

mardi 27 mars 2012

La Solidaire du Chocolat.

Il y a 70 ans, le «Campbeltown» détruisait la forme Joubert.

mardi 27 mars 2012- Saint-Nazaire. cliquez sur le titre pour lire la source.




  • Découvrir "La Chambre de Veille", d'Alexis Gloaguen

    à Ouessant, vendredi 30 à 15 h 00 (salle polyvalente) venez découvrir "La Chambre de Veille", d'Alexis Gloaguen
    c'est ouvert à tous l'entrée est libre.

    Groupe officiel du Salon International du Livre insulaire
    Association C.A.L.I. (Culture, arts et lettres des îles)
    Village de Toulalan - BP 10-29242 OUESSANT
     

    Isabelle Le Bal

    lundi 26 mars 2012

    Un chalutier japonais retrouvé un an après le tsunami.

    Un an après le tsunami qui a ravagé le Japon, un chalutier japonnais emporté par le sinistre a été repéré au large des côtes du Canada

    26 mars 2012, cliquez sur le titre pour lire la source.
    Un an après le tsunami qui a ravagé le Japon, un chalutier japonnais emporté par le sinistre a été repéré au large des côtes du Canada. Le gros bateau de pêche long de 65 mètres a été aperçu mardi dernier par les forces aériennes du Canada. Le bateau, seulement taché par la rouille, est toutefois intact.

    Lire également : Tsunami japonais. Des débris s'échouent en Amérique
    Le chalutier est à la dérive à 280 km au large de la côte sud des îles Haida Gwaii, soit à quelque 1500 km au nord de Vancouver. Il devrait d'ailleurs arriver à proximité de la côte dans quelque 50 jours, a indiqué une sénatrice américaine de l'Etat de Washington, Maria Cantwell. "Ce bateau est considéré comme un obstacle à la navigation", a indiqué le ministère des Transports. Il est également surveillé pour éviter une pollution éventuelle.
    Le plus grand "débris" à avoir traversé l'océan PacifiqueIl s'agit du premier et du plus grand objet ayant traversé tout l'océan Pacifique depuis le Japon aux côtes nord-américaines à la suite du tsunami du 11 mars 2011. Un bateau russe avait rencontré non loin de l'atoll Midway, dans le Pacifique, un petit bateau de 6 mètres de Fukushima, lui aussi intact, ainsi que des débris tels que des postes de télévision, a indiqué l'Université des Hawaii.
    Selon des chercheurs de cet archipel américain, un grand nombre de débris emportés par le tsunami des côtes japonaises et poussés par des courants marins pourraient arriver sur la côte ouest américaine au début de 2014.

    La rédaction web

    Culture. Lectures-rencontres lundi et vendredi 30

    6 mars 2012, cliquez sur le titre pour lire la source.    

    Lundi, à 18h, à la Maison des îles et des livres: lectures-rencontres avec Henry LeBal pour son roman: «Naamah» et Anne Bihan pour son recueil «Ton ventre est l'océan» (entrée libre).
    Henry Le Bal est un écrivain, romancier et dramaturge vivant à Quimper, qui a publié une vingtaine de romans. Son oeuvre est inspirée des interstices de la Bible, cette part non écrite qui invite aux interrogations.
    Henry Le Bal poursuit ses recherches sur l'île ultime.
    Le vendredi 30 mars se déroulera une journée de présentation en avant-première du livre «La chambre de veille», d'Alexis Gloaguen, suite à sa résidence d'écrivain au sémaphore du Créac'h;
    rencontre publique, à15h, à la salle polyvalente.

    Renseignements Association Cali (Culture arts et lettres dans les îles).

    Cela c'est passé à Ouessant.

    samedi 24 mars 2012, cliquez sur le titre pour lire la source.


    Messe
    Dimanche 25 mars, 11 h 30, église Saint Pol Aurélien, bourg de Lampaul.
    La messe des familles sera animée par les écoliers et collégiens d'Ouessant, une délégation de Molène participera à la messe.
    À l'issue de la cérémonie, les familles se retrouveront pour un pique-nique.

    dimanche 25 mars 2012

    La bataille d'Ouessant

    "C’est un mauvais coup porté à l’aménagement du territoire" estime Denis Paluel. Depuis quelques semaines, le Maire d’Ouessant ne décolère pas contre la décision du conseil général du Finistère, de réduire la desserte aérienne entre Brest et l’île d’Ouessant.

    La carte des vols Finist'Air © Compagnie Aérienne Finist'air.

    Dimanche 25 Mars 2012: cliquez sur le titre pour entendre la réaction du Maire d'Ouessant.

    Jusqu’à présent, la compagnie Finist'Air assurait avec un Cessna Caravan de 9 places, deux aller-retour quotidiens, 363 jours par an. Mais à partir du 5 avril, les vols du dimanche et les liaisons de la mi-juillet à la mi août seront supprimés, en raison d’une desserte maritime plus large.
    Pour justifier, sa décision, le conseil général du Finistère invoque le déficit chronique de la ligne, environ 850.000 euros pour an. Et un taux de remplissage insuffisant.
    Pierre Maille, président du Conseil Général du Finistère, dénonce une réaction disproportionnée des habitants d’Ouessant. Il se défend de ne pas avoir cherché à privilégier la concertation. Et promet même une amélioration du service avec une dérogation de l’aviation civile qui permettrait à l’avion de voler par tous les temps.
    Argument irrecevable, pour Denis Paluel et le comité de défense de la liaison aérienne, pour qui le risque est plus grand, non pas pour le tourisme, mais la population d’Ouessant.

    cliquez sur le lien pour entendre l'interview.
    "http://www.franceinfo.fr/player/export-reecouter?content=566045"

    Les campagnes d'observation aérienne des oiseaux et mammifères, menées dans l'archipel, pour le Parc marin et PNRA (parc naturel régional), pour une somme de 2,5 M€, sont une honte....!

    D'Andréas Guyot.....Je dénonce cette pratique qui ne sert à rien et qui d'une totale gabegie, je parle en tant qu'ornithologue et naturaliste, l'observation de terrain, sur la terre ferme ou en navigation est tout aussi efficace, elle est pratiquait à Ouessant et dans l'archipel depuis 1954...et je sais de quoi je parle..!! Les comptages ont tous été publié dans la revue "Penn ar Bed" et dans les bulletins du centre ornithologique d'Ouessant, CEMO, Natur Eussa.

    Ce n'est qu'une mode, et elle est pratiqué dans un but pour ce faire plaisir, pour découvrir des paysages, faire une belle balade rien de plus, sachez que de bonnes observations de terrains par des naturalistes confirmés sont tout aussi qualitatives.

    Cela me scandalise, car cette budgétisation même si elle est certes différente, et quand même à mettre en relation avec la suppression de nombreuses journées d'avion pour les humains.

    Je suis à l'aise sur ce sujet, car je ne l'ai jamais pris, parce que je préfère le voyage en bateau, mais je comprends ceux d'entre vous qui en ont réellement et impérativement besoin, et c'est pour cela que j'ai publié cette réaction et que je dénonce cette gabegie financière.

    Andréas Guyot. le fondateur du blog.
    Cliquez sur le titre pour lire la source.

    «Maintien des traditions». Rigueur et rigueur...!

    5 mars 2012, cliquez sur le titre pour lire la source.   

    Maintien des traditions ouessantines» tenait son assemblée générale mercredi.
    Le président, Michel Quantin, a notamment évoqué le sort de la liaison aérienne et mis en perspective la recherche déclarée d'une certaine rigueur budgétaire et les campagnes d'observation aérienne des oiseaux et mammifères, menées dans l'archipel, pour le Parc marin et PNRA (parc naturel régional), pour une somme de 2,5 M€.
    N'y a-t-il pas 200.000 € à consacrer aux résidants permanents d'Ouessant ?», a-t-il questionné.
    Par ailleurs, une demande de licence de pêche d'ormeaux sur le gisement ouessantin ne fait pas l'unanimité.
    Enfin, concernant le processus de renouvellement de la réserve de biosphère de la mer d'Iroise, mené par le PNRA et le Parc marin d'Iroise et qui se poursuit, MTO déclare se tenir «à l'écart».

    samedi 24 mars 2012

    Le Tour ATL 2012 met le cap sur la Bretagne

    publié le vendredi 23 mars 2012, par Gil Roy cliquez sur le titre pour lire la source.
    Le 23ème Tour ATL organisé par l’aéro-club Vosgien, du 13 au 19 mai 2012, conduira les concurrents à Vannes d’où ils rayonneront à travers la Bretagne : Saint-Brieuc, Belle-Île-en-mer, l’île d’Ouessant et l’île d’Yeu.

    Depuis 1990, l’aéro-club Vosgien organise tous les ans le Tour des Avions Très Légers. Réservé au départ aux Robin ATL, il est maintenant ouvert à tous les avions de tourisme d’une puissance inférieure ou égale à 180 cv. Au-delà de la compétition, le Tour ATL est une grande randonnée aérienne qui permet de réaliser une vingtaine d’heures de vol pendant la semaine de l’Ascension. Après avoir, pendant plusieurs années, passé la semaine à sillonner une bonne partie du pays en changeant de ville étape tous les jours, le Tour s’est recentré sur deux ou trois régions. Ainsi l’année dernière, deux étapes sont parties de Montauban et les autres de Châteauroux. Cette année, les équipages se regrouperont à Vannes le dimanche après-midi (13 mai) d’où ils rayonneront ensuite sur la Bretagne (Saint-Brieux lundi, Belle-Île-en-Mer mardi, Île d’Ouessant mercredi, Île d’Yeu jeudi) avant de mettre le cap sur Epinal, via Chatellerault et Auxerre. Une épreuve est prévue le samedi, au-dessus du massif Vosgien, si la météo le permet.
    JPEG - 30.9 ko
    JPEG - 43.1 ko
    Dans les années 90, le tour ATL était une vraie randonnée monotype…
    © AC Vosgien
    L’aéro-club Vosgien a lancé son Tour ATL l’année précédant l’abandon définitif de la production de cet avion par Robin. A sa manière l’association entretient le souvenir de ce petit biplace qui ne connu pas le succès escompté, mais qui, d’une certaine façon, fut le précurseur des actuels ULM biplaces trois-axes. L’ATL est né au début des années 80 dans le cadre d’un appel d’offres lancé par la Fédération nationale aéronautique qui souhaitait doter les clubs d’un avion économique de formation. La compétition fut remportée par Pierre Robin qui fit voler son ATL, pour la première fois, en 1983. Des problèmes de motorisation et de fragilité eurent raison de cette belle idée. Le programme fut abandonné en 1991. 132 ATL furent construits par les avions Pierre Robin.
    JPEG - 47.4 ko
    En 2011, un seul ATL a participé au Tour organisé par l’aéro-club vosgien
    © AC Vosgien
    L’échec commercial du programme ATL repose en partie sur un quiproquo. La FNA et le constructeur ont confondu économie et légèreté. L’avion construit en matériaux composites et équipé d’un moteur JPX dérivé d’un moteur Volkswagen s’est très vite révélé fragile à l’usage. Le constructeur aurait du concevoir une machine robuste. Il a fait un biplace léger. Résultat : les clubs ont perdu à l’exploitation ce qu’ils avaient gagné à l’achat. L’ATL était pourtant, à l’époque, une alternative sympathique au traditionnel DR400. Rarement avion n’a aussi été victime d’un tel dénigrement. Certes, il était fragile, mais il était surtout différent. Il était en avance sur son temps. Trente ans plus tard, les biplaces légers d’Europe entière colonisent les aéro-clubs français…
    JPEG - 45.4 ko
    Fini l’alignement d’ATL, désormais le tour ATL est ouvert à tous types d’avions de moins de 180 ch.
    © AC Vosgien
    Une chose est sûre, les concurrents du Tour ATL2012 qui voleront sur le petit biplace Robin (à condition qu’il en reste au moins un…), auront un point de vue privilégié sur le golfe du Morbihan et les îles bretonnes. Avec sa vitesse de croisière de 140 km/h et sa grande verrière, l’ATL restera une invitation à la flânerie.
    Gil Roy

    Une idée joyeuse pour manifester pour le retour de l'avion, créer un Lipdub (vidéo réalisée en plan séquence et en play back par des particuliers).

    Refaire cela (rock collection) et les participant auraient des pencartes ou des vétéments
    avec on veut notre avion.
    cliquez sur le lien pour voir la vidéo.

    Laurent Voulzy - Rockollection 008 - Version longue
    Réunissez vos amis, vos collègues, vos voisins... et filmez votre propre interprétation d'un extrait de Rockollection !
    Une messe joyeuse autour d'un clip qui désormais vous appartient.

    Alors n'hésitez pas plus longtemps et réalisez votre propre Lipdub (vidéo réalisée en plan séquence et en play back par des particuliers).

    Invitez-nous ensuite à le visualiser en vous rendant sur Youtube :

    1- Connectez-vous à votre compte Youtube ou créez en un si vous n'en avez pas.

    2- Cliquez sur Publier un commentaire video en dessous de la video.

    3- Choisissez entre : Enregistrer une video (depuis votre webcam) OU Envoyer une Video (pour uploader votre video) OU Choisir une video (si vous avez déjà uploadé votre video).

    Image exceptionnelle d'Ouessant.

    Départ du saut en parachute en tandem ..........
    le but c'est d'arriver en bas près du taxiway de l'aérodrome de Ouessant-Kerlaouen........
    la montée au dessus de Ouessant, vers 4500 pieds,
    se faisant en avion Pilatus Eussa Free

    La librairie bretonnante de Rennes soutient la cause des Ouessantins.


    "L'Encre de Bretagne", la librairie bretonnante de Rennes soutient la cause des Ouessantins

    cliquez sur le titre découvrir la librairie.

    Kris, dessinateur de bandes dessinées, au collège

    jeudi 22 mars 2012, cliquez sur le titre pour lire la source.


    Erwan Le Bot, professeur d'arts plastiques, et Kris en classe.
    Dans le cadre des cours de d'arts plastiques, les collégiens ont eu le plaisir de recevoir la visite de Kris, scénariste de bandes dessinées.
    Ses multiples talents ont permis à l'ensemble du collège, élèves comme professeurs, d'échanger sur ce qu'est la création d'ouvrages où prime le dessin. Il a aussi expliqué les subtilités de la narration par l'image, dévoilant les coulisses de ses projets comme par exemple « Notre Mère la guerre » dont l'intrigue se déroule pendant la Première Guerre mondiale, les élèves ont aussi apprécié les planches originales que l'auteur a bien voulu apporter.
    Les classes de 6 e et 5 e ont pu lui montrer leurs propres créations réalisées en classe pour le concours scolaire du Festival d'Angoulême.

    Molène, Sein, Ouessant. La pêche aux ormeaux interdite au printemps

    samedi 24 mars 2012, cliquez sur le titre pour lire la source.

    La Recouvrance remise à l'eau après son carénage (vidéo)

    autres vidéos:

    Entrée il y a quelques jours dans le port de Douarnenez, mise à sec pour son "lifting" annuel, notre belle ambassadrice vient de quitter le "slipway" et retrouve ainsi son élément... Bon vent Miss...cliquez sur le titre pour voir la vidéo.

    Une taxe « scooters des mers » pour payer l’entretien des phares

    samedi 24 mars 2012, cliquez sur le titre pour lire la source.

    L’administration des Phares et balises a cédé le 1er mars cinq phares bretons au Conservatoire du littoral : Stiff (Ouessant), Ile Tristan (Douarnenez), Millier (Beuzec-Cap-Sizun), Pointe des Chats (Groix), Poulains (Belle-Ile). Le transfert de neuf phares français en 2012 (quatre sont en Méditerranée et Martinique) fait suite à l’annonce de Nicolas Sarkozy à Crozon (Finistère) en juillet dernier. 60 phares seraient visés en dix ans.
    Les Phares et balises conserveront la seule responsabilité des signaux de navigation. L’entretien des murs, plus que centenaires, revient au Conservatoire, une agence sous tutelle du ministère de l’écologie, dont la vocation première est l’acquisition et la protection d’espaces naturels côtiers.
    5 millions attendus
    Comment financera-t-il cette maintenance ? A priori par la taxe dite « scooters des mers ». Votée le 21 décembre 2011, elle devrait rapporter 5 à 6 millions d’euros. Les droits de francisation des navires (DAFN) qui s’appliquaient traditionnellement aux propriétaires de bateaux de plus de 7 mètres ou avec un moteur de plus de 22 CV sont étendus aux véhicules nautiques à moteur (VNM) de plus de 90 kW de puissance. Autrement dit : les jet-skis ou scooters des mers.
    Cette taxe sera effective en 2013. On compte environ 12 000 propriétaires de scooters des mers en France.

    jeudi 22 mars 2012

    Hydroliennes : la France vise le leadership mondial

    La turbine OpenHydro de 16 mètres de diamètre avant son assemblage à DCNS Brest (photo DCNS).
    La turbine OpenHydro de 16 mètres de diamètre avant son assemblage à DCNS Brest
    (photo DCNS).Crédits photo : Fred Tanneau.
    Par Véronique Guillermard:  

    Eric Besson, le ministre de l'Industrie, annonce le lancement d'un appel d'offre commercial pour des centaines d'hydroliennes en 2014.

    En retard dans l'éolien offshore, la France vise le leadership mondial dans un autre domaine des Énergies marines renouvelables (EMR): les hydroliennes dont les turbines produisent de l'électricité en captant l'énergie des courants marins. Les industriels impliqués estiment qu'elles offrent une opportunité unique pour donner naissance à une nouvelle filière industrielle qui créerait plus de 10.000 emplois pérennes.
    La France a un atout naturel: le Raz Blanchard, un des plus forts courant marin d'Europe situé entre la Basse-Normandie et l'île anglo-normande d'Aurigny. «Il représente 98 % des ressources françaises avec Ouessant qui est plus petit», souligne Frédéric Le Lidec, directeur des EMR de DCNS, le leader européen du naval militaire qui a décidé de se développer dans des métiers connexes.

    Étude d'impact sur l'environnement

    Autre atout, le tissu industriel qui compte 356 entreprises, petites et grandes, engagées dans les EMR. Parmi elles, DCNS revendique une avance technologique grâce à son partenariat avec la PME irlandaise OpenHydro dont il détient 11 % du capital (en attendant d'en prendre la majorité). «Nous sommes les premiers à faire une proposition mature grâce à la technologie OpenHydro qui, une fois la production en série lancée, permettra à l'énergie hydrolienne d'être en dessous du prix de l'énergie éolienne», a expliqué Patrick Boissier, PDG de DCNS qui recevait ce lundi Eric Besson au siège parisien du groupe. «Nous sommes prêts à répondre à toute demande mais pour créer la filière, il nous faut un appel d'offres dès 2012», a-t-il lancé au ministre de l'industrie.
    Il y aura bien un appel d'offre commercial. Mais d'ici à deux ans, a promis Eric Besson. Le temps d'achever les tests qui doivent permettre de «dérisquer le projet». Le RTE (transport d'électricité) doit par exemple préciser les conditions de raccordement entre les futures hydroliennes et le réseau électrique à terre. Des études d'impact sur le milieu marin de ces turbines géantes de 20 mètres de haut immergés à 35 mètres sous l'eau, sont en cours.
    L'objectif de l'appel d'offres est d'installer des fermes de 300 hydroliennes chacune en moyenne. «Au total, le potentiel franco-britanniques du Raz Blanchard est de près de 5 Giga watts soit des fermes totalisant 2500 hydroliennes», résume Patrick Boissier. «Une course contre la montre est engagée alors que de grands appels d'offre vont être lancés en Écosse (NDLR: en 2015). Il faut être les premiers afin que la base industrielle soit en France», a ajouté Eric Besson.

    Premier raccordement cet été

    DCNS compte dessus pour asseoir son projet industriel. Il prévoit d'implanter à Cherbourg la première usine d'assemblage d'hydroliennes d'Europe. Elle doit entrer en service en 2014 et vise une production de 100 machines par an à partir de 2018. Elle doit entraîner la création de 1 000 emplois à terme pour fabriquer, exploiter et entretenir le futur parc normand.
    D'ici là, le groupe poursuit les tests engagés depuis 60 mois. Une étape clef aura lieu cet été au large de Paimpol-Bréhat où DCNS installe une ferme expérimentale de 4 hydroliennes. La première sera raccordée au continent cet été, le parc devant être opérationnel en 2013. «Les 4 hydroliennes produiront 2 Mégawatt, soit la consommation électrique de 2 000 foyers en un an», précise Frédéric Le Lidec. Ce test sera décisif pour la suite.
    Pour ces promoteurs, les hydroliennes sont très prometteuses d'autant que la source d'énergie est «prédictible». Les courants marins ne connaissent aucun répit. Contrairement aux éoliennes qui dépendent d'une ressource capricieuse: les vents. Mercredi 14 mars, à 14 h 30 précises, les 4 000 éoliennes du parc français - représentant plus de 6700 mégawatts (MW) installés - se sont mises à l'arrêt en raison d'un vent insuffisant

    mercredi 21 mars 2012

    Rolex Oyster Perpetual YACHT-MASTER



    Sur cette nouvelle YACHT-MASTER, le système de rotation bidirectionnel de la lunette a été entièrement repensé. Il repose sur une bague crantée à 120 positions et un ressort trigone offrant un couple de rotation constant dans les deux sens, gage d’une usure minimale et d’une manipulation plus performante. La lunette graduée en relief participe pleinement à l’identité unique du modèle et à ses fonctionnalités.
    Entièrement en platine 950, avec des graduations polies en relief se détachant sur fond sablé, elle permet de lire facilement une durée jusqu’à 60 minutes – par exemple un temps de parcours entre deux bouées – ou de fixer un repère dans le temps. Le cadran accueille de larges index et aiguilles CHROMALIGHT emplis d’une matière luminescente longue durée émettant dans le bleu. Cet affichage exclusif offre une lisibilité exceptionnelle dans l’obscurité.
    Le boîtier OYSTER de 40 mm de la YACHT-MASTER, garanti étanche jusqu’à 100 mètres, est un exemple de robustesse. Sa carrure aux formes caractéristiques est taillée dans un bloc massif d’acier 904L particulièrement résistant à la corrosion.

    Site Rolex:
    http://www.rolex.com/fr#/rolex-watches/basel2012/the-new-yacht-master/the-new-yatch-master
    autre site:
    http://www.thewatchobserver.fr/-montres-de-luxe-et-de-prestige-guide-d-achat-essai-revue-comparatif-photos-prix-du-neuf-/-Rolex-Yacht-Master-40-mm-16622-.html

    Prix du Livre Insulaire 2012 : Inscription J -12 jours minuit.

    REGLEMENT DU PRIX 2012

    Créé en 1999, en lien avec le Salon International du Livre Insulaire de l'île d'Ouessant, le 14e PRIX DU LIVRE INSULAIRE sera attribué en août 2012.
    Il est doté de 8 prix récompensant les ouvrages parus entre le 1er avril 2011 et le 30 avril 2012.
    Les dotations sont remises aux auteurs.
    Les lauréats sont choisis par trois jurys composés de personnalités du monde littéraire insulaire.
    Les remises des prix se déroulent pendant le salon d’Ouessant.

    lire la suite en cliquant sur le titre.

    lundi 19 mars 2012

    La Solidaire du Chocolat.

    Evacuation médicale sur un paquebot au large de la Bretagne


    Le paquebot Independence of the Seas
    crédits : MARINE NATIONALE, cliquez sur le titre pour lire la source.


    Le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) de Corsen a coordonné, vendredi, une évacuation médicale sur l'Independence of the Seas. Le grand paquebot de la compagnie américaine Royal Caribbean International se trouvait alors à 70 milles de Brest, au niveau du dispositif de séparation du trafic d'Ouessant. Vers midi, le navire avait alerté le CROSS qu'un passager britannique, âgé d'une soixantaine d'années, était souffrant. Après concertation avec le Centre de Consultation Médical Maritime (CCMM) de Toulouse, l'évacuation du malade a été décidée. Un hélicoptère EC225 de la Marine nationale basé à lanvéoc-Poulmic a donc reçu l'ordre de décoller avec, à son bord, une équipe médicale du Service de santé des armées. Vers 14h00, le patient, pris en charge par l'équipe médicale, a été hélitreuillé à bord de l'EC225 et évacué vers l'hôpital brestois de la Cavale Blanche.
    Plus grand paquebot exploité actuellement en Europe, l'Independence of the Seas, construit par STX Europe à Turku, en Finlande, a été mis en service en 2008. Long de 339 mètres et19/03/2012
     affichant une jauge de 158.000 tonneaux, il compte 1817 cabines. Le navire est en ce moment exploité sur des croisières de 11 jours au départ de Southampton et à destination de l'Espagne, du Portugal, des Canaries et de Madère.


    Un hélicoptère EC225 (© : MARINE NATIONALE)


    Evacuation du passager (© : MARINE NATIONALE)


    Evacuation du passager (© : MARINE NATIONALE)


    Evacuation du passager (© : MARINE NATIONALE)


    L'Independence of the Seas (© : MARINE NATIONALE)

    dimanche 18 mars 2012

    Aller à OUESSANT, en avion, tous les jours même sans l'accord de Mr Maille.


    J'ai lancé un appel au peuple de l'aéroclub du Finistère, il y a une heure voir sur le groupe "aéroclub du Finistère" il peuvent peut être nous aider à compenser la suppression du service public aérien de façon intelligente d'autres pistes sont à l'étude (de nombreux contacts) c'est fou ce que Facebook est efficace......Eussa Free

    La Solidaire du Chocolat,

    Législatives. Patrick Ar Goarnig pour Europe-Écologie - Les Verts

    Patrick Ar Goarnig vient d'être officiellement investi par Europe-Écologie - Les Verts.

    3 mars 2012, cliquez sur le titre pour lire la source. 

    C'est officiel: Patrick Ar Goarnig, l'artiste installé à Saint-Goazec, sera le candidat d'Europe-Écologie - Les Verts aux législatives de juin prochain, dans la circonscription de Châteaulin-Carhaix.
    Aux dernières cantonales, à Pleyben, il avait récolté 10% des suffrages au premier tour.
    Sa suppléante sera la presqu'îlienne Jocelyne Leclerc, qui avait également été candidate sous la bannière d'EELV, aux dernières cantonales de Crozon.

    L'UDB ne prendra pas position au premier tour

    S'il est assez pertinent d'un point de vue géographique, ce tandem 100% Verts ne coulait pas de source, il y a encore quelques semaines. Des négociations étaient alors engagées avec l'UDB, en vue de porter une candidature commune. En vain. Les crispations engendrées à Brest-centre et Quimperlé-Concarneau, où les deux partis, faute de s'entendre, vont se trouver en concurrence, ont fini par rejaillir dans la sixième. Résultat: l'UDB a décidé de ne pas présenter de candidat et ne prendra pas position, au premier tour, pour l'un des trois candidats de gauche:
    Patrick Ar Goarnig (EELV),
    Richard Ferrand (PS) ou
    Christian Troadec (Mouvement Bretagne et Progrès).

    Christian Troadec pour le maintien des rotations.

    3 mars 2012, cliquez sur le titre pour lire la source.    

    «C'est aussi au nom du soi- disant coût du service public que l'État, en 2008, a voulu fermer la maternité et la chirurgie de l'hôpital de Carhaix. Nous nous sommes battus pour maintenir nos droits et nous avons gagné», lance Christian Troadec, maire de Carhaix et conseiller général, dans un communiqué.
    «Je le dis clairement, je suis contre la diminution des rotations de l'avion qui relie Ouessant au continent. Il faut maintenir les choses en l'état ou trouver une solution qui soit partagée par tous. Je l'ai fait savoir à plusieurs reprises, lors des séances du conseil général, à Quimper. Je suis pour le maintien des rotations telles qu'elles existaient avant le nouveau cahier des charges.
    Si l'on veut maintenir des populations sur les îles et lutter contre le phénomène des résidences secondaires, il nous appartient de renforcer le service public et la continuité territoriale et non pas les diminuer (...).

    Appel au dialogue

    «J'apporte donc mon soutien à celles et ceux qui, à Ouessant ou ailleurs, se battent pour le maintien d'un service public de qualité. Il est temps que les principaux acteurs de ce dossier retrouvent la voie du dialogue pour trouver une issue à ce problème (...)».

    Liaison aérienne. La réaction du Front de gauche

    27 février 2012, cliquez sur le titre pour lire la source.   

    Candidate du Front de gauche aux législatives sur la circonscription de Châteaulin-Carhaix qui inclut l'île d'Ouessant, Noëlle Péoc'h demande à Pierre Maille de revenir sur le projet du conseil général de réduire les liaisons aériennes entre l'île et le continent.
    Dans un communiqué, elle rappelle que les services rendus par l'avion ne sont pas de même nature que ceux du bateau. «Ils répondent à des besoins spécifiques, notamment d'ordre sanitaire, pour des personnes en grande difficulté qui, parfois, n'ont pas les moyens financiers de prendre une chambre d'hôtel sur le continent en cas de soins fréquents et lourds.
    La continuité territoriale de service public ne saurait être remise en cause par vous-même et par la majorité que vous dirigez», écrit-elle encore, en déplorant les arguments «uniquement comptables» du conseil général.
    En conclusion, elle demande qu'une vraie concertation s'engage avec les élus et des représentants du comité de défense ouessantin qui s'est mis en place.

    Cela c'est passé à Ouessant.

    vendredi 16 mars 2012, cliquez sur le titre pour lire la source.


    Repas des chèvres
    Samedi 17 mars, 12 h 30, salle polyvalente.
    Un colombo sera préparé par l'association « Bouc en train », on peut emporter des repas.
    Ouvert à tous. Tarifs: 16 €, réduit 8 €.

    samedi 17 mars 2012

    Embarquement Mont St Michel 2 (ferry)

                                                            Par Jérôme Le Gall sur Facebook

    Autre lien:
    http://www.facebook.com/MLP.officiel#!/photo.php?v=3460763838785&set=vb.1261615580&type=2&theater

    vendredi 16 mars 2012

    Nécrologie. Marie Berthelé doyenne de l'île.

    La doyenne de l'île, Marie Berthelé, née Cain, âgée de 96 ans et demeurant à la Mapa Brug-Eusa depuis quelques années, est décédée à la maison de retraite.
    Femme de marin de commerce, elle était originaire du quartier de Kernévez.
    Le maire lui avait rendu visite, avec le CCAS et lui avait offert une composition florale, en présence de ses enfants et membres de sa famille, en septembre, à l'occasion du banquet des anciens (notre photo). Cliquez sur le titre pour lire la source.
    Ses obsèques seront célébrées demain, samedi 17 mars, dès 14 h, en l'église Saint-Pol-Aurélien.

    D'Andréas, Je désire remercier très sincèrement "Le Télégramme" qui a très aimablement rendu cette information libre de droit, Merci.