jeudi 28 février 2013

Douze ans et deux ans pour les co-accusés d'Ouessant.

C'est dans le logement situé au-dessus de l'office de tourisme que s'était joué le drame.
Photo Pascal Martin

Auteurs de coups mortels sur un sexagénaire en octobre 2010 à Ouessant, un père de famille a été condamné, hier, à douze ans de réclusion criminelle. Son fils écope de cinq ans de détention, dont trois années avec sursis sous le régime de la mise à l'épreuve.

Quelle est la cause réelle du déchaînement de violences qui a coûté la vie à « P'tit Louis » Henry, dans le bourg de Lampaul, le 18 octobre 2010 ? Trois journées de débats n'ont pas permis de mettre en lumière le mobile véritable de ce qui ressemble fort à « une expédition punitive ». Lucien Malgorn n'a cessé d'évoquer « une dette de 800 € », mais sans étayer ses propos. Cette dette, personne n'y croit vraiment, à commencer par l'avocat général Bastien Diacono. « Elle n'existe pas. C'est du vent ! », tonne le magistrat brestois. Pour l'accusation, la raison réelle est crapuleuse : « Il savait que Louis Henry venait de toucher un modeste héritage. Il y a eu mise en coupe réglée d'une victime vulnérable ». Et parce qu'elle a eu le malheur de résister, il y a eu « tabassage ». Les débats ont d'ailleurs démontré que Lucien Malgorn et son fils avaient décidé de « secouer » l'ancien boulanger pour obtenir leur « dû ». On sait ce qu'il est malheureusement advenu. Un « massacre » par des « brutes avinées ». L'un des experts l'a d'ailleurs noté : « S'ils avaient voulu tuer, ils ne s'y seraient pas pris autrement ».

Une relation utilitaire

La représentante des proches de la victime ne croit pas pareillement à une quelconque créance. « P'tit Louis, c'était une relation utilitaire pour Lucien Malgorn, qui n'avait plus d'argent sur ses comptes, afin de financer ses courses et, surtout, sa propre consommation d'alcool ». Seule petite éclaircie dans cet océan de noirceur, l'attitude du fils de Lucien Malgorn, aujourd'hui âgé de 20 ans. C'est lui qui a porté le premier coup, parce qu'il se serait senti insulté, mais il a également prévenu les secours et ce, malgré l'interdiction paternelle. Le jeune homme, « faible et timide », qui venait de fêter sa majorité deux jours plus tôt, était « sous l'emprise de son père », tout le monde l'admet. Mais l'avocat général estime qu'il « n'était pas contraint d'agir » et « qu'il n'y a donc pas lieu de retenir une quelconque irresponsabilité pénale ». Avis contredit par ses deux défenseurs, Me Legrand et Me Besnard-Jouyaux. « Ses seules références sont un père alcoolique violent et une mère battue, un couple qui ne voyait personne. Son père l'a humilié, frappé, forcé à boire à 10 ans. Il y a mieux pour se construire. Et dans ce contexte de contrainte morale, sociale et familiale, il n'a pas pu s'opposer aux violences ».

Une peine d'élimination

Si le fils, condamné comme requis, a renouvelé ses regrets hier, il n'en a pas été de même pour son père, figé dans son box. « Aussi détestable vous paraît-il, vous devez le juger sans haine. Ce n'est pas un monstre, même s'il a commis un acte monstrueux », implore Me Gassin, choquée par les 20 ans, « une peine d'élimination », réclamée par l'avocat général. « Lui aussi a connu une enfance difficile, faite de solitude, entre un père alcoolique et une mère dépressive. Ne lui enlevez pas ce que vous acceptez de prendre en compte pour son fils ».
  • Alain Coquil

Résidence d'écrivain au 57e jour.

 Le port de Bougé Zen.
Par: Anne Bihan
Ouessant J57

"Pieds nus éprouver au passer des creeks
la patience des pierres

... à Waraï les enfants dressent des châteaux
sitôt défaits sable volcan pulvérisé
remparts d’ébène ornés de bris de porcelaine
la nuit hésite la plage vient de loin
à la jointure des eaux remuent les paysages

langue la chair de la nouvelle igname
apprivoise d’anciens silences."

in "Ton Ventre est l'océan", Éditions Bruno Doucey

mercredi 27 février 2013

Meurtre d'Ouessant. 20 ans requis à l'encontre du père

27 février 2013 à 12h30: http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/meurtre-d-ouessant-20-ans-requis-a-l-encontre-du-pere-27-02-2013-2020074.php

Accusés d'avoir provoqué la mort d'un compagnon de boisson en 2010, un père et son fils sont jugés ce mercredi devant la cour d'assises du Finistère.
Me Diacono a requis 20 ans de réclusion criminelle - la peine maximale - à l'encontre de Lucien Malgorn, le père de 54 ans. A l'encontre du fils de 18 ans, l'avocat général a requis cinq ans de prison dont trois avec sursis et mise à l'épreuve. Ultime réquisition : une interdiction de séjour de 10 ans à Ouessant, pour tous les deux.
Verdict en fin de journée.

ENSM : Les élèves appellent à protester contre l’augmentation des frais de scolarité.

27/02/2013: http://www.meretmarine.com/fr/node/72506
 crédits : ENSM.

Il s’agit de la première mesure à l’ordre du jour du prochain Conseil d’administration de l’Ecole Nationale Supérieure Maritime, qui doit se tenir le 7 mars prochain. L’instance dirigeante de l’ENSM pourrait décider une augmentation des frais de scolarité pour la prochaine rentrée, ainsi que la fin de l’exonération des frais de scolarité pour les élèves boursiers, qui représentent actuellement 20% des effectifs de l’école. Une mesure déjà dénoncée par le syndicat UNSA du corps enseignant. C’est désormais les représentants des élèves qui montent au créneau pour s’opposer à cette mesure, « que l’on a découverte en recevant l’ordre du jour du Conseil d’administration », explique l’un d’entre eux. « Pour certains élèves, payer 1000 euros voire plus en début d'année, représenterait une coupe importante dans leur budget. Pour les boursiers, la suppression de l’exonération signifieraient l'obligation d'arrêter l'école ou de trouver un travail à côté. Au vue des emplois du temps actuels et de la charge de travail, cela les exposeraient au risque d'échec scolaire ». Les représentants des élèves, en liaison avec les bureaux des élèves, appelle à une « action symbolique » de protestation dans les quatre centres (Le Havre, Saint-Malo, Nantes et Marseille) de l’ENSM, le 5 mars prochain à l’heure de midi.

Tombola : Annabelle Conan gagne la télévision

lundi 25 février 2013: http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Tombola-Annabelle-Conan-gagne-la-television-_29155-avd-20130225-64639844_actuLocale.Htm


Le tirage de la tombola avec Sabrina et Bastien.
En mairie, la semaine dernière, l'association du personnel communale et son président Jean-François Quantin ont procédé au tirage de leur grande tombola annuel.
Pas moins de 120 lots étaient en lice :
Yvon Guédès de Penn Arland gagne l'ordinateur avec une tablette tactile,
Xavier Martin le barbecue électrique,
Malou Gillet de Penors une lampe d'ambiance,
un cuiseur vapeur a été attribué à Delphine Picault,
un aller-retour avion pour Ouessant à Christophe Scornec de Kergadou,
Jean-François Le Noret de Kérivarch a remporté un fauteuil de bureau en cuir
et Annabelle, une télévision de 80 cm.

MATHURIN MÉHEUT du 27 février au 30 juin 2013.....mais à Paris..!!

Affiche exposition Mathurin Méheut © lot64©Adagp, Paris, 2012
http://www.musee-marine.fr/expo_paris_mmeheut.html
http://www.pharadise.com/blog/?p=1555

En 2013, le musée national de la Marine consacre son exposition temporaire annuelle à Mathurin Méheut (1882, Lamballe - 1958, Paris), le plus populaire des artistes bretons du XXe siècle. La mer a été l’une de ses premières sources d’inspiration. Nommé peintre de la Marine en 1921, ce grand voyageur a tout au long de sa vie collaboré avec le milieu maritime, à la fois comme dessinateur, illustrateur, décorateur, sculpteur et graveur. Sur 1000 m², des œuvres variées – grand décors, études, dessins, croquis, livres illustrés – proposent une lecture chronologique et thématique de ce talent aux mille facettes
- See more at: http://www.musee-marine.fr/expo_paris_mmeheut.html#sthash.XhzRpgdp.dpuf

Le peintre de la Bretagne et d’ailleurs
L’œuvre de Mathurin Méheut célèbre la mer et les activités maritimes. Né à Lamballe, formé à l’École des Beaux-arts de Rennes puis à l’Ecole des Art Décoratifs à Paris, Mathurin Méheut collabore, très tôt, avec les initiateurs de l’Art Nouveau à la prestigieuse revue Art et Décoration. Etabli à Paris, l’artiste reste très attaché à la Bretagne qu’il sillonne inlassablement au fil de sa carrière et ses voyages. En 1914, grâce à une bourse de la fondation Albert Kahn, Mathurin Méheut se rend à Hawaï et au Japon où il trouve une confirmation de ses choix iconographiques et techniques : la représentation de l’essentiel, la traduction de l’instantané par un trait vif et précis, l’usage de l’aplat et le choix de cadrages originaux.

Le dessinateur, le décorateur, le sculpteur
Artiste prolifique, chercheur infatigable, Mathurin Méheut met en œuvre tout au long de sa vie des techniques très variées. Après son voyage dans le Pacifique, l’artiste réalise, dans l’urgence, des milliers de croquis pendant la guerre, de 1914 à 1919. Décorateur et céramiste, il collabore avec la Manufacture nationale de Sèvres, comme avec les faïenceries de Quimper, créant un service de table baptisé La Mer et la vaisselle du restaurant parisien Prunier. Sur le thème de la mer, il réalise une tapisserie pour la manufacture des Gobelins dont on possède encore le carton et des croquis préalables. C’est également un des illustrateurs majeurs du XXe siècle dans le domaine du livre, pratiquant la gravure sur bois, la lithographie et la zincographie, illustrant Colette, Dorgelès ou encore Loti.
Quarante années après la première rétrospective dédiée à Mathurin Méheut, le musée de la Marine rend un nouvel hommage à ce grand peintre de la mer et des marins.
Commissariat : Denis-Michel Boëll, conservateur général du patrimoine, directeur- adjoint du musée national de la Marine
- See more at: http://www.musee-marine.fr/expo_paris_mmeheut.html#sthash.XhzRpgdp.dpuf

lien source: http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/mathurin-meheut-le-peintre-de-la-mer-a-paris-27-02-2013-2019198.php

mardi 26 février 2013

Meurtre d'Ouessant. Un père et son fils dans le box.

Le drame s'est noué au domicile de la victime, Louis Henry, qui vivait dans un logement social situé au-dessus de l'office de tourisme de l'île d'Ouessant. Photo archives Pascal Martin
 
 
Accusés d'avoir provoqué la mort d'un compagnon de boisson, à Ouessant, en octobre 2010, un père et son fils sont jugés depuis hier et jusqu'à demain par la cour d'assises du Finistère.
La vision « carte postale » que tout un chacun a de l'île d'Ouessant a pris un sacré coup hier, au premier jour du procès d'un père et son fils, accusés de meurtre, quand une de leur proche voisine est venue témoigner, en milieu d'après-midi. « À Ouessant, l'alcool, c'est un problème. En hiver, les gens s'ennuient. Alors, il y a des beuveries en bandes organisées ». Lucien Malgorn, âgé 54 ans aujourd'hui, et Louis Henry, âgé de 60 ans, étaient amis depuis quelques années. Ces deux hommes avaient en commun un passé d'alcoolique. Le premier, qui reconnaît, à l'époque, une consommation quotidienne « de quelques "jaunes" et d'un litre de vin rouge en semaine, deux ou trois le week-end », a échoué dans trois tentatives de cure. Ses ennuis de dos l'ont également éloigné du monde du travail. Et, en 2008, il a croisé P'tit Louis, un type décrit par tous comme « gentil » mais « direct ». Sous curatelle, l'homme n'avait plus le droit de fréquenter les débits de boissons, ni d'acheter de l'alcool.

De l'alcool dès 10 ans

De son box, Lucien Malgorn, détenu depuis plus de deux ans, l'admet. « C'est moi qui l'ai remis dans la boisson ». En allant « presque quotidiennement » consommer chez son ami, hébergé dans un logement social, à Lampaul, le bourg de l'île. Et en amenant son propre fils faire « les courses », traduisez « chercher des cubis ». Un enfant qu'il terrorisait, à entendre ce dernier, et qu'il aurait incité à consommer de l'alcool dès l'âge de 10 ans, « pour qu'il devienne un homme ». Le père de famille reconnaît également des violences sur son épouse et des agressions sexuelles sur son enfant, des faits qui tapissent ce dossier mais qui seront jugés ultérieurement. Le 18 octobre 2010, deux jours après la majorité du fils, la beuverie a dégénéré. Lucien Malgorn avait apparemment décidé, quelques heures plus tôt, d'aller réclamer l'argent d'une dette à Louis Henry. À en croire l'accusé, une somme de 800 € qu'il devait à la suite de plusieurs travaux de ménage et de repassage effectués par sa femme. Le ton est monté et puis, sans que l'on sache qui a porté le premier coup, « P'tit Louis s'est retrouvé à terre ».

Thorax écrasé

Lucien Malgorn, chaussé ce jour-là de « chaussures de sécurité avec semelles en acier » reconnaît avoir « sauté à pieds joints, cinq ou six fois » sur le thorax du malheureux. Victime d'une perforation du foie, le sexagénaire devait décéder le lendemain. Le fils a, lui aussi, participé aux violences. « Il m'avait insulté », explique le jeune homme, qui comparaît libre, sous contrôle judiciaire, après avoir effectué cinq jours de détention. Il reconnaît lui aussi avoir porté plusieurs coups. Mais ni le père ni le fils ne prennent la responsabilité des « nombreux hématomes faciaux et d'une tentative de strangulation », dévoilés par le légiste. À deux pas l'un de l'autre, les deux co-accusés ne se parlent plus. L'instruction a reconnu la responsabilité pénale du fils. Mais ce sera à la cour de déterminer s'il a agi, ou non, sous la contrainte de son géniteur.
  • Alain Coquil

Bugaled-Breizh. Toute l'affaire retracée dans une frise chronologique.....2 articles.

 
Le 15 janvier 2004, le Bugaled-Breizh coulait au large du cap Lizard, au sud-ouest de l'Angleterre, provoquant la mort des trois marins et la disparition de deux autres. Les causes du naufrage n'ont toujours pas été élucidées. Retour sur les principaux rebondissements de l'enquête.
 

Cliquez sur le lien pour ouvrir la frise :
--------------------------------

Bugaled-Breizh. Le retour de l'hypothèse américaine.
26 février 2013: http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/bugaled-le-retour-de-l-hypothese-americaine-26-02-2013-2017944.php

Dans le cadre de l'enquête sur le naufrage du Bugaled-Breizh, les juges d'instruction nantais s'intéressent à l'éventuelle présence d'un sous-marin. américain et non anglais.
"Il n'y a pas lieu d'ordonner de complément d'expertise sur le sous-marin anglais HMS Turbulent le jour du naufrage du Bugaled-Breizh mais il faut procéder à l'audition de l'expert Dominique Salles en qualité de témoin sur la responsabilité possible d'un sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) américain dans le drame".
Telles sont les conclusions des juges d'instruction nantais dans leur ordonnance rendue le 19 février dernier. Dans le cadre de l'enquête sur le naufrage du Bugaled-Breizh, qui fît trois morts et deux disparus en Manche, le 15 janvier 2004, une demande de complément d'expertise avait été déposée, le 6 février, par Thierry Le Métayer et son avocat Me Tricaud. Pour eux, il faut continuer d'enquêter sur l'hypothèse de l'implication du submersible britannique HMS Turbulent dans le drame.

HMS Turbulent : demande rejetée

Comme d'autres parties civiles, le fils du mécanicien du Bugaled ne se satisfait pas des conclusions livrées, fin 2012, par l'expert. Des conclusions sur les positions et messages suspects du HMS Turbulent le jour du drame, qui écartent l'implication du sous-marin anglais. La position officielle du HMS Turbulent le 15 janvier 2004 reste donc aux yeux de l'enquête judiciaire française une position à quai, à son port d'attache de Devonport. Un point défendu par la Royal Navy depuis plusieurs années. Une défense appuyée, en décembre dernier, dans nos colonnes, par le commandant de l'époque du HMS Turbulent, Andy Coles.
Au regard des analyses de l'expert, les juges d'instruction nantais Tchalian et Coulon rejoignent donc, dans leur note de ce 19 février, le communiqué livré le mois passé par le parquet de Nantes. Les familles et proches des victimes vivent cette étape judiciaire comme un coup dur dans leur quête de vérité. "C'est une tuile", indiquait récemment le réalisateur Jacques Losay.
Lors de la récente projection de son film "The silent killer" au Sénat, à Paris, des parties civiles ont néanmoins pu redire leur conviction que le HMS Turbulent a pu crocher dans le câble du Bugaled en pêche alors qu'il prenait part, "avec le sous-marin français Le Rubis", aux exercices militaires de l'Aswex04 et du Thursday War. Sauf nouveau rebondissement, cette hypothèse aura désormais du mal à progresser sur le terrain judiciaire puisque les juges rejettent, dans leur dernière note, la demande de complément d'expertise souhaitée.

L'expert doute de la réponse des États-Unis

Mais, comme Le Télégramme le relevait dans son édition du 26 janvier dernier, ceci ne signifie aucunement que l'enquête écarte la responsabilité d'un sous-marin dans le naufrage du chalutier bigouden. Pour preuve, les juges nantais souhaitent auditionner Dominique Salles en qualité de témoin. Pourquoi ? Dans son rapport remis en septembre dernier, l'expert est allé au-delà de la mission qui lui avait été demandée. Il a remis en annexe à ses conclusions techniques sur le HMS Turbulent, un courrier daté du 5 septembre 2012 dans lequel il indique avoir continué ses recherches sur l'implication éventuelle d'un SNA américain espion dans le naufrage (lire ci-dessous).
Et ce courrier retient l'attention des magistrats. Car Dominique Salles dit être "en mesure de mettre en doute la réponse qui aurait été faite à la commission rogatoire internationale du 10 mars 2011 transmise aux États-Unis". Pour les juges, "il convient d'entendre M. Salles sur les "recherches" auxquelles il fait référence". Des recherches dont on imagine qu'elles ont pu trouver source dans le réseau militaire important de cet ancien contre-amiral, ex-patron de la flotte sous-marine SNLE atlantique qui fût également chef de mission militaire française auprès de l'amiral de l'Otan Est Atlantique, de 2000 à 2003, et qui a travaillé plusieurs années au sein de l'Otan.
Malgré l'avenir judiciaire compromis de la piste anglaise, l'enquête sur le naufrage du Bugaled Breizh n'est donc toujours pas finie.

  • Pascal Bodéré.
  • Un sous-marin en mission d'espionnage ?

  • La possible responsabilité d'un sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) américain espion dans le naufrage du Bugaled, l'expert Dominique Salles l'avait développée en 2010. La voici. Dans le cadre de l'accord de désarmement militaire nucléaire passé entre les États-Unis et la Russie en septembre 2000, les États-Unis devaient éliminer du plutonium de qualité militaire en excédent, en le transformant en combustible destiné aux centrales nucléaires. Une opération qui nécessitait, au préalable, la fabrication d'assemblages test qui ne pouvait se faire qu'en France. En octobre 2004, les États-Unis et la France concluent donc un accord pour un transport de ce plutonium au port de Cherbourg.

  • Une vérification discrète

    Compte tenu des risques d'une telle opération, Dominique Salles soutient que les États-Unis ont pu vouloir contrôler, en amont, l'efficacité des moyens de protection de ce transport. Or la seule opération similaire avant la signature de l'accord, se tenait le 19 janvier 2004, jour où le Pacific Sandpiper quitte Cherbourg à destination du Japon, avec à son bord 132 conteneurs de déchets issus du centre de retraitement de La Hague. Selon l'expert, les États-Unis auraient donc amené un SNA pour espionner cette opération japonaise.
    Dominique Salles dit qu'il existe là "une raison objective justifiant la présence d'un SNA américain dans la partie ouest de la Manche, y compris la zone du naufrage du Bugaled-Breizh, le 15 janvier 2004". L'expert avance que le submersible américain serait effectivement entré en Manche le 15 janvier au matin, dans la zone du Cap Lizard, afin d'éviter d'être repéré par les bâtiments militaires de l'Otan qui devaient se mettre en transit ce jour-là vers la zone de l'exercice interallié Aswex 04.

    Une réponse négative

    En juillet 2010, la chambre d'appel de Rennes avait suivi cette piste et demandé que soit lancée une commission rogatoire internationale vers les États-Unis afin qu'ils indiquent s'ils avaient un SNA en Manche, le jour du drame. Les Américains avaient répondu que non. En septembre 2012, l'expert judiciaire a donc signifié aux juges d'instruction qu'il disposait d'éléments lui permettant de douter de la véracité de cette réponse.
    "L'ordonnance me laissant la latitude de "faire toutes observations utiles à la manifestation de la vérité", je suis en mesure d'apporter des éléments complémentaires appréciés comme utiles à la manifestation de la vérité. Ils sont relatifs à la teneur de l'écrit transmis par les autorités américaines (...) et sont tenus à la disposition des juges", écrivait l'expert. Il a été entendu et verra les juges prochainement.

    • P. B.

Avis de décès.

http://brest.letelegramme.com/local/finistere-nord/brest/strenanouess/ouessant/index_ouessant.php

Avis de décès du jour: M. FOURNIER Jean

Résidence d'écrivain le 55e jour.

                                                      Par: Anne Bihan , Ouessant J55

Simplement la trace ce soir de ce bref moment sur la route du Créac’h où pompiers, hélicoptère, pour une évacuation sanitaire.
Cela existe ailleurs bien sûr, mais là, ce midi, l’évidence de notre fragilité commune. Et qu’être ensemble pour y faire face est la seule réponse.
J’ai vite traversé à vélo, mais l’empreinte persiste de toute cette attention humaine comme condensée là, sous la haute silhouette du phare.
Gestes précis, tendresse des regards, mains qui accompagnent celui qu’on emmène. Personne qui me soit proche, désir pourtant de dire MERCI.
Et sentiment que l’île sait cela, ici comme en brousse calédonienne, depuis toujours et avec une telle force : que sans l’autre, nous ne sommes pas.

lundi 25 février 2013

Jolies couleurs d'un coucher de soleil à Ouessant.

Ouessant City...

Information aux lecteurs de Mer et Marine

 
Chers lecteurs, dans l’objectif de pérenniser la diffusion quotidienne d’une information pertinente et de qualité, Mer et Marine sera accessible par abonnement à compter du 2 avril 2013.

Soucieux de garantir une ligne éditoriale riche et objective, nous pensons que cette évolution maintiendra d’autant plus l’indépendance de Mer et Marine, que nous pourrons alors renforcer notre petite équipe rédactionnelle, et ainsi continuer de vous offrir un contenu de qualité tout en restant, chaque instant, à l’écoute des multiples bruissements de la Mer…

Nous avons conscience qu’il s’agit là d’un changement majeur et que la gratuité de la consultation, qui prévalait depuis la création du site, en mai 2005, était vivement appréciée.
Mais, la contribution que nous vous demandons, aujourd’hui, constitue une étape indispensable pour la poursuite de notre travail d’information et de mise en lumière de l’ensemble des communautés du monde maritime. Elle est également nécessaire au développement de Mer et Marine, qui s’enrichira, dans les prochains mois, de nouvelles rubriques.

L’accès payant à la consultation des articles, diffusés sur le site et via la newsletter, concernera les lecteurs réguliers. L’information restera gratuite pour les internautes venant ponctuellement sur Mer et Marine, la lecture de quelques articles par mois et par personne leur étant offerte.

Trois types d’abonnements seront proposés pour accéder à l’ensemble de Mer et Marine : un passe à la journée, ainsi que des formules au mois et à l’année (paiement par carte bancaire prioritairement). Pour les professionnels, un formulaire d’abonnement spécifique est disponible (abonnement annuel uniquement).

Nous vous invitons, dès à présent, à vous abonner afin d’être certains de pouvoir continuer à consulter de manière illimitée tous les articles et rubriques de Mer et Marine. Bien entendu, les abonnements souscrits avant le 2 avril ne prendront effet qu’à compter de cette date.

Espérant vous compter encore longtemps parmi nos fidèles lecteurs, nous vous remercions par avance de votre soutien, dont nous avons besoin pour donner à l’aventure de Mer et Marine un nouvel élan…


Vincent Groizeleau et Gildas le Cunff de Kagnac, créateurs du site meretmarine.com
---------------------------------
d'Andréas, étant bénévole est sans aucune resource financière de quoi que ce soit, je pourais donc plus vous faire partager les informations marines de ce site...c'est bien dommage.

Risque de précipitation.

dimanche 24 février 2013

Résidence d'écrivain 54e jour.

Par: Anne Bihan, Ouessant J54.

Quand la cornemuse a retenti au pied du sémaphore et la puissante mélodie d’Amazing Grace pénétré mon âme, il devait être un peu plus de 15h.
La brève éclaircie de la mitan du jour avait suffi à rendre agréable le retour à vélo depuis Lampaul. Mais ciel et mer désormais faisaient assaut de gris.
Quant aux rochers, je n’avais jusqu’à présent jamais eu conscience à ce point de leur plasticité. La couleur du granit, quelle est-elle ? Mes yeux d’humaine ne suffisent pas d’évidence à la percevoir. Ils furent sombres aujourd’hui, ombres presque chinoises à l’approche de Keller...

Quoi, ce que je raconte ? La vérité vraie. Une cornemuse a joué "Amazing Grace" ce dimanche au pied du sémaphore, portée par le souffle d'un homme de bien, les marcheurs allant revenant vers Pern vous le diront.
 Alors ce soir, pour finir ce dimanche, juste le désir d'en partager avec vous l'émotion, en songeant à l'histoire qui fit naître cette prière.

Casio G-Shock : la Gravity Defier Flight Compass (GA-1000FC-1AER) repousse les limites de la résistance....

Casio G-Shock Gravity Defier Flight Compass
GA-1000FC-1AER
 
Sans éclairage de nuit.
 
Avec éclairage de nuit.
 
La Casio G-Shock fait partie des montres à quartz que les amateurs d’horlogerie s’autorisent à porter. Au même titre que la Swatch… Ce nouveau modèle, baptisé Gravity Defier Flight Compass, renforce le positionnement de ce garde-temps dans le domaine des montres à toute épreuve.
 
Cette nouvelle Casio G-Shock Premium Gravity Defier Flight Compass (boitier en résine de 52,1mm) est le compagnon idéal des baroudeurs.... GA-1000FC-1AER 

En plus de ses nombreuses fonctions (thermomètre, boussole, heure universelle, chronomètre, cinq alarmes, etc.), elle dispose également d’une toute nouvelle technologie de résistance grâce au système de construction Triple G Resist, qui permet au mécanisme de supporter les vibrations, les chocs et la force centrifuge.

Bref, une véritable montre tout-terrain, virile avec sa boite noire en résine (antimagnétique), technique avec ses nombreuses fonctions et ultra-résistante (étanche à 200 mètres).
 
 
Spécificités techniques de la G-Shock
Fonctions Lumière noire néon illuminator
Thermomètre
Fonction boussole
Heure universelle
Chronomètre
Compte à rebours
5 Alarmes
Fonction snooze
Marche/Arrêt bip sonore des touches
Calendrier automatique     
Etanchéité 20 Bar     
Format de l'heure 12/24 heures     
Boîtier en résine
Verre minéral     
Bracelet en résine     
3 ans - 1 pile
• Classe d'étanchéité (20 bars)    

Présentation de 2 G-Shock
http://www.youtube.com/watch?v=R0uWyCNrd-g
http://www.youtube.com/watch?v=XUq7FROHHRI

Le parcours de la 44e édition dévoilé : Porto et Gijón les deux escales étrangères.

 
Depuis le mois de décembre, le voile est levé sur les étapes françaises de l'édition 2013 de La Solitaire du Figaro - Eric Bompard cachemire et les villes françaises de Bordeaux, Roscoff et Dieppe sont à pied d'oeuvre pour proposer aux marins le meilleur des accueils. Pour compléter ce casting de choix, Pen Duick, organisateur de l'épreuve, dévoile en ce début d'année les escales étrangères de la deuxième manche du Championnat de France Elite de Course au Large en Solitaire 2013.
Ainsi, pour la première fois de son histoire, la grande classique estivale se rendra au Portugal et plus précisément à Porto, port d'arrivée de la deuxième étape. La flotte célèbrera ensuite la fidélité de la ville espagnole de Gijón, en y faisant relâche pour la treizième fois. Deux étapes denses placées sous l'influence de la péninsule ibérique qui devraient donner au nouveau cru un caractère fort et piquant !
C'est le 2 juin, sur l'estuaire de la Gironde et après une semaine de festivités le long des quais Bordelais que sera donné le grand départ de la 44ème Solitaire du Figaro - Eric Bompard cachemire. Dès le coup de canon, les figaristes auront à en découdre jusqu'au phare de Cordouan, avant de mettre le cap sur la ville de Porto. L'occasion de vivre le jumelage entre Bordeaux et la cité baignée par le Douro, mais également de se départager sur une première étape qui recèlera de nombreuses difficultés. Avec ses 536 milles, cet acte inaugural sera une entrée en matière idéale et particulièrement relevée. Revue des difficultés avec Gilles Chiorri, directeur de course : " Cette première étape est la plus longue des quatre et l'une des principales difficultés se présentera dès les 26 premiers milles qui pourront mettre à mal les espoirs ou apporter du bonheur aux marins. Pour sortir de l'estuaire, il faudra composer avec un plan d'eau réduit par les deux berges et un fort courant. Nous serons en mortes eaux mais il y aura quand même à jouer et tout ça dans un environnement que peu connaissent. Il faudra préserver le bateau et éviter d'aller s'échouer sur les bancs de sable et autres obstacles. Nous donnerons le départ à marée descendante pour assurer un maximum de sécurité, mais ça reste toutefois un estuaire et le départ de Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire attirera du monde. Ensuite les concurrents attaqueront le Golfe de Gascogne, qu'ils traverseront sur un axe est-ouest novateur. Au fur et à mesure de sa progression, la flotte va se retrouver sous l'influence des côtes ibériques et ses calmes redoutés puis contourner le Cap Finisterre. On sait que le vent et les courants peuvent être très fort le long des côtes espagnoles et portugaise et les derniers milles dans ces conditions seront certainement très exigeants. Enfin, dernier point, cette première étape ne pourra pas être raccourcie. Il n'y a pas d'adaptation possible, il faudra aller à Porto!". Les concurrents seront attendus le 5 juin au Portugal.

Porto-Gijón : deux tracés possibles
Après quelques jours de répit, la flotte reprendra le large le 8 juin pour un chapitre de 452 milles le long des côtes ibériques pour gagner les Asturies aux environs du 11 juin. Pour la treizième fois et pour la deuxième année consécutive, Gijón accueillera donc La Solitaire du Figaro - Eric Bompard cachemire. C'est au cœur de la ville, dans le vieux port, que les Figaro Bénéteau 2 viendront s'amarrer au terme de la plus courte mais peut-être la plus piégeuse des étapes. "Il y a deux parcours possibles sur cette deuxième étape, annonce Gilles Chiorri. Le premier, en route directe, long de 298 milles, soit une bouchée de pain en distance et le second, avec 452 milles si on va chercher la bouée ODAS Nord Gascogne. On reviendrait alors sur une distance habituelle de La Solitaire. Deux scénarios possibles donc, avec le premier exclusivement côtier, avec la présence de bateaux et d'engins de pêche, un jeu à la côte très piégeux au regard des calmes en fond des baies, et en règle générale une côte peu ventée le long des rivages espagnols".

C'est donc sur un parcours total et maximal de 1 938 milles que les solitaires auront à en découdre au mois de juin prochain, avec deux premiers chapitres peu connus et à hauts risques. Avec la promesse d'un plateau exceptionnel pour l'édition 2013 de La Solitaire du Figaro -Eric Bompard cachemire, le parcours s'annonce à la hauteur. Mais avant de batailler entre Bordeaux, Porto, Gijón, Roscoff et Dieppe, la plupart des candidats à la succession de Yann Eliès se retrouveront sur l'Atlantique à partir du 17 mars, pour la Transat Bretagne - Martinique qui partira de Brest à destination de Fort-de-France, la première des trois épreuves du Championnat de France Elite de Course au Large en Solitaire.

44ème édition - Du 24 mai au 26 juin 2013
Carte de parcours de la Solitaire du Figaro - Eric Bompard cachemire 2013
Distance totale : 1938 milles

Etape 1 : Bordeaux - Porto
Départ le 02/06/2013 - 13h
Distance : 536 milles
ETA : 5 juin 2013

Etape 2 : Porto - Gijón
Départ le 08/06/2013
Distance : 452 milles
ETA : 11 juin 2013

Etape 3 : Gijón - Roscoff
Départ le 13/06/2013
Distance : 436 milles
ETA : 16 juin 2013

Etape 4 : Roscoff - Dieppe
Départ le 20/06/2013
Distance : 514 milles
ETA : 23 juin 2013

Ile de Batz: l'ancien sémaphore

Voisin du phare, l'ancien sémaphore
------------
Par; Pierre-Yves Decosse Construit en 1865, il n'a pas été transformé depuis le transfert de sa fonction vers le sémaphore actuel en 1905.

En direct de la Pointe du Raz.

Ils neige sur les Monts d'Arrée.

Je viens d'ouvrir mes volets, et qu'elle surprise!
Neige sur les Monts d'Arrée!!!
La photo est toute fraîchement prise avec mon téléphone...
 
Mon jardin cotonneux... Dans les Monts d'Arrée.

Les flocons arriveront-ils sur les îles...?

 
Le radar de la pluie.

Grosse dépréssion sur l'Atlantique Nord.

situation actuelle.
 
Situation pour Mardi 12h.

Microclimats : ces endroits où il ferait toujours beau

Vendredi 22 février 2013: http://nautisme.lefigaro.fr/actualites-nautisme/les-news-meteo-11/2013-02-21-11-46-39/microclimats---ces-endroits-ou-il-ferait-toujours-beau-9348.php

Par Figaro Nautisme

Pourquoi certains sites en France jouissent-ils d’une météorologie privilégiée ? Ces coins où il ferait toujours beau ne sont-ils que des légendes ? Quels sont les facteurs déclencheurs de ces microphénomènes ?
Vue aérienne du Golfe du Morbihan. Crédits photo : MARCEL MOCHET / AFP
« A la plage ? Tu es sûr ? Avec tous ces nuages ? » Qui n’a jamais entendu un de ses proches interloqué par votre suggestion de sortie en bord de mer sous un ciel bleu alors que le sien s’amoncèle de nuages ? Etonnant ? Non, météorologiquement parlant, certains endroits bénéficient de faveurs climatiques liées à plusieurs facteurs déterminants. Bienvenu dans le monde des microclimats. Ce phénomène vient des caractéristiques climatiques propres à un territoire relativement petit, soumis à des changements spécifiques du climat régional, sous l'effet de plusieurs particularités physiques du milieu.

En Bretagne il pleut tout le temps, sauf dans le golfe du Morbihan
Idéalement placé à l’abri des vents de nord-ouest frais et humides qui soufflent régulièrement sur la Bretagne, sous le vent des monts d’Arrées où la masse d’air s’assèche et où le soleil brille, le golfe du Morbihan possède un microclimat savoureux. Alors qu’une bonne partie du littoral breton essuie le passage régulier de nuages et d’averses, le golfe du Morbihan savoure les rayons d’un soleil davantage généreux : plus de 2050 heures de soleil par an, qui équivalent aux villes méridionales telles que Bordeaux ou Toulouse.
Ce territoire breton n’a pas d‘égal dans la région puisqu’on ne relève que 1750 heures de soleil à Brest ou encore 1900 heures à Dinard. Grâce à ce meilleur ensoleillement, les températures y sont également plus douces. En été, une brise de mer souffle à partir de la fin de matinée jusqu’en fin d’après-midi permettant aux villes côtières de profiter d’un air frais et sec. Le ciel, bleu et dégagé, y est légion tandis que des nuages apparaissent à l’intérieur des terres.

En Vendée, le soleil brille davantage sur la côte de Lumière
La côte sud vendéenne jouit d’un microclimat avantageux fait de douceur et d’ensoleillement. En été, elle est protégée des perturbations océaniques qui circulent plus souvent au nord de la Loire. La côte de lumière se situe en marge des dégradations orageuses en provenance du golfe de Gascogne, qui se produisent généralement sur la côte aquitaine et les plaines du sud-ouest.
En plein été les brises thermiques ajoutent au temps déjà bien ensoleillé une certaine « assurance soleil ». Grâce à ses 2300 heures de soleil annuelles, la côte de lumière s’approprie le titre honorifique de partie la plus ensoleillée du littoral Atlantique. Ce territoire se démarque également par sa faible pluviométrie (moins de 700 mm par an pour seulement 150 jours de précipitations ce qui est peu pour un climat océanique).

Dans le Sud, le golfe de Fréjus fait figure de paradis
Protégé des vents par les Maures à l’ouest et l’Esterel vers le nord-est, le golfe de Fréjus bénéficie d’une situation géographique idéale. Le mistral n’y souffle pas souvent et reste beaucoup moins présent que sur la partie ouest du Var. A l’abri des Maures, un effet de foehn se produit lors des vents d’ouest à nord-ouest qui a pour effet d’assécher et de réchauffer la masse d’air.
En comparaison au littoral des Alpes maritimes, l’humidité y est moins importante et les nuages maritimes venus de la mer de Ligure moins fréquents. L’ensoleillement s’en ressent avec plus de 2800 heures de soleil annuelles. Les températures sont aussi élevées mais les très fortes chaleurs que l’on redoute à l’intérieur du Var y sont très rares. Là encore, la brise de mer vient tempérer les ardeurs du soleil ce qui a pour effet de maintenir des températures ne dépassant que rarement les 30°C à l’ombre. Comparée à d’autres villes de la région comme Cannes ou Nice, la chaleur y est donc beaucoup plus supportable.

Si vous cherchez encore où réserver vos vacances d’été pour un ciel bleu assuré, vous avez ces trois choix certifiés et approuvés.

LIRE AUSSI:Méditerranée : «un tsunami possible à n’importe quel moment»
SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer par téléphone au 3201*

109 communes du littoral breton adhèrent à Vigipol.

vendredi 22 février 2013: http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-109-communes-du-littoral-breton-adherent-a-Vigipol-_29017-avd-20130222-64621470_actuLocale.Htm


Environ 80 représentants des communes, départements et région Bretagne qui adhèrent à Vigipol, étaient présents à l'assemblée générale du syndicat.
L'assemblée générale du Syndicat mixte de protection du littoral breton, Vigipol, s'est déroulée à Plouarzel, sous la présidence de Joël Le Jeune. Environ quatre-vingts personnes ont pris part à cette réunion dont Alphonse Arzel, ancien sénateur du Finistère et ancien maire de Ploudalmézeau. En 1980, il est l'initiateur du Syndicat mixte de protection et de conservation du littoral Nord-Ouest de la Bretagne, qui deviendra Vigipol en 2000.
En 2013, 109 communes, de Brest à Cancale, les départements du Finistère, des Côtes-d'Armor et de la Manche, ainsi que la région Bretagne adhèrent au syndicat. Ce dernier représente les populations riveraines exposées aux risques liés au trafic maritime, et agit en leur nom contre les auteurs des pollutions maritimes, pour la mise en place de politiques de prévention et prépare les communes à la gestion de crise.
Les objectifs pour 2013
L'objectif principal est de réaliser toutes les étapes préparatoires nécessaires à la mise en oeuvre du projet d'extension du territoire qui est programmé après les élections municipales. Le président souligne : « Afin d'assurer cette montée en puissance, il est nécessaire de renforcer les capacités d'action de la structure, particulièrement en matière de préparation et de gestion de crise. »
Les autres axes de travail sont les suivants : en prévention, finalisation de l'étude sur la sécurité maritime du projet Channel Arc Manche Integrated Strategy (CAMIS), lancement du réseau national de collectivités locales, audition auprès du Parlement européen.
En préparation et gestion de crise : diffusion de la fiche des Plans communaux de sauvegarde (PCS) à toutes les communes adhérentes, poursuite de la démarche sur la ria d'Etel et participation au projet Infra Polmar du Parc marin d'Iroise.
En matière de réparation : suivi du procès Prestige en Espagne, de la procédure du TK Bremen et des affaires en cours de rejets illicites d'hydrocarbures en mer.
Le prochain comité syndical aura lieu à l'automne sur un thème d'actualité en lien avec la sécurité maritime.

Laetitia et William reprennent le Spar.

vendredi 22 février 2013: http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Vitrine-Laetitia-et-William-reprennent-le-Spar-_29155-avd-20130222-64621746_actuLocale.Htm


Au bourg de Lampaul, l'épicerie Spar vous attend avec Laetitia et William.
Située sur la place du bourg de Lampaul, l'enseigne a été tenue pendant 16 ans par Monique et Eric Mathieu. Ils ont cédé leur place à deux jeunes Ouessantins : Laetitia Goulard et William Perhirin sont donc là depuis le 1 er février.
Accompagnés de Jeanine et Malou, ils proposent les mêmes services en épicerie qu'auparavant : les commandes sont livrées à domicile gratuitement, le magasin bénéficie d'un distributeur de billets de banque et d'un dépôt de pain.
Les horaires d'ouverture n'ont pas changé : tous les jours de 8 h 30 à 19 h 30 sans interruption ; le mercredi, fermeture l'après-midi ; et le dimanche, l'épicerie est ouverte de 9 h à 12 h 30.
Contact. Tél. 02 98 48 86 55.

samedi 23 février 2013

Attention celle qui nous arrive est monstrueuse....!!

Le Centre Européen de Formation Continue Maritime

22/02/2013: http://www.meretmarine.com/fr/content/entreprise-de-la-semaine-le-centre-europeen-de-formation-continue-maritime

crédits : cefcm.


Le Centre Européen de Formation Continue Maritime (CEFCM), né de la volonté commune de l’Etat, du Conseil Régional de Bretagne et des professionnels, a pour principal objet d’organiser et de promouvoir des actions répondant aux besoins des professions liées à la mer. La structure, dont le siège est installé à Concarneau, est dirigée par Alain Pomes et ses activités se répartissent également sur ses sites bretons et au sein des entreprises maritimes françaises et internationales. Le CEFCM, considéré comme la figure de proue de la formation maritime à l’échelle européenne, pilote depuis avril 2010 le programme européen de mise en réseau des centres de formation de l’Espace Atlantique, MARLEANET.


(© CEFCM)

Embarquer vers la compétence maritime
Le CEFCM propose toute une série de formations « ad’hoc », quand vous en avez besoin, là où vous en avez besoin :
 Formations qualifiantes « Pont » et « Machines » exigées pour la navigation au commerce.

Formations réglementaires, recyclages, développement des compétences :

  • Techniques appliquées, nouvelles technologies, machines, maintenance, électronique, informatique, simulateurs machines et navigation
  • Médical, prévention, sécurité, sûreté à bord des navires, SMDSM, radiocommunications, radars, navires à passagers….
  • Cadres juridiques et règlementaires, droit maritime, obligations légales
  • Anglais technique et maritime
 Formations techniques, économiques, managériales, gestion du fret, des équipages et des passagers, logistique…

Formations scientifiques et environnementales, bonnes pratiques professionnelles, qualité.


(© CEFCM)

 L'interview d'Alain Pomes, directeur du CEFCM

(© CEFCM)
Alain Pomes, quelle est la démarche de construction des formations au CEFCM ?

Notre démarche, c’est de partir de l’analyse des situations de travail pour concevoir et piloter les dispositifs de formation les plus adaptés.

Dans l’univers maritime, on retrouve des activités classiques de transport, de fret, de logistique, etc… avec la particularité que ces activités se déroulent avec des bateaux. C’est une activité qui est confrontée, comme les autres, aux questions de rentabilité des équipements et des personnels, de consommation d’énergie, de compétences de tous les acteurs sur l’ensemble de la chaîne. Même chose pour tout ce qui est industrie de transformation, construction, réparation navale, gestion de l’activité portuaire.

Quand on nous demande « Pouvez-vous monter une formation là-dessus », nous répondons « Peut-être. Pourquoi voulez-vous faire ça ? ». On s’aperçoit alors que la question n’est pas toujours bien posée. La principale compétence d’un organisme de formation, c’est d’être capable d’analyser la demande. Le besoin de formation en soi, ça n’existe pas. C’est un besoin à l’intérieur d’une problématique de compétences et de développement.

Est-ce que cette démarche passe bien auprès de vos clients ?

Aujourd’hui, dans le monde maritime, les affaires sont mondiales, les entreprises deviennent mondiales, les équipages sont multiculturels et multinationaux, la formation est basée sur des référentiels identiques dans le monde entier. Et beaucoup l’ont compris.
C’est aussi un des grands changements en cours : nous nous adaptons au rythme de vie des marins. Plus question de les faire revenir à Lorient ou Concarneau et des les immobiliser plusieurs mois en formation. Nous préférons déplacer les formateurs, aller chez nos clients, former là où on a besoin de nous, développer le savoir agir et les compétences. Nous allons également développer les formations en ligne, nous préparons un centre de formation virtuel qui permettra de mieux répondre à des demandes qui viennent d’un peu partout, comme actuellement d’Europe, des DOM TOM, du Maghreb, d’Afrique, d’Asie.

Au-delà des méthodes, est-ce que le contenu des formations évolue ?

Au CEFCM, nous intervenons sur une centaine de thématiques de compétences, mais chaque formation est spécifique et adaptée, en termes de modalités de suivi, aux besoins des entreprises. Sur les contenus, notre préoccupation majeure : faire en sorte que les formations soient les plus polyvalentes, les plus transversales possibles pour permettre aux salariés de changer de fonction, d’activité, voire de domaine professionnel. Le temps de navigation est de plus en court et les marins doivent pouvoir ensuite valoriser ailleurs leurs compétences, dans l’industrie par exemple. Nous nous sommes mis en situation d’anticiper et de gérer ces transferts de compétences plutôt que de les subir.

C’est aussi un élargissement des champs d’activité du CEFCM ?

Notre ambition, c’est vraiment de répondre à toute entreprise du secteur maritime qui manifeste un besoin de formation continue sur lequel elle ne trouve pas pour l’instant de solution de proximité.

Quel intérêt trouvez-vous à être membre de réseaux nationaux et internationaux ?

Le travail en réseau. C’est ainsi que de plus en plus nous fonctionnons, nous travaillons maintenant sur des produits communs à plusieurs centres de formation. L’ouverture est essentielle, plus question de travailler chacun dans son coin. Nous associons les entreprises, le monde de la recherche et la formation. Jusqu’à présent, c’est une dimension qui a été un peu sous-évaluée mais qui va se développer. Par exemple, aujourd’hui, nous réfléchissons aux problématiques des énergies renouvelables marines, des entreprises se sont positionnées dans ce domaine, nous devons penser à la formation des personnels qui travailleront dans ces entreprises.

Nous nous nourrissons de ce que nous découvrons au sein du monde maritime en termes d’innovations. Et en retour nous allons répondre en termes de produits de formation adaptés. C’est vraiment une logique d’échange et de partenariat qui fonctionne dans les deux sens.

Comment résumer le CEFCM en quelques mots ?

Nous croyons en l’homme, en ses capacités d’évolution et d’adaptation. Notre métier c‘est d’accompagner les projets et les compétences des entreprises maritimes en donnant plus d’outils et de capacités à leur personnel.


(© CEFCM)


(© CEFCM)


(© CEFCM)


(© CEFCM)


(© CEFCM)

Centre Européen de Formation Continue Maritime
1, rue des Pins - BP 229 - 29182 CONCARNEAU Cedex
Tél : 02 98 97 04 37 - Fax : 02 98 60 41 13
www.cefcm.com - email : info@cefcm.fr

Temps stable pour le W-E....!

 

Remise de médailles aux sapeurs-pompiers de l'île

jeudi 21 février 2013: http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Remise-de-medailles-aux-sapeurs-pompiers-de-l-ile-_29155-avd-20130221-64615190_actuLocale.Htm


Au centre de secours, René Henaff, Nicolas Masson, Olivier Orlach, Patrick Cornic, Eric Chalm, Joëlle Lalbin.
Samedi dernier, le corps de sapeurs-pompiers de l'île était réuni pour une remise de grades à trois d'entre eux : Eric Chalm obtient le grade de sergent ; Joëlle Lalbin et Patrick Cornic ont reçu le grade de caporal-chef.
Olivier Orlach, caporal-chef, s'est vu décerner une médaille pour ses vingt ans de présence au sein des pompiers de l'île, il a reçu également les félicitations de l'assemblée.
À l'invitation du nouveau chef de centre, Nicolas Masson, ce furent les retrouvailles avec les anciens pompiers, et la découverte du centre de secours inauguré l'été dernier.

Résidence d'écrivain au 52e jours.

                                                       Par: Anne Bihan, Ouessant J52.

Ai fui le vent cinglant. Aucune intimité ne lui résiste. N'ai finalement pas quitté la chambre de veille. Écrire m'a engloutie.
Il faut remonter à la lumière pour en ramener quelque chose de tangible. Mais déjà ce fut le soir, le ciel plein, ce soleil tout en jambes avant de disparaître.
Certains jours c'est ainsi. Capable de rien. Sauf cela : une attente obstinée.

Historique de la carte des naufrages.

Par: Georges Pennec, C'était en 1981 à Ouessant....

vendredi 22 février 2013

Ouessant : un père et son fils jugés aux assises

Vendredi 22 février 2013: http://www.brest.maville.com/actu/actudet_-Ouessant-un-pere-et-son-fils-juges-aux-assises_fil-2297030_actu.Htm

Enquêteurs, magistrats, avocats et accusés lors de la reconstitution en juin 2011 à Ouessant. Archives Ouest-FranceEnquêteurs, magistrats, avocats et accusés lors de la reconstitution en juin 2011 à Ouessant.© Archives Ouest-France

Deux îliens, père et fils, devront répondre lundi de coups mortels sur un homme en octobre 2010. DL;
Ce dernier, ami des accusés, avait été massacré à coups de pied chez lui.
Louis Henry est-il mort, le 19 octobre 2010, pour une dette imaginaire ? Voilà une des questions qui sera examinée par la cour d'assises, à Quimper, à partir de lundi et jusqu'à mercredi, lors du procès de deux Ouessantins, Lucien Malgorn, âgé de 52 ans au moment des faits, et son fils, 18 ans (1).
Louis est mort à l'hôpital de Brest où il avait été transféré la veille dans un état désespéré. Il présentait de nombreux traumatismes externes, sur le visage, le crâne, le thorax et l'abdomen. Il avait plusieurs cotes fracturées qui ont provoqué des hémorragies. Révélatrice de l'extrême violence des coups reçus : la fracture du foie entaillé par une compression sur la colonne vertébrale.
Bouteilles partagées
Ceux qui ont alerté les secours, après avoir, disent-ils, découvert le corps dans un petit logement au-dessus de l'office de tourisme de l'île, étaient Lucien Malgorn et son fils. Très vite, il est apparu qu'ils étaient les auteurs des coups mortels.
Lucien, auparavant employé communal, était en longue maladie. Pour beaucoup en raison de son alcoolisme chronique. Une maladie qu'essayait de surmonter Louis, 60 ans, ancien ouvrier boulanger et décrit comme un brave homme. Mais chaque jour, Lucien venait lui rendre visite, avec des bouteilles de vin que ne pouvait pas acheter Louis qui était sous curatelle renforcée. Les deux copains de vingt ans s'enivraient régulièrement.
Le 18 octobre, Lucien est venu voir Louis, dès le matin. Il a probablement passé la journée chez le retraité. En milieu d'après-midi, le fils est venu les rejoindre. Le jeune homme venait d'avoir 18 ans deux jours avant. L'enfance de ce fils a été marquée par les violences paternelles. Peu après 16 h, une dispute aurait éclaté entre Lucien Malgorn et Louis Henry. Le premier réclamait au second le paiement d'une dette de 800 € pour de supposés travaux de ménage et de lessives assurés par Mme Malgorn.
La juge d'instruction s'est longuement attachée à chercher si cette dette était réelle. Des propos contradictoires entre Lucien Malgorn et son épouse, il ressort que cette dernière avait pu faire quelques tâches ménagères pour la victime. Mais pas pour 800 €. Elle aurait dit à son mari de ne plus réclamer cet argent. Lui affirme qu'il ruminait cette affaire de dette depuis longtemps.
À pieds joints
D'où la dispute qui aurait éclaté entre les deux copains. Louis Henry aurait insulté Lucien. C'est le fils qui aurait frappé le premier : un coup de pied dans le ventre de Louis, assis dans son fauteuil. Le retraité est tombé à terre. Le fils s'est déchaîné contre le poste de télévision. Quant à Lucien, il a reconnu, lors de l'instruction, avoir sauté plusieurs fois à pieds joints sur le corps de la victime, en prenant appui sur le chambranle d'une porte ! Ce jour-là, il portait des chaussures de sécurité à bout ferré...
L'instruction n'a pas permis de savoir qui a porté des coups au visage de la victime qui, par ailleurs, présentait des traces de strangulation. Au cours de l'enquête, l'affaire a pris une tournure encore plus sordide : le fils a accusé son père de l'avoir violé dès l'âge de 9 ans. Lucien Malgorn, qui aurait reconnu en partie les faits, a été mis en examen pour viols aggravés. Cela fera l'objet d'un autre procès aux assises.
Le père et le fils encourent 20 ans de réclusion.
(1) Le fils ayant été victime de viols en tant que mineur, la loi nous interdit de publier son identité, alors que ces faits seront en partie évoqués à ce premier procès. Il avait été incarcéré cinq jours et placé sous contrôle judiciaire. Lundi, il comparaîtra libre devant les assises.

Yannick GUÉRIN. Ouest-France

Avez-vous pensez à prendre votre crème de protection..?

Vous de la zone A (Caen, Nantes, Rennes) qui êtes en vacance du 23 Février au 11 Mars, avez-vous pensez à prendre votre crème de protection Nividiskin.
 


 
Photos faite à Gourette 64. le 21/2/13.