lundi 30 septembre 2013

Décès d'un plaisancier en mer.


lundi 30 septembre 2013: http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Deces-d-un-plaisancier-en-mer-_29155-avd-20130930-66036347_actuLocale.Htm

Hier, vers 9 h 50, en baie de Lampaul, à Ouessant, deux Ouessantins se trouvaient à bord d'un bateau de plaisance pour pêcher. Quand l'un des deux, âgé de 78 ans, a fait un malaise cardiaque.
Le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage Corsen a été prévenu par l'autre plaisancier, qui a réussi à ramener le bateau au port de Lampaul.
La SNSM d'Ouessant et l'hélicoptère du Samu 29, basé à l'hôpital de la Cavale-Blanche à Brest, ont été dépêchés sur l'île.
Les pompiers étaient également présents. Des massages cardiaques ont été prodigués au septuagénaire. L'homme n'a pu être ranimé, et est décédé.
 

Montre de plongée:

http://www.blancpain.tv/video/8060485/1953-2013-blancpain-fifty-fathoms-%2060th?pk_campaign=two_pave_ffvideo

1953-2013 : Blancpain Fifty Fathoms 60th anniversary - The story of a legend
 
When Jean-Jacques Fiechter, himself a diving fan, took the helm of Blancpain in 1950, he began working on a reliable and robust instrument capable of accompanying him in his leisure sports activities. Diver’s watches, still inexistent at the time, were to prove crucial in that measuring dive times and the ability to time various operations are of paramount importance. In 1953, the first modern diver’s watch was introduced and christened Fifty Fathoms after the British measurement corresponding to around 91 metres and then considered to be the maximum depth divers could reach given the compressed air technology used at the time.
Today, the 2013 Fifty Fathoms Bathyscaphe model appears in the wake of a fabulous lineage extending over more than half a century and still meeting the requirements of modern divers.

Le site: http://www.blancpain.com/category/collections/fifty-fathoms

A l’origine de cette collection, une montre légendaire. En 1953, Blancpain crée la Fifty Fathoms, une montre de plongée pour les hommes-grenouilles de l’armée française. Porté par Cousteau lui-même, ce garde-temps acquiert le rang d’icône. Blancpain le décline aujourd’hui en une famille de montres dont l’étanchéité atteint 1000 m de profondeur pour certaines. Cette collection est l’expression du lien privilégié que Blancpain entretient avec l’univers marin.

Elle est résolument sportive et associe savoir-faire horloger et matériaux novateurs à une construction subtile et robuste. Les performances exceptionnelles de ces modèles leur permettent de faire face à toute situation, même extrême. Instruments sophistiqués au service des personnalités actives, ces montres intrépides sont aussi des icônes intemporelles, à l’image de la légendaire Fifty Fathoms.

Résistantes et contemporaines, elles arborent une allure sportive et un design puissamment masculin. Héritage de leur ancêtre la Fifty Fathoms, ces modèles sont dotées d’une lunette tournante unidirectionnelle. Ce système permet au plongeur de placer un repère en face de l’heure à laquelle il plonge pour savoir quand il lui faut remonter. Les chiffres et aiguilles, visibles dans la nuit, sont rehaussés par un cadran le plus souvent foncé. Les montres de la ligne Sport s’enrichissent de complications utiles pour les personnes actives, comme le GMT ou le chronographe flyback.

Sein intègre la réserve de biosphère de la mer d’Iroise

dimanche 29 septembre 2013:   http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Sein-integre-la-reserve-de-biosphere-de-la-mer-d-Iroise_40771-2233644-pere-bre_filDMA.Htm

Cette semaine, l’île-de-Sein est entrée officiellement dans la réserve de biosphère de la mer d’Iroise. 
Cette semaine, l’île-de-Sein est entrée officiellement dans la réserve de biosphère de la mer d’Iroise.
OUEST-FRANCE
Ce week-end, l’île-de-Sein (Finistère) est officiellement entrée dans la réserve de biosphère de la mer d’Iroise. Elle existe depuis 1988 et englobait jusqu’alors les îles d’Ouessant et de Molène.

Ce label est remis par l’Unesco. Il existe pour promouvoir un développement durable basé sur les efforts combinés des communautés locales et du monde scientifique. Actuellement, 13 réserves de ce type existent en France.

Hollande donne le coup d'envoi à la filière hydrolienne

 
 

Île-de-Sein: « Bouge ton quai, acte 2 » sur l’île de Sein.

vendredi 27 septembre 2013: http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_--Bouge-ton-quai-acte-2-sur-l-ile-de-Sein-samedi_40771-2233034-pere-23203_filDMA.Htm

Après l'Îlophone d'Ouessant, il y a quinze jours, nouveau concert îlien pour les Douarnenistes de Red Goes Black !

SNSM : Xavier de la Gorce veut ramener la sérénité sans éluder les problèmes.

30/09/2013:  http://www.meretmarine.com/fr/content/snsm-xavier-de-la-gorce-veut-ramener-la-serenite-sans-eluder-les-problemes
Xavier de la Gorce. crédits : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU.
Xavier de la Gorce

Avec l’élection d’un nouveau président, le 26 septembre, la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) espère retrouver un certain calme après avoir affronté, ces derniers mois, une mer tumultueuse. « On a eu un sacré coup de vent, là on s’est mis à la cape et nous sommes prêts à naviguer de nouveau dans des eaux clémentes », résume le pêcheur breton André Le Berre, vice-président de la SNSM. Héritière de structures de sauvetages séculaires, la SNSM, créée telle qu’on la connait en 1967, est une association de loi 1901, à but non lucratif et reconnue d’intérêt public, chargée du sauvetage au large du littoral français et sur les plages. Elle compte 220 stations, réparties le long de la côte et armées par 4500 bénévoles, ainsi que des centaines de nageurs sauveteurs assurant la sécurité des baigneurs durant la période estivale. Chaque année, plus de 8000 personnes sont secourues par ces hommes et femmes, maillons indispensables de la chaîne de sauvetage en France métropolitaine et outre-mer.

 Retour sur une crise inédite
Cet été, une crise majeure s’est déclarée au sein de la vénérable institution. Alors que celle-ci tire l’essentiel de ses moyens financiers des dons et de subventions publiques, les compléments de revenus pour les stations, et plus particulièrement la question de la facturation du remorquage de biens (bateaux), a mis le feu aux poudres. Elu fin mai à la tête de la SNSM, l’amiral Olivier Lajous, ancien directeur du personnel militaire de la Marine nationale, s’est violemment heurté aux stations varoises sur ce dossier. Engagés depuis des années dans un conflit avec une société de remorquage privée du Lavandou, qui les a poursuivis en justice pour distorsion  de concurrence et travail dissimulé, les sauveteurs locaux en ont directement appelé aux pouvoirs publics, à Paris, court-circuitant de facto le siège de la SNSM. Alerté du problème dès son arrivée, l’amiral Lajous n’a, évidemment, pas apprécié la méthode et, de fil en aiguille, le nouveau président s’est retrouvé confronté à une véritable fronde des Varois. La crise est restée en interne jusqu’à ce que soient placardés des tracts appelant les plaisanciers, en cas de problème, à contacter directement la SNSM. Cela puisque dans le Var, on accuse le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de la Méditerranée, chargé de coordonner les sauvetages en mer, de favoriser, sur ordre de l’administration centrale, le recours à des moyens privés. Face à cette situation, évidemment très dangereuse, notamment d’un point de vue légal, Olivier Lajous est sorti de sa réserve et s’est exprimé publiquement, annonçant qu’il demanderait un vote de confiance au prochain Conseil d’administration. Partant du cas particulier du Var, l’amiral a évoqué la nécessité de débattre, de manière générale,  de la problématique du remorquage de biens, le sauvetage des personnes étant gratuit mais pas la prise en charge des bateaux, cette dernière étant donc soumise à la règlementation sur la concurrence. Estimant périlleux que le budget d’un certain nombre de stations dépende en majorité de cette activité, le président a appelé au recentrage de l’association sur son cœur de mission, le sauvetage de la vie humaine en mer, indiquant au passage que, personnellement, il serait favorable à la possibilité de rendre gratuits les sauvetages de biens. Et de revenir également sur un certain nombre de sujets sensibles, comme la restructuration de la flotte de la SNSM, estimant que l’évolution des missions ne nécessitait plus autant de gros canot tout temps, par exemple à la pointe Bretagne. Mal comprise, notamment en raison d’un contexte très compliqué dont les tenants et les aboutissants échappaient à bon nombre, cette intervention a provoqué une violente levée de boucliers sur tout le littoral Au point qu’Olivier Lajous a été contraint de présenter sa démission au Comité directeur de l’association, le 10 septembre, trois mois seulement après avoir été élu.

lire la suite avec le lien:
http://www.meretmarine.com/fr/content/snsm-xavier-de-la-gorce-veut-ramener-la-serenite-sans-eluder-les-problemes

Avis de décès du jour.

M. ORLAC'H Olivier
Accéder à tous les avis: http://brest.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/strenanouess/ouessant/index_ouessant.php

dimanche 29 septembre 2013

Décès d’un plaisancier à Ouessant.

dimanche 29 septembre 2013: http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Deces-d-un-plaisancier-a-Ouessant_40771-2233714-pere-bre_filDMA.Htm

Ce dimanche, vers 9 h 50, en baie de Lampaul, à Ouessant, deux Ouessantins se trouvaient à bord d’un bateau de plaisance pour pêcher. Quand, l'un des deux, âgé de 78 ans, a fait un malaise cardiaque.
Son collègue a immédiatement prévenu le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage Corsen. La SNSM d’Ouessant et l’hélicoptère du Samu 29 basé à l’hôpital de la Cavale-Blanche à Brest ont été dépêchés sur l’île.
Entre-temps, le bateau avait réussi à revenir au port de Lampaul par ses propres moyens. Des massages cardiaques lui ont été prodigués. L'homme n’a pu être ranimé et est décédé.

Synthèse des observations de cétacés depuis Ouessant.

pour voir le blog.

Prévision météo pour à venir.

samedi 28 septembre 2013

Le Cotentin.

Info Penn Ar bed.

Cause Foire St Michel, samedi et dimanche 28 et 29 sept, pas de passage de car port de commerce, gare routière.

Le troupeau de chèvres retrouve la liberté.

jeudi 26 septembre 2013:  http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Le-troupeau-de-chevres-retrouve-la-liberte-_29155-avd-20130926-66015829_actuLocale.Htm


Mardi, on a relâché les biquettes : la liberté à Penn-ar-Lan.
En ce mardi d'automne, l'association Boucs en train et son président, Jean-Paul Boloré, ont répertorié biquettes et boucs avant de les lâcher sur le site de Penn-ar-Lan.
Des tours de garde sont organisés jusqu'au retour de tout ce petit monde au bercail le dimanche avant la foire aux moutons.
Durant cette période de vaine pâture, chaque animal porte une étiquette à l'oreille avec un numéro répertorié sur un cahier, ceci afin de veiller au bon état sanitaire des bêtes.
Cette période de liberté a toujours des avantages et des inconvénients, surtout pendant la période de mise bas.

Les traditions ouessantines n'iront pas à Sein.

mercredi 25 septembre 2013:  http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Les-traditions-ouessantines-n-iront-pas-a-Sein-_29155-avd-20130925-66004434_actuLocale.Htm


L'association pour le Maintien des traditions ouessantines et son président Michel Quantin déclinent l'invitation faite par Pierre Maille, président du parc d'Armorique pour participer sur l'île de Sein à une conférence de coordination au sujet de la nouvelle réserve de biosphère des îles de la mer d'Iroise reconnue par l'Unesco le 18 novembre 1988.
Ce rendez-vous doit avoir lieu les 27 et 28 septembre
Le label délivré par l'Unesco a été mis en sommeil en 2006, suite à une gestion controversée du parc d'Armorique et une activité scientifique jugée, trop faible dans le secteur de la mer d'Iroise.
« Plus que des paroles, ou des rendez-vous médiatisés, ce sont des actes, dont nous avons besoin sur nos îles, souligne Michel Quantin.
Comment ne pas réagir, devant l'opacité de l'activité ou sur le coût de fonctionnement de ces parcs ! Aussi, nous rappelons au comité français Man and biosphère qu'il ne semble pas avoir entendu l'appel des îliens et que les seuls interlocuteurs sont les élus d'Ouessant, représentants de la population ouessantine. »

Prévision à 3 jours.

Météo: Temps présent.

 

vendredi 27 septembre 2013

Uniquement 2 dauphins communs.....!!

Heureusement que 2 pluviers guignards sont venus nous voir.

Deux dauphins communs de 10h à 19h30.

à 19h.

Réserve de biosphère. MTO fait entendre sa voix.

Hier, 26 sept à Kadoran.....deux groupes de dauphin commun.

Le premier groupe de 30 ind
 
Le second de 10 ind.

Jean-Claude.


 
La compagne de Jean-Claude, nous quitte pour aller voir les oiseaux
 
Et, elle trouve 1 pluvier guignard et un doré entre Kadoran et le Stiff.

Anthony Lebedel décroche le Prix du roman jeunesse Ouessant 2013.

L'ouvrage du Pontoisien, sorti au printemps 2012, a séduit lecteurs et jury.

Dernière mise à jour : 26/09/2013 à 15:15:  http://www.gazettevaldoise.fr/2013/09/27/pontoise-anthony-lebedel-decroche-le-prix-du-roman-jeunesse-ouessant-2013/

Anthony Lebedel a reçu le Prix du roman jeunesse Ouessant 2013.
Anthony Lebedel a reçu le Prix du roman jeunesse Ouessant 2013.
Limite incrédule quand il a appris la nouvelle, un peu par hasard, par son éditeur, Elytis. «Je ne savais pas vraiment que j’allais concourir. Je suis surpris, super content et fier d’être reconnu par mes pairs», annonce d’emblée Anthony Lebedel. L’artiste pontoisien multifacette (musicien, peintre, écrivain) vient de recevoir le Prix du roman jeunesse Ouessant 2013 pour son ouvrage “Mouette”.
Un roman graphique nourri aux embruns de Normandie. «“Mouette”, c’est une histoire d’amour d’enfance qui berce le lecteur dans la douce atmosphère des îles Chausey.»

Souvenirs d’enfance
L’ambiance générale de l’ouvrage, qui nous ramène à chaque page à nos propres attaches et racines, l’approche «parfois fleur bleue» revendiquée par l’auteur, le côté intergénérationnel du propos a séduit le jury et les lecteurs. «Toutes les générations peuvent se retrouver dans ce récit», pronostiquait Anthony Lebedel en juin 2012, lors de la sortie de “Mouette”. Bonne pioche.
“Mouette”, 128 pages, éditions Elytis, 15 euros.
Renseignements : anthonylebedel@gmail.com

jeudi 26 septembre 2013

Observation des dauphins à Kadoran.



Jean-Claude.

Résultat: de 11h à 18h, deux groupes...un de 30 ind....l'autre de 10 ind....et un phoque gris.

Ragoût en plein air pour clôturer les Insulaires.

mardi 24 septembre 2013:  http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Ragout-en-plein-air-pour-cloturer-les-Insulaires-_29155-avd-20130924-65997496_actuLocale.Htm


Près de 1 000 festivaliers insulaires profitent de ce dimanche ensoleillé  pour déguster un ragoût d'agneaux sous les mottes préparé  par les bénévoles depuis 5 h du matin.

Le miel d'Ouessant en route pour Kiev.

mardi 24 septembre 2013:  http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Le-miel-d-Ouessant-en-route-pour-Kiev-_29155-avd-20130924-65997495_actuLocale.Htm


Christophe et Romain avec le miel récolté sur l'île cette année, sont en lice  pour les World Beekeepings Awards qui se déroulent à Kiev en Ukraine,  du 29 septembre au 4 octobre.

mercredi 25 septembre 2013

Collection de phare: L'Irlande.

Cette après-midi à Kadoran.




Résultat de l'après-midi: http://dauphinouessant.blogspot.fr/

Un week-end de retrouvailles au festival Les Insulaires

dimanche 22 septembre 2013:  http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Un-week-end-de-retrouvailles-au-festival-Les-Insulaires-_29155-avd-20130922-65988535_actuLocale.Htm


Denis Palluel, maire de Ouessant, et Jean-François Rocher, maire de Molène, souhaitent la bienvenue aux festivaliers.
À Ouessant, les rues, la place du bourg et le village du festival ne désemplissent pas.
En fanfares, les insulaires ont pris d'assaut l'île d'Ouessant et de Molène. Ils étaient 3 000 à débarquer des navires de la Penn ar Bed, arpentant le village du festival, ponctué de conférences, d'animations musicales et culturelles, de projections cinématographiques et de concours et jeux entre les îliens.
La brume épaisse rendait l'atmosphère cotonneuse, l'avion a renoncé a amené les journaux. Et, comme toujours, sur les îles, tout le monde s'accommode des aléas rendus supportables par le fait d'être ensemble.
Lire également en page 11 du Cahier Actualités générales.

Insulairs : les îles du Ponant tissent des liens.

lundi 23 septembre 2013:  http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Insulairs-les-iles-du-Ponant-tissent-des-liens-_29155-avd-20130923-65991955_actuLocale.Htm


Des bénévoles qui enchaînent les festivals : après l'Ilophone, les Insulaires.
Trois jours sur un rythme endiablé, c'est ce qu'a vécu Ouessant, au son des fanfares et de leurs gais fanfarons qui ont sillonné le bourg dans la brume, invitée surprise de ces trois jours : « Ca rend l'île encore plus mystérieuse », soulignait un festivalier. Sur le site du village, on assistait aux débats, dont les thématiques principales portaient sur le fait de rester vivre à l'année sur une île. Les grandes gagnantes des sujets abordés sont les îliennes qui choisissent, malgré les difficultés, de trouver du travail en relation avec les diplômes.
Les îliens se sont retrouvés autour des nombreux concerts, des chorales à l'église et du théâtre avec La Crypte, jouée en avant-première par Henry Le Bal, Yves Philippe, Marc Di Napoli.
Cette énorme organisation était managée par une armée de bénévoles, au four et au moulin nuit et jour, pour trois jours de retrouvailles.

Sortie en mer les 21 et 22 sept.


Voir le résumé:

Mon collège sur une île.

Sur l’île de Hoëdic, ce n’est pas le soleil qui se lève en premier.

A 7h20 du matin, aussi matinaux que les marins…il y a les collégiens.Houedic V2
Angèle, Gaëlle et Maxence prennent la mer comme d’autres prennent le bus : pour aller au collège. Mais leur bus à eux est un peu capricieux, comme l'explique Gaëlle, quinze ans, élève de troisième.
 « Des fois, à cause des horaires de marée, la bateau est plus tôt, parfois il est à six heures et quart, donc on est obligés de se lever à cinq heures et demie ».Son amie Angèle, lui adresse un clin d’œil malicieux :
« Quand on prend notre petit déj', ça pèse un  peu sur l’estomac quand il y a des vagues mais franchement, à force, on s’y habitue ». 
 Car ce trajet, ils le font tous les matins, et tous les soirs. Sur l'île de Hoëdic, il n’y a pas de collège, alors il leur faut aller à 20 minutes de là, à 5 km à vol d’oiseau, sur l’île voisine de Houat.
C'est là que se trouve un collège miniature:  5 professeurs, 14 élèves, répartis sur 4 niveaux. Résultat, des cours de 45 minutes, en petits comités : deux élèves en classe de troisième, 6 élèves, en classe de quatrième. Certains profs assurent même deux matières, effectifs réduits oblige.
Cours d'anglais avec les troisième. Cette année, ils ne sont que deux.
Cours d'anglais avec les troisième. Cette année, ils ne sont que deux.
 Tous dans le même bateau  Ici, tous les élèves se connaissent depuis la maternelle alors à chaque rentrée, pas de grosse surprise comme l’explique Angèle :
« On connaît tout le monde, il n’y a pas le stress de « avec qui je vais être dans la classe » tout ça, et puis du coup on n’est pas timides les uns envers les autres, je trouve ça bien ».
Son voisin, Maxence, fait la grimace :« Moi, j’aimerais bien changer un peu des fois…depuis qu’on est tout petits on se connaît tous, on est tous dans la même classe…on a hâte d’aller au lycée ! »
Ici les élèves tutoient même les enseignants, car sur l’île de Houat, tout le monde est dans le même bateau!
« On vit avec eux toute l’année, reconnaît Béatrice Pleven, professeur de SVT, on a les mêmes moyens de transports, on est bloqués pareil quand il y a des tempêtes, donc il y a des conditions qui font que le lien n’est pas du tout le même que celui que l’on pourrait avoir dans un établissement plus classique ».
 Au large du Morbihan et du Finistère, le collège du Ponant accueille 100 élèves, avec des antennes réparties sur 6 îles différentes : Batz, Ouessant, Molène, Sein, Groix et Houat. Le siège administratif est à Brest. Certains enseignants font la navette d’une île à l’autre, alors les emplois du temps évoluent toute l’année au gré de la rotation des bateaux, et du bon vouloir des tempêtes.
Depuis 40 ans, c’est le seul collège de la sorte en France qui permette aux collégiens insulaires d’être scolarisés, avec succès : 100% de réussite au Brevet des Collèges.
16h30, et c’est déjà la traversée du retour. Au loin, la vue est splendide. Pour les 8 collégiens qui rentrent à Hoëdic, rien d’extraordinaire, même si chaque été, les amis d’Angèle s’étonnent de leur quotidien entre deux îles.
 « Quand je parle avec des amis, l’été, je vois bien que pour eux, c’est impossible ce que l'on fait. Pour eux, ils ne pourraient pas être dans un collège de 14. Être 400 c’est pas beaucoup alors 14…ils sont vraiment étonnés ».
Pour lire la suite et voir les vidéos:
Publié le http://blog.francetvinfo.fr/photo-de-classes/2013/09/11/mon-college-sur-un-ile.html

Large isobare,donc pas de vent....mais risque de brume.

 
carte de brume....visi à 50m sur Ouessant.

mardi 24 septembre 2013

Expérience à renouveller dans un cadre normal.

Le conservatoire du littoral proposera des sorties en zodiac gratuites sur l'ilot de Quéménès à l'occasion du festival Les Insulaire le samedi 21 septembre. Les départs se feront depuis Molène à 9h00, 15h00 ou 16h15.
Attention : places limitées !
Inscription dès à présent par téléphone auprès de Molène Evasion au 06 71 88 74 21.
Merci de diffuser l'information autour de vous.

Phares de Bretagne, « De l’eau et des feux ».

Publié par: Stéphane Bidouze le 18 septembre 2013: http://bidouze.com/phare-bretagne/
Cliquez sur le lien pour voir la vidéo.
 Pour les amoureux des phares, voici la version full HD 1920×1080, de mon petit film « De l’eau et des feux », tourné avec les Canon eos 5d mark II et 7D, un montage parcourant des côtes de la Bretagne au crépuscule, avec au programme:
  • Le luxueux phare d’Eckmühl, à la pointe de Penmarc’h.
  • Le phare de la pointe Saint Mathieu et son abbaye
  • L’île d’Ouessant et son phare du Créach, le plus puissant du monde, qui n’est rien d’autre qu’un vaisseau spatial posé sur une terre qui semble n’avoir jamais été habitée. A l’autre bout de l’île, le phare du Stiff exhibe sa lentille géante comme un énorme joyau écarlate.
  • L’île de Groix et le phare de Pen Men, tout au bout des terres, dominant une lande sauvage, interrompue par des falaises abruptes, absorbées par un océan sans limites
  • La pointe du Raz, son phare de la Vieille incrusté dans son rocher, au second plan l’île de Sein et son grand phare, et tout au fond, très loin, le vieux Ar-Men, l’enfer des enfers, toujours debout sur sa roche, malgré son état délabré dû à son abandon total.
  • L’ïle vierge et le plus haut phare en pierre d’Europe, toujours accompagné de son petit ancêtre, avoir de la compagnie sur une ile déserte n’est pas un luxe.

Expo Iffic le "dessinateur" est de retour à la Duche.