vendredi 31 janvier 2014

Collection de phares.

Info Penn Ar Bed

Samedi 1 février: Cause météo le départ du Conquet à 14h est annulé, traversée aller-retour immédiate.
Horaires à confirmer.

Tour du monde en solitaire. Thomas Coville renonce !

Thomas Coville, parti à la conquête du record monde du tour du monde en solitaire, a décidé d’abandonner.

Parti le 17 janvier à la conquête du record monde du tour du monde en solitaire détenu par Francis Joyon depuis 2008, Thomas Coville a décidé d’abandonner. Actuellement englué au cœur de l’anticyclone de Sainte-Hélène, le skipper de Sodebo a perdu tout espoir : en raison de la météo à venir, le retard accumulé et des routages qui le font descendre à quelque 300 milles de l’Antarctique au niveau des glaces amènent le Breton, en accord avec son armateur Sodebo, à renoncer à sa tentative de record du tour du monde en solitaire en multicoque. Le skipper rentre directement à son port d’attache de La Trinité-sur-Mer.

La carte interactive des vents.

Avis de de grand frais à coup de vent prévu nr 62.

Situation générale vendredi 31 janvier 2014 à 00H00 UTC et évolution

http://www.meteofrance.com/previsions-meteo-marine/bulletin?type=cote&zone=3

Dépression très profonde au sud de l'Islande se décalant vers l'Ecosse, générant un flux de secteur Sud fort en Manche aujourd'hui. Puis rotation à l'Ouest assez fort à fort la nuit suivante.

Observations le vendredi 31 janvier 2014 à 03H00 UTC

Ouessant : vent Sud-Sud-Ouest 8 nœuds, mer peu agitée, 1004 hPa stationnaire, très nuageux à couvert, visibilité 10 à 25 milles.
Batz : vent Sud 4 nœuds, mer belle, clair ou peu nuageux, visibilité 2 à 5 milles.
Brignogan : vent Sud 8 nœuds, 1005 hPa en baisse.
Bréhat : vent Sud-Sud-Ouest 4 nœuds.
Cap de la Hague : vent Sud 10 nœuds, 1006 hPa en hausse, clair ou peu nuageux, visibilité 8 milles.
Pointe du Raz : vent Sud-Sud-Ouest 8 nœuds, mer peu agitée, 1004 hPa stationnaire, très nuageux à couvert, visibilité 10 à 25 milles.

Prévisions pour la journée du vendredi 31 janvier

VENT : Secteur Sud 5 à 6, fraîchissant 7 à 8 en fin de matinée, puis virant Sud-Ouest 6 sur la pointe Bretagne en fin de journée. Fortes rafales.
MER : devenant agitée à forte.
HOULE : moyenne d'Ouest à Nord-Ouest 1 à 2 m de La Hague à Bréhat, 2 à 3 m de Bréhat à Penmarc'h.
TEMPS : Pluie par l'ouest le matin.
VISIBILITE : Moyenne sous pluie.

Mauvaise prévision pour samedi et lundi.


-------------------

--------------------

Info Penn Ar Bed.

Vendredi 31/1
Départ d'Audierne vers Sein à 9h30 et retour de Sein vers Douarn à 15h30, Risque d'annulation pour demain

jeudi 30 janvier 2014

Info Penn Ar Bed

Pour Vendredi 31 janvier.
Réserve de l'évolution de la météo:
Le service de matin reste inchangé;
Départ d'Ouessant à 9h vers Molène et Le Conquet.
Départ du Conquet à 10h15 vers Molène et Ouessant.
Départ d'Ouessant à 12h30 vers vers Moléne et Le Conquet.
Départ du Conquet à 14h vers Molène et Ouessant.
Départ d'Ouessant 15h15 direct vers Brest.

Mauvaise prévision pour la fin de semaine.

-----------------


----------------------

mercredi 29 janvier 2014

La hauteur des vagues.

Info Penn Ar Bed:

Mercredi 29 janvier:
Départ de Douarn vers Sein à 10h45
Retour de Sein vers Ste Evette à 12h45.

Mercredi 5 février 2014 : foire aux moutons.

Traditionnellement, la foire aux moutons a lieu tous les ans le premier mercredi de février, lorsque les jeunes pousses commencent à sortir de terre et que les brebis se préparent à agneler.

L'organisation de la foire est confiée à deux équipes, l'une pour le nord de l'île et l'autre pour le sud : leur tâche consiste à rassembler les animaux dans un enclos situé dans la zone qui leur est confié. Ainsi ayant repéré les bandes de moutons durant la journée de lundi, les rabatteurs vont le mardi chasser les bêtes devant eux jusqu'au lieu de rassemblement. Il y a peu de temps encore, ils agitaient pour cela des vessies de porc gonflées dans lesquelles on avait mis des petits pois : cet instrument bruyant était appelé "sorohel".

Durant la nuit qui précède la foire, les hommes veillent pour empêcher un déplacement intempestif du troupeau. Au matin, les propriétaires rejoignent les cours où ont été parqués les bêtes et se fraient un passage dans la masse laineuse, examinant les oreilles des moutons afin de reconnaître leur marque et de retrouver leur bien. Pour chaque mouton récupéré, ils vont payer un droit modeste (environ 3 €) qui servira à dédommager les rabatteurs de leur peine. Il arrive que certains propriétaires soient obligés pour rassembler leur troupeau de faire la navette entre les enclos du nord et ceux du sud de l'île, ce qui provoque durant cette journée un va-et-vient continuel des bêtes et des gens.

Aéroport Brest-Bretagne. Air France améliore son offre vers Paris

Brest -

Air France a annoncé des nouveautés dans la desserte de l’aéroport Brest-Bretagne pour 2014.

Jusqu’à 11 vols par jour vers Paris

À partir d’avril, onze vols desserviront Paris, huit vers Orly et trois vers Charles-de Gaulle.
Alors que le trafic à destination de Paris représente la moitié du million de voyageurs reçus à l’aéroport brestois, Air France a décidé d’accroître son offre en proposant deux Airbus de 142 places en plus vers Orly. Avec un horaire avancé le matin pour satisfaire la demande. Le premier vol partira donc à 6 h 45 pour une arrivée à 8 h à Orly. Le dernier vol au départ d’Orly décollera à 20 h 40 et sera effectué en Airbus A319. La desserte vers Charles-de Gaulle sera elle aussi assurée par Airbus pour une arrivée au terminal 2F.

Sept destinations

Pour la saison estivale, Air France annonce la desserte de sept destinations (Paris Orly, Paris Charles-de Gaulle, Lyon, Nice, Marseille, Londres et Dublin) par Air France ou via sa compagnie low cost, Hop !

Un effort sur les tarifs

Air France baisse de 50 % le prix de la carte d’abonnement, proposée à 299 € aux entreprises et à 399 € au public. Cette carte permet d’obtenir une réduction de 30 % sur la ligne Brest-Paris. L’aller-retour serait à 439 €. Avec le tarif Mini, le billet est à partir de 49 €. Un tarif attractif dont 25 % des voyageurs ont bénéficié.

Prévision de vent fort pour samedi.


----------------------

------------------------------

mardi 28 janvier 2014

AVIS DE DANGER IMPORTANT SUR LE LITTORAL le 1er et le 2 Février 2014.

Du Samedi 1er Février 2014 au Dimanche 2 février 2014 le littoral Atlantique subira une forte pression de l'océan sur les rivages. Un risque de submersion très élevé est donc à prendre en considération avec la conjugaison de plusieurs facteurs...
Le Premier Facteur est celui de la marée avec un coefficient de 114 le Samedi 1er Février qui redescendra lentement jusqu'au 5 février ...La marée sera haute à 17H49 . Le Danger sera au plus haut 2h avant et après la marée haute... Ne prenez aucun risque pendant ces 4 heures mais pas plus avant ou après ...
Le Second Facteur est du à une très forte Houle qui arrivera sur les côtes le samedi Matin avec pas moins de 5 à 10 m sur l'ensemble du littoral avec une forte période allant jusqu'à 18 secondes ( la période indique la force de la houle) ce qui est donc conséquent et pourrait être dévastateur notamment avec la prise en compte du 3ième facteur qui est :
Le vent qui cette fois-ci  ne sera pas favorable pour une belle session de surf à Belharra mais à l'érosion de la côte poussée par un fort vent d'ouest accompagné de fortes pluies le Samedi et le Dimanche.
Ces 3 facteurs annoncent un Grand Danger sur le Littoral, mais aussi un fort risque d'inondation suite à ces pluies à répétition.
Ces conditions seront valable pendant plusieurs jours à compter de Samedi 1er Février et nous ne pouvons faire autrement  que de vous recommander la plus GRANDE PRUDENCE, de ne PAS BRAVER LES ÉLÉMENTS, d’éviter de vous promener sur les DUNES largement fragilisées par la précédente Houle qui a touché le littoral et plus particulièrement dans les Landes et le Médoc..  
Pour Les Chasseurs d'images, et de vidéos la marée Haute de Samedi offrira certainement un spectacle incroyable mais soyez des plus prudents, restez à distance

Info Penn Ar Bed

L'Enez sun sera en arrêt technique du 18 février au 6 avril 2014, durant cette période les rotations seront assurées par l'André Colin.
Merci de bien vouloir contacter la gare maritime de Ste Evette pour les modalités de transports des marchandises durant cet arrêt.

Bulletin Spécial : Avis de Grand frais nr 59 en cours.

Situation générale mardi 28 janvier 2014 à 00H00 UTC et évolution

Dépression 972 hPa sur les îles Britanniques se décale vers le Cotentin en se comblant 992 hPa demain en journée.
Dépression 985 hPa se creusant dans le Golfe de Gascogne la nuit prochaine puis se décale sur la France en se comblant.

Observations le mardi 28 janvier 2014 à 03H00 UTC

Ouessant : vent Ouest 29 nœuds, rafales 56 nœuds, mer forte, 994 hPa en baisse, très nuageux à couvert, visibilité 2 à 5 milles.
Batz : vent Ouest 27 nœuds, rafales 50 nœuds, mer agitée, visibilité 5 à 10 milles.
Brignogan : vent Ouest 21 nœuds, rafales 47 nœuds, 994 hPa en baisse.
Bréhat : vent Ouest-Sud-Ouest 19 nœuds.
Cap de la Hague : vent Ouest 27 nœuds, rafales 39 nœuds, 990 hPa en baisse.
Pointe du Raz : vent Ouest 29 nœuds, rafales 41 nœuds, mer forte, 996 hPa en baisse, clair ou peu nuageux, visibilité 10 à 25 milles.

Prévisions pour la journée du mardi 28 janvier

VENT : Ouest à Sud-Ouest 6 à 7, revenant Sud-Ouest 5 à 6 l'après-midi. Rafales.
MER du VENT: très forte, devenant progressivement agitée à forte.
HOULE :
-De La Hague à Bréhat : longue d'Ouest à Nord-Ouest 2 à 4 m.
-De Bréhat à Penmarc'h : longue de Nord-Ouest 4 à 6 m d'est en ouest, jusqu'à 7 m sur la Pointe Bretagne, s'amortissant légèrement l'après-midi.
TEMPS : pluie ou averses.
VISIBILITE : Moyenne à mauvaise sous précipitations.

Prévision météo en amélioration, mais mauvaise pour Vendredi.


-----------------

-----------------

1778. Bataille au large d'Ouessant.


Après l'envoi de volontaires et une aide indirecte conséquente, notamment en ouvrant ses ports aux corsaires américains, la France a très tôt apporté son soutien aux insurgés des États-Unis, en guerre contre la Grande-Bretagne depuis 1775. La cour de Versailles y voyait un bon moyen d'affaiblir la Grande-Bretagne, après les désastres subis lors de la guerre de Sept Ans et la perte des colonies canadiennes.

Véritables forteresses flottantes 

Le 6 février 1778, Louis XVI signe avec Benjamin Franklin un traité d'amitié avec les États-Unis d'Amérique. La France et la Grande-Bretagne entrent en guerre. Celle-ci va être d'abord maritime. Elle est rendue possible par le renforcement de la flotte française depuis l'accession au trône de Louis XVI. Dans l'Histoire de France, il est sans doute le souverain le plus préoccupé par les affaires maritimes. Il a ainsi favorisé la construction navale, les expéditions (comme celle de Bougainville) ou le renforcement des ports (construction d'une digue de 4 km à Cherbourg).Très rapidement, Français et Britanniques s'affrontent dans la Manche. Le premier combat d'importance se déroule à cent milles marins, au large d'Ouessant, le 27 juillet 1778. Un affrontement à la fois redouté et espéré par l'opinion publique française qu'animait un certain sentiment de revanche sur la supériorité supposée de la Royal Navy. La flotte française est commandée par le lieutenant Louis Guillouet d'Orvilliers, celle des Britanniques par le vice-amiral Augustus Keppel. Elles comprennent chacune une trentaine de vaisseaux de ligne, dont des modèles de 64 et 74 canons. Manoeuvrés par plusieurs centaines d'hommes, ces navires figurent parmi les engins les plus complexes mis au point par l'homme. Ce sont de véritables forteresses flottantes.

Le Bretagne, vaisseau amiral 

Les flottes sont divisées en trois escadres (avant-garde, corps de bataille et arrière-garde), chacune arborant une couleur spécifique. Le chef d'escadre est situé au centre de la ligne et les ordres aux autres vaisseaux sont transmis par des pavillons, grâce notamment à des navires plus légers sur le côté. Le Bretagne est le navire amiral de Louis Guillouet d'Orvilliers. Offert par les États de Bretagne et mis en service en 1762, il comprend trois ponts et une centaine de canons. Pour l'anecdote, il participera également à la troisième bataille navale d'Ouessant en 1794.Les deux flottes sont en vue dès le 23 juillet et manoeuvrent jusqu'au 27 juillet, où elles se mettent en ordre de bataille. Les Britanniques font alors voile à l'ouest, les navires français vont au nord-ouest. D'Orvilliers ordonne à ces unités de se mettre en ligne. À 11 h, l'affrontement débute et l'artillerie entre en action. À cause de la gîte, les Français ne peuvent utiliser leurs plus imposants canons, mais les artilleurs provoquent de gros dégâts dans les mâtures anglaises.

Le retard du duc de Chartres 

Après plus d'une heure de combat, Louis Guillouet d'Orvilliers constate que son avant-garde, commandée par le duc de Chartres, peut s'engouffrer entre deux escadres britanniques. Il ordonne au duc de changer de cap et d'isoler l'arrière-garde ennemie. Mais ce dernier tarde à réagir. Dans l'autre camp, Keppel a également des problèmes avec une escadre dont le navire principal, le Formidable, est très endommagé.Dans la nuit, les Britanniques quittent les lieux. Plus tard, Keppel affirmera que c'était les Français qui avaient refusé le combat. Le 28 juillet, la flotte française regagne Brest. 163 marins français ont été tués, plus de 400 chez les Britanniques. De part et d'autre, de nombreux vaisseaux sont abîmés. Dans chaque camp, on crie victoire. Mais un peu plus chez les Français, qui estiment avoir mis à mal l'invincibilité de la Royal Navy, maîtresse des mers depuis la fin de la guerre de Sept Ans, en 1763. Keppel sera d'ailleurs envoyé devant un tribunal, mais il sera disculpé. Une polémique éclate cependant concernant l'attitude du duc de Chartres, dont il semblerait que ce soient les officiers qui aient préféré ne pas intervenir pour protéger ce prince de sang. Quoi qu'il en soit, il ne recevra plus aucun commandement et en gardera une haine profonde pour Louis XVI. Il votera d'ailleurs la mort du roi en 1793.En définitive très indécise, la bataille d'Ouessant est la première d'une longue série d'affrontements navals dans l'Atlantique qui devaient porter des coups très rudes à la suprématie britannique sur les mers. Les victoires de la Marine française et l'audace des corsaires américains ont considérablement pesé sur le cours du conflit. Ce dernier s'achève en 1783 avec la victoire de la révolution américaine qui, en retour, allait profondément marquer l'Histoire de l'Europe.

Info Penn Ar Bed.

Pour le 28 janvier: Annulation de la traversée Audierne / île de Sein.

An Nikin correneza. Travailler la laine en atelier.

http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/strenanouess/ouessant/an-nikin-correneza-travailler-la-laine-en-atelier-27-01-2014-2382112.php

Mardi, en mairie, un projet autour du travail de la laine de moutons d'Ouessant a rassemblé une quinzaine de personnes. L'activité de groupe se déroulera chaque mardi, dès 15 h, pour permettre l'apprentissage de toutes les étapes : cardage, filage et tricotage. L'atelier An Nikin correneza est ouvert à tous. 
Les personnes intéressées pourront donc y confectionner, entre autres, des pulls « maout » et chaussons « beguen », dans la tradition insulaire. 

Agriculture biologique. Développement conséquent en Bretagne.

Préparation de légumes bio en Bretagne. | Marc Ollivier
27 Janvier: http://www.ouest-france.fr/agriculture-biologique-developpement-consequent-en-bretagne-1885984

L’agriculture bio en Bretagne couvrait, en 2010, 47 000 ha de terres cultivables et comptait 1 290 exploitations, soit 41 % de plus qu’en 2000.

Ces statistiques tirées d’un quatre pages publié tout récemment par Agreste Bretagne, publication statistique de l’administration régionale de l’Agriculture, témoignent d’une dynamique soutenue dans le bio.
« Si les exploitations recensées maintiennent leur projet, dans les cinq années à venir, la Bretagne pourrait compter 42 500 ha de surfaces bio supplémentaires », précise Agreste. Les fermes en bio se répartissent d’abord dans le lait (25 %), suivies des grandes cultures (16 %), de la polyculture-élevage (15 %), du maraîchage, de l’horticulture et de l’arboriculture (14 %). Si la moitié d’entre elles travaillent en circuit court, elles disposent, comme les exploitations conventionnelles de moyennes et de grandes structures.

Le classement bio des régions françaises

La région Rhône-Alpaes est la première région de France en termes d’exploitation bio avec 2 704 exploitations (chiffres 2 012), talonnée par la région Languedoc-Roussillon (2 633 exploitations) et par la région Midi-Pyrénées (2 600 exploitations). Ces trois régions rassemblaient un tiers des exploitations bio françaises fin 2012. Quatre régions ont une part du territoire agricole cultivé en bio supérieure à 6 % : Provence-Alpes-Côte d’Azur (13,2 %), Languedoc-Roussillon (9,9 %), la Corse (7,2 %) et Rhône-Alpes avec 6,2 %.

lundi 27 janvier 2014

Les petits moulins à l'honneur, ce week-end.

Info Penn Ar Bed

Pour ce lundi 27 janvier: Pas de liaison pour l'île de Sein.

Avis de décès du jour

Accéder à tous les avis: http://brest.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/strenanouess/ouessant/index_ouessant.php

Amélioration prévue dès mardi en soirée.


-------------------

------------------

Une pause musicale avec les élèves du piano.

Ouessant 
Mercredi, les pianistes en herbe ont repris les cours. L'occasion pour eux de recevoir quelques petits cadeaux autour d'un goûter, en présence des parents. | 

dimanche 26 janvier 2014

Expo à Douarn: Nuit d'Ouessant.

du 15 janvier au 22 Mars 2014.

Info Penn Ar Bed.

Dimanche 26/1/14.
Départ de l'île de Sein avancé à 14h30 pour Douarn, demain lundi 27/1. risque de perturbation.

Un chantier de déconstruction de navires à Saint-Nazaire ?

24/01/2014: http://www.meretmarine.com/fr/content/un-chantier-de-deconstruction-de-navires-saint-Nazaire
(Dans le cadre des 4 articles gratuits).

Le cargo Zortürk, dont le port souhaite se débarrasser. crédits : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU.
Le cargo Zortürk, dont le port souhaite se débarrasser


Après la construction navale, va-t-on assister à la création d’un chantier de démantèlement de bateaux à Saint-Nazaire ? Le projet, très sérieux, n’est pas porté par STX France mais par le Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire, qui étudie la faisabilité d’utiliser les formes de radoub 1, 2 et 3 du bassin de Penhoët pour permettre à un ou plusieurs opérateurs privés d’établir une telle activité. Jusqu’ici, ces formes, qui peuvent accueillir des navires de différentes tailles, allant jusqu'à près de 200 mètres, ont été exclusivement dédiées à la réparation navale, mais elles sont loin d’être occupées en permanence.  D’où l’idée de l’autorité portuaire de développer une fonction complémentaire sur le site en se servant des installations existantes.
Dans cette perspective, le GPMNSN a élaboré un dossier qui a été soumis par le préfet de Loire Atlantique à l’Autorité environnementale du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD). Un dossier destiné à permettre la réalisation de l’enquête publique préalable à la délivrance d’une autorisation au titre de la législation relative aux installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). Pour voir le jour, le chantier de démantèlement ligérien devra faire l’objet d’un arrêté préfectoral qui intègrera les résultats de la procédure administrative et de l’enquête publique, ainsi que des éléments d’application de la loi sur l’eau, à laquelle la réparation navale comme la déconstruction sont assujetties.

Les formes 1 à 3 àdans le bassin de Penhoët  (©  GEOPORTAIL)
Les formes 1 à 3 àdans le bassin de Penhoët  (©  GEOPORTAIL)

 Les recommandations des experts de l’Etat
En attendant, l’Autorité environnementale, qui s’est penchée sur le sujet le 22 janvier, a rendu son avis sur le dossier du port. Les experts de l’Etat estiment que « l’étude d’impact est bien structurée, et très bien illustrée. Toutefois, elle ne permet pas, faute de hiérarchisation, de faire clairement ressortir les impacts spécifiques du projet ». L’Ae recommande néanmoins au GPMNSN d'améliorer sa copie sur plusieurs points. D’abord, elle lui conseille de « mieux préciser les moyens mis en oeuvre vis-à-vis de ses prestataires pour maîtriser les différentes opérations que les démantèlements comportent et donc tenir les engagements qu’il prend en faveur de l’environnement ». Ensuite, de faire « reposer l’évaluation des impacts du projet sur des hypothèses chiffrées quant aux quantités des différents polluants et déchets qui pourront être produits chaque année par l’installation ». L’Ae préconise, par ailleurs, de prévoir un dispositif de suivi du bruit occasionné par le chantier, sachant que des habitations se trouvent à moins de 100 mètres des formes. Et de « s’engager à réaliser, avant leur lavage à l’eau, le nettoyage mécanique des fonds de forme, quand s’y seront déposées des poussières susceptibles de comporter des tributylétains, des polychlorobiphényles ou des métaux lourds, ainsi que, plus généralement, toute mesure de confinement utile ». Concernant les rejets liquides, elle recommande de présenter un dispositif de suivi des rejets du site, en concentration et en flux, y compris pour les polychlorobiphényles (PCB) et TBT, ainsi que de préciser les mesures prises pour respecter les normes de rejet en matière de demande chimique en oxygène (DCO).

Le Zortürk a immobisé la forme 3 durant près de deux ans (©  MER ET MARINE - VG)
Le Zortürk a immobisé la forme 3 durant près de deux ans (©  MER ET MARINE - VG)

Le Zortürk comme élément déclencheur
Plusieurs raisons sont à l’origine du projet du port d’implanter une activité de déconstruction à Penhoët. La première est un souhait du GPMNSN de rentabiliser son outil portuaire, puisque les activités de réparation navale ne permettent d’occuper qu’à mi-temps les formes 1 à 3. La même logique a présidé au projet d’implantation d’un hub logistique pour l’éolien offshore près de la forme-écluse Joubert, qui demeure sous-utilisée. Alors que le marché de la réparation navale est très volatil et incertain, le port espère, en diversifiant l’occupation des formes, mieux remplir celles-ci. Pour ce qui est du démantèlement, des industriels auraient déjà manifesté leur intérêt pour ces infrastructures.

Mais l’élément déclencheur du projet est en fait un navire, le Zortürk, immobilisé depuis plus de quatre ans dans le bassin de Penhoët. Long de 154 mètres pour une largeur de 24 mètres, l’ex-Aspet, un cargo fluviomaritime construit en 1983, avait trouvé refuge à Saint-Nazaire en juillet 2009 après avoir failli couler suite à une voie d’eau. Pour éviter le naufrage, il avait été mis au sec dans la forme 3, où il est resté durant deux ans. Car son armateur, suite à ces déboires, avait disparu, abandonnant son bateau et une dizaine de marins, finalement rapatriés chez eux sans avoir touché leurs arriérés de salaires. Repris fin 2011 et réparé, le cargo avait quitté le pavillon géorgien pour celui du Togo. Rebaptisé Zortürk, il devait partir de l’estuaire de la Loire en 2012. Mais il n’a pas bougé, les Affaires maritimes estimant qu’il n’était pas en état d’appareiller. Et les travaux de sécurité supplémentaires demandés n’ont pas été réalisés, le cargo se retrouvant une nouvelle fois à jouer durablement au navire ventouse. Face à cette situation et à la gêne provoquée par cette vielle coque encombrant un quai, le GPMNSN a engagé des procédures judiciaires pour prendre possession du Zortürk. Lorsque ce sera chose faite, il envisage de le faire démanteler dans la forme n°3.

Le bassin 3 sert à la réparation navale (©  MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le bassin 3 sert à la réparation navale (©  MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Des opérations ponctuelles ou une filière durable ?
Reste maintenant à savoir s’il est possible de développer à Saint-Nazaire une véritable filière de déconstruction, ce qui suppose la présence de sociétés spécialisées, notamment pour le traitement des déchets dangereux, comme l’amiante sur les vieux bateaux. Le marché est en fait très complexe et, en France, cette industrie n’en est qu’à ses balbutiements. Cela, pour des raisons essentiellement économiques, la rentabilité de cette activité étant très difficile compte tenu des contraintes règlementaires françaises, de la concurrence des pays à bas coûts et de la valorisation actuelle des métaux. C’est pourquoi, à l'exception des bateaux détruits suite à insolvabilité et saisie par l'Etat (comme l'ex-Matterhorn à Bordeaux), les seules grandes coques démantelées pour l’heure dans l'Hexagone sont d’anciens bâtiments militaires, dont l’élimination est financée par le ministère de la Défense. Mais même dans ce cas, la concurrence européenne est très vive, les derniers marchés ayant échappés aux industriels français pour partir en Belgique. Concernant la Marine marchande, les opportunités sont extrêmement limitées, puisque les armateurs cèdent généralement les navires avant qu’ils soient trop vieux. Des bateaux qui finissent la plupart du temps leur vie à naviguer sous pavillon de complaisance dans des régions peu regardantes en termes de contrôles. Puis ils terminent un beau jour sur une plage indienne, chinoise ou du Bengladesh, pour être ferraillés dans des conditions bien éloignées de ce que peut exiger la règlementation européenne.
Malgré tout, en plus des navires hors d'usage, abandonnés dans les ports et qu’il faut éliminer un jour ou l’autre, il existe probablement un marché local. Par exemple des bateaux désarmés de taille relativement modeste, pour lesquels un remorquage lointain n’est pas rentable. On peut penser à des vedettes, des remorqueurs ou autres navires de services portuaires, comme de vieux baliseurs. Il y a aussi, pour prendre l’exemple de Nantes Saint-Nazaire, les anciens bacs de Loire, récemment désarmés suite à leur remplacement par des unités neuves et qui attendent, le long d'un quai, d'être fixés sur leur sort. 

A prévoir: Mercredi 29 janvier : 2 séances cinéma !

à 16h30 - Pour les plus jeunes :  "Moi moche et méchant 2" (entrée 3€) (durée 1h38)

  • à 20h30 - Pour les plus grands : "Les seigneurs", une comédie tournée à Molène par Olivier Dahan (entrée 5€) (durée 1h37)
  • Les séances cinéma ont lieu à la salle polyvalente
    http://www.ot-ouessant.fr/actualite/109-seance-cinema.html

    Avec ce vent et cette hauteur de vague, il est possible que les horaires de la Penn Ar Bed soit modifiées.

    -----------------
    Pour Molène et Ouessant: 02 98 80 80 80.
    Pour Sein: 02 98 70 70 70.

    Prévision météo: Certes ce n'est pas encore pour nous...!!


    ---------------

    ---------------------------

    ---------------

    samedi 25 janvier 2014

    "PHOTOGRAPHIES" de Sylvain Girard.

    Les recherches de Sylvain Girard, photographe quimpérois, principalement en noir et blanc, portent sur son environnement proche:le quotidien, la famille, la nature, les paysages de Bretagne.

    Les photographies s’organisent en séries: "Dans un jardin…", "Orées", "Odet", "la mer", "dans les bois", "Portrait d’un lieu", "Pierres levées"…, en essayant d’éviter l’exotisme, le pittoresque et le sensationnel.

    Il aime triturer la matière photographique : le noir, la lumière, les différents papiers, le grain et le rendu de la pellicule argentique .

    Profitant de la configuration particulière de la médiathèque, il nous montre ici des extraits de six séries différentes:

    • Pierres Levées, où il questionne la présence des mégalithes dans le paysage breton contemporain.
    • Nuit , "Saint Michel "et "Saint Léon", où la lumière nocturne joue sur les pierres et les végétaux.
    • Quiet days ?, instants et regards tranquilles, mélancoliques, inquiétants.
    • Promenade au phare , où le phare de l’ile Wrac’h est entrevu depuis l’estran.
    • Eloge de la palourde et Les cuillers de Laurencine C.: des portraits de palourdes en résonance avec le texte éponyme de Marc Le Gros et des images insolites des cuillers avec lesquelles la grand-mère de cet auteur les pêchait.
    • -----------------
    • http://mediathequebannalec.blogspot.fr/2011/11/photographies.html
    Voir aussi: http://mai.photographies.free.fr/
    lire aussi: http://www.ouessantmapassion.blogspot.fr/2014/01/cest-bientot-fini-sylvain-girard-et.html

    Livres de Frédérique Aguillon

    Son site internet: http://frederiqueaguillon.com/
    --------------------
    Ses livres:
    http://www.amazon.fr/Fr%C3%A9d%C3%A9rique-Aguillon/e/B004N9157G


    Ceci est mon corps de Patricia Le Marc'Hadour et Frédérique Aguillon (11 mai 2005)

    -----------------
    Passeur solitaire de Frédérique Aguillon (1 mai 1996)
    ----------------
    lire aussi:

    L'archipel de Molène:

    Un des grands avantages des îles est la sécurité de nos personnes âgées.....!

    Douarnenez 
    Une octogénaire est décédée à l’hôpital six jours après avoir été agressée à Douarnenez (Finistère). Le parquet de Quimper ouvre une enquête.
    Une femme, âgée de 80 ans, est décédée, dans la nuit de mercredi à jeudi. Quelques jours auparavant, elle a été victime d’un vol à l’arraché dans le centre-ville de Douarnenez (Finistère). Les faits se sont déroulés dans le quartier de Tréboul, mardi 14 janvier. 

    La victime avait été hospitalisée à Quimper, souffrant d’une fracture du fémur provoquée par sa chute sur le trottoir. Le parquet de Quimper a ouvert une enquête pour vol avec violence ayant entraîné la mort.
    Depuis le 11 janvier, entre 11 h et 13 h, cinq personnes âgées de Douarnenez ont été la cible d’un ou des voleurs de sac à main.

    (Andréas). Ce type d'info me bouleverse. 

    C'est bientôt fini: Sylvain Girard et Frédérique Aguillon y séjournent jusqu'à fin janvier

    Retour sur l'info.
    Deux nouveaux pensionnaires, au sémaphore du Créac'h : Sylvain Girard et Frédérique Aguillon y séjournent jusqu'à fin janvier. Parrainés par l'association Ippa, de L'Aber-Wrac'h, à Landéda, qui s'occupe également d'une résidence sur l'île Wrac'h, ces photographes souhaitent développer, sur l'île, un projet sur le ressenti insulaire, en utilisant la photographie argentique et, en particulier, du matériel 6x6. Ce travail « à l'ancienne » passe bien sûr par les techniques du développement et du tirage.
    Les deux artistes recherchent de plus, sur l'île, tout matériel de ce type pour assurer un travail d'atelier avec les collégiens insulaires.
    Ces deux résidents ont, pendant de nombreuses années, encadrer le festival « Mai photographies », à Quimper, avec l'association Aktinos. Frédérique Aguillon a aussi sorti des livres de photos, comme « Passeur solitaire » et, dernièrement, « Ceci est mon corps », aux éditions « Le temps qu'il fait ». Des livres dorénavant présents à la bibliothèque municipale.
    http://brest.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/strenanouess/ouessant/semaphore-deux-photographes-en-residence-23-12-2013-2348182.php
    -------------
    Photos des photographes à Quimper.


    La carte des vents dans tout l'Atlantique.

    Mauvaise prévision en mer à venir.


    ---------------------

    --------------------------------

    vendredi 24 janvier 2014

    Un mystérieux navire fantôme "plein de rats cannibales" affole les Britanniques


    Le paquebot abandonné Lyubov Orlova erre depuis plus d'un an dans l'Atlantique. Les garde-côtes ont dû démentir la dernière rumeur : plein de rats cannibales, le bateau se dirigerait vers les côtes !
    C’est un navire fantôme. Un paquebot abandonné de tous et perdu en mer.

    Personne ne tient la barre.
    Que reste-t-il encore à bord ? Des marins évoquent des "centaines" de rats devenus "cannibales" peuplant l'embarcation ! Personne ne sait où le bateau se trouve exactement. Le Lyubov Orlova perdu en mer
    Comme le raconte le site spécialisé américain "Gawker", la situation en est là "parce que les autorités canadiennes ont permis à ce cauchemar de l’ère soviétique de voguer dans les eaux de l’Atlantique, une fois convaincues que ce bateau n’était plus une menace pour les côtes canadiennes". Cela fait un an que le Canada a laissé intentionnellement le navire fantôme dériver, heureux de laisser ce "problème" à un autre pays. En l’occurrence, leurs cousins irlandais et britanniques.

    Le paquebot, nommé Lyubov Orlova en hommage à une célèbre actrice russe, a été construit en 1976 dans le but de devenir un bateau de croisière pour les élites soviétiques qui souhaitaient prendre des vacances dans l’Antarctique et au-delà du cercle polaire, raconte "Gawker".
    En 2010, la police canadienne saisit le paquebot pour éponger les dettes de son actuel propriétaire. En 2012, le Lyubov Orlova est vendu pour être démantelé. Le jour suivant son départ, il est perdu en mer. Les autorités canadiennes le récupèrent puis décident de l’abandonner dans les eaux internationales.
    Depuis mars 2013, les garde-côtes écossais et irlandais n’ont plus de nouvelles du paquebot. Des recherches ont été effectuées sans succès.

    Depuis, toutes les rumeurs les plus folles circulent. Aujourd'hui, la presse britannique s'affole. Et parle d'un signal de détresse du bateau, détecté à 700 miles marins des côtés du Royaume-Uni. Pire : le bateau fantôme ferait route vers les côtes - selon les rumeurs tantôt vers l'Ecosse, l'Angleterre ou encore l'Irlande.
    Les garde-côtes irlandais ont dû démentir. "Nous n'avons détecté aucun signe du navire depuis l'année dernière. Mais si nous avons des nouvelles du bateau, nous prendrons les mesures appropriées", ont rassuré les autorités.

    Tout le monde a sa théorie sur l'état du navire fantôme. Un blog, "Where is Lyubov Orlova", recense même toutes les infos et histoires circulant sur le web à propos de ce mystère.
    "Il doit être rempli de rats affamés qui ont dû commencer à se manger entre eux", estime un marin belge interrogé par "The Sun", passionné par le destin du bateau. "Il va falloir beaucoup de mort-aux-rats pour nettoyer le navire." Si le Lyuba Orlova n’a pas été coulé par une tempête. Un vrai navire fantôme.

    Voici comment un bateau arrive sur la plage avant démolition.