lundi 30 juin 2014

Le grand "Musée des phares" au Créac'h à Ouessant et à Brest

L'étude de programmation du futur " Musée des phares" à Ouessant et à Brest......le résultat de cet étude et du concours qui en découle est prévu en mi-2014....le prévisionnel de fin des travaux en début 2016 et le coût de la réalisation finale: entre 16 et 20 millions d'Euros....

Par: Agence Ouessant Presse Aop

Info Penn Ar Bed

Lundi 30 juin
Départ supplémentaire d'Ouessant à 15h15 direct vers Le Conquet

Prévision météo.

dimanche 29 juin 2014

Spectacle du cercle celtique de Morlaix au gymnase.

Samedi, les danseurs et sonneurs du cercle celtique de Morlaix ont donné un joli spectacle devant les Ouessantins. Chaque chorégraphie correspondait à des scènes champêtres d'antan du pays du Léon. Les hommes portent le costume des marchands de chevaux de Landivisiau, les femmes arborent un grand châle brodé de couleurs ou noir, et les coiffes caractéristiques du pays du Léon. Elles portent toutes un tablier brodé ou perlé. L'accompagnement est assuré par un orchestre instrumental, composé de talentueux joueurs de bombarde, cornemuse, accordéon.

Prévision météo.


samedi 28 juin 2014

Montre de plongée: La nouvelle Seiko Prospex,

 Des montres performantes pour athlètes de haut niveau.




Les sports d'aventures, que ce soit sur terre ou dans les airs, représentent sans doute les plus grands défis. C'est pourquoi, aujourd'hui, la Seiko Prospex rassemble toute l'expertise horlogère de Seiko dans une même collection de montres de sport.
La montre de plongée Prospex
La nouvelle Prospex Kinetic GMT Diver utilise un système de boîtier monocoque mais dans une version contemporaine très élégante. Comme l'indique le nom Prospex, ce modèle de niveai professionnel est étanche jusqu'à 200 mètres, mais il se distingue surtout par son élégance, qui se remarque grâce à un détail d'une découpe sur le flanc du boîtier.
Son calibre Kinetic, est idéalement adapté aux plongeurs puisqu'il ne nécessite aucun changement de pile et offre la précision du quartz.
http://fr.worldtempus.com/article/nouveautes/seiko-seiko-prospex-1727911
---------------
BaselWorld 2014 est l’occasion pour Seiko de présenter plusieurs nouveaux modèles de plongée dans la gamme des montres Prospex.

Une plongeuse tout-terrain


Le premier modèle dévoilé lors du salon est le modèle Prospex Kinetic GMT Diver disposant d’un tout nouveau boitier et d’un mouvement cinétique électro-mécanique avec un deuxième fuseau horaire. La ligne Prospex étant une abréviation de l’expression « spécification professionnelle », elle se compose principalement de montres sportives pouvant s’adapter à de multiples activités sur terre, dans les airs ou encore sous l’eau.
La ligne Prospex était jusqu’à présent uniquement disponible au Japon mais sera très bientôt vendue dans le monde entier. Dans la tradition des montres de plongée, la nouvelle Prospex Kinetic GMT Diver est dotée d’un double boitier surnommé « tuna » par les collectionneurs. Ce garde-temps dispose d’un diamètre total de 47,5 mm et d’un contour squeletté révélant ainsi sa mécanique interne. Testé à plus de 200 mètres de profondeur, le GMT Diver de Seiko se compose également d’un verre en saphir avec traitement anti-reflet.
Trois versions de la montre Prospex Kinetic seront lancées sur le marché : la SUN019, SUN021 et la SUN023. Chacune utilisant le mouvement Kinetic 5M85 avec fonction GMT et date.
Un prix de vente annoncé à 660€ et qui s’adaptera facilement à toutes les bourses !
http://www.chronollection.fr/seiko-lance-une-nouvelle-gamme-de-montres-de-plong-e-n11283.htm

Massives attaques.

http://www.lasolitaire.com/fr/s03_actualites/s03p02_detail_actualite.php?actu=3581Leader au classement général, Jérémie Beyou (Maître Coq) est loin d'avoir un boulevard devant lui : au moins trois solitaires peuvent l'inquiéter pour la victoire finale et ils sont nombreux ceux qui voudront claquer cette ultime étape entre Les Sables d'Olonne et Cherbourg-Octeville, soit 490 milles. Surtout que les conditions annoncées par Météo Consult laissent entendre que les attaques vont fuser dès le coup de canon de dimanche à 17h00 !

Cette ultime étape va conclure cette 45ème édition de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire de belle manière ! D'abord parce que les écarts entre les quatre premiers sont très faibles : Jérémie Beyou n'a que 15'13 d'avance sur Corentin Horeau (Bretagne-Crédit Mutuel Performance), 18'57 sur Charlie Dalin (Normandy Elite Team) et 24'02 sur Gildas Mahé (Interface Concept)…
Sans compter la meute qui concède moins de trois heures et qui, sur un tel parcours avec une telle météo annoncée, peut bouleverser tous les schémas ! Car à ce stade de la course, il serait hasardeux de mettre sur la touche nombre de solitaires qui vont attaquer de toutes parts et à tous moments sur ce parcours de 490 milles très technique.
 Tranches de Manche
Car ça va commencer fort : un bon flux d'Ouest à Nord Ouest de 20 nœuds et plus au passage d'un front dégénéré qui laisse derrière lui un marais barométrique… Il y aura donc du louvoyage le long des côtes vendéennes puis un sérieux ralentissement au large de Belle-Île. Et le vent ne va réellement s'installer de secteur Sud qu'en soirée lorsque la flotte va parer la pointe de Penmarc'h (marée haute à 19h27, coefficient 76).
 Puis l'arrivée d'une dépression atlantique qui va se stabiliser au large de la pointe bretonne, va influer tout le reste du parcours. Après 150 milles où la dispersion de la flotte sur cette première tranche de parcours pourra être importante, tout le monde va converger sur l'Occidentale de Sein en pleine nuit de lundi, pour un bord tout droit vers Ouessant qui va se transformer ensuite en louvoyage pour aller chercher la bouée de Portsall, à quelques encablures de l'épave de l'Amoco Cadix, triste naufrage pour la Bretagne… Et hop ! Une première traversée de la Manche sans option particulière puisque la brise sera normalement stabilisée au secteur Est modérée.
 So far away to Fairway…
 Et là, les options vont une nouvelle fois fuser de toutes parts ! De la bouée Manacles dans l'Est du cap Lizard, il y aura 135 milles à tirer des bords jusqu'à l'entrée des Needles, à l'Ouest de l'île de Wight. Avec une marée haute à Plymouth mardi soir à 21h05… et une pleine mer à Portland Bill à 23h01 mercredi soir lorsque les premiers devraient s'approcher de la bouée Fairway. Après plus d'une journée de louvoyage dans une brise d'Est à volumétrie variable puisqu'une grosse molle est aussi au programme en milieu de cette troisième journée de mer !
 Enfin, une dernière traversée de la Manche ne devrait pas changer grand-chose sur une hiérarchie qui risque fort d'être établie déjà depuis l'île de Wight. Soixante milles au vent de travers avec des coefficients de marée en baisse : 62 pour jeudi matin. Il n'y aura donc pas de pause sur ce parcours : avec un premier louvoyage où les petits décalages pourront se transformer en grands écarts, avec une molle belle-îloise qui pourrait encore aggraver les deltas, un contournement des îles d'Iroise avec des renverses de marée façon passage à niveau, et un très long louvoyage britannique qui va de nouveau éclater la flotte en petits clans…
Mutinerie sur les ponts
Or sachant que deux ténors n'ont qu'une idée en tête, s'imposer à Cherbourg-Octeville, et que la troupe n'a pas l'intention de suivre le leader pour enfin marquer sa Solitaire, la bataille sera mal rangée… Yann Eliès (Groupe Quéguiner-Leucémie Espoir) et Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) sont uniquement là pour gagner cette manche. Et Jérémie Beyou ne pourra pas contrôler trois dauphins (Horeau, Dalin,Mahé) qui vont se disperser dès le départ sur le plan d'eau : les choix vont être cornéliens et la dramaturgie racinienne pour cet acte 4 qui promet quelques coups de théâtre !

Un week-end de sauts en parachute à Kerlaouen.

Après les annulations de 2013 et la météo moyenne de 2012 qui avait gâché la fête, l'aérodrome de Kerlaouen a accueilli, le week-end dernier, deux jours de sauts en parachute en tandem. Plus d'une centaine de tandems ont ainsi sauté du Pilatus (avion qui transporte les parachutistes). À la grande satisfaction de Didier Germa, d'Aerotandem Celtic. | 

Les écoliers de Burel séjournent à Portsall


Après avoir fait connaissance, à Ouessant, d'écoliers de Portsall, lundi et mardi, c'était au tour des jeunes Ouessantins de quitter l'île. Ils ont mis le cap sur la côte d'en face. Et ont partagé un agréable moment avec leurs correspondants à la piscine, avant une escapade au Conquet.
Mardi, ils ont embarqué à bord de la vedette SNSM de Potsall, puis ils ont participé à la visite guidée du musée de l'Amoco Cadiz. En bord de mer, ils ont pratiqué des activités de découverte du milieu marin et de land-art, avant de reprendre le bateau, mercredi matin.

Prévision météo

jeudi 26 juin 2014

Info Penn Ar Bed

Rappel : Voyage du Molènez à Sein mardi 1 juillet.
Livraison à Brest et Ste Evette jusqu'au 30 juin.

La Fête-Dieu rassemble fidèles et touristes.

En ce dimanche de la fête du Saint sacrement, le père Jaouen, curé des îles, a célébré la messe avec les communiants de l'année. Ils étaient accompagnés de leurs catéchistes et de la chorale. La liturgie s'est achevée par la procession jusqu'au calvaire du bas du bourg. La route était jonchée de motifs champêtres et maritimes, qui rappelaient les grandes processions d'antan. Dimanche prochain, le père Jaouen célébrera ses cinquante ans de prêtrise, lors de la messe de 11 h. Les parents des communiants en procession.

Prévision météo.

Remonté de l'Aulne.

Bonjour,

Samedi 28 possibilité d'embarquer sur la Fée de l'Aulne au départ de Brest pour la remonté de l'Aulne.
Appareillage de Brest à 10h escale à la cale de Térenez à 13h pour le repas (à amener avec soi).
Puis remonté jusqu'à l'écluse du Gilly-Glas et Port Launay.
 Adhésion à prendre avant embarquement sur place. 40 € pour les adultes 10 € pour les enfants de moins de 16 ans. Il reste 15 places.

A samedi. Le téléphone est le 06 22 83 51 95.
Merci Tristan Botcazou

Alstom: Toute la dissuasion militaire française est désormais dans les mains des Américains

Au-delà des péripéties politico-économiques de la perspective de rachat d'une partie des activités du groupe Alstom par une firme étrangère - épisode qui laisse cependant songeur sur les capacités d'anticipation du gouvernement -, un aspect essentiel du dossier n'a été évoqué ni par les acteurs ni par les commentateurs : celui de la sécurité nationale.
En effet, nos centrales nucléaires, notre porte-avions, nos sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) et surtout nos sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) - fondement de notre dissuasion nucléaire et donc de notre indépendance nationale - sont tous équipés de turbines[1] qui sont essentielles à leur fonctionnement.
Dans les bâtiments à propulsion nucléaire de notre marine, ces composants mécaniques fournissent l'alimentation électrique à la propulsion et aux systèmes auxiliaires. Ils entraînent une ligne d'arbres qui s'achève par les hélices et leur puissance mécanique confère la vitesse nécessaire au bâtiment.
Aujourd'hui, une partie des turbines destinées à la marine est fournie par le groupe américain General Electric (GE), via sa filiale Thermodyn, dont l'usine est implantée au Creusot[2]. L'entreprise produit notamment les turbines à vapeur des SNA de type Rubis et les turbo-alternateurs du système de propulsion développé pour les sous-marins conventionnels du type Agosta et Scorpène. De plus, GE/Thermodyn a également a été sélectionné en 2007 par DCNS pour fournir les turboalternateurs et les turbines de propulsion de la nouvelle série de six SNA du type Barracuda de la Marine nationale (livraisons prévues entre 2016 et 2027). 
D'autres turbines sont produites par la branche énergie d'Alstom, dont le groupe a décidé de se séparer. Celle-ci équipe notamment certains navires de la marine de moteurs asynchrones (Alstom Power Conversion) de nouvelle génération et surtout le porte-avions nucléaire Charles De Gaulle, dont elle fournit les deux groupes turboréducteurs[3].
En revanche, dans le domaine du nucléaire civil, Alstom est le fournisseur exclusif des centrales françaises.
Ce constat amène plusieurs observations :
- La dépendance en matière militaire ou énergétique est toujours une faiblesse pour un Etat qui se targue de vouloir conduire une politique étrangère indépendante et de conserver son autonomie de décision. Or, dans le cas présent, elle concerne les deux secteurs.
- GE/Thermodyn est un fournisseur historique de DCNS. Mais avec le rachat de la branche énergie d'Alstom, le groupe américain et sa filiale vont devenir les fournisseurs exclusifs de turbines de la Marine nationale comme de nos centrales. Nous allons ainsi passer d'une dépendance partielle à une dépendance totale, dans les domaines militaire et civil.
- Lorsqu'une forme de dépendance à l'égard de fournisseurs étrangers est inévitable, les acteurs cherchent généralement à la réduire en diversifiant leurs sources d'approvisionnement afin de ne pas dépendre d'un seul fournisseur (cela s'appelle la gestion des risques). Or le rachat de la branche énergie d'Alstom nous rendrait à 100% dépendants de GE. La situation serait proportionnellement moins préoccupante s'il existait deux ou trois industriels étrangers, de nationalités différentes. Or, sur le marché mondial, le nombre de fournisseurs de turbines de haute technologie pour le nucléaire est limité car ces équipements ne sont pas courants[4].
- Le rachat de branche énergie d'Alstom conduirait à l'abandon total d'une expertise industrielle majeure dont la France a payé le développement depuis de longues années, jusqu'à devenir l'un des leaders mondiaux du domaine. Outre la cession, à un repreneur étranger, d'une entreprise de haute technologie rentable sur un secteur en développement[5], nous allons perdre les savoir-faire, les hommes et les laboratoires nous permettant de concevoir et produire nous mêmes ces équipements essentiels au cas où le redécidions un jour.
Certes, notre filière électronucléaire n'est pas menacée, car elle est entre les mains d'entreprises comme Areva et EDF. Mais  la vente de la branche énergie d'Alstom porterait un coup fatal son indépendance, car en matière civile comme militaire, il existe des modules critiques qui conditionnent le fonctionnement des autres systèmes.
En conséquence, si l'activité de la branche énergie d'Alstom n'est pas à proprement parler « stratégique » et ne semble donc pas pouvoir être protégée par le décret anti OPA, son rachat - en raison du simple fait qu'elle est l'ultime entreprise française capable de produire des turbines pour nos centrales et notre marine et que les solutions de substitution se raréfient - le devient. Dans cette perspective, la perte de contrôle d'Alstom devient critique et c'est notre dépendance qui risque de devenir une faiblesse stratégique.
Cela signifierait  à terme que nous ne serons plus maîtres de nos approvisionnements en pièces détachées pour les turbines de nos centrales comme de nos sous-marins et que les générations futures - s'il y en a - intégreront des composants étrangers que nos partenaires économiques pourront décider ou non de nous fournir.
Dès lors, en raison de notre incapacité à produire des turbines, les programmes nucléaires civil et militaire français deviendront dépendants des Etats-Unis, qui bien qu'étant notre allié, est surtout notre principal concurrent dans ces domaines. Cela sera donc une fragilisation majeure de ces programmes et un recul irrémédiable de notre indépendance nationale, surtout en cas de différend avec Washington, à l'image de celui que nous avons connu en 2003, au sujet de l‘Irak. Nous allons ainsi nous mettre inconsidérément entre les mains d'un acteur réputé pour ne jamais hésiter à recourir à des pressions commerciales quant il le juge utile afin d'assurer son leadership politique et économique. L'actuelle crise ukrainienne vient d'ailleurs de donner l'exemple des moyens de pression dont usent les Etats-Unis : aucun satellite européen ne peut plus être mis sur orbite par un lanceur russe suite au veto de Washington, car ils intègrent tous des composants américains[6].
Il est actuellement prévu de prolonger de 20 à 40 ans la vie utile de nos centrales nucléaires. En cas de vente d'Alstom, qu'a prévu le gouvernement afin d'assurer notre approvisionnement en pièces détachées pour les quatre décennies à venir ? Quel accès aurons-nous au laboratoire d'analyse des technologies d'Alstom pour palier aux défaillances et améliorer le fonctionnement des centrales pendant cette durée ? Quels en seront le coût et les contraintes ?
De même, concernant notre porte-avions et nos sous-marins, qu'en sera-t-il des pièces de rechange et des nécessaires améliorations constantes indispensables des turbines ? Les Etats-Unis pourront-ils influer sur les missions d'engagement de nos SNA, voire de nos SNLE, étant donné que ceux-ci utiliseront des composants américains?

Par ailleurs, sur le plan économique, le choix d'un repreneur américain est suicidaire, tant en raison de l'habitude du recours à la pression sur leurs partenaires que des pratiques d'affaires qui caractérisent nos « alliés » d'outre-Atlantique.
Faut-il rappeler à nos gouvernants ce qu'il est advenu de la marque Opel (Allemagne) rachetée par General Motors (Etats-Unis) ? Confronté à des difficultés financières, le groupe automobile américain a cherché à s'en débarrasser à partir de 2009, au grand dam de Berlin. S'il ne l'a finalement pas fait, il a en revanche sacrifié la marque : plans de restructuration répétés, arrêt des fabrications sur plusieurs sites allemand et européens, licenciements, etc. Aujourd'hui, Opel, structurellement déficitaire depuis plus de dix ans, est en chute libre sur le marché d'outre-Rhin, absent des pays émergents et connaît des retards technologiques importants faute d'investissements.
Ce cas n'est pas isolé, d'autres exemples illustrent ces pratiques : le constructeur automobile suédois Volvo, racheté par Ford en 1999 puis revendu au 2010 au chinois Geely ; le groupe Saab, détenu à 100% par General Motors depuis 2000 et revendu en 2012 à la société sino-japonaise NEVS, etc.
Alstom détient la première position mondiale dans les turbines hydrauliques, c'est-à-dire la technique numéro 1 de l'énergie renouvelable fondamentale, comme dans les hautes températures des centrales au charbon (dites supercritiques). Autant de techniques qui se développent en réponse à l'effondrement des prix de ce minerai[7] et qui présentent un intérêt commercial majeur. Par ailleurs, il faut aussi rappeler que General Electric, associé au japonais Hitachi, est en concurrence frontale avec Alstom dans la vente de centrales nucléaires. La disparition de son concurrent français serait pour lui un bénéfice considérable.
Certes, lorsque GE s'engage vis-à-vis des autorités françaises à ne rien toucher pendant trois ans, il est difficile de mettre sa parole en doute. Mais quid de l'après 2017 ? Car le groupe, délié de toute promesse, pourra alors faire ce que bon lui semble et tout laisse à penser que la branche Energie d'Alstom pourrait connaître un sort similaire à celui d'Opel.
Au demeurant, le délai de trois ans pourrait ne pas être calculé au hasard : c'est en effet le temps qui nous sépare aujourd'hui de la fin du mandat de François Hollande, lequel ne pourra donc se voir reprocher des licenciements ou des fermetures d'usines pouvant nuire à son bilan dans la perspective d'une nouvelle candidature. Peut-être est-ce là un procès d'intention, mais observons néanmoins que, s'il ne s'agit pas de calculs de basse politique à moyen terme, nos gouvernants ne semblent pas percevoir l'importance stratégique de la branche énergie d'Alstom pour notre indépendance militaire et énergétique.
Le rachat par Siemens apparaît, par bien des aspects, moins complémentaire que celui de GE. Mais il offrirait cependant l'opportunité de préserver l'essentiel : le maintien d'une partie des savoir-faire stratégiques en Europe, chez notre premier partenaire politique et économique. Or, il est plus légitime d'avoir confiance en nos amis allemands - notre interdépendance croissante en est au demeurant une garantie - qu'en nos partenaires américains, dont le penchant à l'hégémonie commerciale et politique est une réalité - l'espionnage systématique et à grande échelle de leurs alliés en est la preuve - et ne nous offre aucune garantie. Toutefois, la solution de Siemens n'est guère plus raisonnable car dépendre d'un pays comme l'Allemagne, qui vient de tirer un trait sur le nucléaire, serait tout aussi déraisonnable que de se mettre dans la main des Américains[8].

Il est légitime de se demander si quelqu'un, dans l'appareil d'Etat, suit et étudie les rachats de nos fleurons industriels nationaux sous l'angle de la sécurité nationale. Ce devrait être là une mission du ministère de l'Economie et des Finances ou de celui de l'Industrie. Cela pourrait être aussi la tâche de la Délégation générale à l'Armement (DGA) du ministère de la Défense ou de la Délégation interministérielle à l'Intelligence économique (D2IE). Cela pourrait enfin être le rôle de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), puisque la protection du patrimoine scientifique et technologique national contre l'espionnage des Etats et entreprises étrangers relève de ses missions[9]. Les médias ont beaucoup parlé ces derniers jours de la transformation de l'ex Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) en DGSI. Le changement de statut de ce service ne changera rien à son efficacité dans la lutte antiterroriste, car le renseignement intérieur demeure scindé entre deux organismes qui auraient du être unifiés depuis 2008. Surtout, la polarisation marquée de ce service sur la menace djihadiste l'a conduit à reléguer au second plan ses autres missions de sécurité nationale.
Ainsi, jusqu'à preuve du contraire, rien ne semble fait nulle part. La réaction gouvernementale s'est produite à la dernière minute, dans l'impréparation la plus totale et nos services dits « de sécurité » ne se focalisent que sur le terrorisme. Personne ne semble se préoccuper de cet aspect capital du dossier, en partie parce qu'autorités et parlementaires sont convaincus que la filière est sécurisée, faute d'en percevoir les failles critiques.
Pourtant, les moyens d'action existent. Outre le décret anti OPA[10], il est possible d'en revenir, pour cette situation exceptionnelle, aux pratiques du capitalisme d'Etat, voire d'envisager une association avec GE ou Siemens et non une cession.

Bien sûr, nous vivons dans un monde libéral et cela est infiniment préférable au totalitarisme communiste qui nous a menacé pendant toute la Guerre froide. Mais la loi du marché ne doit pas prévaloir sur la défense des intérêts supérieurs de la Nation. La liberté d'entreprendre et de commercer ne signifie pas le règne aveugle et irresponsable du marché et des intérêts privés égoïstes qui le façonnent sans autre but que le profit financier.
Il est essentiel que la branche énergie Alstom demeure française afin de préserver notre indépendance énergétique et militaire. Il en va de l'avenir du pays comme de celui de l'Europe, sauf à accepter, dès aujourd'hui, l'idée que nous ne soyons à terme que des dominions américains.

 


  • [1] Qu'il s'agisse de turbo-alternateurs ou de groupes turbo-réducteurs.
  • [2] Thermodyn - héritière de Creusot-Loire, Framatome et Schneider - fabrique des turbines à vapeur depuis 1905, avec une technologie Westinghouse. GE n'a fait que racheter cette entreprise sans modifier la technologie.
  • [3] Chaque groupe turbo réducteur-condenseur 61SW comprend deux turbines (haute pression et basse pression) entraînant la ligne d'arbre par un réducteur à double réduction. Et les réacteurs nucléaires du Charles De Gaulle sont les mêmes que ceux des SNLE-NG.
  • [4] Ainsi, Alstom annonce que le tiers du parc des centrales nucléaires dans le monde utilise ses turbines
  • [5] Alstom va fournir la plus grande turbine à vapeur jamais construite pour la future centrale nucléaire EPR d'EDF à Flamanville. Patrick Kron, le PDG d'Alstom, a déclaré en janvier 2012 : « Le choix d'Alstom par le numéro un mondial de la production d'électricité d'origine nucléaire (EDF) confirme  notre solide leadership technologique avec les turbines Arabelle et notre considérable expérience en matière d'ilôts conventionnels des centrales nucléaires. Notre participation dans ce projet prestigieux renforce notre position à l'échelle mondiale au moment où le marché de l'énergie nucléaire redémarre ».
  • [6] Pour pouvoir lancer des satellites commerciaux contenant ne serait-ce qu'un seul composant d'origine américaine sur des fusées étrangères, il faut obtenir une autorisation ITAR (International Traffic in Arms) du département d'Etat américain. Or toute autorisation est désormais exclue pour les lanceurs russes, en vertu des sanctions décrétées dans le cadre de la crise ukrainienne. Comme la plupart des satellites sont fabriqués aux Etats-Unis ou contiennent des composants américains, cela confère à Washington le pouvoir de décider si et comment les autres pays peuvent participer au marché des lanceurs.
  • [7] Loïk le-Floch Prigent, « Alstom, le cri de révolte du mouton noir des industriels français : Résistez ! », Atlantico.fr, 2 mai 2014. http://www.atlantico.fr/decryptage/alstom-cri-revolte-mouton-noir-industriels-francais-resistez-loik-floch-prigent-1060733.html#ZHp7tLGep64SxupP.99
  • [8] Ibid.
  • [9] Décret n° 2014-445 du 30 avril 2014 relatif aux missions et à l'organisation de la direction générale de la sécurité intérieure, Article 2 alinéa d) : [elle] « concourt à la prévention et à la répression des actes portant atteinte au secret de la défense nationale ou à ceux portant atteinte au potentiel économique, industriel ou scientifique du pays ».
  • [10] Publié fin 2005, après la tentative avortée de rachat de Danone par l'américain Pepsi, le décret anti OPA permet en théorie à l'Etat de bloquer toute opération menée par un investisseur étranger sur une entreprise intervenant dans un secteur « stratégique ». Le décret en définit une dizaine, mais de façon assez restrictive : défense, sécurité privée, biotechnologies, production d'antidotes, interception de communications, sécurité informatique et cryptologie, jeux d'argent, « technologies duales » pouvant être utilisées à des fins civiles et militaires
http://www.cf2r.org/fr/editorial-eric-denece-lst/alstom-et-la-securite-nationale.php

mercredi 25 juin 2014

Ouessant-agenda / N° 9 / semaine 25 du 23.06.2014 au 29.06.2014

- Visite du phare du Stiff après sa rénovation ouverture officielle fin juin....
- Club des anciens
La paëlla de la fermeture estivale......
Ce dimanche 29 juin au club...Plat à emporter....
Contact au 02.98.48.81.05 et au 02.98.48.80.68

- Exposition Henriette et Gilles Barbe, en mairie, durant tout le mois de juin.
contact au 06.80.56.41.97.

- Centre Nautique du Kornog
Le centre ouvre sur le port de Lampaul, pour 4 mois en 2014, jusqu'en septembre. Découverte des kayaks de mer, réservation pour les divers stages: Optimist et Laser Bahia, initiation à la voile...
Adhésion au club: 7 Euros pour l'année..contact au 06.56.88.21.29 et sur www.cnkornog-ouessant.com

- Inventaire du patrimoine bâti sur Ouessant
Erwana Lharidon sera présente sur l'île, accompagnée d'un photographe, pour une mission du conseil régional sur l'inventaire du patrimoine bâti (public et privé) de Ouessant jusqu'en 1960. Elle souhaite le soutien des habitants et associations afin de partager leur connaissance du patrimoine, elle sera présente dur l'île régulièrement jusqu'à début juillet
Contact en mairie. 02.98.48.80.06.
- Ouessant - Office de Tourisme Office de Tourisme pour tout renseignement et réservation.....

Prévision météo.

mardi 24 juin 2014

Première fête de la musique à Molène.

Info Penn Ar Bed

Cause arrêt technique, André Colin remplacé Enez Eussa.
Du 25/06 au 11/07
Départ Ouessant 9h55 retardé à 10h15 vers Molène et Le Conquet.
Départ du Conquet à 11h10 retardé le dimanche retardé à 11h40 vers Molène et Ouessant.
Départ d'Ouessant à 16h30 est avancé à 16h15.

Info Penn Ar Bed.

Le Conseil Général du Finistère lance une concertation publique pour le renouvellement des contrats de dessertes maritimes des îles.
Pour toutes informations veuillez consulter le site internet: www.cg29.fr

Tourisme dans le Finistère : entre terre et mer, La Mer d'Iroise.

Prévision météo.

Les directeurs d'Ehpad en séminaire sur l'île

http://www.ouest-france.fr/les-directeurs-dehpad-en-seminaire-sur-lile-2643676

Jeudi, Gwenola Pasteur, directrice de la Mapad Brug Eusa, recevait les vingt-huit directeurs et directrices des Ehpad du Finistère nord et sud, qui comptent cent trente-six établissements. 2 014 est l'année du renouvellement des directeurs des services territoriaux. Regroupés en association, tous les deux mois, ils se retrouvent chez un adhérent, pour une journée de réflexion sur des thématiques spécifiques, sur la législation en cours. Ils échangent ainsi leur point de vue, et font part de leurs problèmes. Jeudi, les thèmes abordés étaient les gestions de conflits, les relations avec les familles des résidents, les questions d'ordre pratique comme le décloisonnement des équipes en place.

Info Penn Ar Bed.

Dimanche 29 juin reprise de la liaison Brest - Camaret - Sein.
Départ Brest 9h, Camaret 9h40
Départ de Sein 17h.
Attention: pas de Départ le dimanche 6 juillet.

lundi 23 juin 2014

Prévision météo.

Info Penn Ar Bed

L'Enez Sun sera indisponible du 25 juin au 11 juillet.
Liaisons assurées de Ste Evette par l'André Colin à 8h30, (Passagers et marchandises)
et 11h (passagers)
Retour de Sein 16h selon inffluence (sauf Vendredi-départ Ste Evette vers Sein 18h inchangé)
Le Molenez effectuera un voyage vers Sein le 1 juillet.

vendredi 20 juin 2014

Dimanche à 9h la Fée de l'Aulne décolle pour une balade en mer.

Bonjour à tous,
Ce petit mail pour vous annoncer que Dimanche à 9h la Fée de l'Aulne décolle pour une balade en mer jusqu'à Térenez et le cimetière des navires de guerre. Il reste 15 places. 
La journée s'annonce magnifique! Contactez-moi pour réserver au 06 22 83 51 95.
Amenez votre repas du midi et du soir si vous voulez prolonger la journée.
A tout de suite au téléphone.
Tristan.

Prévision météo.

Les collégiens préparent un travail avec Ron Haselden.


Ron Haselden, artiste sculpteur de renommée internationale, était, il y a deux ans en résidence au Créac'h. Et après avoir parcouru la lande avec son appareil photographique, il s'est fait connaître, l'année dernière, au public d'Ouessant, à travers une superbe exposition de peintures, sur la perception du temps et des couleurs.
Cette année, pour célébrer les 150 ans du phare du Créach, il a lancé un nouveau projet artistique : « Le va-et-vient des choses », avec les élèves du collège des Îles-du-Ponant : la création d'une frise d'images, reproduites de la mezzanine du musée des Phares et Balises, avec des projecteurs tournant dans le même cycle que le phare.
Ron Haselden a choisi ce travail, en partenariat, avec les élèves du collège, afin qu'ils expriment leur propre vision du projet. Cette création des premiers « strips » sera présente quatre mois, d'août à novembre, dans l'enceinte même du musée.

jeudi 19 juin 2014

Intouchable Eliès ?

http://www.lasolitaire.com/fr/s03_actualites/s03p02_detail_actualite.php?actu=3169
A l'issue de cette deuxième étape de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire, le vainqueur à Roscoff, Yann Eliès (Groupe Quéguiner - Leucémie Espoir) ne peut certainement pas viser le podium final, mais sa suprématie impressionne toute la flotte : va-t-il encore s'imposer sur les deux prochaines manches ? Quant au classement général cumulé provisoire, il confirme l'âpreté de la lutte puisque les cinq premiers se tiennent en un quart d'heure !
Déjà à Plymouth, Yann Eliès revenu au moteur après son démâtage à Wolf Rock alors qu'il était en tête, était le centre des discussions de pontons, car même ceux qui ont la vitesse (une douzaine de coureurs sont vraiment très rapides), se demandaient comment il arrivait à tenir ce rythme 24h/24h… Alors quand, à l'arrivée à Roscoff, le même se permet d'accumuler près d'une heure d'avance sur ses dauphins Corentin Horeau (Bretagne-Crédit Mutuel Performance à 58'22) et Jérémie Beyou (Maître Coq à 59'46), on se demande qui pourrait l'empêcher de battre le record de victoires d'étape détenu par Jean Le Cam avec dix manches gagnantes. Le skipper de Groupe Quéguiner-Leucémie Espoir est déjà à égalité avec Alain Gautier (9 victoires) grâce à cette superbe étape…
Mi-temps finistérienne
De fait le vainqueur de cette manche de 535 milles, la plus longue de cette 45ème édition de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire, a déjà grappillé quelques places malgré son handicap de la première étape où il concédait près de douze heures au premier, Alexis Loison (Groupe Fiva) ! Au classement cumulé, Yann Eliès est déjà remonté à la 35ème place devant Jean-Paul Mouren (SNEF), Joan Ahrweiller (Région Basse Normandie) et Edmund Hill (MacMillan Cancer Support)… A ce rythme, un retour dans le club fermé des vingt-cinq premiers à l'issue de quatre étapes est même envisageable !
Car à mi-parcours, la décantation hiérarchique se poursuit : ils ne sont plus que onze en moins d'une heure, plus deux à moins de deux heures du leader, quatre autres avec moins de trois heures de retard, deux à moins de quatre heures, encore cinq à moins de cinq heures, huit à moins de six heures, un à moins de sept heures et cinq à plus de douze heures ! On peut d'ores et déjà imaginer qu'au-delà du treizième Anthony Marchand (Ovimpex-Secours Populaire), les chances de podium final se sont quasiment envolées. En revanche, il va y avoir une sacrée lutte interne pour le gain des places au sein de ce groupe qui peut encore viser un créneau dans le « top ten » final…
Onze forts prétendants…
Et en haut de tableau, tout est encore possible avec un léger remaniement : Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) profite de sa 4ème place à Roscoff pour prendre le commandement au cumulé, avec seulement 1'43 d'avance sur Jérémie Beyou, troisième en baie de Morlaix et avec 3'18 sur le vainqueur de la première étape, Alexis Loison qui termine 7ème en Bretagne. Et derrière ce podium provisoire, le pack est dense ! Corentin Horeau avec sa belle deuxième étape gagne quatre places au général, et Adrien Hardy (Agir Recouvrement) grimpe de trois crans à la 7ème position tout comme Gildas Mahé (Interface Concept) qui est désormais 8ème.
Et si Gildas Morvan (Cercle Vert) reste stable à la 6ème place, Charlie Dalin (Normandy Elite Team) en perd une à la 5ème position tout comme Thierry Chabagny (Gédimat) à la 9ème place, quand Paul Meilhat (SMA) en perd trois à la 10ème ainsi que Erwan Tabarly (Armor Lux-Comptoir de la mer) qui glisse à la 11ème… Il n'y a pas danger en la demeure dans le sens où derrière l'intouchable Yann Eliès, les arrivées des quinze suivants étaient serrées à Roscoff : ce léger rééquilibrage n'entame en rien le jeu à cette mi-temps. 
Quant aux « bleus », le match semble désormais se jouer à trois avec la remontée de Sébastien Simon qui finissait à une belle douzième place : le Britannique Sam Matson (Artemis 21) conserve la tête au général mais avec seulement 18'14 de marge sur Gwénolé Gahinet (Safran-Guy Cotten) et 27'26 sur le skipper de Bretagne-Crédit Mutuel Espoir. Il reste trois jours de break à Roscoff pour les 38 solitaires afin de récupérer des forces car la fatigue se fait déjà sentir sur les visages de la plupart des skippers et certains ont de petits « bobos » à réparer (dos, mains, articulations…). Or le départ de dimanche à 15h devrait se dérouler dans une brise portante et modérée de secteur Est : du spinnaker en vue après cette deuxième étape courue

Prévision météo.

mardi 17 juin 2014

Ile de Batz: Voilier échoué à Batz : « cela aurait pu être dramatique »

Dimanche, à 19 h, le voilier de 9 m de long Le Galéjade s'est échoué sur la côte sauvage à hauteur de Batz-sur-Mer. Aussitôt informés, les secours se sont rendus sur les lieux.
« À la demande du Cross Étel (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage), nous sommes intervenus pour un navire en perdition du côté de la Govelle,précise Thierry Caudal, de la SNSM, présent lors du sauvetage. Lorsque nous sommes arrivés, les pompiers étaient déjà sur place mais nous n'avons rien pu faire, car le bateau était trop engagé sur les rochers et le ressac le brisait déjà. Nous sommes donc restés là, à la disposition des secours au cas où les deux personnes tomberaient à l'eau. Les navigateurs en état d'hypothermie ont finalement été hélitreuillés par la gendarmerie, puis évacués vers l'hôpital de Saint-Nazaire. Hormis pour le bateau, duquel il ne reste rien, tout s'est bien déroulé, mais cela aurait pu être dramatique. »
Ce voilier de 28 - 30 pieds, qui apparemment avait un point d'attache dans le port de Pornichet, était de construction récente. Une enquête est en cours pour déterminer la cause de l'accident.

Info Penn Ar Bed:

Samedi 21 juin
Départ supplémentaire du Conquet à 11h10 vers Molène et Ouessant
Dimanche 22 juin
Départ supplémentaire d'Ouessant à 14h vers Molène et Le Conquet.

Prévision météo.

lundi 16 juin 2014

Finale de la coinche: Charly emporte le concours

Ouessant-info / N°19 / 16.06.2014
Finale de la coinche: Charly emporte le concours

Qu'on l'appelle coinche ou belote coinchée, par sa proximité avec la belote, ce jeu de cartes a toujours eu un joli succès sur Ouessant. 
La finale du concours de coinche organisé par l'OSL s'est terminée, dimanche soir au club des anciens, après 16 rencontres qui ont rassemblé régulièrement plus d'une vingtaine de joueurs.
Cette saison se termine avec, à la première place,
Charly Kernoa et ses 132 points suivi à courte distance par Anne-Marie Conan à 130 points (notre photo). 
On trouve ensuite 
Mado Maunoir,119 
Martin Berthelé, 96 
et Annick Rocher, 93. 
La section cartes de l'association, qui gère aussi les concours d'aluette, réouvre en septembre prochain. Tout nouveau joueur, confirmé ou non, pouvant s'inscrire auprès de Malou Kernoa, la responsable.

Prévision météo.

dimanche 15 juin 2014

LOCATION DE VACANCES A OUESSANT

Agréable, confortable, lumineuse, tels sont les principaux critères de notre maison située à moins de 10 mn à pied du bourg de Lampaul.
Maison idéale en famille avec des enfants en bas âges, des adolescents ou encore entre amis. Un grand Jardin clos de murs fera la joie de vos animaux de compagnie qui sont ici les bienvenus, à condition qu’ils soient bien élevés.
En rez-de-chaussée, une cuisine ouverte sur le séjour, une chambre avec un lit double, salle de bain et toilettes.
À l’étage, vous y trouverez 2 chambres dont une avec 1 lit double et un lit en bois pour bébé. L’autre chambre possède 2 lits simples. L’équipement est complet pour bébé (lit parapluie, table à langer, baignoire). Le linge de maison est également fourni (draps, linge de toilette et de table).
MARTINE BON LE GALL - Pennors
29242 Ouessant - 02 98 48 84 02

Festival d'Armor : cinq équipes s'affrontent au Punel

Le week-end dernier, Ouessant sports loisirs recevait cinq équipes de jeunes joueurs de football, du tournoi international de Plougonvelin, sur le terrain du Punel, ces rencontres insulaires et en lien avec des clubs du continent viennent booster les jeunes joueurs de l'île. Finalement, l'équipe de Concarneau l'a emporté devant Rennes.
Les coupes ont été remises en présence du maire, Denis Palluel. Les équipes ont remis également à Louis Le Gall, une splendide corbeille de fruits et un fanion. Les autres épreuves de ce tournoi U 15 se sont déroulées le lundi de Pentecôte à Plougonvelin.

Prévision météo.

vendredi 13 juin 2014

Avis de Décès

Prévision météo.

Les écoliers de Ploudalmézeau découvrent Ouessant.

La semaine dernière, les écoliers de l'école François-Mitterrand de Ploudalmézeau ont passé deux jours sur l'île, accompagnés des élèves de l'école Burel. Ils ont participé à une animation ornithologique, au Centre d'étude du milieu, avec Fanche Quenot, naturaliste. Cette approche écologique était suivie de la visite du musée des Phares et Balises, et d'un circuit à vélo, avant le retour sur le continent.