mardi 8 juillet 2014

A Ouessant, gros lifting pour le phare du Stiff.


Le phare du Stiff, le plus vieux de Bretagne, a connu un important chantier de rénovation de près d'un million d'euros. La restauration générale de l'édifice est achevée.

Cela fait plus de trois siècles que l'édifice veille sur les bateaux en mer d'Iroise. Mis en service en 1700, sous l'impulsion de Vauban, le phare du Stiff, à Ouessant, n'est rien de moins que le plus vieux de Bretagne, et l'un des plus anciens en France.
Automatisé depuis 1978, le phare est aujourd'hui télécontrôlé depuis celui, voisin, du Créac'h. Et sans maître des lieux pour ventiler un minimum - le dernier gardien est parti en 1993 -, la tour a subi les outrages du temps, en particulier une invasion de mérule.
D'où cet important chantier de rénovation de près d'un million d'euros, initié, en avril 2013, par le Conservatoire du littoral, à qui a été transférée la propriété de ce monument classé depuis 2011.
Tous les enduits, intérieurs et extérieurs, ont été refaits. Les portes ont été changées. Mais pas les planchers. « Au cours du chantier, on a eu de belles surprises, raconte Denis Bredin, délégué régional du Conservatoire du littoral. On a trouvé un reste de tommettes sous le plancher, des voutes en brique sous l'enduit et une cheminée à l'étage ». Autant d'éléments qui ont été reconstitués ou restaurés pour « garder la construction d'origine ».
Une muséographie vient compléter l'ensemble. A chaque étage, dans les salles jusque là inaccessibles au public, des panneaux expliquent le quotidien des gardiens d'hier.

Aucun commentaire: