lundi 25 août 2014

Hollande à Sein. La Bretagne et "la solidarité nationale"

Il est venu, il a vu et il a plu. François Hollande a participé à la cérémonie de commémoration de la Libération organisée ce lundi sur l'île de Sein. Une visite humide et éclair, perturbée par l'annonce de la démission du gouvernement tombée en début de matinée.
La cérémonie commémorative de la Libération a débuté à 12 h 25 sur l'île de Sein. Comme prévu. Un choeur d'hommes de l'armée française a entonné le chant des partisans sous des trombes d'eau. Le Président de la République était bien là, devant le monument aux morts. Il a pris la parole pour un discours d'une dizaine de minutes.
"Sein est un exemple, une illustration du patriotisme français, a déclaré François Hollande. Les Sénans quand ils ont pris la mer en 1940 -le plus jeune avait 14 ans le plus âgé 54 - sont allés  porter secours à la patrie effondrée, échouée après la débâcle. 128 Sénans furent l’honneur de la France. C’est une belle page d’histoire que je suis venu célébrer".
"La Bretagne est en droit d’appeler à la solidarité nationale"
Le Président de la République a poursuivi un saluant le courage des résistants : "Sein c’est l’esprit de résistance, l’esprit de la victoire, c’est la force de la France. Et cet esprit il vivra autant que la France. Le message de l’île de Sein est que la France est la plus belle des causes et que nous devons y consacrer toute notre énergie". Avant d'élargir son propos à la Bretagne et au contexte actuel : "Depuis 70 ans la Bretagne a contribué, par son dynamisme et sa vitalité à la modernisation du pays. Aussi la Bretagne est en droit d’appeler à la solidarité nationale quand elle affronte des difficultés sociales et des épreuves économiques. Et c’est le cas aujourd’hui".
Pas un mot sur le gouvernement
Une heure et demie plus tôt, François Hollande s'était posé en hélicoptère sur l'île, en pleine effervescence médiatique. La démission du gouvernement venait juste d'être rendue publique. De nombreux élus socialistes ont appris la nouvelle sur la navette maritime qui les a conduit à Sein. Mais le chef de l'Etat n'a fait aucun commentaire, ni lors de sa rencontre avec les habitants, ni à l'issue de la visite de l'exposition "Résister". Les ministres de la Défense et de la Décentralisation, Jean-Yves Le Drian et Marylise Lebranchu, présents à ses côtés, ont gardé la même réserve.

Aucun commentaire: