dimanche 7 septembre 2014

Ile de Groix : explosion sur la plage autour d'un feu de camp, un homme de 26 ans tué.

http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/groix-explosion-sur-la-plage-un-jeune-homme-tue-8481323.html
Faits diversUn homme a été tué et un autre grièvement blessé après une explosion alors qu'ils se trouvaient autour d'un feu de camp sur une plage de l'île de Groix. Une enquête est en cours. Une munition datant de la Seconde guerre mondiale, située par hasard sous le feu de camp, pourrait être en cause.


Ils venait de passer une soirée sur la plage avec une dizaine d'autres personnes. Tous s'apprêtaient à camper lorsque le drame est arrivé. Un jeune homme a été tué dans la nuit de samedi à dimanche sur la plage des Sables rouges de l'île de Groix (Morbihan) au large de Lorient. L'accident a eu lieu alors que la victime se trouvait autour d'un feu de camp révèle ce dimanche le journal Ouest France. Une explosion est  alors survenue.
L'explosion, a eu lieu non pas dans le feu de camp mais sous le feu selon les premiers éléments de l'enquête. Elle est survenue vers 2h alors que les jeunes, âgés d'une vingtaine d'années et arrivés samedi par bateau sur cette plage, partaient se coucher.
La victime qui a perdu la vie est un Parisien de 26 ans ayant des attaches à Guidel, raconte Le Télégramme. L'homme grièvement touché, lui, est toujours dans un état critique. Il est âgé de 25 ans. Il a été transporté vers l'hôpital de Nantes. Les huit autres, choqués, ont été transportés vers l'hôpital de Lorient,  selon les gendarmes qui précisent que "les victimes sont originaires de Lorient  ou de communes voisines".

Un obus sous le feu ?
Dimanche, la plage était interdite et un périmètre de sécurité a été établi. Des démineurs de Brest ont été appelés sur place où s'est déplacé le parquet de Lorient. Outre  des sapeurs-pompiers et une vingtaine de gendarmes, le "Groupe Plongeurs  Démineurs de Brest est aussi engagé ainsi que le GRID (démineurs de la sécurité  civile)", précisent les gendarmes.

L'enquête ouverte pour homicide involontaire cherche à déterminer l'origine de l'explosion. L'une des hypothèses évoquée est la présence sous le feu de camp d'un explosif oublié de la Seconde Guerre mondiale. Selon Dominique Yvon, maire de l'île cité par le Télégramme, la plage avait déjà été interdites il y a quelques années en raison de la présence de douilles sous le sable.

Aucun commentaire: