dimanche 26 avril 2015

À la découverte du village « perdu » de Saint-Michel

La semaine dernière, Laurent Gontier, journaliste d'histoire, est parti à la recherche de l'ancien village de Saint-Michel, situé au centre de l'île. Ce village a disparu en 1900, lorsque les militaires du génie y ont construit « le fort Saint-Michel », en rasant notamment la chapelle qui, en fait, n'en était plus une.
Cette sortie fait suite à l'étude du cadastre datant de 1844, conservé précieusement en mairie. Cette véritable oeuvre d'art, avec ses 45 000 parcelles, ses lieux-dits, révèle l'utilisation réelle du territoire par les insulaires de l'époque. Chaque famille possédait des terrains à différents endroits de l'île, pour répondre aux différents besoins, allant de la récolte du goémon, à la culture de l'orge, de la lande pour se chauffer, des parcs à moutons ou à ajoncs.
Le morcellement extrême du cadastre a donné lieu à un remembrement en 1974 : l'on est passé de 80 000 parcelles à 45 000. De nos jours, les terrains ne sont plus exploités de manière agricole par les insulaires, ce qui entraîne des complications quand il faut trouver un propriétaire ou des terrains non partagés sans propriétaires.
Laurent Gontier travaille depuis un an avec les collégiens, sur l'histoire de ce « village perdu ». Ces derniers ont construit une maquette du lieu qui doit être exposée au musée du Niou, à Ouessant, le 16 mai prochain, dans le cadre de la Nuit des musées.
L'axe de travail du projet de Laurent Gontier est de sensibiliser les nouvelles générations à leur patrimoine. Un ouvrage relatant ce travail de recherche devrait voir le jour prochainement.

Aucun commentaire: