mardi 15 mars 2016

Neuf phares classés Monuments Historiques.

Neuf phares bretons ont reçu un avis favorable pour être classés au titre des Monuments Historiques, ce lundi à Paris. Il y a désormais une vingtaine à bénéficier de ce statut : une garantie pour leur protection, mais aussi une reconnaissance de leur importance dans le patrimoine culturel de la Bretagne

Les phares des Triagoz et des Roches-Douvres dans les Côtes d'Armor, les phares de l'Île-de-Batzdu Fourdes Pierres-Noiresd'Ar-Mende la Jumentde Nividic et de Kéréon dans le Finistère : ces neuf phares bretons ont reçu un avis favorable au classement de la Commission nationale des monuments historiques réunie ce lundi 14 mars. Ne manque plus que la signature de la ministre de la Culture pour que l'arrêté soit pris.
Ce classement s'inscrit dans une action lancée depuis plusieurs années afin de protéger les phares - et anciens phares - des côtes françaises.
Ces neuf monuments s'ajoutent à la liste de 13 autres phares bretons particulièrement protégés par l'Etat et qui ont été classés ces dernières années.
D'autres phares font aussi l'objet d'une protection par le biais d'une inscription au titre des Monuments Historiques, décidée au niveau régional.
Ainsi, le 31 décembre 2015, le préfet de Bretagne avait inscrit au titre de Monuments Historiques 14 phares : les neuf pour lesquels un classement a reçu un avis favorable au niveau national ce lundi. Et cinq autres : en mer d’Iroise, Tévennec et La Vieille, et ceux construits sur les îles de Sein, de Penfret dans l’archipel des Glénan et de Pen-Men, à Groix (56).
 
La protection au titre des Monuments historiques, qu'ils soient inscrits ou classés, permet d'assurer leur préservation. Pas question, par exemple, de vendre ou de mener des travaux sans en informer les autorités.
L'inscription montre que le bâtiment présente un intérêt suffisant pour bénéficier d'une protection toute particulière. Le classement, lui, garantit également cette protection mais il est adopté quand sa conservation présente un intérêt public au niveau historique et architectural, explique-t-on, au ministère de la Culture.

1 commentaire:

Claude a dit…

Ca c'est une bonne nouvelle !! Avec un peu de chance..et d'argent.. on pourra encore les admirer un bon moment.