mardi 17 mai 2016

Marine marchande. Une sécurité sociale fragile


La réunion annuelle de l'association des pensionnés de la Marine marchande du Finistère (101 adhérents sur l'île) s'est tenue jeudi à Ouessant. Son président, Alain Pocher, y a annoncé que la loi entérinant le doublement de la pension des marins ayant fait leur service militaire en Algérie et participé aux combats repassait en deuxième lecture à l'Assemblée nationale : elle devrait donc être adoptée prochainement.

L'Enim : un régime fragile

Alain Pocher l'a rappelé : l'établissement national des invalides de la marine (Enim), qui gère le régime de sécurité sociale des marins, est fragile. Les cotisations des actifs ne pouvant payer les retraites, le régime est subventionné par l'État à 90 % et souffre donc de la politique de réduction des coûts. Ainsi par exemple, par mesure d'économie, toutes les demandes à l'Enim se font maintenant par Internet ou par téléphone (appel payant). De même, l'Enim refuse les dépassements d'honoraires. « Il faut se battre pour préserver notre régime », a rappelé Alain Pocher. Pour ce faire, il demande que l'association des pensionnés de la Marine marchande du Finistère soit représentée au conseil d'administration de l'Enim. Il a aussi rappelé que l'association travaille en collaboration avec l'Association des victimes de l'amiante (Adeva), dont l'avocat va demander à ce que les marins bénéficient de la majoration de la pension invalidité comme les salariés du régime général. Cette motion a d'ores et déjà été validée par le conseil des gens de mer.


Aucun commentaire: