mercredi 22 juin 2016

île de Sein. La nouvelle médecin charmée par l'île.

Le 28 juin, Laëtitia Masthias, occupera officiellement la charge de médecin de l'île de Sein. À l'heure où nombre de communes rurales peinent à trouver des praticiens, ici tout s'est passé en douceur. Aussi naturellement que la mer monte et descend.

Trouver un médecin disposé à devenir insulaire est un véritable casse-tête pour certaines îles ou communes rurales. À Sein, pas besoin de tourner une vidéo, ou de monter de toutes pièces un scénario extravagant comme celui de l'installation d'un faux druide à La Roche-Derrien (22) pour créer le buzz et attirer l'attention d'un praticien susceptible de remplacer Ambroise Menou. Ce généraliste était installé sur l'île depuis de nombreuses années. « Avant d'arriver ici, j'exerçais à Gouesnou, près de Brest. Cela fait exactement 13 ans et 9 mois que je veille sur la santé des habitants et des touristes de passage. Il me reste une semaine d'activité. Le 28 juin je confierai les clés de la maison médicale à Laëtitia Masthias ». Celle-ci exercera dans un local mis à disposition par le conseil départemental, dans le cadre de la continuité territoriale.

Une ancienne touriste


Hier matin, Dominique Salvert, le maire de l'île de Sein, et Ambroise Menou, sont venus accueillir la nouvelle médecin sur le port, à l'arrivée du bateau. Pas pour la guider sur l'île car elle connaît les rues comme sa poche. « Cela fait une trentaine d'années que je viens ici, en touriste, explique-t-elle. Je l'ai découverte grâce à une amie sénane. Je suis tout de suite tombée sous le charme de cette île. Depuis j'y viens régulièrement ». Laëtitia Masthias exerçait auparavant à Savigné-sur-Lathan une petite commune de 1.400 habitants blottie dans le bocage d'Indre-et-Loire. « Quand j'ai su que le poste allait être vacant à Sein j'ai proposé mes services. C'est aussi simple que cela ». Sitôt sa candidature retenue, elle a pris la décision de s'installer définitivement sur l'île où elle fait construire une maison.

150 l'hiver, 1.500 l'été


Environ 150 personnes habitent ici à l'année. Mais l'été, la population peut grimper jusqu'à 1.500 habitants. Le médecin est amené à tout faire. « On est infirmier. On gère aussi la pharmacie. C'est nous qui passons les commandes aux grossistes. Bref, on a de quoi s'occuper ». À 70 ans, Ambroise Menou a battu, haut la main, le record de longévité d'un praticien sur l'île. Le précédent record de 11 ans et demi était détenu par le docteur Abguillerm. Une fois la retraite venue, ce Sénan d'origine n'a nullement l'intention de s'installer sur le continent. Car sur l'île il a une autre casquette. Celle de premier adjoint au maire. Ici pour les rares tournées à domicile pas de voiture. Les rues sont tellement étroites qu'on fait sa tournée à pied en tirant une petite charrette. En revanche, en cas de gros pépin les gros moyens sont déployés. Comme le canot SNSM qui peut être réquisitionné ou l'hélicoptère qui, en quelques minutes, traverse le Raz de Sein.

Aucun commentaire: