vendredi 26 août 2016

Île-Molène: l’emblématique grand dauphin

Depuis plusieurs décennies, ce mammifère marin a élu domicile dans l’archipel de Molène et dans la Chaussée de Sein.

http://www.cotebrest.fr/2016/08/19/notre-serie-sur-les-animaux-marins-l-emblematique-grand-dauphin/
Par Adèle Le Berre
Quel plaisancier n’a pas aperçu au hasard de ses sorties en mer un groupe de grands dauphins ? Surtout du côté de l’archipel de Molène ou de l’île de Sein. Ces cétacés sont assez faciles à observer. Les deux colonies finistériennes sont suivies de près par le Parc naturel marin d’Iroise« À Sein, il y avait deux ou trois individus dans les années 70, une quinzaine à la fin des années 90. Désormais, on en comptabilise 32 ou 33 », expose Livier Schweyer, agent du parc marin. Autour de Molène, l’effectif dépasse allègrement les 60 individus.

Parfois grands voyageurs

Ces deux groupes sont sédentaires. Ce qui n’empêche pas certains grands dauphins d’entreprendre de grands voyages. C’est le cas du célèbre Jean Floc’h qui a longtemps résidé du côté du Cap-Sizun avant de voguer vers l’Espagne. Ou encore de Clet qui a fréquenté Sein et la baie d’Audierne. Les dernières observations font état d’un passage dans les eaux irlandaises, anglaises…
Les grands dauphins sénans ou molénais semblent donc se plaire dans les eaux de l’Iroise.
 
D’une manière générale, les grands mammifères marins se portent bien, commente Mickaël Buanic, également agent du parc. Ici, toutes les conditions sont réunies : eau de bonne qualité, abondance de nourriture… Et puis, ils sont très peu dérangés.
 
Les grands dauphins ne sont pas très farouches. Ils semblent même parfois se donner en spectacle, passant sous les bateaux à vive allure, effectuant quelques pirouettes… Les agents du parc viennent chaque mois étudier cette population qui se déplace le plus souvent en un seul groupe. « On fait de la photo d’identification. On a ainsi pu constituer depuis 2012 un catalogue des grands dauphins. On les reconnaît à leurs ailerons qui ont une forme, une couleur et des blessures différentes », décrit Livier Schweyer.

Marsouins, orques…

La petite taille de la colonie sénane permet d’acquérir des connaissances sur les habitudes, les comportements… « On suit facilement les nouvelles mères et les anciennes. L’une d’elle a eu déjà  trois petits. Les naissances se déroulent de février à septembre », informe Mickaël Buanic. Les mères allaitent leurs petits pendant un an et demi. Les jeunes restent encore une année à leurs côtés. Ils peuvent aussi être pris en charge par une “marraine“.
La nourriture de ces cétacés de 2 à 4 m de long est surtout constituée de poissons : sardines, maquereaux, mulets voire céphalopodes…
On ne croise pas seulement des grands dauphins dans les eaux finistériennes. Apparaissent, plus rarement, des marsouins, des dauphins de Risso, voire, avec un peu de chance, des orques, des dauphins bleu et blanc, des rorquals et des cachalots.
29259 Île-Molène

Aucun commentaire: