dimanche 13 novembre 2016

Brest. Parmi les 350 exposants, le nectar d'Ouessant


Aujourd'hui encore et demain, le 32e Salon des vins et de la gastronomie attire la foule à Brest. Parmi les vignerons, charcutiers et fromagers, quelques locaux. Dont la Ruche noire et son miel iodé.

C'est un miel fabriqué par des abeilles noires. Mais pas n'importe lesquelles... Celles d'Ouessant ! Une espèce « endémique », propre à l'île de la pointe bretonne, certifiée « depuis 1974 », assure Christophe Orlach, 34 ans, cofondateur de la Ruche noire. Car, s'il existe des abeilles noires partout dans le monde, celles d'Ouessant auraient la particularité d'être plus productives. « Elles fabriquent autant de miel en deux mois que les autres en quatre mois ! » Une efficacité sans doute liée à l'air iodé et tonique d'Ouessant, à nul autre pareil...
Pour autant, le miel ouessantin n'est pas noir. Sa couleur ressemble à celles d'autres miels. Celui de la récolte de printemps est plutôt clair et ambré. Celui de la récolte d'été est plus foncé.

Deux cousins

La Ruche noire a été créée en 2009 par deux Ouessantins, qui sont cousins. Romain Morin, 37 ans, était déjà apiculteur sur l'île. Christophe Orlach, 34 ans, avait effectué de nombreuses missions comme commercial et intérimaire. Lassé de ces emplois sans lendemain, il cherchait à revenir sur son île. Avec son cousin Romain, ils ont décidé d'associer leurs compétences.
Ils produisent deux types de miel : celui de bruyère (été), plus corsé et plus piquant au palais ; et celui d'ajonc (printemps), plus doux et plus fruité. Ils proposent aussi du pollen, qu'on saupoudre dans une salade ou des yaourts, véritable vitamine naturelle pour affronter l'hiver ou la fatigue. Ils fabriquent aussi des sucettes, et bientôt des bonbons.
La Ruche noire produit quelques centaines de kilos par an. Un miel garantit 100 % naturel. « On déplace les ruches en fonction des floraisons. Les abeilles se nourrissent de leur miel, l'hiver. » Il n'y a pas de pesticides à Ouessant car « il n'y a pas d'agriculteurs » ! La principale menace vient du frelon asiatique qui a fait son apparition sur l'île. Les producteurs ont l'espoir d'en venir à bout.
32e Salon des vins et de la gastronomie, ce dimanche, de 10 h à 19 h, jusqu'à lundi (fermeture à 18 h), au parc des expositions de Penfeld. La dizaine de producteurs locaux présents sont réunis dans un espace dédié. Tarifs : 6 €/gratuit pour les moins de 16 ans.

Aucun commentaire: