jeudi 16 mars 2017

Eau potable. Enquête et doute sur la qualité.


Dans son numéro de février, le magazine Que Choisir a consacré un dossier à la qualité de l'eau potable en France. Pour Ouessant, la conclusion indiquée sur la carte interactive est : « Qualité très mauvaise ». Qu'en est-il ? Les conclusions rendues par l'UFC- Que Choisir révèlent deux dépassements, sur l'île, par rapport aux normes : en matières organiques et en résidus chlorés. Le premier s'explique par le fait que l'eau provient d'une retenue à l'air libre ; le second découle du traitement que ce mode de retenue implique.

Combinaison nocive

Olivier Andrault, qui a conduit l'enquête de Que Choisir, explique qu'aucun des dépassements n'est nocif mais que leur combinaison l'est, puisque la réaction du chlore sur les matières organiques produit des trihalométhanes jugés dangereux pour la santé. Brigitte Yvon, ingénieur du génie sanitaire à l'Agence régionale de santé, dément ces conclusions : « Leur enquête a été faite par des gens qui ne sont pas spécialistes, alors qu'il s'agit d'un domaine extrêmement complexe. Nous n'avons été ni associés ni même consultés ». En l'occurrence, « des trihalométhanes ont bien été constatés dans l'eau, à Ouessant mais c'était en 2014 », précise-t-elle.

Veolia confirme : « C'est entre janvier et avril 2014 que de l'eau de Javel a été utilisée ». Depuis, Veolia utilise du bioxyde de chlore qui ne produit pas la même réaction avec les matières organiques. « Le recours à l'eau de Javel est limité au cas où la pompe alimentant la station en bioxyde de carbone tomberait en panne », précise Brigitte Yvon.

Des analyses régulières

En France, l'eau est le produit de consommation le plus surveillé. « À Ouessant, la fréquence des contrôles est de quatre fois par an pour l'eau de la retenue, puis en sortie de station; et de huit fois par an pour l'eau distribuée au robinet », précise Brigitte Yvon. « En 2016, 843 résultats d'analyse ont été collectés sur l'eau produite et distribuée sur l'île », ajoute Anne-Catherine Forteza, du service communication de Veolia. « L'usine de production d'eau permet d'abattre près de 85 % des matières organiques (carbone organique total), sans toutefois atteindre le seuil recommandé », reconnaît Veolia. « Mais la société réfléchit aux solutions adaptées pour améliorer ce paramètre ». 

Pratique 
Les consommateurs peuvent avoir accès en temps réel aux analyses de l'eau qu'ils consomment sur le site Internet www.eaupotable.sante.gouv.fr

Aucun commentaire: