vendredi 27 avril 2018

Le Wi-Fi sur molène.

Si la mairie ne propose plus le Wi-Fi au public, sachez que Marcel (le Bar) propose toujours le Wi-Fi au public et gratuit.

mercredi 25 avril 2018

lundi 23 avril 2018

vendredi 20 avril 2018

jeudi 19 avril 2018

mercredi 18 avril 2018

mardi 17 avril 2018

Famille emportée par une vague : la mère est décédée.

Une mère et ses deux enfants âgés de 7 et 11 ans ont été emportés par une vague ce mardi après-midi.

Une mère et ses deux enfants âgés de 7 et 11 ans ont été emportés par une vague cet après-midi, vers 16 h 30, alors qu’ils se promenaient près du phare de Créach à l’ouest de Ouessant. 
Les deux enfants ont pu être récupérés sains et saufs, pas la maman, âgée de 35 ans.
Son corps a finalement été retrouvé plus d’une heure plus tard par l’hélicoptère de la Marine nationale
Les deux enfants ont été transportés par hélicoptère avec leur père, qui n’était pas loin du drame, sur l’hôpital Morvan à Brest.

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-douessant/ouessant-famille-emportee-par-une-vague-la-mere-est-decedee-17-04-2018-11930094.php#hU0BMgLtEryOAIVV.99

samedi 14 avril 2018

Niou. La maison traditionnelle restaurée.

Guylaine Mary, Delphine Kermel, Nathalie Boloré et Catherine Quéré

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-douessant/niou-la-maison-traditionnelle-restauree-14-04-2018-11926056.php#2YJ775TQJpp1LSIO.99

Amputé d'une de ses deux maisons suite à l'incendie de l'été dernier, le musée du Niou faisait triste figure. Dans la maison traditionnelle, la chaleur du feu avait causé de nombreuses dégradations : objets cassés, murs et  plafonds noirs de suie, peinture cloquée... 
Initié par les Musées de France, le programme de restauration a été validé par la commission scientifique régionale. Les objets ont été restaurés à La Rochelle par Guylaine Mary, restauratrice des Musées de France. 
Après les plafonds, ce sont les lits clos et les vaisseliers qui sont repeints cette semaine. « Nous utilisons de la peinture traditionnelle à base d'huile de lin et de pigments », précise Delphine Kermel, directrice de la médiation au Parc naturel régional d'Armorique. 
Le musée rouvrira ses portes ce dimanche. Quid de la reconstruction de la maison incendiée qui abritait les collections ? 
Le projet a été validé par le département, propriétaire du bâti, par le PNRA, propriétaire des collections, et par le ministère de la Culture et la Direction régionale des affaires culturelles. 
La maison sera reconstruite à l'identique mais le parcours intérieur portera l'accent sur l'insularité et ses enjeux, notamment par la comparaison avec d'autres îles. 
L'idée d'un agrandissement est maintenue. Mais si les modalités de reconstruction doivent être rendues ce mois-ci, difficile de dire quand les travaux débuteront. En attendant, le Niou a obtenu le label « Le musée sort de ses murs ». 
Après les paysages et l'habitat, il prépare, pour l'été, une exposition en extérieur sur la biodiversité.

vendredi 13 avril 2018

Frelon asiatique. La lutte reprend.

http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-douessant/frelon-asiatique-la-lutte-reprend-12-04-2018-11923548.php
Mercredi 4 avril, la mairie a relancé la lutte contre le frelon asiatique, arrivé sur l'île l'année dernière. Une petite dizaine de personnes participent de nouveau cette saison au piégeage. 
Le but ? Essayer d'attraper les reines qui émergent au printemps et sont ensuite capables de pondre 5.000 oeufs en une saison. La fenêtre pour les piéger est courte : de mi-avril à mi-mai environ. 
Ensuite, la reine est dans son nid secondaire et le piégeage n'a plus d'intérêt. Au contraire : il tuerait d'autres espèces et piéger quelques ouvrières dont la durée de vie n'excède pas une à deux semaines ne sert à rien. 
En attendant, le cocktail des pièges est le même : du sucre sous forme de sirop de fruits, de la bière et du vin blanc. 
L'année dernière, des frelons ont été repérés tout autour de l'île ; c'est pourquoi il est important que le plus grand nombre accepte de participer à l'opération, à condition toutefois de le signaler à la mairie : « il est important pour nous de connaître les emplacements des pièges et d'avoir ensuite les retours », précise Dominique Moigne, conseillère municipale chargée de l'environnement. 
L'année passée, un seul nid secondaire a été trouvé, près du barrage. « Ce n'est pas étonnant : les frelons ont besoin d'eau pour construire leur nid secondaire », rappelle Dominique Moigne. 
On espère cependant que les épisodes de froid inattendus de cet hiver auront eu raison des frelons asiatiques...
© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-douessant/frelon-asiatique-la-lutte-reprend-12-04-2018-11923548.php#xt8jvES7IgFXCmRq.99

mardi 10 avril 2018

Quéménès. Les affaires maritimes sonnent le rappel.


Pour être locataire de l'île de Quéménès (29), il faut être agriculteur. Mais aussi marin professionnel pour transporter des passagers entre Molène (29) et les chambres d'hôtes. Les affaires maritimes ont clairement rappelé les règles aux futurs résidents qui prennent la relève.

L'obligation de détenir un diplôme maritime approprié et un bateau spécifique afin de transporter des passagers entre Molène et Quéménès est une condition aujourd'hui rappelée par le Conservatoire du littoral. Le prochain locataire devra posséder un diplôme maritime approprié s'il souhaite transporter lui-même les clients de la table et des chambres d'hôtes.
Au cours des dix premières années d'activité, les clients ont été transportés par le taxi professionnel de Molène mais également à l'aide de la vedette des anciens exploitants servant au ravitaillement à partir du port de Molène. Des transports compréhensibles en termes de praticité mais pas au regard de la législation sur le transport de passagers qui requiert le concours à un certain type de navire et son matériel de sécurité, en plus de compétences et de l'inscription du chef de bord au régime maritime.
« Il y avait une collaboration régulière entre David et Soizic Cuisnier de Quéménès et ma société de transport », confirme Frédéric Le Bousse de Molène Évasion. « J'assurai le transport des passagers pour le gîte », certifie le professionnel. Que se serait-il passé en cas d'accident de mer avec des passagers transportés en dehors de tout cadre légal, dans une zone réputée pour sa dangerosité ? « Cela aurait été de la responsabilité de l'exploitant des chambres d'hôtes avec un ensemble d'infractions qui se seraient empilées », explique Jacqueline Déjardin, chef du pôle littoral et affaires maritimes de Brest.

Exploitation des algues à moins de trois milles


En observateur attentif du secteur maritime, Bernard Le Bihan (Olimi) est également revenu sur l'exploitation des algues de rive par le même premier exploitant de Quéménès (que nous n'avons pas réussi à joindre). « Il était autorisé à travailler les algues sans s'éloigner de plus de trois milles des côtes », confirme Jacqueline Déjardin. « Donc pas de problème si les algues n'étaient pas transportées par ses soins jusqu'au continent ». « Nos services lui avaient dernièrement demandé de se mettre en règle au niveau de ses qualifications maritimes et de son équipement pour poursuivre son activité entre Quéménès et le continent », précise-t-elle.

Bienveillance des débuts


Le Conservatoire du littoral et le parc marin ont-ils fait preuve de mansuétude sur le sujet ? « Il n'est pas dans notre habitude de contrôler la validité administrative des transports et des activités de pêche », répond Fabien Boileau, directeur du Parc marin d'Iroise. Les affaires maritimes ont-elles fermé les yeux sur ce transport de passagers et l'exploitation d'algues afin de ne pas impacter l'activité économique de l'île de Quéménès ? « Ce ne sont pas les habitudes de la maison », répond la chef de pôle des affaires maritimes. « Nous n'avons jamais pris à défaut l'ancien locataire de Quéménès. Mais aujourd'hui, les règles ont précisément été rappelées au nouveau locataire qui dispose d'un permis hauturier qui ne lui permet pas de transporter des passagers ». Le taxi professionnel de Molène est bien le seul habilité à transporter les visiteurs payants de Quéménès. À moins que le nouvel occupant ne passe son diplôme et dispose d'un navire adapté.

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/quemenes-les-affaires-maritimes-sonnent-le-rappel-09-04-2018-11918881.php#I3mk4g7WrszHUe8f.99

jeudi 5 avril 2018

Collection de phares.




5 euros la série de 3 marque-pages et en cadeau le phare de la Chiappa - Corse
50 euros les 52 marque-pages des phares de Bretagne.
---------------------

dimanche 1 avril 2018