mardi 17 juillet 2018

dimanche 15 juillet 2018

Nettoyage chez les voisins.

Sea Shepherd débarque sur le caillou pour nous aider à faire un nettoyage du littoral, et en plus si c'est possible déblayer la vieille déchetterie pour ceux qui connaissent.Ce sera le 27 juillet, un stand Sea Shepherd sera présent à la cabane BKE pour de l'information sur leur structure ainsi que de la vente de produits.
Les locations de kayaks et paddles pour cette journée seront au profit de la Sea Shepherd, à 18h30 on vous propose un petit concert à la cabane pour clôturer la journée !
Rejoignez-nous et n'hésitez pas à inviter vos amis !!Kénavo à bientôt !

samedi 14 juillet 2018

jeudi 12 juillet 2018

Au Créac'h, on a soufflé les trente bougies du musée.

Site emblématique, le Musée des phares et balises était à l'honneur, vendredi, pour célébrer sa création, en 1988, à l'initiative de Jean-Pierre Gestin.*

Pour cet anniversaire, une délégation du continent, conduite par Nathalie Sarrabezolles, présidente du conseil départemental, et Jean-Luc Fichet, sénateur du Finistère, a inauguré l'exposition attenante à l'ancienne salle des machines, intitulée « 24 éclats par seconde, le phare au cinéma »C'est un clin d'oeil très appuyé à tous les passionnés de ce volet artistique développé par Jean Grémillon, Jean Epstein et Alain Kaminker, réalisateurs qui ont marqué la terre d'Ouessant par leur empreinte cinématographique.

Le parcours de l'exposition fait aussi la part belle aux séquences et thèmes récurrents en matière de phare dans le septième art : les immanquables tempêtes, les huis clos angoissants où le gardien solitaire, bourru, joue son rôle de guide, de héros intrépide, de rêveur romantique. 

Une paëlla pour lutter contre la maladie.


Dimanche dernier, le Club des anciens du Ponant organisait sa paëlla annuelle, une occasion festive qui a aussi permis de soutenir le combat contre la sclérose tubéreuse de Bourneville, maladie qui affecte une famille de l’île.

130 repas


82 repas sur place, 48 à emporter : la paëlla du Club des anciens a encore une fois été un succès grâce à la quinzaine de bénévoles du club. Après l’apéritif servi par Zig et Mimi, le déjeuner s’est déroulé en musique avec Yvon Le Berre (guitare et chant), Jean-Paul Colin (chant) et Malik Richeux (accordéon). Il s’est achevé par une tombola au profit de la recherche sur la sclérose tubéreuse de Bourneville à l’initiative de Michelle Malgorn dont la petite fille, Yaëlle, souffre de la maladie.

Un combat à mener


Comme Jeanine Gillet-Le Noret avait lancé il y a 25 ans le combat contre la mucoviscidose sur l’île, Michelle Malgorn entreprend de contribuer à la lutte contre la sclérose tubéreuse de Bourneville. Cette maladie génétique grave atteint les organes vitaux et peut provoquer une épilepsie sévère, un retard mental et un dysfonctionnement de la peau, des poumons et des reins. Il n’existe à ce jour aucun médicament. Grâce à la complicité de Marie-José Berthelé, présidente du Club des anciens, et de tous les bénévoles et donateurs qui ont pris fait et cause pour Yaëlle, Michelle Malgorn a récolté, depuis avril, 1 350 €.
Pratique
 

mardi 10 juillet 2018

lundi 9 juillet 2018

samedi 7 juillet 2018

mardi 3 juillet 2018

Collection de phares.

Juin 2018
PAYS DE GALLES  
South Bishoop    Smalls    Strumble Head



50 euros les 52 marque-pages des phares de Bretagne, 5 euros la série de 3 marque-pages et en cadeau le phare de San Ciprianu - Corse

https://www.instagram.com/catherinebayle_phares/http://catherine-bayle.pagesperso-orange.fr/pages/phares-du-monde.htmlhttp://catherine-bayle.pagesperso-orange.fr/pages/phares-bretagne.html

samedi 30 juin 2018

jeudi 28 juin 2018

mardi 26 juin 2018

L’église se dote d’un nouveau paratonnerre.



L’ancien dispositif avait reçu un impact de foudre trop important et menaçait de tomber. Jeudi et vendredi, des cordistes étaient sur l’île pour le remplacer. « Ça donne le vertige ! » « Ils doivent avoir une sacrée vue de là-haut » « Des alpinistes à Ouessant, on n’en voit pas souvent ! » Ce vendredi matin, sous les regards admiratifs des Ouessantins, et de quelques touristes, Matthieu Couturier grimpe avec précaution sur le clocher de l’église, à 40 mètres de hauteur. Un peu plus bas, Christophe Gicquel assure sa montée. S’ils aiment les sensations fortes, les deux techniciens cordistes ne sont pas là que pour le plaisir. Ils sont venus installer un nouveau paratonnerre. Cette protection contre la foudre est obligatoire sur tous les bâtiments publics. Ce vendredi matin, sous les regards admiratifs des Ouessantins, et de quelques touristes, Matthieu Couturier grimpe avec précaution sur le clocher de l’église, à 40 mètres de hauteur. Un peu plus bas, Christophe Gicquel assure sa montée. S’ils aiment les sensations fortes, les deux techniciens cordistes ne sont pas là que pour le plaisir. Ils sont venus installer un nouveau paratonnerre. Cette protection contre la foudre est obligatoire sur tous les bâtiments publics. La pointe était tordue La veille, les deux hommes ont mis plus d’1 h 30 pour accéder au sommet et préparer les cordages. Ils ont pris appui sur chaque pierre du clocher pour s’assurer de leur solidité. L’exercice est long, mais nécessaire. Il a ensuite fallu 45 minutes pour retirer l’ancien paratonnerre. Celui-ci avait reçu des impacts de foudre trop importants. Depuis un an environ, la pointe à dispositif d’amorçage (PDA), qui attire la foudre, était tordue et menaçait de tomber. « La pointe a été retirée assez facilement, preuve qu’il était temps de la changer, relate Laurent Briaud, chef d’équipe chez Bodet, l’entreprise en charge des travaux. Ce qui a pris du temps, c’était d’enlever le coq d’ornement en cuivre. » D’ailleurs, le coq a lui aussi fait l’objet d’une petite restauration : quelques soudures et un petit coup de peinture. « C’est posé ! » Une fois le dispositif fin prêt, les opérations de ce vendredi sont plus rapides. L’ascension prend tout juste une demi-heure. Mais il faut ensuite hisser la meuleuse. « Matthieu doit réduire la croix de 20 cm pour qu’elle puisse passer dans le fourreau du coq » explique Laurent Briaud. Puis Christophe Gicquel porte jusqu’à lui la fameuse pièce, d’un poids avoisinant les 20 kg. « C’est bon, c’est posé ! » lance Matthieu Couturier, après quelques réglages. Il ne reste plus qu’à redescendre. De très petites surfaces « Quand on les regarde, ça a l’air tellement facile » s’étonne une passante. Les deux cordistes sourient. « C’est vrai que l’architecture du clocher rendait l’opération plus facile, mais on doit toujours être vigilant car les surfaces sont très petites. Chaque ascension est dangereuse » souligne Christophe Giquel. « Surtout quand il y a du vent ou qu’il pleut »ajoute son collègue Heureusement pour eux, le soleil était au rendez-vous. Ils ont pu s’accorder quelques minutes pour admirer l’île d’Ouessant et la baie de Lampaul.

J'en suis à plus de 1000 L de déchets plastiques ramassés sur la côte...

https://www.facebook.com/eric.tichy.509hc_ref=ARR1HcSl9XDSDwwJC3MAK00vPdcCU6LwAs8kYy6tqWbMiVZlAw_nCjFDViP8H9ICenY&fref=nf
Collecte d'hier matin ! En 10 jours, j'en suis à plus de 1000 L de déchets plastiques ramassés sur la côte...
Je pense qu'il faudrait mettre un distributeur de sacs poubelle à la sortie du bateau à l'intention des touristes, car beaucoup pique-niquent le long de la côte et n'ont pas de sac! 
Comme pour les sacs à crotte pour les chiens ! 
Ou alors, passer un accord avec les compagnies de transport maritime pour qu'ils diffusent un message de prévention dans les bateaux qui assurent la traversée !

samedi 23 juin 2018

mercredi 20 juin 2018